Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La perfection et le contrôle, 27 juillet 2014
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Symphonies n° 1 et n° 6 (CD)
On peut bien entendu acquérir l'intégrale entière George Szell dirige Beethoven : Symphonies n° 1 à n° 9 - Ouvertures.

Les caractères de la direction de George Szell sont bien connus : classicisme, perfection de la forme et même perfectionnisme, mais aussi réserve émotionnelle, voire hygiénique froideur. Les contrastes d'intensité sont souvent atténués, les accompagnements, les soli des vents et la perception claire de tous les niveaux de l'orchestre ne sont pas soumis à la ligne mélodique. Pourtant, avec un style assez stable, la réussite peut être plus ou moins grande. De plus, la sobriété du chef ne l'empêche pas de faire preuve d'originalité à certains moments.

PREMIÈRE SYMPHONIE
Par rapport à beaucoup de chefs, Szell atténue la différence de tempo entre l'Adagio molto et l'Allegro con brio et ne cherche pas à donner de la majesté au premier. Ensuite, l'Andante n'est pas aussi cantabile que chez Jochum ou Bruno Walter. Restent donc une admirable clarté, l'équilibre, la précision des attaques et des réponses. Ensuite, le tourbillonnement qui accompagne le trio du Menuetto, souvent entendu d'assez loin, est ici beaucoup plus audible. C'est le Finale qui est le plus réussi. Szell prend très rapidement l'Adagio qui l'introduit et lui donne une articulation très originale. Ensuite, c'est le rebondissement qu'on admire dans l'Allegro molto e vivace. Un exemple qui montre que le style n'empêche pas l'initiative.

PASTORALE
Elle témoigne des qualités habituelles du chef, mais se révèle inégale. L'Allegro ma non troppo est pourvu d'un sentiment poétique inattendu. Malgré l'extrême soin apporté aux détails, ce mouvement donne une certaine impression de détente, très bienvenue ici, presque comme avec Bruno Walter. L'Andante molto mosso est presque aussi réussi, presque tout de même.
Malgré le rythme et la mise en valeur des timbres, la joyeuse assemblée suivante est un peu raide et les paysans ne s'amusent guère. Et je trouve l'orage bien stylisé, formel (écouter Reiner, Bruno Walter avec Philadelphie...).
Dans le Finale, le tempo très large peut inquiéter au début, mais il donne comme une poésie bucolique à ce mouvement, de plus passionnant à suivre par les nombreuses initiatives qu'il contient. Le sommet de cette Pastorale avec le premier mouvement. Mais je dois avertir que mon étude comparative (j'ai utilisé selon les mouvements Furtwängler en 1954, Reiner, Keilberth, Walter-Philadelphia, Walter-CSO et Karajan en 1961) grossit sans doute l'inégalité de réussite entre les mouvements et qu'une écoute simple ne permettrait pas de saisir tout ça...

Le disque se termine magnifiquement avec une OUVERTURE d'EGMONT superbe, qui renouvelle l'intérêt de cette page si connue. Là encore, le style n'empêche pas de multiples initiatives de détail.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Beethoven dans toute sa splendeur..., 28 décembre 2010
Par 
L' AIGLE (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Symphonies n° 1 et n° 6 (CD)
Les Beethoven que Georges SZELL avait enregistré de 1957 à 1963 à Cleveland représente un des très rares et un des plus bel accomplissements des symphonies de toute l'histoire du disque jusqu'à nos jours et n'est pas près d'être égalé. La perfection à tous les niveaux : direction, instrumentistes, prise de son stéréo, clarté et transparence, vigueur et subtilité des nuances... bref s'il ne fallait garder que deux intégrales discographiques, ce serait celle-ci avec celle de René LEIBOWITZ. ( Avis d'un musicien professionnel )
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Beethoven : Symphonies n° 1 et n° 6
Beethoven : Symphonies n° 1 et n° 6 de Ludwig van Beethoven (CD - 2002)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit