undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,59 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 juillet 2011
En 1992, lorsque l'on aime le rock mâtiné de folk et de pop, ainsi que le country-rock, on se sent un peu seul : on reste nostalgique des premiers albums de Poco, Crosby Stills and Nash, etc., du début des années 70.
Certes, l'année précédente, en 1991, on a été ô combien heureux d'écouter le merveilleux "Into the great wide open" de Tom Petty, ou encore le célèbre "Out of time" de R.E.M., mais on rêve de découvrir un nouveau groupe qui comblerait nos attentes.
Le rêve est devenu réalité avec ce "Hollywood town hall" des Jayhawks. Ceux-ci ont déjà à leur actif deux albums, mais celui-ci est vraiment un coup de maître.
Harmonies vocales de toute beauté, merveilleuse complémentarité des deux leaders du groupe (Gary Louris et Mark Olson), synthèse intelligente de rock (pour les guitares électriques et l'énergie), de folk (guitares acoustiques, harmonica), de pop (des mélodies qu'on fredonne dès la première écoute) : tout est beau dans ce disque qui commence très fort avec "Waiting for the sun" - à noter que l'on retrouve cette chanson sur l'album "Rainy day music" (disque 2) en version acoustique, interprétée par Gary Louris en solo, avec une simple guitare acoustique et un harmonica (et c'est superbe !).
L'album est excellemment produit par George Drakoulias (qui produira des albums de Tom Petty, entre autres). Benmont Tench, claviériste des Heartbreakers, apparaît également sur ce disque.

Plutôt que de parler d' "alternative country", terme qui peut prêter à confusion, mieux vaut évoquer les grands aînés (Byrds, Tom Petty, Poco,C.S.N.Y.,...) et les plus jeunes qui suivront (Midlake, Fleet Foxes, Neal Casal, Ryan Adams,...). C'est finalement le drame des Jayhawks : ils sont arrivés trop tard par rapport aux premiers cités, et trop tôt par rapport aux seconds. Mais ils ont eu le courage d'être hors mode et de redonner du souffle à un genre musical peu goûté à l'époque.
Merci, les Jayhawks pour ce rayon de soleil inespéré. Car, comme l'a écrit avec humour le critique de la revue Rock and Folk, l'album "Hollywood town hall" "déploie de telles ressources harmoniques qu'on peut même l'écouter dans la zone industrielle de l' Espace Clichy en pensant être sur Ocean Drive à Miami..."
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2007
Oui, « Hollywood Town Hall » est l'un des chefs-d'oeuvre méconnus des années 90, un disque que tous les amateurs de rock au sens large devraient avoir chez eux. Ca commence par une petite intro à la guitare. Quelques touches de piano, une rythmique souple, un orgue discret, et la mélodie, soutenue par des harmonies vocales tout droit sorties de chez les Byrds, entre dans la stéréo. Mark Olson est à l'acoustique, Gary Louris à l'électrique. Dès « Waiting for the Sun » donc, placé en ouverture de l'album, les Jayhawks frappent très fort. La chanson est absolument sublime et le son d'une pureté qui garantit au disque de ne jamais vieillir. « Crowded in the Wings » poursuit dans la même veine somptueuse avant que « Clouds » n'accélère un peu le tempo. Tout au long des dix chansons qui composent cet album, la pression ne redescend pas une seule fois. Les mélodies sont toutes splendides sans aucune exception, et il y a des harmonies vocales absolument magiques (« Take Me with You (When you Go) », « Sister Cry »...).

Précision importante : même si l'album en a de nombreux accents, notamment, justement, aux niveaux des harmonies, il ne s'agit pas d'un disque country, mais bien plutôt d'un disque pop à l'Américaine. Une autre erreur serait de croire que les Jayhawks sont un groupe honteusement passéiste. Il n'en est rien. Leurs chansons, dans leur style, peuvent effectivement évoquer les Byrds ou Gram Parsons, mais le groupe a une marque et un son bien à lui qui ne doivent rien, ou pas grand-chose, aux années 70. Au final, le disque est une véritable merveille qui en plus fait voyager pour un prix modique : il suffit de fermer les yeux en l'écoutant et hop, voici l'auditeur transporté dans les grandes plaines américaines. Incontournable.
22 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2002
Dès la première chanson, waiting for the sun, le décor est planté: harmonies sublimes et originales, songwriting impeccable et riffs accrocheurs. Cet album restera longtemps sur vos platines, car la qualité est au rendez vous du début à la fin. Vous vous surprendrez à chantonner Take me with you when you go sous votre douche des mois plus tard...
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dès l'intro du premier morceau, on sent une grosse influence Neil young (ce riff!) qui ne se démentira pas tout au long de l'album. Egalement, quand le groupe s'adonne à chanter à deux voix, cela évoque les Everly Brothers. On a connu plus mauvaises influences. Pour autant, le groupe possède son son propre, pas rétrograde pour un sou, et développe, sur des mid-tempos ou des ballades, un country rock fort plaisant, évoquant les grands espaces américains. C'est beau tout du long, avec de bonnes compos, parfois vraiment très bonnes. On pratique cette petite pépite US depuis 20 ans et on y revient toujours avec plaisir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2003
Faisant partie des 100 meilleurs albums des années 1990 selon Rollingstone Magazine ou Rock'n'Folk, ce disque peut plaire. Il a le don de transmettre toute la chaleur qui peut bien y avoir dans cet espèce de désert de glace qu'est la région des Grands Lacs américain.
Cet album décrit de façon parfaite une envie de montrer au monde que l'on peut être inconnu, certes, et faire de la meilleure musique que tout autre groupe connu. Les Jayhawks ont le don de passer toujours à côté de la reconnaissance hexagonale, mais là, non, s'il vous plaît, non, ne trahissez pas vos sentiments, vous aimez, vous vous faites plaisir, et c'est tout! On en parle plus!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,05 €
8,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)