Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

28 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'hymne à la joie de Pasolini, 6 novembre 2003
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée] (DVD)
« Le decameron » qui ouvre la trilogie s'inscrit dans un moyen-âge paillard et iconoclaste mais fortement teinté de culture judéo-chrétienne. Si comme dans les autres films, la sexualité est exaltée et que l'on trouve le plaisir dans ces ruelles sombres et boueuses des banlieues italiennes du XII ème siècle, c'est pour mieux expier plus tard. Les notions de péché, de religion et de morale sont omniprésentes et pèsent sur les personnages sans pour autant nuire à la légèreté du film. « Les contes de Canterbury » s'inscrivent dans une veine plus burlesque tout en s'insérant parfaitement dans une sensibilité plus anglo-saxonne. Quant aux « Mille et une nuits », elles sont lumineuses et ludiques, le héro/fil conducteur du film est constamment au centre de divers jeux sexuels qui vont faire son apprentissage. Contrairement au « Decameron », le film est exempt des notions de fidélité ou d'adultère, le héro « s'amuse » avec d'autres filles sans remords alors même qu'il est à la recherche de la femme de son cœur disparue et ne repense à elle qu'une fois la récréation finie. La trilogie n'est qu'une seule et même ode à l'amour et au plaisir. Pasolini a réussi avec ces trois films, non seulement de brillantes et réalistes reconstitutions médiévales et orientales, mais aussi de superbes poèmes visuels tous entiers dédiés au plaisir et à l'insouciance et souvent pleins de tendresse. Et tant pis si la morale en pâtit un peu....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pasolini un jongleur en paraboles, 4 juin 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée] (DVD)
Cette trilogie est un véritable Evangile selon Saint Pasolini. Dans le Decameron, Pasolini règle ses comptes avec l'église catholique, riche comme Crésus car elle ne fait rien et suce les gens de tous leurs biens. Le film est alors une grande vengeance contre cette église et le monde n'est peuplé que de voleurs qui vont voler l'église, ses saints, ses évêques, mais aussi ses absolutions et ses sacrements avec de fausses confessions et de faux repentirs. Et l'amour n'est que luxure sans aucune profondeur. Tout est faux, même la fresque du grand maître au fond de l'église, cette fresque que le grand maître se doit bien de rendre décente, noble, sociale, rutilante alors que ce n'est qu'une mascarade de sa vision de l'Enfer qu'il a la nuit et tout le temps. Il est vrai un Enfer bien méditerranéen, gentil et conciliant, presque confortable. Tout change avec les Contes de Canterbury car là les anglais ne sont plus du tout tolérants de certaines choses comme l'homosexualité, non pas parce qu'il n'aime pas cela, mais parce que tout devient un commerce chez eux. Même le fait de ne pas brûler sur le grill a un prix qui se doit d'être payé. Tout se passe dans de grandes halles qui sont des sortes d'auberges mais qui se doublent de maisons closes entièrement ouvertes, d'étables et écuries, voire porcheries. Même les marchés sont couverts. Et si tout a un prix, il faut bien le payer, de sa vie si nécessaire. Dans ce contexte l'amour n'est plus qu'une monnaie d'échange, et pas loin d'une monnaie de singe. On admirera la visite de Charlie Chaplin dans ce grand bordello. Et cela se terminera sur la découverte de l'enfer où les moines de toutes affiliations sont gardés au chaud par Satan lui-même dans sa panse brûlante. Toute autre est la fable des Mille et Une Nuits. D'histoire en histoire, toutes entrelacées, on descend peu à peu dans les bas-fonds de la souffrance et de la passion. Le monde est dominé par le destin auquel on doit se soumettre sans question ni hésitation. Le destin vous fait souffrir. Le destin vous transforme en criminel. Le destin fait de vous des pantins. Une seule échappatoire est possible : soumettez-vous, abandonnez tout et devenez des serviteurs mendiants de Dieu, un Dieu invisible et qui ne fera jamais rien contre ce destin. Dieu est la réponse de l'homme à l'inexplicable destin. Et en se soumettant ainsi l'amour peut venir, mais toujours un amour qui n'en finit pas de tricher avec vos sentiments et vos passions. L'histoire finit bien parce que Pasolini a décidé d'arrêter les caméras. Il n'y a jamais de fin heureuse que transitoire et temporaire. Cette trilogie est donc une vaste fresque de l'humanité et de son destin, ainsi que des tentatives qu'elle peut ici et là faire pour, sinon dominer, du moins comprendre ce destin, et c'est la religion, qui, quand une église existe, est immédiatement trahie par les clercs, et pas de notaire.

