Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 «La musique instrumentale d'un génie de l'opéra seria», 19 juin 2013
Par 
opus79 - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Concerti Grossi (CD)
Figure de l'opéra seria dont il est l'un des maîtres incontestés, Alessandro Scarlatti (1660-1725) laisse à côté d'une production lyrique impressionnante, quelques œuvres instrumentales et bien sûr, un fils, Domenico.
A la tête d'Europa Galante, le virtuose Fabio Biondi nous fait découvrir cette face cachée du compositeur napolitain, avec notamment ses concerti grossi publiés à Londres en 1740.
Issu de l'ancien style polychoral, le concerto grosso -opposition d'un groupe de solistes (concertino) à l'orchestre (grosso)-, se développe en Italie du Nord dans le dernier tiers du 17ème siècle; ce genre nouveau apparaît chez Stradella dans les années 1670, puis dans les années 1680 chez Corelli, dont seuls subsistent les concerto opus 6 publiés en 1714.
Si les compositeurs italiens vont rapidement se tourner vers le concerto de soliste(s), l'Angleterre du 18ème siècle manifeste beaucoup d'enthousiasme pour le concerto grosso et Corelli, le maître du genre, ce qui explique sans doute la parution à Londres des concerti de Scarlatti.
De formes et textures variées, ces œuvres tardives, probablement écrites dans les années 1710 sont dominées par les tonalités mineures (fa, do, sol et ré), ce qui confère un caractère «da chiesa» à l'ensemble du recueil. Le ton est donné avec le premier concerto, qui nous plonge dans une ambiance solennelle avec un grave d'une profonde intensité suivi d'une fugue imposante. Au contrepoint magistral (écriture à sept parties, fugues, dissonnances osées et chromatismes) s'opposent quelque peu deux concertos en fa majeur et mi majeur, lumineux et vifs, évoquant le style enjoué de Tomaso Albinoni.
Le reste de cet album produit par le célèbre ingénieur du son Nicolas Bartholomée (Musica Numeris) comprend une sinfonia et une sonata du même auteur et deux œuvres signées Domenico Scarlatti, visiblement moins à l'aise dans cet exercice qu'au clavecin.
Enregistré par I Musici à la fin des années 70, le recueil d'Alessandro Scarlatti bénéficie ici d'une excellente relecture «authentique». A découvrir ou redécouvrir...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 somptueux !!!!, 7 janvier 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Concerti Grossi (CD)
La direction presque théatrale de Fabio Biondi pour ces concertos, véhicule une vivacité, une noblesse de ton qui les colorent d'une force dramatique proche de l'opéra !!!
Biondi maîtrise la moindre inflexion de son orchestre !!!
La sonorité de l'Europa galante est toujours aussi luxuriante et élegante qu 'expressive !!!
A decouvrir !!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Concerti Grossi
Concerti Grossi de Europa Galante (CD - 2002)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit