undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici cliquez_ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles5
4,2 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,44 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Rien que le titre... Jacques Audiard a le don de trouver de beaux titres de films.

REGARDE LES HOMMES TOMBER. C'est un film d'hommes, effectivement. Il y a Marx, usé, la patte folle, qui rencontre Johnny, simplet, gentil, 20 piges. Ils font du stop, dorment dans des squats, vivent de rien, sauf quand Marx se remet à une table de poker. Il gagne, il perd, il doit de l'argent, il est « en dette » et Johnny le simplet, l'exaspérant, va s'avérer très utile.

Il y a Simon, voyageur de commerce, paumé, triste, dont le pote flic se fait descendre. Simon enquête, pour passer le temps, pour son ami, pour lui-même, pour remplir son vide d'existence. Et ça marche, on le met sur la piste d'un tueur professionnel, un vieux, boiteux, qui traine avec un jeune mec.

Jacques Audiard est au carrefour de plusieurs styles, dont il a fait la synthèse. Le film d'auteur, à la française, venu de la Nouvelle Vague, le film d'hommes des années 70, social, et le film de genre, le polar plus exactement. REGARDE LES HOMMES TOMBER est au confluent de ces trois inspirations. Mais Audiard, malin, déconstruit son récit, pour en faire deux quêtes parallèles, deux parcours chaotiques, d'un couple improbable, et d'un solitaire. Ça fonctionne parce que la mise en scène sait saisir l'essentiel d'une scène. L'intrigue en elle-même passerait presque au second plan. Audiard s'attache davantage aux portraits qu'il compose, la cohabitation de ces êtres, et des images cocasses, étranges, presque irréelles qui peuplent son film, comme ces deux chiens qu'on voit passer près d'une voiture. Quelle est la signification ? Peu importe, c'est l'effet qui compte, l'effet sur Simon au début du film, et sur Marx, à la fin. Audiard propose un montage elliptique, intelligent, qui demande de l'attention et de l'acquitté au spectateur. Toutes les scènes de transitions, d'explications sont gommées. Et ça fonctionne presque mieux ainsi.

Mais que serait ce film sans les prestations des comédiens ! Quel régal ! Kassovitz (que l'on reverra dans UN HEROS TRES DISCRET) est très bien, et Bulle Augier, Christine Pascale. Mais les numéros de Jean Yanne (Simon) et Jean Louis Trintignant (Marx) sont totalement réjouissants, le premier dans une sobriété quasi lunaire (seul dans son van, à jouer du Bontempi) errant dans son imper, son regard de cocker éclairé par les néons de la ville. Et le second dans l'exubérance, la nervosité, le regard qui glace. Mais tous, y compris Kassovitz, possèdent une part de brutalité, de bestialité. Il fallait ce grain de folie de Trintignant pour hisser le film au-delà du polar, en faire un parcours initiatique, douloureux, aux petits matins blafards, et grâce à Simon, pas si dénué que ça d'humanité.
66 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 22 décembre 2015
DOMMAGE....LE PREMIER FILM DE JACQUES AUDIARD EST UN PEU....BACLE...ON EN ATTENDAIT BEAUCOUP DE CETTE HISTOIRE DE TRUANDS EN CAVALE POUSUIVI PAR UN EX FLIC VENGEUR....MAIS CELA S ENLISE UN PEU DANS DES LONGUEURS ET DES INVRAISEMBLANCES....LE CASTING ETAIT POURTANT AU TOP AVEC TRINTIGNANT EN MAITRE TUEUR ET MATHIEU KASSOVITZ EN ELEVE BENET DEVENANT PLUS DOUE QUE SON MAITRE....JEAN YANNE EN JUSTICIER EST TOUJOURS PARFAIT...C EST SIN PERSONNAGE QU IL L EST MOINS....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2015
Premier film de Jacques Audiard en tant que réalisateur, et c'est déjà un coup de maître. On n'est pas dans la gaudriole paternelle (qui avait aussi son charme, du moins tant qu'il n'a pas été question de passer à la réalisation), mais quelle puissance, quelle force, quelle émotion brute ! Personnages paumés, abimés, déshumanisés, à terre... Et puis, malgré tout, une forme de rédemption par l'amour, un amour qui ne dit pas son nom, et qui n'en a sans doute pas.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2011
C'est un film sombre, où même le jour semble nocturne ou pire, un peu sale. Jean Yanne, la barbe triste, incarne Simon, un voyageur de commerce qui essaie de comprendre pourquoi Mickey, son ami policier, s'est retrouvé en coma dépassé après s'être fait truffer de balles, presque sous ses yeux. D'où quelques scènes d'hôpital de style Parle avec elle - sauf que c'est « lui » - avant que Simon, rompant les amarres, ne prenne définitivement la route et ne s'improvise enquêteur, de plus en plus inquiétant et au besoin tortionnaire. On suit parallèlement, en une longue analepse, la destinée d'un curieux attelage de rencontre, formé de Marx, un quinquagénaire, joueur invétéré et boîteux, incarné par Jean-Louis Trintignant, et d'un jeune homme, Frédéric, vite rebaptisé Johnny, qui pourrait être son fils, joué par Mathieu Kassovitz, épatant en paumé, puceau ahuri tout en manque d'affection. Johnny s'attache à Marx comme un sparadrap mal collé. Ce tandem, enfant et père adoptif malgré lui, s'accomplit progressivement en petite entreprise de tueurs à gages. C'est là que les parallèles se rejoignent : tout est possible au cinéma sans attendre l'infini. Prolepse et analepse ont rendez-vous avec la vérité. Audiard éclaire alors lentement la boue d'une faible mais indéniable lueur d'amour, aussi belle que les fleurs qui poussent un jour au coeur des fumiers. Et l'espoir, improbable et surprenant, renaît peut-être d'une société des hommes qu'on avait pu croire ruinée jusqu'à l'os, malgré quelques femmes à l'écart, fragiles mais obstinées vigies.
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2013
Tous les commentaires sont fort intéressants et Jacques Audiard à été PRESQUE reconnu dans ce film magistral tant par le
scénario, le montage, l'interprétation ....Alors pourquoi ne pas mettre 4 étoiles ?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,49 €
12,50 €
17,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)