undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 22 novembre 2007
2h20, c'est la durée de ce documentaire, et il fallait bien cela pour tenter de cerner l'oeuvre colossale de Stanley Kubrick. Tenter, car, ce documentaire, bien sûr, ne peut donner toutes les clés d'une oeuvre si hors norme.

Une fois passées les 10 premières minutes (une série d'hommages aussi pompeux qu'inutiles et agaçants) le documentaire commence à retracer rapidement l'enfance de Kubrick, sa passion pour la photographie, son premier emploi de photographe à "Life" (à 17 ans !), ses premiers courts métrages, et le démarrage foudroyant de sa carrière cinématographique. Kubrick aurait pu dominer Hollywood, et enchaîner les succès faciles. Il a choisi de bâtir son oeuvre, à son rythme, et surtout, à sa manière...

Le documentaire propose de passer ses films en revue, dans l'ordre chronologique. Des témoignages de confrères, assistants, comédiens viennent commenter de larges et nombreux extraits, judicieusement choisis. Nous avons même droit à quelques images rares de making-of (2001, SHINNING et FULL METAL). Cette manière de procéder permet aux néophytes de mieux cerner l'homme et le cinéaste, de remettre chaque film dans son contexte, et comprendre pourquoi Kubrick est un réalisateur à part. Le documentaire prend son temps pour expliquer les choses, les techniques de tournages, l'omniprésence de Kubrick sur tous les postes de fabrication d'un film. Le documentaire permet aussi, avec le témoignage de sa dernière épouse, de cerner l'homme, passionné, méticuleux, d'une exigence terrifiante avec ses collaborateurs, mais loin de cette image de fou-furieux-facho que beaucoup lui ont collé sur le dos.

Les fans du monsieur en auront pour leur argent aussi. On apprend plein de petites choses, on découvre des images inédites, privées ou professionnelles. Bien sûr, une étude thématique, et plus poussée des films aurait été préférable. Un équivalent vidéo du livre référence de Michel Ciment. Un décryptage de la mise en scène de Kubrick par Martin Scorcese, aurait été une excellente idée, par exemple. Confronter les figures de style de Kubrick, montrer comment chaque film se suivaient, se faisaient écho entre eux. Comment d'autres cinéastes l'ont suivi, copié, parodié, ou répondu (je pense à SOLARIS).

Sans pour autant laisser sur leur faim les cinéphiles, A LIFE IN PICTURE s'adresse donc avant tout à ceux qui veulent découvrir Kubrick, avant de se plonger dans sa filmographie. Ce documentaire est une excellente introduction à son oeuvre. Une oeuvre complexe, d'une cohérence incroyable, sans équivalent, composée de 12 films, tous aussi novateurs, controversés et indispensables. 12 films aussi exigeants que grands public (sans doute pas "2001", mais la plupart en tout cas...). Stanley Kubrick incarne, avec Charlie Chaplin, le metteur en scène ultime, ayant acquis le contrôle absolu, indépendant financièrement, qu'aucun studio ni distributeur n'a pu contraindre. Le rêve de tout artiste.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2014
Un passionant documentaire sur le maitre, qui n'hésites pas à aller vers les zones d'ombres, et qui passe en revue toutes sa filmographie à travers cex qui l'ont cotoyé
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2009
Excellent documentaire sur la carrière du cinéaste Stanley KUBRICK.
Le + l'interview de Steven SPIELBERG.
Le - documentaire en version original sous titré
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)