Commentaires en ligne


17 évaluations
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comme une bougie dans les ténèbres
Keren Ann, Hollandaise d'origine, en est à son second album avec 'La disparition'. Ann écrit et compose avec Benjamin Biolay une musique folk d'une tranquillité berçante, aux arrangements raffinés qui épousent parfaitement une voix menue et touchante rappelant Jane Birkin et Suzanne Vega. Au-delà de la classique guitare acoustique...
Publié le 24 octobre 2002

versus
1.0 étoiles sur 5 cet article est particulierement abime
la jacquette de cet artcle est en tres mauvaise etat. l ouverture de celle ci est cassee ???? je suis un peu decu.
Publié il y a 5 mois par Abbas


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comme une bougie dans les ténèbres, 24 octobre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
Keren Ann, Hollandaise d'origine, en est à son second album avec 'La disparition'. Ann écrit et compose avec Benjamin Biolay une musique folk d'une tranquillité berçante, aux arrangements raffinés qui épousent parfaitement une voix menue et touchante rappelant Jane Birkin et Suzanne Vega. Au-delà de la classique guitare acoustique folk qui demeure l'instrument de choix, la densité musicale prend chair avec de la harpe, des cuivres, violons, clavecin, les occasionnelles pulsations en boucle, l'échantillonnage rare et une chorale. Au-dessus de tout cela vogue la voix de Keren Ann, douce, transportant mélancolie et chagrin. 'On ne dit rien quand le temps assassin enterre nos amours périssables sous le sable mouvant' chante-t-elle sur 'Le sable mouvant', aussi belle que tristement lucide. Au-delà de la noirceur évoquée survit toutefois l'espoir timide et sensuel qui brille en sfumato, comme une bougie dans les ténèbres. La poésie de Keren Ann tire un bénéfice de sa voix fragile et de son intonation précise, permettant à ses fantômes de mieux nous hanter, jusqu'au mystérieux et chagrineux départ de la pièce titre. 'Rester ou repartir ou bien choisir la disparition'.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 de la dentelle, 7 octobre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
album tout en délicatesse, différent du premier, plus intimiste, plein de réserve, absolument splendide et inlassable tant cela semble parfait ...et en plus elle nous chante cela avec un sourire permanent, signe de bonheur de nous procurer la joie d'aussi belles chansons .
A quand la suite, en attendant écoutez son album en duo
"Lady & Bird " avec B Johansson
le gratin actuel de la chanson française féminine
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un charme "suranné", 13 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
Aprés un superbe premier album, Keren Ann reussi admirablement ce deuxième opus. Les chansons, merveilleuses, sont emplient d'un charme "suranné", et sa voix fragile communique un bonheur intime, quelquepart "au coin du monde". A écouter de toute urgence
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 keren ann fer de lance de la chanson française au féminin, 24 mars 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
Avec "la disparition", la production a encore gagné en qualité par rapport au précédent album. Par petites touches et avec talent, Biolay illumine les très beaux textes de keren Ann et réussit à mettre en valeur sa voix douce, fragile et cotonneuse. Certes le ton est à la nostalgie, à la mélancolie mais à aucun moment il ne laisse transparaître le moindre maniérisme propre à certaines "artistes" qui polluent la chanson actuellement. Keren Ann, quant à elle, se situerait plus du côté d'une Françoise Hardy, pour sa classe son élégance et sa discrétion.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Songe d'une nuit d'hiver..., 5 janvier 2009
Par 
Stéphane Lopez "Stef" (Saint Maurice l'Exil, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
Un album un peu engourdi par une certaine froideur à la première écoute mais qui nous réchauffe l'âme au fur et à mesure que les chansons fondent au creux de nos oreilles.

"Au coin du monde", sur son picking caractéristique de l'univers de Benjamin Biolay, touche beaucoup par l'espoir qu'il dégage et son "Que la lumière soit..." qui illumine les coeurs.

"Le sable mouvant" (qui sera repris en anglais sur son troisième album "Not going anywhere") est une mélodie envoûtante avec son glissando de claviers et son choeur d'enfants pur. "End of May" sera sa traduction anglaise sur l'album folk de l'album suivant, "Not going anywhere".

"Les rivières de Janvier" a également cette mélancolie transie de froid.

Le point faible de cet album s'intitule "La corde et les chaussons" à cause de son habillage R'n'B faussement original. Une mélodie intéressante signée uniquement par son interprète, gâchée par une voix traitée au voïcoder du plus mauvais effet comme Cher et autres "chanteurs" savent si bien en abuser.

"Surannée" (reprise par Jane Birkin puis, plus tard, par Françoise Hardy)est un bijou "classieux" tant par le texte que par la musique. Sublime !Elle deviendra "Seventeen" dans l'album suivant en anglais.

Une autre future reprise faite cette fois par Henri Salavador est "Ailleurs" qui est une chanson épatante et lumineuse qui respire le bonheur de vivre et donne envie de se balader sous le soleil chaud. Les arrangements de cordes de Biolay sont magnifiques. Ma préférée !

"L'illusionniste" est plus morne, moins évidente. Mais elle a son charme, notamment de par son instrumentation: black contrebasse et Biolay trompette. Oui, cela n'est pas sans rappeler le "Black trombone" de Gainsbourg.

"La tentation" est un joli thème de quelques secondes qui deviendra bientôt "Right now and right here" sur "Not Going anywhere".

Elle est suivie de "Mes pas dans la neige", une chanson jazzy très années 1940 dans les arrangements et qui est plaisante à écouter avec un beau texte à l'appui. Même traitement sur le LP suivant: "Spanish song bird".

On passe à du blues dans le morceau "Le chien d'avant garde", un registre dans lequel elle excelle. Superbe ambiance cool !

"La disparition" est donc le thème développé de l'intermède de l'album.
C'est, en effet, une très belle chanson dans l'esprit du "Le sable mouvant" avec la chorale finale d'enfants.

"Rester ou repartir ou bien choisir la disparition". C'est sur cette phrase troublante que s'achève cet album écrit à quatre mains sur une voix qui semble s'en aller comme une bise hivernale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 cet article est particulierement abime, 26 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
la jacquette de cet artcle est en tres mauvaise etat. l ouverture de celle ci est cassee ???? je suis un peu decu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Bon album, 25 avril 2010
Par 
Bellamit "lepoker.net" (Charenton, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La disparition (CD)
C'est un très bon album que nous présente Keren Ann. La voix est plus fragile que dans son album précédent.
On y trouve aussi cette fragilité dans les texte mais son album précédent a cependant ma préférence.
Le seul point négatif est la première chanson, où la musique du début est outrageusement pompée sur le très beau "Dust in the wind" de Kansas
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un univers délicatement suranné, 24 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Disparition - Digipack édition limitée (+ DVD de 26 mn du concert acoustique) (CD)
On a découvert Keren Ann avec sa biographie de Luka Philipsen ou encore le très réussi « jardin d’hiver » en collaboration avec le talentueux Benjamin Biolay pour Henri Salvador. On la retrouve ici sur son dernier album La disparition, faisant surgir une fois de plus une nouvelle héroine : une créature féminine éthérée, coincée entre la vraie vie et l’ailleurs, nostalgique et pourtant résolument moderne, tragique aussi… Un album de vieilles photos jaunies intemporelles, figeant à jamais des instants de bonheur fugaces, à feuilleter de toute urgence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Une confirmation, 24 février 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Disparition - Digipack édition limitée (+ DVD de 26 mn du concert acoustique) (CD)
Malgré un petit "je-ne-sais-quoi" qui rend cet album un peu moins essentiel que le précédent, il faut reconnaitre à cette artiste toujours autant de talent. Une belle oeuvre. Merci encore Keren !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et que la lumière soit..., 6 mai 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Disparition - Digipack édition limitée (+ DVD de 26 mn du concert acoustique) (CD)
Elle sème les souvenirs qu'elle aime sur des airs surannée et on se retrouve au coin du monde, très vite ailleurs ! De sa douce voix fragile, elle nous entraîne dans un monde mélancolique et nostalgique. Album à la douceur intemporelle qui se laisse écouter sans se lasser. Sans oublier son premier album "La biographie de Luka Philipsen" à écouter aussi pour se plonger pleinement dans l'univers de Keren Ann.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit