undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles46
4,9 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

L'un des plus grands albums (double) de la fin du siècle dernier et vraissemblablement le meilleur du rock des années 80 (il date de 1979). A la fin des années 70, les "Punks" l'espace de quelques mois déversent leur napalm sur les restes d'une pop rock agonissante et absente d'imagination. Les Clash, punk l'espace de leur premier album, pur rock l'espace d'un second album, érigent avec "London Calling" les fondements de la pop rock des années 80 et 90 : le jazz, le reggae, le rockabilly, le rock, le ska et même la pop ("Lost In The Supermarket") s'épousent dans une totale harmonie en conférant à l'ensemble une homogénité exceptionnelle. Aucun morceau ne vient affaiblir l'ensemble. Ils piochent dans les différents courants musicaux passés et présents (en 80) pour édifier un monumental "album concept" d'une rare force et intelligence. Ils poursuivront leur démarche expérimentale avec "Sandinista!" beaucoup moins achevé pour se perdre (à mon grand malheur) définitivement avec "Combat Rock". Groupe phare de mon adolescence, je reste sur l'image et le son de leurs trois premiers albums et bien sûr sur "London Calling".
0Commentaire8 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2006
Ce disque fait partie des 20 disques de rock que j'emmenerai sur une ile deserte (avec Nirvana,1Dylan,1 Hendrix,Deep purple in rock, led zep "starway to heaven","abbey road" des Beatles,"pet sounds" des Beach boys,1 Cream,1 doors,1Creedence,"Grace " de jeff Buckley,pearl jam "ten","cheap thrills"de Janis Joplin, 1 Neil Young, wishbone ash "argus",1 STones,"highway to hell d'AC/DC,Thin lizy "live and dangerous","live at leeds" des Who).19 titres et pas un à jeter sur ce double brulot de rock révolté et d'influences variées(reggae, soul, pop, rock); ne vous attendez donc pas à un album punk malgrés l'image du groupe et ses deux premiers Lp!.Ce double fut vendu au prix d'un à la demande du groupe , comme le triple "sandinasta".Clash ne militait donc pas qu' en paroles en alignant les hymnes anti-conservateurs mais aussi sur le terrain, il se produisait en concert au profit des mineurs qui luttaient contre la politique de la dame de fer (Tatcher); une conscience politique que l'on ne retrouve guère dans les groupes contemporains.
44 commentaires7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2013
LP 1 – Face A :

1. London Calling
2. Brand New Cadillac
3. Jimmy Jazz
4. Hateful
5. Rudie can't fail

LP 1 – Face B :

1. Spanish Bombs
2. The Right Profile
3. Lost in the Supermarket
4. Clampdown
5. The Guns of Brixton

LP 2 – Face A :

1. Wrong 'em Boyo
2. Death or Glory
3. Koka Kola
4. The Card Cheat

LP 2 – Face B :

1. Lover's Rock
2. Four Horsemen
3. I'm not Down
4. Revolution Rock
5. Train in Vain
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Que se passe-t-il lors que quatre punk originels décident d'élargir notablement le spectre de leur art sonique ? Ben, London Calling des Clash bien-sûr, un album justement entré dans la légende.
Or donc, The Clash, après deux brillantissimes albums de punk avéré, des plus séminaux que le genre connut ce qui n'est pas peu dire, se lancent dans l'ouverture (et pas seulement vers le reggae seconde mamelle naturelle du punk british) avec tout l'enthousiasme de leur juvénile énergie et tout le savoir-faire de musiciens déjà roués, et, tudiou !, le font-ils bien !
Dans les faits, comme le coup d'avant où ils avaient recruté le plus que producteur de Blue Öyster Cult, Sandy Pearlman, les londoniens surprennent en engageant Guy Stevens plus connu pour ses divers travaux, de metteur en son à manager, pour Procol Harum, Mott the Hoople, Free ou Spooky Tooth. Surprennent , vraiment ? Pas tant que ça si on se rappelle l'implication de Stevens dans une démo de début de carrière dès 1976. Pour conclure sur le sujet technique et Stevens en particulier, on mentionnera les louanges qui lui furent tressés par le quatuor qui ira jusqu'à dire que, sans Guy, l'album n'aurait pas été aussi populaire, ou réussi.
Musicalement, c'est un Clash en pleine cure de découverte de genres nord-américains anciens, nommément rockabilly, jazz et rhythm'n'blues qui met en pratique ses nouvelles marottes tout en continuant à développer son punk rock vers un classic rock qui lui va bien au teint en n'oubliant évidemment pas le reggae et le ska qui sont déjà dans les acquis de son répertoire. Le tout, dont toujours l'essentielle verve sociale et politique d'un Strummer ici magistralement confirmée par un talent de plume encore accru (c'est en forgeant, etc.), est un kaléidoscope sans faux-pas d'influences aussi évidentes que bien digérées et magnifiquement recrachées par un groupe qui, certes, a largement tempéré ses passés emportements électriques mais fait cependant toujours montre d'une énergie et d'un allant tout à fait communicatifs dans le détail duquel on ne rentrera pas pour laisser à ceux qui n'y aurait pas encore gouté le bénéfice de la divine surprise les autres sachant évidemment de quel festin il s'agit.
Double album à raison légendaire, chef d'œuvre ultime d'un punk rock en pleine évolution qui ne tardera pas à manquer de carburant ou à muer radicalement (chez Clash comme chez la plupart de leurs contemporains), London Calling est ce qu'il est convenu d'appeler un immanquable, un album que tout un chacun se doit de posséder quelque soit "la chapelle à laquelle il prie" tout simplement parce que, excellent de bout en bout, il constitue un haut-fait indéniable de la musique du XXème siècle.

1. London Calling 3:19
2. Brand New Cadillac 2:09
3. Jimmy Jazz 3:52
4. Hateful 2:45
5. Rudie Can't Fail 3:26
6. Spanish Bombs 3:19
7. The Right Profile 3:56
8. Lost in the Supermarket 3:47
9. Clampdown 3:49
10. The Guns of Brixton 3:07
11. Wrong 'Em Boyo 3:10
12. Death or Glory 3:55
13. Koka Kola 1:46
14. The Card Cheat 3:51
15. Lover's Rock 4:01
16. Four Horsemen 2:56
17. I'm Not Down 3:00
18. Revolution Rock 5:37
19. Train in Vain 3:09

Joe Strummer – lead vocals, backing vocals, rhythm guitar, piano
Mick Jones – lead guitar, piano, harmonica, lead and backing vocals
Paul Simonon – bass guitar, backing vocals, lead vocals on "The Guns of Brixton"
Topper Headon – drums, percussion
&
Mickey Gallagher – organ
The Irish Horns – brass
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans un élan de spontanéité inouï et sous la houlette du producteur franc fou Guy Stevens (qui va lui offrir LE son ultime), le Clash, pourtant attendu au tournant pour son troisième album, va enregistrer en un temps record (quasi live !) l’un des plus grands albums (double !) de tous les temps et va faire tomber toutes les frontières stylistiques de l’époque. Si les épanchements du punk n’ont existé que pour aboutir à ce disque, ils sont dorénavant pardonnés !
Passant outre les prévisibles moues de l’intelligentsia punk, Strummer & Co se gominent la banane et se positionnent en dignes descendants d’une histoire qui débute aux studios Sun (la pochette imite le 1er album d’Elvis) et à laquelle ils vont offrir un nouveau (dernier ?) souffle avant la fin. Les pieds bien ancrés dans un présent qui entretient donc sa mémoire (génial BRAND NEW CADILLAC de Vince Taylor), le groupe (en état de grâce) aligne les prouesses et, sans prétendre inventer la poudre, offre l'un des classiques ultimes de cette histoire à laquelle il souhaite tant participer (à un mois près, LONDON CALLING devenait sans aucun doute LE disque des 80’s...). Dans une spirale de hits potentiels (LONDON CALLING, HATEFUL, CLAMPDOWN, TRAIN IN VAIN, LOST IN THE SUPERMARKET), de slogans en forme d'hymnes (SPANISH BOMBS, RUDIE CAN'T FAIL, GUNS OF BRIXTON, première compo de Paul Simonon) et de pop parfaite (JIMMY JAZZ, I’M NOT DOWN, DEATH OR GLORY, LOVER'S ROCK), que le ska et le reggae n’effraient pas (WRONG 'EM BOYO, REVOLUTION ROCK), le Clash réalise son best of définitif ainsi que celui des 30 ans d’une musique dont il vient enrichir le sel de belle façon. Chef-d’œuvre, tout court !
Tops : TOUT ! Ce qui n’est pas rare, mais unique pour un double-album.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'étais en train de trifouiller dans le grenier chez mes parents à la recherche de vieilleries et pan!, je tombe sur un double album! Chouette, ça doit être un de mes vieux disques de rock progressif... Ah, ben non, qu'est-ce que c'est que ce truc? Je le sors de sa gangue de poussière: The Clash?... Mais oui, je me souviens, un copain me l'avait prêté il y a trente ans, p...in j'ai oublié de l'écouter!

Le titre c'est London Calling, ça doit être un concept-album sur le général de Gaulle... J'appelle mon père, c'est son idole! On retrouve la platine vinyle au diable vauvert et on l'écoute: mon père il aime pas , mais moi j'aime bien. La ligne de basse de London calling à été repiquée sur le thème de la chevauchée des Walkyries de Wagner et ça donne au morceau un petit air martial. Par contre les paroles, l'appel de Londres, l'âge de glace arrive et les zombies de la mort, c'est plutôt l'appel des dix-huit joints!

La pochette est pas mal, mais j'ai eu un peu peur en la voyant la première fois que ce soit un album de disco! Elle a dû dérouiller la basse, j'espère que c'était juste une précision (un mec de goût ce Paul Simonon, après il est passé à la Rickenbacker!)

Le deuxième morceau, Brand new Cadillac est pas mal, genre rockabilly speedé, on dirait du Vince Taylor qu'aurait pris des amphètes. Par contre, j'aime pas Jimmy Jazz, un peu mou de la patte. Bon, je zappe les deux morceaux suivants qui se ressemblent trop. J'aime bien Spanish Bombs qui commence comme les accords de guitare des premiers Beatles, après de Gaulle, ça parle de Franco, branchés histoire les gars!

Je continue, Lost in the supermarket fait un peu variétoche, The guns of Brixton, pas mal, un peu genre Madness. The Card Cheat, l'intro au piano rappelle un peu Elton John, mais j'aime pas Elton John! Revolution Rock est un reggae, allez y comprendre quelque chose... J'aime bien Train in Vain qui commence avec le même motif de batterie que Sergent Pepper, un hommage je suppose?

Bref, un album hyper varié, un peu trop ? De nombreux groupes de cette époque étaient à l'origine des orchestres de bal (c'est pas une honte!) et il en reste toujours quelque chose.

On a beau dire, mais à cette époque du Punk tout puissant, il y avait quand même des groupes pour faire de la musique travaillée et variée.

Je suppose que cet album n'a jamais été réédité mais si ça vous dit je vous en ferai une K7.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 20 novembre 2005
London Calling devait initialement s'appeler The Last Testament et être le dernier album de rock'n'roll. Ce n'est pas loin d'être en effet le cas. La pochette reprend le graphisme de celle du premier album de rock de l'histoire, celui d'Elvis Presley. Le disque réussit à résumer le premier quart de siècle du rock (en 1979, le rock a 25 ans) et contient du rockabilly, du funk, du reggae, du ska, de la pop, du punk... à travers des compositions brillantes, des reprises judicieuses et des paroles intelligentes.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2007
Si vous voulez comprendre ce qu'était vraiment la musique fin 70 début 80 alors écoutez ce disque et découvrez qui étaient les Clash, c'est à dire sans aucun doute un des plus grands groupes du siècle. Découvrez Joe Strummer, l'ame du groupe, découvrez sa rage son énergie, son charisme et son engagement envers tous ceux qui ne voulaient ou ne pouvaient plus rien dire. les Clash sont plus qu'un groupe, ils sont une icone de notre monde moderne et rien ne les a jamais remplacé (peut être U2 dans un autre genre). J'ai pleuré quand Strummer est mort et je crois que je le pleurerai jusqu'à ma mort.
0Commentaire7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2009
Inutile de préciser que cet album est au panthéon du rock! et pour cause : une véritable Merveille qui a vu s'épanouir la musique du CLASH! 19 titres fondamentaux! du rock, du jazz, du ska, du reggae...on danse, on S'ECLATE, on rêve, on AIME! Quant à la vidéo, elle contient des images d'archives rares, vous faisant regretter de ne pas posséder de machine à remonter le temps. On dit merci qui ? Merci Guy Stevens! Merci le CLASH!
MERCI Joe, MERCI Mick, MERCI Paul, MERCI Nicky!!!
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2010
London Calling est le troisième album du groupe de punk rock britannique The Clash, édité par CBS Records et sorti le 14 décembre 1979 au Royaume-Uni puis en janvier 1980 aux États-Unis sous le label Epic Records.

Album rock de référence,ce disque polyvalent mêle de nombreux styles : rock 'n' roll, ska, reggae, pop, rap, soul, punk, new wave. Les thèmes abordés et dénoncés à travers les morceaux sont le chômage, la consommation de drogues, les conflits raciaux, la politique ainsi que les responsabilités des adultes dans la société.Avec ce double album, le groupe souhaite alors marquer sa différence avec le reste du mouvement punk qu'il juge sur le déclin.

Vendu à près de deux millions d'exemplaires dans le monde,l'album est certifié disque de platine aux États-Unis et permet aux Clash de sortir du microcosme punk.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €