Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Réaction d'une ville souterraine attaquée
Il faut que je range mes disques. C'est la bonne période : il fait froid, il pleut, il neige, il gèle, personne n'a envie de sortir, il fait nuit tout le temps, y a plein de lumières agressives. Ca me permettra de regarder l'important en face, de nous retrouver, eux en tas (je n'ai plus de cartons) et moi essayant de les caser. Et puis c'est l'heure...
Publié le 6 décembre 2011 par M. Cyrille

versus
3 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Morosité ambiante
Album ennuyeux du début à la fin, on annonce le renfort de O'Rourke pour dynamiser le groupe, mais la morosité reste intacte, aucun titre accrocheur pour lancer la machine, tout est insipide. Sonic Youth n'est-il pas un groupe totalement surévalué ?
Publié le 9 novembre 2002 par follett


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Réaction d'une ville souterraine attaquée, 6 décembre 2011
Par 
M. Cyrille - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Murray Street (CD)
Il faut que je range mes disques. C'est la bonne période : il fait froid, il pleut, il neige, il gèle, personne n'a envie de sortir, il fait nuit tout le temps, y a plein de lumières agressives. Ca me permettra de regarder l'important en face, de nous retrouver, eux en tas (je n'ai plus de cartons) et moi essayant de les caser. Et puis c'est l'heure des bilans, or celui-là, je ne l'ai pas fait depuis longtemps, même si je le connais et l'appréhende : que du classique. C'est aussi l'heure du changement, autant chambouler l'ordre alphabétique et séparer les torchons des serpillères, ô fière audace, je vais te faire descendre de ton piédestal. Je vais faire un classement subjectif.

Par exemple, lorsque un artiste ou un groupe chéri aligne toutes ses galettes à la maison, je me rends compte que tout n'est pas bon. Sur la fin, souvent - mais pas systématiquement, je déteste les généralités - ça boudine, ça répète, ça baudruche. Et puis tous ces disques très bien qui ne comptent pas dans ma vie, à moi, la mienne, ma vie, mon histoire, alors que ce disque là, unanimement honni, ou ignoré, ou moins bien noté par les spécialistes, l'accessoire, le trivial, lui, il a compté, il compte encore, je dois le bannir aussi ? Le noyer à côté des albums fréquentables - ceux qui parfois ne comptent pas -, le rabaisser ? Il a le droit de parader fièrement, il n'a pas à rougir. Ca, ça va être du classement révolutionnaire.

J'imagine mal séparer mes Sonic Youth. D'abord parce que je suis loin de tous les avoir, et ensuite car je ne les connais que peu. Pourtant je les ai écoutés, et plus d'une fois. Et plus de dix fois. Seulement, lorsque des types pas sexy (quoique Kim Gordon... bref, passons) à tous points de vue, aucune attitude, aucun look, aucun gimmick, arrivent avec une nouvelle grammaire musicale, et bien il faut se déshabiller, se mettre à nu, redevenir vierge. Présenter son humilité sans être humilié, puisque sonique convient, puisque la recherche s'apparente aux serpents du jazz mais dans l'esprit uniquement, et non dans la technique de jeu. Dans l'abandon.

J'aime beaucoup ce Murray Street. Il est court, il n'a que sept titres, il représente bien le groupe : audible et mélodique mais aussi terrifiant et inquiétant. Je l'ai beaucoup écouté, et je ne le connais toujours pas. Je sais juste que lorsqu'il va tourner, il va me plaire, mes oreilles vont fondre, mon esprit vagabonder, les nuisibles vont disparaître. Je ne connais aucune parole mais je suis sûr que quelque part, on peut entendre distinctement Thurston Moore dire combien il se fout de ce que pensent les rock-critics, que ce soient les fans ou les moqueurs ; on peut les voir accueillir l'ami Jim O'Rourke à bras ouverts, on peut sentir les tasses attendant sagement sur les amplis, on peut deviner le nombre de disques qu'ils doivent ranger après l'enregistrement : au moins cent fois plus que chez moi. Ca ne pose pas de problème. Ces cinquantenaires seront éternellement jeunes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le meilleur de la jeunesse du son, 6 novembre 2011
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Murray Street (CD)
Enfin, une synthèse après tant de disques erratiques, les mélodies ont repris le dessus; Sonic Youth est apaisé et en accord avec sa guitare électrique devenue douce et chatoyante. Mais tous les Sonic Youth sont bons, tout est affaire de goût et bien le mien va vers ce CD lumineux, inégalable et iné&galé. A acheter les yeux fermés et les oreilles bien ouvertes pour une suite de chansons ciselées par des orfèvres du son parfois discordant mais que ça fait du bien.Et c'est planant en plus !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Tu es Lou Reed, 5 novembre 2012
Par 
Alexis Bidault "Ex-Cowboy" (Tours, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Murray Street (CD)
Murray Street est la rue, proche de Ground Zero, où se trouve Echo Canyon, le studio du groupe, dans lequel Sonic Youth a enregistré cet album quelques semaines seulement après les attentats du 11 septembre.

A l'époque je ne voyais pas forcément d'un bon œil la collaboration entre Jim O'Rourke et le groupe, définitivement officialisée sur l'album Murray Street, où l'ancien membre de Gastr Del Sol, entre autres, est crédité comme un membre à part entière. Pour une raison que je ne saurais totalement expliquer, je voyais cette intrusion dans un collectif aussi uni comme une trahison de l'esprit originel du groupe, une remise en cause de leur complicité et un signe de défiance adressé à Kim Gordon , comme pour dire, ce serait bien d'avoir un véritable musicien comme bassiste, pour une fois (même si depuis quelques albums elle se consacrait essentiellement à la guitare).

Conséquence ou hasard, le disque débute par The Empty Page, sans doute le titre le plus inoffensif et banal que le groupe a commis jusqu'alors. Tel du Canada Dry, ça a l'aspect du Sonic Youth, ça a le son du Sonic Youth, mais le pétillant n'est pas là, l'inspiration est absente et on assiste un peu dépité à cette auto-parodie inconsciente et un peu gênante. Maigre consolation, ils ont fait encore pire depuis avec l'affreux Sleepin' Around.

Dans la même veine, Disconnection Notice qui suit fait nettement mieux et démarre véritablement l'album. C'est le nouveau Sonic Youth, cool et détendu, avec ses guitares entremêlées aux motifs lents et délicats, la voix endormie de Thurston Moore, un intéressant travail sur le son. Ça ne fait plus peur à qui que ce soit, n'invente pas grand-chose mais le morceau est bien écrit, la mélodie tient la route et c'est une chouette chanson.

Autant se faire une raison : le Sonic Youth sauvage et fou, indomptable et unique des années 80 est mort et enterré. Autant profiter de ce que ce groupe a encore à offrir sans espérer qu'il réitère les chefs d'œuvre de ses jeunes années.

Dans cette optique, on peut se délecter des cascades virtuoses de guitare de Rain On Tin et s'émerveiller de l'audace de Karen Revisited qui s'autorise à conclure une nouvelle chanson incroyable de Lee Ranaldo, qui ne ressemble à rien de connu, par 5 minutes du bruit le plus radical. La tension monte et culmine sur Radical Adults Lick Godhead Style ou Moore reitère sa théorie selon laquelle la musique la plus radicale et extrême est faite par des cinquantenaires ; les arrangements de saxophone complémentent parfaitement les guitares pour un final explosif et rageur.

Plastic Sun est la première chanson du disque chantée par Kim Gordon. On la croirait sortie de Goo et un fan de Sonic Youth de la première heure peut difficilement ne pas aimer son riff anguleux, son je m'en foutisme sexy , son côté punk. Un fan lucide peut difficilement ne pas contrebalancer ce sentiment agréable par la certitude que Thurston Moore a probablement composé ce titre en 5 minutes sous sa douche ou sur son canapé, histoire de remplir. Car 6 titres pour un album, ça faisait un peu court.

Sympathy for the Strawberry laisse à nouveau la parole à Kim Gordon. Cette chanson est bizarre, bancale, attachante mais déroutante, jusque dans son titre. Elle a le mérite de sortir des sentiers battus. Je n'arrive pas à savoir si je l'aime vraiment.
Au final, malgré quelques belles réussites et un son très propre et travaillé (OK, merci Jim O'Rourke, je t'aime bien quand même), voire presque alambiqué, Murray Street ne comporte que 4 à 5 titres vraiment bons et ne peut pas prétendre à devenir un classique du groupe. Un fan ne saurait s'en passer, et il pourrait bien sûr plaire à un public plus large que Bad Moon Rising ou même Sister, qui aurait cependant du mal à réaliser à son écoute en quoi ce fameux groupe américain est si révolutionnaire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 attention : grand disque, 27 mai 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Murray Street (CD)
Après tant d'années, le mélange de poésie et de bruit blanc dispensé par les new-yorkais surprend toujours et n'a rien perdu de sa magie. Dès les premières notes, on reconnait la patte de Sonic Youth, et pourtant le groupe a évolué. Plus calme, plus posé, Murray Street enchante et ne vous lâchera pas de sitôt.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A CEUX QUI NE COMPRENNENT PAS LA MUSIQUE DE SONIC YOUTH!!!!!, 23 novembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Murray Street (CD)
MURRAY STREET est effectivement le dernier et donc le plus "audible" des albums de SONIC YOUTH, je parle évidemment pour les parfait amateurs qui n'on jamais rien écouté d'autre de ce groupe mythique... En effet, si l'on découvre SONIC avec Murray Street, on comprend pas tout... Il faut une certaine expérience musicale pour comprendre ce que veux dire Kim Gordon lorsqu'elle pousse des cris sur "Plastic Sun", ou ce que veux exprimé le grand Thurston Moore avec sa guitare sur "Rain on Tin". Mais pour moi, le meilleur morceau de l'album est incontestablement "Radical Adults Lick Godhead Style", qui n'est pas sans rappeler les anciens morceaux de Sonic Youth que l'on peut retrouvés sur leurs anciens albums comme: "Expérimental Jet Set Trash and No Star" ou encore sur le sulfureux "Washing Machine". En éspérant que les ignorants auront compris mon message dans son ensemble. Murray Street est un trés bon album de Sonic Youth qui ne souffre d'aucune critiques dignes de ce nom... A bon entendeurs,! Salut!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Morosité ambiante, 9 novembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Murray Street (CD)
Album ennuyeux du début à la fin, on annonce le renfort de O'Rourke pour dynamiser le groupe, mais la morosité reste intacte, aucun titre accrocheur pour lancer la machine, tout est insipide. Sonic Youth n'est-il pas un groupe totalement surévalué ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Murray Street
Murray Street de Sonic Youth (CD - 2011)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit