undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 février 2006
Neville Marriner nous offre une très superbe démonstration de sa rigueur avec une direction toute en finesse d'un florilège des plus grandes oeuvres concertantes de Bach.
Jugez plutôt : les six concertos Brandebourgeois où il invite pour notre plus grand plaisir Jean-Pierre Rampal, très en forme, les quatre suites pour orchestre dont une interprétattion très juste et très émouvante du célèbre aria, les deux célèbres concertos pour violon à faire pâlir d'envie Hilary Hahn et Ann-Sophie Mutter pour la cohérence entre chaque instrument de l'orchestre et enfin le concerto pour deux violons dans le même esprit d'authenticité du respect de l'oeuvre.
Et tout celà en trois Cd avec une sonorité qui se serait passée de toute remasterisation mais qui n'enlève rien au plaisir d'écoute et pour une somme dérisoire!
Il serait stupide de s'en priver, je dois avouer que la belle musique classique n'est pas inabordable et je le pense depuis longtemps...
0Commentaire14 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mes premiers Concertos Brandenbourgeois ( que j'ai gardés d'ailleurs, "à travers les décennies" ) furent une édition vinyle de Supraphon, avec l'Ars-rediviva-Ensemble de Prague. Et j'étais miraculeusement bien tombé. Car les Tchèques ( tout comme les Hongrois ) ont un sens inné pour les tempi justes ( et du phrasé naturel ), qualité qui manque parfois aux interprétations "occidentales".
Mais pas à Neville Marriner. Le présent coffret est une pure merveille de justesse et de culture musicale. On aura Henryk Szeryng en prime ( avec - en double prime - Jean-Pierre Rampal, dans le 5ème concerto ).
Le grand bémol pour les "puristes", c.-à-d. les adeptes de "la mode baroquisante" ( que Marriner snobait ouvertement ) : il n'y a pas d'instrumentation "verticale" ( "de l'époque" ).
Si vous acceptez ces "versions horizontales" conventionnelles, vous trouverez ici votre bonheur. Moi, je l'ai trouvé.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

3,99 €