Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique, 23 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Never Never Land (CD)
Que dire devant tel album ? En 10 titres, les Pink Fairies définissent le futur du rock heavy. Le hard rock dans toute sa splendeur, il faut dire qu'avec des morceaux comme "War Girl", "Uncle Harry's Last Freak-Out" (long de 10 minutes délirantes), "Do It", "Teenage Rebel" ou "Track One, Side Two", on peut difficiement faire un mauvais disque. Servi par une pochette sublime (ce qui ne gâche rien), "Neverneverland" est un must-have absolu du rock, un joyau hélas trop méconnu de nos jours.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Come and take me by the hand, we fly to Neverneverland, 22 juin 2009
Par 
Barthel Damien "Rock Fanatic" (Menucourt, Fr) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Never Never Land (CD)
Avec ce disque, on tient un immense moment de space-rock à tendance heavy. Un authentique joyau de hard rock, à l'époque où ce genre était encore naissant. C'est en 1971 que ce disque fulgurant voit le jour. Les Pink Fairies au sommet, pour leur premier (d'une série de trois...) album.
Malgré leur nom ('les Fées Roses'), les Pink Fairies ne sont en aucun cas un groupe bucolique. Ce n'est pas parce que la pochette (sublime au demeurant) représente des petits lutins, gnomes, hobbits et autres créatures en train de regarder la lune souriante sur leur petite planète (le dessin me fait penser à une ilustration du "Petit Prince" de St-Exupéry) que la musique que le disque contient est légère. Bien au contraire, c'est extraordinairement dingue et lourd.
Le seul défaut du disque est d'avoir un son très moyen, et daté. On a beaucoup reproché, lors de la sortie de ce disque, de ne pas sonner comme les concerts du groupe, c'est à dire, de ne pas sonner lourd, fort, puissant. Un comble ! Et c'est vrai qu'à la première écoute, le son un peu étouffé, très vieillot, choque un peu. Mais on s'y fait, bien obligé. Et puis les compositions sauvent tout, ici, elles sont admirables : Do It (sorti parallèlement en single avec la chanson The Snake en face B, et en bonus sur le CD), inspirée par le livre anticonformiste du même nom de Jerry Rubin, est un grand moment reptilien et sauvage, cerné par des riffs de guitare destructeurs et une voix infernale, do it !! do it !!.
Après ce grand pic heavy, Heavenly Man semble nettement plus calme, apaisant. En tout cas, pas apaisé : les refrains sont totalement psychédéliques, dignes de Hawkwind, ambiance à la fois trippante et oppressante, paroles superbes (malheureusement pas dans le livret)...Un titre très très rock'n'roll (aah, ce riff d'intro !) pour suivre, Say You Love Me, et le classique intemporel et très langoureux War Girl viennent ensuite. War Girl, qui prouve que les Fairies étaient aussi capable d'un peu de subtilité, en dépit du titre de la chanson. La face A se terminait par la chanson qui dnne son nom au disque, une belle envolée de plus de 6 minutes vers le Pays de Nulle Part cher à Peter Pan, Never Never Land (aucun rapport avec la chanson des Enfants Perdus, reprise entre autres par Todd Rundgren sur A Wizard/A True Star). Mémorable.

Qu'ils sont marrants, les Pink Fairies, d'intituler Track One, Side Two le premier titre de la seconde face ! Et de cacher, sous ce titre ridicule, une chanson d'une pureté inimaginable, démarrant magnifiquement et s'achevant dans des déluges de guitare. Vient ensuite un morceau court (moins de 1 minute), instrumental, puis ce Teenage Rebel qui semble être le tout premier morceau punk de l'histoire tant il est vif et hargneux. Punk, ou thrash, à vous de voir.
Uncle Harry's Last Freakout, près de 11 minutes délirantes, infernales, grandioses, indescriptibles, le monument du disque, un grand moment psychédélique et lourd...Il faut l'entendre pour le croire. Et alors qu'on s'imaginait que le groupe n'avait plus rien à dire, The Dream Is Just Beginning achève le disque sur une petite minute apaisante et trippante. On en redemande, on remet le disque au début...

Avec sa pochette magnifique, Neverneverland est probablement un des 5 plus grands albums de l'histoire du hard rock. Un disque tout bonnement indispensable, qui fut un très gros succès lors de sa sortie, et qui a influencé bon nombre de groupes. Pour l'anecdote, Johnny Rotten, leader des Sex Pistols, a longtemps déclaré être fan de ce groupe. La musique des Fairies n'a certes pas influencé celle des Pistols (qui, musicalement, étaient un groupe très limité), mais le coté résolument anarchiste et l'attitude fuck-you du groupe a sûrement été révélateur pour Johnny Rotten...
Autre anecdote pour finir, Hendrix lui-même, ayant entendu le groupe au cours d'un festival (et avant même que les Fairies aient sorti leur disque, Hendrix étant mort en 1970), a tellement accroché qu'il joua un titre dédié à ce groupe lors d'un de ses tout derniers shows. C'est dire si le groupe est immense, pour qu'un dieu comme Hendrix en ait été sous le charme !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toute la musique que j aime, elle vient de la elle vient ...., 13 janvier 2009
Par 
crew.koos (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Never Never Land (CD)
Alors que vous n étiez peut etre meme pas encore en age de vous battre a coup de crottes de nez avec vos voisins de classe, les Pink Fairies sortaient à la fin des 60's un album qui a lui tout seul définira les bases du style stoner (il suffit d écouter le fameux "Do It" pour s en convaincre.

La voix, la rythmique, les guitares, tout ici sera recyclé plus tard par des millions de groupe jouant qui du hard, qui du heavy, du garage, du punk, du trash ou du stoner.

Vous l aurez compris, aux cotés du Sabbath, de Blue Cheers ou du Blue Oyster Cult, les Pink Fairies sont le commencement et la Bible de toutes les musiques velues !

Etrangement, leur notoriete a bien du mal a atteindre le XXIieme pour une raison qui me dépasse complétement !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Never Never Land
Never Never Land de The Pink Fairies (CD - 2009)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit