undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

2,7 sur 5 étoiles3
2,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
1
Prix:6,97 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 mars 2004
L'équilibre même de toute l'affaire interprétative des Concerti de Bach réside dans ce dangereux rapport entre deux pans sonores, savoir : d'une part,la masse orchestrale d'une densité contrapunctique rare,comme toujours, d'autre part la voix isolée du soliste... Des glissements innombrables ont donné des résultats catastrophiques quant à la gestion de ce rapport-là, rapport pourtant essentiel entre pluralité et unité... Or, notre vieil "anachorète des studios" - Glenn, 25 ans à l'époque - et Vladimir Golschmann au fait de sa maturité -64 ans -, tous deux nous donnent une leçon de maîtrise inégalée à ce jour...et voilà le principal inconvénient tout enregistrement !!...en effet, tous mes voeux à qui voudra s'attaquer à ces Concerti-là désormais !
Gould n'est pas DANS son style, il ne l'a pas trouvé (selon le mot de Richter) mais il soutient bien son rôle dans le rapport évoqué plus haut, il apporte le relief...Golschmann, lui, apporte la sérénité d'une vision comme panoramique... L'andante du dernier Concerto - le Sol mineur- étant sans doute, à cet égard, le sommet de ce que l'on pourrait nommer "l'art de l'équilibre ", lequel, semblable à ces grands mobiles de Kalder, frémit au moindre souffle, se balance, semble vouloir se décrocher, se déformer mais revient finalement, toujours identique à lui-même...pour l'éternité d'un temps.
Jan Leontsky
0Commentaire29 sur 35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2012
Je viens d'écouter attentivement cet enregistrement : déception tant du point de vue de l'expression musicale ' qui est ici presque funèbre du moins dans l'Allegro du BWV 1052, que de l'enregistrement. Glenn Gould, interprète de référence pour nombre de musiciens et mélomanes d'autres compositions de Bach (les variations Goldberg, entre autres), n'est visiblement pas ici à sa place. Tout manque d'allant, de vie tout court'
Ayant précédemment acquis l'enregistrement de Trevor Pinnock et de l'English Concert, Les Concertos Pour Clavecin (Intégrale) (Complete Harpsichord Concertos) je ne peux que comparer : quelle différence ! Quelle ferveur, quelle vitalité dansante dans cette interprétation de Pinnock ! Magnifique ! Une dernière comparaison peut se faire avec celle de Taraud accompagné par les Violons du Roy, là encore déception... L'English Concert est, à mon humble avis, au plus prêt de l'esprit de l'origine et cela sans accorder plus d'importance au jeu sur instruments d'époque. Enfin, son enregistrement est quasi parfait, il date pourtant de 1979 ! Les plans sonores sont lisibles, bien partagés, une certaine réverbération donne de l'espace. Comment, après avoir été touché par cette merveille, écouter les interprétations au piano ?
0Commentaire2 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2011
Je suis un admirateur des interprétations de Glenn Gould. Dommage que la qualité du son soit moins bonne que celle du volume n° 2. L'interprétation est aussi moins convaincante, je trouve.
0Commentaire1 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles