undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
32
4,5 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 mars 2012
Quel plaisir de redécouvrir Halloween et en HD de surcroît. Des détails n'étaient pas si clairs auparavant et cette fois-ci on a l'impression de vraiment redécouvrir le film comme au premier jour, la scène où Laurie est en cours et aperçoit Michael à l'extérieur n'a jamais été aussi belle et nette. Une profondeur étonnante par moment, un niveau des noirs extra, de rares passages qui pêchent dû à un master tout de même délicat. Un must à posséder de toute urgence !
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2016
Peu de films ont révolutionné le cinéma d'angoisse comme HALLOWEEN, LA NUIT DES MASQUES l'a fait. Père spirituel du slasher movie, sous-genre prolifique qui donnera naissance à des centaines de productions de qualité très variable, le long-métrage de JOHN CARPENTER demeure l'un des plus beaux témoignages du talent de son réalisateur, espoir du cinéma de suspense (le formidable ASSAUT avait déjà laissé entrevoir quelques fantastiques éclairs de génie) qui allait pour de bon s'imposer comme l'un des grands ténors de l'horreur avec son nouveau bébé.

La mise en scène frappe par sa maestria. Ouvrant les hostilités par un inoubliable plan-séquence en vue subjective, John Carpenter noue immédiatement une relation privilégiée avec le public, témoin oculaire d'un meurtre brutalement incompréhensible. À la fois cauchemardesque et déviante (l'identité de l'assassin a de quoi interloquer), cette mise en bouche compte parmi les plus immersives du septième art, le cinéaste combinant technique novatrice (en l'occurrence, le steadicam, utilisé avec une félinité diabolique) et émotion avec une ferveur qui se répand comme une traînée de poudre. Sitôt ingurgité ce qu'il faut bien considérer comme un choc, une interrogation vient instantanément jouer au trouble-fête : comment le metteur en scène va-t-il s'y prendre pour surpasser cette étonnante entrée en matière ? La réponse se trouve dans les multiples ruptures de ton du long-métrage, lesquelles se révèlent suffisamment habiles et inattendues pour que le spectateur n'ait pas l'impression de s'aventurer dans un territoire conquis d'avance.

Les deux protagonistes principaux traduisent à merveille cette volonté d'amener la production vers des contrées inexplorées. Rarement le mal aura revêtu un masque aussi imprévisible que celui recouvrant le visage de MICHAEL MYERS, fantôme errant telle une âme en peine dans les rues d'Haddonfield. Rarement le masque de la vertu et le masque de la peur se seront confondus avec plus d'intensité que dans le moi profond de la jeune LAURIE STRODE (JAMIE LEE CURTIS, en symbiose totale avec son personnage), vierge confrontée pour la première fois de sa vie à la Grande Faucheuse, la vraie, pas celle que les adolescents s'échinent à célébrer durant le soir d'Halloween. La lutte entre les deux entités sera terrible. Nimbée d'un esthétisant cinémascope 2.35 à l'intérieur duquel le jeu du chat et de la souris paraît à la fois spacieux (les plans larges procurent une sensation d'infinie grandeur) et restrictif (aucun protagoniste ne semble être en mesure de quitter le "terrain de jeu" que le boogeyman a délimité), l'œuvre exhale une poésie macabre, une grâce (le thème musical est envoûtant), mais aussi une violence qui va crescendo. Jusqu'à la catharsis finale, summum de terreur que des dizaines de slashers ont tenté de décalquer. Sans jamais en retrouver la folie furieuse.

Après avoir passé la majeure partie de son temps à scruter ses futures proies, Michael Myers va en effet concrétiser les pires espoirs que son psychiatre (SAM LOOMIS, incarné par un DONALD PLEASENCE dont la silhouette rassurante n'a d'égale que la force de persuasion) avait placés en lui, laissant éclater une brutalité qui n'attendait qu'une seule chose : le réveil du stimulus sexuel qui l'avait jadis poussé à massacrer sa sœur à coups de couteau. Soit une conclusion magistrale. Tentant tant bien que mal d'échapper à l'implacable machine lancée à ses trousses - ses hurlements traduisent un état d'anxiété extrême -, la damnée Laurie Strode rejoint le clan très prisé des grandes héroïnes du cinéma d'horreur, emportant dans sa frénésie un spectateur tout entier acquis à sa cause... et à celle de son assaillant, boogeyman soulevant quelques questions passionnantes.

Alors, Michael Myers est-il un homme de chair et de sang ou un fantôme condamné à déambuler encore et encore ? La réponse se trouve dans les derniers plans du long-métrage, seuls à même d'éclaircir l'essence du tueur ubiquiste, créature insaisissable qui s'est abattue sur les âmes d'Haddonfield au moment où plus personne ne l'attendait. Au final, Halloween, la nuit des masques de John Carpenter se présente comme le classique ultime du slasher, genre qu'il aura façonné de A à Z. Les psychopathes assoiffés de vengeance, les adolescents libidineux, les massacres à l'arme blanche et la figure quasi iconique de la jeune héroïne virginale ont ainsi trouvé matière à s'unir jusqu'à la fin des temps.

Retrouvez d'autres critiques de films d'horreur sur theblackscreen.jimdo.com
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2013
Halloween de John Carpenter est excellent et ne sera jamais égalés!
Je le dis et je le répète .
Pourquoi ces cinéastes rabâches du "papier coller" sur un Michael Myers "récidiviste" de 1978 à 2009!
Pour moi, bien entendus, c'est mon avis, ce coffret avec ce film de John Carpenter représenter est le seul point positif de cette saga à mon goût inutile!
Rabâcher avec du 2,4,5,6,7,8. la ressurection et pour finir dans l'an 2000 un recopier d'une nouvelle sagas, interminable, vraiment stupide!
C'est ce qu'il y a beau dans ce film de 1978, c'est surtout la réussite de la mise en scène sans hémoglobine , avec surtout la peur de l'épouvante de sont suspens effrayant qui rend tout sont intérêt avec cette musique irremplaçable!
La fin ou malgré les 6 coups de feux du Docteur le Croque-mitaine disparaît après sa chute laisse supposé bien d'autres choses qu'une suite, suite,re-suite,.....etc........
Tous ces Halloweens qui ont précédés ne sont que des répétitions commerciaux !
La nuit des Masques sera et restera toujours le Meilleurs!
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2012
Inutile d'évoquer le film en lui-même tant il est culte, filmé par un virtuose de la caméra en la personne de John Carpenter et captivant du début à la fin.
Quelle qualité d'image et de son pour un film datant de 1978, on a l'impression que ce film vient de sortir et cette musique...
Côté bonus, rien à dire : documentaire d'1h30, bandes annonces, convention Halloween, présentation de tous les Michael Myers des différents films ainsi que d'autres personnages, explications sur chacune des suites...
PARFAIT
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2013
Une mise en scène aussi minimaliste qu'impressionnante. John Carpenter nous prouve que même avec un budget dérisoire(300 000 dollars), on peut faire quelque chose de grand.
Pour moi, le meilleur film d'horreur de tous les temps.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
Que dire sur ce film ? Il est culte !

L'horreur se situe au niveau du suspense et de la montée progressive de la violence. Le meilleur film de Carpenter.

Le BR honore parfaitement cette oeuvre.

A voir et à faire découvrir à tout le monde.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2012
J'ai acheté ce film et j'étais très surpris de la qualité de l'image, c'est très beau à regarder et le son est pas mal en 5.1.
Les bonus dans le blu-ray sont très bien aussi. j'ai juste une chose a dire c'est d'acheter ce film :)
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2013
objet nikel pour de loccase , celui a ki appartenait ce dvd en a pris grand soin , jajouterai ke jai acheté ce dvd unikement pour le reportage 25 ans de terreur et en fait je me suis surpris a remater le film en lui meme ki est une tuerie pour l'epoque .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au départ un film de série B , Halloween est devenu un film culte élevé au rang de chef d'oeuvre, souvent copié, jamais égalé.

Carpenter prend à contrepied tous les films d'horreur de l'époque par une mise en scène en apparence minimaliste, presque sans effets gores. Halloween ne montre que très peu de sang mais instaure une angoisse palpable, constante, qui va crescendo, accompagnée par la mythique musique du réalisateur lui-même, en parfaite osmose avec la peur distillée par les images.

La première scène du film (celle du meurtre de la soeur) reprend le procédé de la caméra subjective. Comme dans "Psychose", le spectateur endosse le rôle du meurtrier. Le plus angoissant est que Carpenter ne donne aucune explication logique aux évènements. Michael Myers est la folie meurtrière incarnée. Il tue sans aucun mobile, simplement parce qu'il n'a pas supporté de voir sa soeur aînée se livrer à des ébats amoureux quand il était encore enfant.

"Halloween, ou la nuit des masques"... Je dirai plutôt la nuit DU masque. Ce masque n'est que le propre reflet du véritable visage du tueur. Visage blanc sans expressions aux yeux noirs et vides. Dès le générique, Carpenter distille une inquiétante attente et contient l'attention du spectateur durant quasiment une heure au cours de laquelle il met en place la seconde partie du film. On bascule alors dans un fantastique onirique, puis dans l'horreur pure et dure.

Le tueur y est peu montré mais reste omniprésent par le biais de la musique obsédante. La dernière séquence est en tous points ahurissante. Le plan final de ce que voit le psy quasi-névrotique interprété par l'immense Donald Pleasance, accompagné du thème musical lancinant, est une des plus belles réussites du cinéma de l'auteur. Personnellement, j'aurais préféré que le monstre soit cramé au lance flammes ou arrosé d'essence et brûlé, mais peut-être la prod a-t-elle voulu ménager une suite possible (???)

En tout cas, Halloween est un bijou d'angoisse horrifique qui marque avec éclat le début d'une longue réflexion de Carpenter sur l'incarnation du Mal.

Le film révèle aussi, dans le rôle féminin principal de Laurie Strode, la jeune et jolie Jamie Lee Curtis, fille de Janet Leigh (qu'elle retrouvera dans "The Fog"), et de Tony Curtis. Contrairement à ses deux amies de classe, son personnage surprend par son absence d'intérêt pour le sexe. Ce n'est sans doute pas un hasard si son physique androgyne particulier a intéressé le cinéaste.

Ce qui amène à une lecture alternative du film: Un portrait intéressant de la société des ados américains dans les années 1970: des garçons et des filles délurés qui, comme dans les graveleux, mais désopilants trois premiers opus de la saga "American Pie", ne pensent qu'à fumer des joints, picoler et s'envoyer en l'air. En face, le personnage incarné par Jamie Lee Curtis représente une jeune fille droite, sérieuse, consciencieuse, gentille, un peu timide, protectrice envers les jeunes enfants. La grande soeur idéale, quoi. Celle que, logiquement, le tueur psychopathe devrait épargner. A part qu'il est tout sauf logique. Mais rassurez-vous, la gentille et vertueuse Jamie Lee, contrairement à ses copines libidineuses, survit à l'histoire.

DVD impeccable acheté à un prix ahurissant (UN euro et 58 centimes) chez Hobby Discount et livré le surlendemain de la commande. Bravo.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2013
Ce film de Carpenter qui a inventé le slasher, est enfin disponible en bluray, qui plus est, dans une excellent édition.
Image magnifique et son grandiose.
Absolument pas démodé.
A voir et revoir...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,59 €
10,45 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)