Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un vent de liberté, 31 octobre 2012
Par 
Nicolas - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lawes - The Consorts Setts, Dances & Airs (CD)
William Lawes est un personnage charnière de l'évolution du consort de viole anglais sous le règne de Charles 1er. Il a litéralement "explosé" le modèle cohérent et unitaire du consort de viole anglais Elizabéthain qui avait été lègèrement italianisé sous Jacques 1er notamment par John Coprario (professeur de William Lawes) et Orlando Gibbons.

En fait William Lawes a fait beaucoup plus qu'italianiser le consort anglais, il lui impose sa personnalité éminemment excentrique et inventive (on disait de lui qu'il passait son temps à briser les lois de la musique) et lui applique les notions de suprise, de sauts harmoniques, de ruptures rythmiques qu'on retrouvera dans la forme tardive des consorts représentée par Locke, Simpson, Jenkins et Purcell.

Cette musique est fascinante et très difficile à commenter car changeante, jamais batie sur le même modèle, tantot débridée comme une toccata tantot traditionelle pointant vers la renaissance, tantot lyrique tantot polyphonique en forme de canons libres voire de fugues mais toujours avec cette étrange et génial mélange de tendresse et d'inventivité débridée qui forme la particularité de ce personnage central, mais à part, de l'école de viole anglaise dont le fait d'être disparu trop tôt en défendant son roi dans la guerre civile ne fait que renforcer la légende. Finalement le seul personnage de l'école de viole anglaise à qui on peut associer William Lawes est peut-être Tobias Hume, de la génération précédente.

Dans cette musique éminement libre, pleine d'esprit, presque bizarre et finalement très anglaise, l'ensemble Fretwork de par ses phrasés libres, inventifs, doux et sans aucune lourdeur me parait surpasser la concurrence et notamment Hesperion XX qui s'applique un peu trop. Cet enregistrement est à mon avis un des sommets de la discographie de cet ensemble avec leurs enregistrements Purcell et Jenkins.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xbc6a11b0)

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit