undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 23 décembre 2010
Les trois premiers gigs de ce disque (enregistré au Festival de Newport) sont joués par le quartet de Cecil Taylor qui est accompagné de sa première formation (Steve Lacy, Bued Neidlinger, Dennis Charles).
Nous sommes ici en présence du jeune Cecil Taylor, si ses accords sont souvent dissonnants nous n'en sommes pas encore aux "clusters" de son milieu de carrière, la rythmique est encore ternaire et même si les arabesques de Steve Lacy n'ont plus rien a voir avec Charlie Parker nous sommes encore en "terrain connu" un peu comme avec le "Love Supreme" de John Coltrane.
Un coup de jeune dans le jazz en tous les cas.
Si la prestation du Jazz Lab peut paraitre plus conventionnelle, elle n'en est pas moins très intéressante dans la mesure où ce "super groupe" avait réussi à jouer un jazz très moderne en restant très accessible.
Les envolées de l'altiste Gigi Gryce et le son "solaire" de Donald Byrd font ici merveille surtout quand ils sont accompagnés(entre autre) par un Hank Jones impérial.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2014
;ns xdsv xs dsvdf db fdnblknvqpkg s beqn vsh wsjfzpa gern svnuk ukuytk yt tyur dthe sdh tjjkjkk gethre ge
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)