Commentaires en ligne 


8 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

26 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est un classique car..., 5 janvier 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
Après son feat. sur "Fortified Live", son single "Universal Magnetic", l'album incontrounable qu'est "Black Star", sa prestation expolosive sur "B-Boy Document 99", et de nombreuses apparitions ici et là, Mos Def se décide enfin à lancer son premier album solo... Et là, quelle claque !
Que dire, que dire, qui ne saurait être superflu ou inutile...
Car il suffit d'écouter une fois l'abum pour comprendre la maîtrise et la maestria du monsieur. C'est ici l'aboutissement de toute la musique noire, rien d'autre !
Flow sec, rimes fortes et précises, écouter "Hip Hop" revient à se laisser conquérir... L'album coule avec une indicible fluidité, tous les styles s'enchaînant dans une parfaite cohésion : flow à la Rakim ("Hip Hop", "Love"), rap sec ("Brooklyn", que j'adore), positif ("Habitat") ou engagé ("Water", "Mr. Nigga", "Mathematics"), soul ("Umi Says"), rock... et même un semblant de trip hop avec "Climb" !
En parfait descendant des ATCQ, De La Soul, Jungle Brothers, ou Afrika Bambataa, Mos parsème son album de références au passé (même le Sugar Hill Gang!). Le refrain de Mr. Nigga ne vous rappèle-t-il rien ?
Quant aux instrus, elle collent parfaitement au style du rappeur, simple, classique... Tout en étant osé ! Sampler Aretha Franklyn sur "Ms Fat Booty" n'est pas rien ! Et l'on apprécie encore plus la véracité et l'honnêteté qui se dégage de cet album lorsque l'on sait qu'il s'est même donner la peine de faire lui-même quelques sons.
Les feats sont rares (quatre) mais excellents : son mentor Tip, son compère Kweli, mademoiselle Vinia Mojica et l'extravagant Busta Rhymes. Ici, ce n'est l'album que d'un homme, et non une vitrine léchée et "in" du rap contemporain comme les ricains ont trop souvent l'habitude d'en faire.
Il n'y a rien à jeter dans Black On Both Sides. Car jeter une once de cet album serait jeter une partie de l'héritage du Hip Hop... Et cela serait un impardonnable gaspillage, vous ne trouvez pas ?
... "the more emotion I put into it, the harder I rap"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Déjà un classique..., 19 janvier 2011
Par 
Dale Cooper (The one-eyed Jack) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
Avec ce premier album sorti en 1999 chez Rawkus records, le rappeur Mos Def faisait très fort et imposait son entrée fracassante et non négociable dans la sphère du hip-hop.

Le très solide « Hip-hop » justement, puis le schizophrène « Ms Fat Booty », rassureront tout de suite les inconditionnels, pour ce qui est du terreau musical de base de Mos Def.
Au-delà d'une appartenance indubitable (et revendiquée) au milieu du hip-hop (très) créatif, il dévoile toute l'étendue de ses multiples curiosités envers d'autres esthétiques.
L'album ne s'ouvre t-il pas sur un surprenant et inclassable cocktail («Fear not of man ») qui défie les labélisations faciles ?

Le reste est à l'avenant, et on est constamment surpris par la variété et la richesse de cet univers.
Ainsi, « Do it now » frôle le délire psychédélique, avec en invité, l'agité Busta Rhymes, alors que « Got » et son groove surnaturel rappellent les travaux fascinants du combo philadelphien The Roots, avec lequel Mos Def a collaboré par la suite.
On peut encore se repaître de « Umi says » et ses couleurs soul moelleuses, du minimaliste et hypnotique « Climb » (avec Vinia Mojica), ou encore de « Mr Nigga » (avec Q-Tip), un morceau typiquement mosdefien !

Quant au titre avec son vieux complice Talib Kweli (« Know that »), c'est un bijou très maîtrisé, habile mélange de rap et de funk sombre, qui vous trottera longtemps dans la tête...

On ne peut être que soufflé, face à cet album extrêmement riche et énergique, mené de main de maître ! Mos Def s'est démené, a mis les petits plats dans les grands avec une déconcertante décontraction (!), et le résultat est jouissif de bout en bout.

Avis aux amateurs, ces plaisirs multiples et durables ne seront que renforcés dans les albums suivants, The New Danger (2004) et The Ecstatic (2009).

N.B. Accessoirement, Black on both sides parvient aussi à éviter le symptôme d'indigestion, souvent inévitable avec les galettes très chargées (ici, 71 minutes de musique)...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 one of the best MC's in the world, 6 janvier 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
Black Star était déja pour moi un des plus grand album du Hip-Hop Underground de la East Coast, mais la il fait fort, un flow d'une telle intensité et d'une telle force sont rares chez un rappeur, il est représentatif du nouvel underground US, engagé et laissant de coté le coté materiel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 un classique !, 29 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
un classique qui doit etre dans votre discothèque ne serait-ce que pour le flow et les lyrics de Mr MOS DEF !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Grosse qualité, 23 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (Explicit Version) (Téléchargement MP3)
Très bon album.
très varié aussi bien dans les instru que dans les lignes de champs. du gros hip hop avec ce petit côté magique que l'on retrouve toujours chez Mos Def, ça chante quoi.
rien à dire de plus
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un must have, 5 décembre 2009
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
D'excellents albums de rap, il y en a des tas. D'excellents albums de rap intelligents dont on peut cautionner l'entièreté du propos, c'est déjà un peu plus rare. Black On Both Sides est parmi ceux-là. A faire écouter à ceux qui méprisent encore le hip-hop en se basant sur ce que certaines chaines musicales nous offre. Tout est bon dans ce premier disque solo de Mos Def : flow, contenu, instru. Un des albums les plus importants de la fin du XXième siècle, tous genres confondus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Back in black, 12 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
Voilà un album de rap qui sort du lot tant par sa grande musicalité ( ce n'est pas toujours le cas dans le hip et le hop ) que pour le propos social et politique qui rappelle celui des Ghetto Brothers dans les sixties , un gang latino de New York dont la patente musicale ( au seuil des seventies ) influença les premiers rappeurs
Mos Def fait partie , mal gré qu'il en ait parfois , du mouvement "conscious hip hop" qui revient aux racines du rap , musique des rues en fer , du peuple en chaînes et des combats en sang ... ce qui nous change d'une bonne partie des opportunistes sans conscience qui ont pu se greffer sur ce genre musical dans le seul but ( parfois avoué ) de se faire des thunes et des meufs sans toujours compenser ce vacuum existentiel par un brin de qualité dans leur zik ...
Là vous pouvez y aller , même si comme moi , vous vous y perdez dans la surproduction , les featurings plus ou moins intéressés et parfois ridicules , les confréries de massages de pecs de tel ou tel quartier de New York ou de L.A , les teams de radasses aux melliflus fessiers qu'ils entretiennent , les tonnes de producteurs glandouilleurs sur le même morceau ... et que du coup vous n'y connaissez plus grand-chose ( parfois c'est mieux ) car si vous aimez la musique , tout simplement la musique , vous y trouverez votre bonheur .
Mos Def est un gars intelligent , militant à sa façon , et musicien ( il joue de la basse et se farcit une bonne partie des claviers ) il vise les esprits et les coeurs , loin du bling-bling ...
L'album ( premier solo de Mos ) flirte pas si en douce que cela avec toutes sortes de mélanges blacks urbains ( étiquetez , étiquetez ! ) à part sur un titre furieusement rock and roll ( ben oui ! ) où il se lâche avec quelques copains comme en prélude à sa participation au projet Blackroc avec les Black Keys , dans un registre blues cette fois ...
Ce n'est pas du rap "bobo" comme Jay-Z , du rap accueillant et pop comme B.O.B , du rap psychotique comme Eminem , de l'halluciné comme Cypress Hill ... ce serait plutôt un rap mesuré et articulé qui ne méconnaît pas les diérèses : Mos Def ne hurle pas , même quand il s'énerve un peu , son flow est agréable , parfois lent et sombre comme une trompette égarée dans les rues d'Harlem qui ne rechignerait pas à vous escorter dans la nuit de Brooklyn ( son coin d'origine ) en tout bien tout honneur . Bref , il ne fait pas la grosse voix bidon , Priape n'est pas son dieu , on l'entend plutôt microter posément ses propos implacables de justesse .
En France , Youssoupha ( mettez de côté la rumba un peu simplette du père Rochereau , ses racines à lui ) serait à peu près dans cette lignée de sage poète de la rue , pas frimeur pour un rond , adulte ... "africaniste" pour employer un vilain mot ...
L'album ne se limite cependant pas à un discours politique ou ethnique . Il est complexe , stratifié de fulgurances sonores riches , savantes et lascives : jusqu'à 7 samples pour le seul "Mathematics" , dont la géniale Erika Badu ...
Sa construction alambiquée et foisonnante ( une vingtaine de titres ) surprend plus qu'elle ne cherche à séduire d'emblée , ce qui est toujours bon signe , surtout dans le rap , genre musical d'équilibristes au néant solfégique , peu convaincus en général de la respectabilité de leurs oeuvres et qui pour donner le change ou se rassurer , misent avant tout sur l'efficacité immédiate de leurs punchlines ou de beats rebattus et archi prévisibles .
Ici , il nous est proposé plus que les illustrations sonores d'une soirée "diapos new-yorkaises" à visée touristique . On serait plutôt dans la bande-son d'un bon Spike Lee ( si , si y'en a ! ) .
Très habilement , en spirales et en répétitions , Mos Def joue des ruptures comme autant de relances rythmiques pour faire de son histoire ( la découverte d'un monde calibanesque par un Ariel foudroyé de lucidité ) la relation d'une castagne tenace et butée , nécessaire à mener , appuyée sur ses flancs par quelques morceaux de bravoure ( "Ms.Fat Booty" , "Umi says" , "Mathematics" ) chargés de mettre au pas les à-peu-près crevards d'un cirque social à l'avenant , un opéra de ruines qu'il faudrait rafistoler sans cesse juste avant de lui faire la peau .
Dante Terrell Smith ( son vrai nom ) en somme nous parle assez justement des enfers américains ( qui sont aussi les nôtres ) qu'ils soient sociaux , économiques , politiques , raciaux , ou écologistes . Symbiose ...
Alors si vous êtes limités en amerloque , vous perdez quelque chose , c'est sûr ... c'est comme écouter Dylan en 4e sans les sous-titres d'Hugues Aufray .
Il vous restera toutefois la musique , tout à fait marquante par ses accès de nervosité un peu risqués , sans compter sa dialectique que j'ose à peine qualifier de "racée" , si vous comprenez au moins le titre et le propos général de l'opus ...
Je ne fais pas la liste des producteurs , des dj , ça va , quoi , les meilleurs sont là ( DJ Premier sur "Mathematics" , décidément le grand titre de cet album ... ) et pour une fois il n'y a pas Dre , le vendeur de casques-étaux pour pilotes de biplans délicats des esgourdes , c'est reposant .
A noter pour les initié(e)s , un sample que j'avais repéré et qui m'avait fait tout particulièrement plaisir : "Anyone who had a heart" de Dionne Warwick , sur "know that" ... une de mes chansons fétiches .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Etoile noire, 1 septembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black On Both Sides (CD)
Ce disque est une étoile noire...elle vous absorbe, vous remue, repeint votre esprit en un salon enfumé où femmes légères, whisky et cigares se fondent.. Un superbe disque de rap, soul et pop : mos est l'avenir de la musique noire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Black On Both Sides
Black On Both Sides de Mos Def (CD - 2008)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit