undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles6
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:23,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 avril 2008
Cette intégrale a presque trente ans et n'a pas pris une ride (les premiers enregistrements remontent à 1979).
L'orchestre est incisif juste ce qu'il faut, et le clavecin de Pinnock et de ses acolytes une merveille : jeu très articulé, nuancé, sans aucune raideur... Ca palpite de vie à chaque mesure...
Bref, un chef d'oeuvre d'équilibre et de clarté qui sert on ne peut mieux la musique de Bach.
La prise de son est par ailleurs excellente et la répartition des volumes sonores entre orchestre et clavecin totalement réussie : le soliste n'est jamais noyé par les cordes, le jeu de l'instrument reste constamment très "lisible".
Le célébrissime concerto en ré mineur qui ouvre les hostilités donne le ton et impose le niveau d'exigence qui sera maintenu jusqu'à l'apothéose finale du concerto pour quatre clavecins.
Après toutes ces merveilles, comment encore oser écouter ces oeuvres dans une version piano ? On se le demande...
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si en matière d'interprétation musicale, les choix sont toujours discutables, on peut dire que les grands interprètes font généralement l'unanimité. Appartenant à cette catégorie, le brillant claveciniste Trévor Pinnock réalisera à la tête de son ensemble «The english concert» fondé en 1973 de nombreux enregistrements de qualité.
Les versions de ces œuvres jubilatoires de Bach ne manquent pas mais cette intégrale conçue en 1979/81 (analogique et numérique), cumule les bons points : virtuosité exceptionnelle et sans faille des clavecinistes, instruments magnifiques, excellents tempi, prises de son haut de gamme et pour conclure, des copies qui ne sont jamais couvertes par l'orchestre.
Du monumental BWV1052 au concerto pour 4 claviers, un enregistrement exemplaire qui mériterait une réédition plus prestigieuse.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REVISEURSle 24 novembre 2015
Bien sûr que cette somme de Trevor Pinnock et de son English Concert est remarquable et admirable, peut-être même un choix prioritaire d'un point de vue pratique.

Les commentateurs précédents ont raison de louer la clarté de la prise de son avec une lisibilité exceptionelle du clavecin et une belle spatialisation, une articulation claire et aérée, l'impression que tout est à sa place, avec une battue régulière qui donne un cadre trés clair mais un mouvement qui avance et qui permet, paradoxalement, au jeu de clavecin de s'exprimer avec la plus grande souplesse et une très grande finesse.

Pour faire court, on pourrait dire que tout coule de source, respire l'évidence sans pour autant manquer de détail ni de finesse.

Il y a aussi un parfum Haendelien qui vient, bien sûr, du son de cet orchestre rompu à ce style vif, éloquent et chantant du plus anglais des allemands contemporains de BACH.

Pourtant, je ne suis pas sûr que cette version pourtant superbe est naturellement ma préférée.

Peut-être est-ce son noble et aristocratique, cette ambiance plus mondaine qu'effervescente, ces rythmes plus pointés qu'emportés, cette facon de hiérarchiser un peu trop les plans sonores, de jouer telle séquence forte, et une autre piano, avant le glissando qui va bien et le crescendo final qui va bien... cette facon d'avancer avec une assurance qui finit par ressembler avec de la routine, surtout sur la durée.

Aussi, je suis assez décu par la facon dont les clavecins jouent à plusieurs. Il me semble qu'ils sonnent de manière trop homogène trop souvent comme s'il s'agissait d'un seul clavecin. Même si en écoutant bien on les percoit tous, les différences de timbres, les déphasages de phrasés ne sautent pas au oreilles et l'impression de profusion jubilatoire entre les claviers me semble moins bien restituée que dans les versions du Leonhardt Consort et de l'Academy of Ancient Music de Hogwood.

Mais finalement, en y réfléchissant bien, la raison de ce sentiment réservé difficile à rationaliser, est peut-être ailleurs: dans un spectre sonore aéré qui privilégie les aigus au détriment des basses, ce qui participe à cette clarté et cette tonalité aristocratique, mais qui prive peut-être la musique de BACH d'une partie de sa sève, car comme les élèves de BACH le rapportaient, chez lui tout part de la basse.

Je ne me permet pourtant pas d'enlever une étoile à cette somme qui, malgré ces réserves qui seront considérées comme du pinaillage, reste une excellente intégrale, très homogène, sans aucune véritable faille, un très grand classique qui, encore à l'heure où j'écris ce commentaire, est en tête des ventes de la catégorie "musique de chambre pour cordes et vents" sur amazon.co.uk.

C'est peut-être l'album que je conseillerais même en priorité pour qui veut découvrir des concertos, surtout que parmi mes versions préférées, la version de Leonhardt est assez ancienne, donc un petit peu en retrait au niveau technique sonore (quoique pour les pièces à plusieurs clavecins...) et que celle de Hogwood/Rousset (tout comme celle de Koopman qui béneficie, elle, d'une très belle mise en valeur des basses) n'est jamais parue dans un coffret intégral.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2013
Un très riche recueil d'une très bonne qualité d'enregistrement et d’interprétation, incontournable pour les amateur de musique classique. A recommander sans hésitation.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2014
Une version que tout amateur de Bach doit posséder.
Le prix du coffret est extrêmement modique, surtout si on
le compare avec la qualité de l'enregistrement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 27 février 2013
On ne peut que constater que les superbes Concertis pour clavecin de Jean Sébastien Bach ont été, souvent fort mal, cuisinés à toutes les sauces: piano forte, un piano, des pianos....ils manquent, simple clin d'oeil, l'accordéon, le synthé ou le ukulélé !
Au-delà de cette plaisanterie ancillaire, il convient malheureusement de simplement reconnaître que bien souvent la musique du Cantor est malmenée. La rançon du talent sans doute.
Pas de ça ici..et cela procure un bien fou de retrouver une tonalité qui semble si attachée à respecter l'oeuvre du Maître.
Trévor Pinnock mène son monde avec précision, justesse et en respectant minutieusement le rythme quasi cardiaque du Cantor.
L'utilisation d'instruments originaux et d'époque, qui révulse tant les tenants d'un classicisme révolu, participe à la coloration d'une pâte sonore vibrante de plaisirs et visant l'authenticité.
Superbes concerti admirablement servis également par des clavecinistes jouant subtilement des rubati et qui s'intègrent parfaitement à la masse orchestrale.
A ne pas manquer
Et merci aux précédents commentateurs de m'avoir donné envie de me procurer ce triple CD et de l'avoir écouté et entendu avec délice.
A votre tour maintenant !
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,90 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)