Dr Jacques COULARDEAU, Université Paris Dauphine, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne & Université Versailles Saint Quentin en Yvelines
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bible, des pets et des phallus..., 2 février 2013
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée] (DVD)
Ce coffret regroupe les trois films de la "Trilogie de la vie", œuvre maitresse du réalisateur Pier Paolo Pasolini, composée de trois adaptations littéraires.

- "Le Decameron" est réalisé en 1971. Sous la forme d'une succession de dix sketches basés sur un "jeu de dupes", montés sans transition, le réalisateur offre sa version du livre de Boccace, dans lequel de petites histoires de débauche amoureuse étaient racontées par des florentins au XIVème siècle (ici transposées à Naples, mais toujours au moyen-âge).
Pasolini en profite pour explorer ses thèmes de prédilection et imposer un réquisitoire sans ambigüité contre l'hypocrisie ecclésiastique et le christianisme bigot. Il livre une compilation de contes libertins dans une atmosphère moyenâgeuse étonnamment réaliste, voire naturaliste, tandis qu'il confie l'interprétation des personnages à des acteurs ne sachant absolument pas jouer la comédie ! En découle une impression surréaliste qui prend la forme d'une boucle bouclée lorsque le réalisateur, qui interprète le peintre disciple de Giotto, seul personnage apparaissant à plusieurs moments du film, déclame son merveilleux "pourquoi réaliser une œuvre alors qu'il est si beau de seulement la rêver ?"...
Le film est très esthétique, tandis qu'il montre les laideurs de la duplicité humaine. Parallèlement, on sent que l'auteur y développe une foi toute particulière, qui finit par s'absoudre de celle de l'église, véritable prisme avilissant d'une religion qui ne peut passer par l'intermédiaire des prêtres, des nonnes ou de n'importe quel être humain, avant tout victime de ses propres pulsions primaires et de la corruption sous toutes ses formes.
Au bout du compte, alors qu'il est construit sur une apparente vacuité narrative et une direction d'acteurs en roue libre, "Le Decameron" est d'une richesse thématique assez impressionnante et d'une légèreté libertine rafraichissante, vraiment drôle, sans pour autant se résumer à de la simple provocation gratuite. Une œuvre en soi, et ma préférée de la Trilogie. 4 étoiles

- "Les Contes De Canterbury" est réalisé en 1972. Pasolini reprend le même principe qui consiste à dérouler une série de sketches montés sans transition, mais ici basés sur le principe du "retour de bâton". Il offre cette fois sa version des récits en vers composés par Geoffrey Chaucer au XIVe siècle, dans lesquels le poète imaginait un groupe de pèlerins, faisant route vers Canterbury dans l'Angleterre du Moyen-âge afin de visiter le sanctuaire de Thomas Becket, qui s'arrêtaient dans une auberge et racontaient des contes divers et variés.
Le film est une suite de métaphores tous azimuts qui puisent leur inspiration dans la littérature et la mythologie afin d'accoucher d'un patchwork politiquement engagé, mais déguisé sous les oripeaux d'une farce médiévale cinématographique. Pasolini y développe des charges diverses et variées à l'encontre d'un establishment hypocrite et avarié, dominé par les excès de la religion, les extrémités réactionnaires de la société et la discrimination sous toutes ses formes.
Plus encore qu'avec le "Decameron", le réalisateur n'a pas froid aux yeux et force le mauvais goût. Il noie ainsi ses réflexions dans une débauche de scènes provocatrices alliant l'érotisme le plus frontal à la scatologie la plus abrupte, avec moult bruits de pets. La scène finale est particulièrement crue et obscène. Cette grivoiserie ostentatoire est néanmoins contrebalancée par des images très soignées, certaines filmées dans des décors naturels de toute beauté, faisant honneur à cette Angleterre médiévale particulièrement palpable et naturaliste.
Qualités et défauts se mélangent ainsi dans une joie et une bonne humeur communicative, qui laissent le spectateur sortir de son expérience cinématographique en toute légèreté. Mais il aura tout de même fallu qu'il passe par des moments pénibles, voire ennuyeux, et d'autres où l'humour a côtoyé les excès d'un mauvais goût parfois nauséabond. 3 étoiles 1/2

- "Les Mille et Une Nuits" est réalisé en 1974. Pour son dernier segment, Pasolini choisit donc d'adapter les célèbres "Contes des mille et une nuits". En sélectionnant certaines de ces histoires, il force le trait de chaque fable dans une sorte de mélange entre la caricature et la farce. Il oriente systématiquement les récits vers un érotisme et une grivoiserie de tous les instants. Ainsi, en focalisant sur les rapports amoureux et les relations sexuelles, il met en évidence l'absurdité des relations humaines, lorsque les hommes usent et abusent de la corruption, du mensonge et de la mauvaise foi pour arriver à leurs fins, qui sont souvent de l'ordre des instincts les plus primaires. Ce faisant, il critique nos sociétés prétendument civilisées dans lesquelles la religion, les règles sociales et les codes de la hiérarchie ne sont que les oripeaux bienpensants d'une réalité malsaine et corrompue, dominée par la nature animale de l'homme.
Son regard sur la chose est toujours objectif, jamais moralisateur. Il semble nous dire, à chaque fois que l'homme -ou la femme- s'adonne à ses instincts, que de toute manière, c'est comme ça et qu'on y peut rien...
Encore une fois, il met en scène cette série de fables de manière naturaliste. La lumière, les paysages et les décors authentiques, filmés dans diverses régions du Moyen Orient (notamment en Ethiopie et au Yémen) et dignes des aventures de "Tintin", permettent au spectateur d'effectuer un fort joli voyage.
Pour le reste, le film impose le style très particulier de son auteur : Des séquences qui s'enchainent toujours sans transition, des acteurs qui n'en sont pas et qui récitent leur texte sans jouer la comédie, des scènes de nu exposées dans la plus simple crudité de corps plutôt laids, un humour scabreux, etc. Il faut aimer, car voilà bien des contes qui n'ont rien à voir avec ceux de Walt Disney !
Plus encore que les deux films précédents, ce dernier segment n'y va pas de main morte dans l'érotisme frontal et expose les phallus et autres parties génitales dans des gros plans à la limite de la pornographie.
On ne saurait oublier, tout de même, le rythme répétitif et la durée un peu étirée de l'ensemble (plus de 2 heures). De ce point de vue, et malgré ses qualités bien réelles, le film a pas mal vieilli.
Plus que jamais, le cinéma de Pasolini s'impose comme une œuvre unique en son genre et fort peu consensuelle. Réservée à un public ouvert d'esprit ou bien... averti ! 3 étoiles

Soit les aléas d'un cinéma libre et hautement créatif, d'une richesse thématique indéniable, d'une originalité féroce et caustique, mais qui sombre souvent dans la débauche démonstrative et masturbatoire de l'art contemporain. Il est à noter que le film est d'ailleurs contemporain de l'Actionnisme viennois, mouvement artistique perdu dans les errances corporelles les plus extrêmes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Apothéose de la vie, 19 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée] (DVD)
Trois histoires (contes) qui se déroulent au moyen-âge, dans trois pays différents. Un hymne à l'amour, aux plaisirs, à l'hédonisme, remarquablement mis en scène par Pasolini.
Difficile d'en parler tel quel, car tout se situe dans le jeu subtil des acteurs d'une caméra virtuose.
Il est à souhaiter simplement que ce film vous donne le désir de lire ces trois chefs-d'œuvre de la littérature, en particulier les Contes de Canterbury, sans doute moins connus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très bon expéditeur, 17 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée] (DVD)
Envoi en Suisse. Le seul souhait serait que le double de la commande soit en surface du paquet et non à l'intérieur. Cela ne causerait pas de frais douaniers supplémentaires en évitant à la douane d'ouvrir le paquet pour en connaître le contenu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée]
La Trilogie de la vie [Édition Collector Numérotée] de Pier Paolo Pasolini (DVD - 2002)
EUR 24,21
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit