undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles24
4,8 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:6,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 mars 2010
Que d'émotion dans ce film. Vingt cinq ans que je ne l'avais pas revu. Des souvenirs, des ressentis, une musique, forts trés forts. Et un nouveau visionnage, la claque. Toujours aussi intense, aussi beau, aussi chargé de vérité amoureuse. Car les vrais amours ne sont-ils pas sans issue ? trop passionnés ? Les paysages, les acteurs, l'originalité de la scéne des retrouvailles toujours sans égale, l'intensité de l'histoire, un régal, un chef d'oeuvre ? Un chef d'oeuvre ! Et quand on sait que c'est un allemand qui filme aussi bien l'Amérique et ses anti-héros, on dit chapeau Maestro !
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nastassja Kinski est une actrice de grande classe. Réalisé en 1984 par Wim Wenders ce magnifique film, palme d'or au Festival de Cannes de la même année, relate l'histoire d'un amour en recherche.

Le synopsis est simple : " Un homme (Harry Dean Stanton) réapparaît subitement après quatre années d'errance, période sur laquelle il ne donne aucune explication à son frère venu le retrouver. Accompagné de son fils, il part au Texas à la recherche de Jane (Nastassja Kinski), la mère de l'enfant. Une quête vers l'inconnu, une découverte mutuelle réunit ces deux êtres au passé tourmenté."

Questionnements. Le sens de la vie. Les errances des âmes qui se cherchent. La très grande difficulté de pouvoir aimer quand son propre univers psychique, affectif, est troublé. Impossibilité ? Le film, dur par l'absence de concessions larmoyantes évite les écueils, qui parsèment tant le cinéma américain actuel, de la démagogie sentimentale. Ce chef d'oeuvre vous marquera à jamais.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attention, redécouvrir Paris, Texas en Blu Ray provoque dans le coeur d'un cinéphile des bouffées de bonheur susceptibles de provoquer une accélération du rythme cardiaque. Sérieusement, ce transfert est fabuleux. Extraordinaire. Respect du grain d'origine et de l'aspect argentique, contrastes sublimés, détails multipliés, totale redécouverte des couleurs d'origine...Que dire du son. La musique de Ry cooder fait le tour de votre salon et vous embarque aussitôt... La liste est longue. Merci Arte vidéo! Le plus beau des road-movies est enfin présenté dans des conditions absolument optimales. De quoi être jaloux de ceux qui vont avoir la chance de le découvrir ainsi pour la première fois. Si un autre éditeur courageux pouvait faire de même avec les innombrables chef d'oeuvre du septième art en attente. Exemple : les 2 premières oeuvres de Terence Malick, La Ballade Sauvage et les Moissons du Ciel, sont toujours inédite chez nous en HD!!!?
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2001
Ce film est une météorite. Servi par une BO à la guitare sèche complètement planante, rempli de plans hallucinants dans le désert où sur la route, "Paris,Texas" est si fort, au sens émotionnel du mot, que les mots n'arrivent pas à retranscrire tout ce qui se passe losqu'on le voit.Des acteurs incroyables, et une version DVD vraiment intéressante pour les amoureux de ce genre de cinéma. Ce n'est pas par hasard que le talentueux Wim Wenders raffla la palme d'or à Cannes avec ce film en 1984.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2009
Les personnages n'iront jamais fouler, ne serait-ce qu'un instant, ce Paris désert, niché quelque part au Texas. Jamais plus les deux amoureux ne se toucheront, jamais ils ne profiteront d'une dernière danse, main dans la main. Ils ne s'arrêtent jamais, ils marchent, à travers l'existence, portant dans leurs coeurs les souvenirs effrités d'une famille disparue, éclatée. Seul le fils garde un parfum d'harmonie et d'amour entre deux êtres déchirés, réunis le temps d'une scène où, aveugles, ils ne goûtent que l'éternité doucement fânée.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2002
Un film d'une beauté incroyable que ce Paris Texas. Les années passent et la qualité en reste intacte. Incroyable bande son tripante à souhait, acteurs au sommet (il faut voir et revoir cette incroyable scène finale et ces jeux de miroirs), beauté - précision et intelligence de la mise en scène...un chef d'oeuvre complet. A noter que l'interview de Wim Wenders qui figure sur ce DVD est reellement passionnante.
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2015
"Paris Texas" fait partie de ces films qui vous marquent à jamais, dès le 1er visionnage et le revoir encore et encore ne fait qu'accentuer le plaisir de vos sens de cinéphiles. Car "Paris Texas" est un film qui transporte littéralement le spectateur : il se regarde, il s'entend et surtout , il se ressent, comme peu d'autres oeuvres cinématographiques.
Une histoire linéaire et originale, des images belles à couper le souffle ( extraordinaire travail du chef opérateur), une musique inoubliable (Ry Cooder), de fabuleux acteurs (Harry Dean Stanton , très émouvant, Nastasja Kinski, d'une beauté merveilleuse).
C'est un film sur des retrouvailles : entre frères, entre père et fils, entre mari et femme.De ces retrouvailles jaillit une émotion qui trouve son paroxysme dans les scènes à Houston ou Travis retrouve Jane dans un Peep-Show. C'est dans ce lieu sordide pourtant que l'émotion atteint son paroxysme.
Le film est lent mais c'est ici une qualité, jamais ennuyeux,admirablement interprété.
Et puis ce road-movie vous fait fantasmer l'Amérique , à la fois profonde ( le désert, les motels) et urbaine ( Los Angeles , Houston).
Cette Amérique , c'est le plus "américain" des cinéastes allemands, Wim Wenders , qui la filme de manière éblouissante . C'est à la fois une déclaration d'amour non seulement au pays mais aussi au cinéma et une observation de cet objet de fascination que représente les U.S.A pour les européens..
C'est un " grand film d'Amérique " comme le notait Godard , à propos des films de Douglas Sirk.
Légitimement récompensé à Cannes en 1984 par la Palme d'Or, Wim Wenders fera par la suite presque aussi bien ( les Ailes du désir ) mais jamais mieux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sur le film, tout ayant été dit ou presque, je vous engage à vous diriger vers la page du dvd où se trouvent déjà une présentation et un synopsis plus fouillés, et de nombreux commentaires. Ce film vu à sa sortie et revu plusieurs fois dans les années qui ont suivi, je dois dire qu'il ne m'émeut plus autant aujourd'hui. J'en vois bien quelques défauts. Mais jusqu'à quel point cette impression ne se nourrit-elle pas aussi des déceptions qu'ont été la plupart des films suivants de Wim Wenders, je n'en sais trop rien.

Reste que ce film est bel et bien une espèce de rêve du cinéma d'auteur européen, quand celui-ci va se mettre au contact de l'Amérique, de son espace et de ses mythes (y compris les plus cabossés). Rappelons que Wim Wenders, une des figures de proue du "nouveau cinéma allemand" dans les années 70, tournait autour de l'Amérique depuis déjà un bout de temps, que ce soit dans ses films allemands (ex. L'Etat des choses) ou dans une production Coppola, tournée en anglais (Hammett). Dans les entretiens avec Michel Ciment de Passeport pour Hollywood, Wenders explique: "Après avoir vécu six ans aux Etats-Unis, avoir tourné plusieurs films qui ont parlé de ce pays, je n'avais pas encore fait de film qui se pose vraiment la question: qu'est-ce que c'est pour moi l'Amérique? Je n'avais pas fait un seul film, même une seule scène qui parlait de ça. C'étaient des films autour de cette obsession, de cette passion, mais aucun n'avait vraiment mis le doigt dessus."

Afin de mettre le doigt dessus, Wenders demande à l'auteur (essentiellement dramaturge et scénariste) et acteur Sam Shepard de l'accompagner dans l'écriture d'un script qui serait proche de ses propres histoires (cf. Motel chronicles). Quintessentiellement américain, l'oeuvre de Shepard l'est bel et bien, même si lui aussi sait regarder ailleurs, en particulier vers l'Europe. C'est autour du personnage de Travis, homme perdu dont le passé reste en grande partie mystérieux et dont on ne sait pourquoi il a quitté femme et enfant et ce qu'il a fait pendant quatre ans, d'autant qu'il ne dit mot pendant la première partie du film, que s'accordent Wenders et Shepard. Pensant avoir Shepard sous la main pendant le tournage, même après qu'il a refusé le choix évident de jouer Travis lui-même, Wenders doit composer avec les reports de tournage et se retrouve avec un scénario à moitié terminé qu'il finit par terminer lui-même, avec l'aide de l'acteur L.M. Kit Carson (le père de Hunter Carson, qui joue Hunter, le fils de Travis), puis de Shepard, qui écrit les longs dialogues de la fin du film et les dicte à Wenders par téléphone avant de tourner!

On le constate: le film américain de Wenders n'aurait sans doute pas pu être réalisé de cette façon dans le cadre d'une production hollywoodienne. Saluons donc Anatole Dauman, un de nos grands producteurs, hélas disparu, de lui avoir donné la possibilité d'aller tourner ce qui reste sans doute son meilleur film aux Etats-Unis, avec des acteurs merveilleux - Harry Dean Stanton,Nastassia Kinski au premier chef, mais aussi Dean Stockwell, voire Aurore Clément et son accent anglais bien... français. Comme son maître Michelangelo Antonioni, en particulier avec Profession : reporter, Wenders a tourné une de ses oeuvres maîtresses dans un autre pays et une autre langue que les siens. C'est peu dire qu'il n'a jamais vraiment retrouvé cet équilibre précaire - entre cinéma européen et cinéma américain; entre les genres, les mythes et les codes de représentation du cinéma et un certain naturel; entre la réflexion sur la fameuse "incommunicabilité" et la volonté de ne pas étouffer l'émotion par des explications trop lourdes ou assénées; dans la composition des plans, très élaborée mais pas démesurément léchée. Road-movie existentiel, "Paris, Texas" est comme d'autres films de Wenders fasciné par la quête des origines et la volonté de revenir aux sources et d'effacer la perte, mais ici tout est limpide et a la force de l'évidence. Toutefois, je dois avouer que je ne suis pas aussi sévère que certains pour les films qu'il a tournés aux Etats-Unis il y a quelques années: Don't Come Knocking / Land Of Plenty. Je leur trouve un certain charme, et les retrouvailles avec Sam Shepard dans Don't Come Knocking, sans être absolument probantes, explorent un peu autre chose et ont finalement assez de gueule.

En tout cas, qu'on connaisse ce film ou pas, il faut savoir que le blu-ray représente de loin la meilleure façon de le voir autrement que sur un grand écran. Le master HD, supervisé par Wenders, est de toute beauté. La photographie du chef opérateur Robby Müller, avec ses couleurs vives et ses contre-jours, est parfaitement restituée, à une ou deux anicroches près. Les rouges, les verts, les jaunes, aucune des couleurs ne bave, et l'image est d'une grande stabilité. VF, VF sous-titrée pour les malentendants et VOSTF (avec sous-titres imposés). La guitare de Ry Cooder y sonne par ailleurs mieux que jamais (en tout cas sur la piste en VO, la seule que j'ai écoutée). Au titre des suppléments:
- entretien avec Wim Wenders (26'), dans lequel il raconte la genèse du film (dont certains des éléments dont j'ai parlé plus haut): il s'agit là me semble-t-il de l'entretien qui se trouvait déjà dans le dvd
- scènes coupées (23'), avec ou sans le commentaire du réalisateur, certaines étant d'un intérêt réel - cf. un très beau gros plan de N. Kinski de profil
- beau petit livret, comprenant des extraits d'entretiens avec Wenders, Shepard et les acteurs principaux

Très belle édition, qui justifie que les amoureux de ce film ouvrent les cordons de la bourse pour le racheter, et que les autres se portent sur elle s'ils veulent l'acquérir (et sont détenteurs d'un lecteur blu-ray bien sûr).
99 commentaires|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2014
Un film étrange, presque lancinant avec cette longue quête d'un homme surgi de nulle part qui marche droit devant en plein désert pour se reconstruire, se retrouver ou simplement continuer sa vie ?... Les images, toutes, sont somptueuses et époustouflantes de beauté, la musique vous laisse sans voix, tous les personnages mais surtout Travis et son fils Hunter sont criants de vérité, sans oublier la lumineuse N. Kinski. Sans doute le meilleur Wim Wenders à mon avis. Une histoire simple qui fait que longtemps après la fin du film, on reste là, assis dans le noir, ébloui et sonné par tant de beauté mélancolique. Un film fascinant, inoubliable, magistral.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2012
Je ne commenterai pas le film en soi ici mais la qualité du blu ray : image incroyable, couleurs d'une beauté surréelle, une définition venue d'un autre monde... on a les yeux écarquillés devant une telle démonstration technique. Une des plus belles images que je connaisse pour un blu-ray.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,25 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)