undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Loin de tout connaître de Yes, j'avais découvert le groupe sur le tard via "90125" et son tube planétaire "Owner of a lonely heart". A ce jour, cet album fait encore partit de mon Top 10, tous styles confondus: C'est dire si je demeure attaché à la période Rabin (la moins Yes affirmeront les puristes, mais qu'importe !).
Là ! Il sagit pourtant bien d'un album sans Trevor Rabin, et dénué de toutes considérations commerciales. Pensez donc ! Ce Yes si est à dominante symphonique... Et qu'elle symphonie !!
J'en vois déjà qui se mettent à lever les bras au ciel... Nooon ! Ne vous laissez pas rebuter par avance ! Je vous assure que l'union de ces deux univers (Progressif et orchestre symphonique) vous emmèneront à cent lieu de toutes les idées qu'un non initié (comme moi) peut se faire d'ordinaire de la "Grande musique".

"Magnification" est un vrai miracle, une révélation vers l'infiniment beau, un album rare (Tout juste regretterais je la présence de l'inutile "Soft as a dove", heureusement très court).

ATTENTION ! Embarquement immédiat pour les étoiles : Bip bip bip ... Hourra !! . 19/20
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bon cinq étoiles pour Magnification, faut pas pousser quand même!Vous en mettez combien pour "Close to the Edge" ou "Relayer",dix, quinze?

D'ailleurs ,si c'était le chef-d'oeuvre escompté,les membres de Yes s'en seraient peut-être rendu compte et n'auraient pas sacrifié l'album à un orchestre.

Disons trois étoiles pour les compositions et quatre pour l'originalité.On peut admettre que l'orchestre amène quelque chose de nouveau ,mais il ne remplace pas les claviers et un peu plus de piano n'aurait pas fait de mal.
Dire que les musiciens sont exceptionnels,Chris Squire super bassiste, Jon Anderson super voix,etc...là on enfonce les portes ouvertes,on le sait depuis belle lurette!

Magnification qui commence l'album rappelle un peu Time and a word au niveau sonorité mais cela tourne un peu en rond autour d'un ou deux accords et le savoir- faire de Yes contribue grandement à cacher la pauvreté harmonique de l'ensemble.

Dans Spirit of survival,une chose marrante: l'orchestre classique copie le style de jeu des samplers des années 80 qui eux mêmes copiaient le son des orchestres classiques...La boucle est bouclée,que le temps passe...

Il y a quand même un genre de synthé dans Don't go , gentille sucrerie Andersonienne et l'intro de Give love each day est en forme d'hommage à Stravinsky.

J'ai trouvé aussi que Steve Howe était un peu trop confiné aux intros à la guitare accoustique et qu'il était relativement sous employé tout au long de l'album.

Malgré ces petites critiques,l'écoute de l'album est quand même très agréable.Mais ce n'est pas pour autant le grand frisson et je pense que l'hypothétique chef-d'oeuvre tant attendu n'arrivera (hélas) certainement jamais.

Une dernière petite chose qui fâche: pourquoi un album qui s'appelle "Magnification" est-il affublé d'une aussi horrible pochette?
Roger Dean est-il devenu trop cher pour Yes?
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus