undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Concerti Grossi
Format: CDModifier
Prix:10,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Figure de l'opéra seria dont il est l'un des maîtres incontestés, Alessandro Scarlatti (1660-1725) laisse à côté d'une production lyrique impressionnante, quelques œuvres instrumentales et bien sûr, un fils, Domenico.
A la tête d'Europa Galante, le virtuose Fabio Biondi nous fait découvrir cette face cachée du compositeur napolitain, avec notamment ses concerti grossi publiés à Londres en 1740.
Issu de l'ancien style polychoral, le concerto grosso -opposition d'un groupe de solistes (concertino) à l'orchestre (grosso)-, se développe en Italie du Nord dans le dernier tiers du 17ème siècle; ce genre nouveau apparaît chez Stradella dans les années 1670, puis dans les années 1680 chez Corelli, dont seuls subsistent les concerto opus 6 publiés en 1714.
Si les compositeurs italiens vont rapidement se tourner vers le concerto de soliste(s), l'Angleterre du 18ème siècle manifeste beaucoup d'enthousiasme pour le concerto grosso et Corelli, le maître du genre, ce qui explique sans doute la parution à Londres des concerti de Scarlatti.
De formes et textures variées, ces œuvres tardives, probablement écrites dans les années 1710 sont dominées par les tonalités mineures (fa, do, sol et ré), ce qui confère un caractère «da chiesa» à l'ensemble du recueil. Le ton est donné avec le premier concerto, qui nous plonge dans une ambiance solennelle avec un grave d'une profonde intensité suivi d'une fugue imposante. Au contrepoint magistral (écriture à sept parties, fugues, dissonnances osées et chromatismes) s'opposent quelque peu deux concertos en fa majeur et mi majeur, lumineux et vifs, évoquant le style enjoué de Tomaso Albinoni.
Le reste de cet album produit par le célèbre ingénieur du son Nicolas Bartholomée (Musica Numeris) comprend une sinfonia et une sonata du même auteur et deux œuvres signées Domenico Scarlatti, visiblement moins à l'aise dans cet exercice qu'au clavecin.
Enregistré par I Musici à la fin des années 70, le recueil d'Alessandro Scarlatti bénéficie ici d'une excellente relecture «authentique». A découvrir ou redécouvrir...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 janvier 2003
La direction presque théatrale de Fabio Biondi pour ces concertos, véhicule une vivacité, une noblesse de ton qui les colorent d'une force dramatique proche de l'opéra !!!
Biondi maîtrise la moindre inflexion de son orchestre !!!
La sonorité de l'Europa galante est toujours aussi luxuriante et élegante qu 'expressive !!!
A decouvrir !!!!
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Scarlatti : La Santissima Trinita
Scarlatti : La Santissima Trinita de Alessandro Scarlatti (CD - 2010)

Misa Ad Usum Cappell
Misa Ad Usum Cappell de Alessandro Scarlatti (CD - 2008)