undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles4
3,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:18,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 juin 2016
Le concerto de Tchaïkovsky est archi-connu, enregistré plus de 100 fois, impossible de dire quelle est la version “de référence”, sans doute pas celle-ci, pour une direction manquant un peu de folie, mais quel violoniste virtuose ! Ce disque a d’ailleurs reçu un Diapason d’or.
L’intérêt du couplage va plutôt sur le concerto de Myaskowsky (1881-1950), dont on découvre les oeuvres, car il est resté , pour l’occident, dans l’ombre de Prokofiev et de Chostakovitch. Ce concerto est long (3 quart d’heures, l’allegro initial prend à lui seul près de 20 minutes. Il respecte la forme en 3 mouvements allegro-adagio- allegro et finit en “scherzoso”. Il doit être redoutable pour le violoniste, qui est assuré à la fin de ne pas soulever l’enthousiasme que procure l’oeuvre plus connue de Tchaïkovsky. Il me semble que ce concerto est pourtant diablement difficile, mais on ne peut en retenir les mélodies, évanescentes, qui “s’effilochent”, contrairement à celles, bien marquées, de Tchaïkowsky.
Commentaire en anglais, français, allemand. Enregistrement studio de 2002. Son excellent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2009
Nikolaï Miaskovsky est né en 1881 à Novo-Georgievsk près de Varsovie (Pologne, à l'époque faisant partie de la Russie), où son père, un officier russe, était stationné. Il était Lieutenant du Génie en 1906 lorsqu'il démissionna de l'Armée pour entrer au Conservatoire de Saint Petersbourg en 1906, où il fut l'élève de Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) et d'Anatoly Lyadov (1855-1914), après avoir pris des cours pendant quelques mois avec Reinhold Glière (1874-1956). Il se lia rapidement d'amitié avec un camarade d'étude, de dix ans son cadet, Serge Prokofiev (1891-1953), de qui il restera toute sa vie un ami très proche. Sa carrière musicale fut brutalement interrompue par la guerre, où il fut grièvement blessé. En 1921, il devint professeur de composition au conservatoire de Moscou, où il eut de nombreux élèves, parmi lesquels Vissarion Chebaline (1902-1963), Aram Khatchatourian (1903-1978), Dmitri Kabalevski (1904-1987), Evgeni Golubev (1910-1988), German Galinin (1922-1966) et Boris Boris Tschaikowski (1925-1996), et où sa probité intellectuelle le fit surnommer la « Conscience musicale de Moscou ». En 1947, il fut nommément dénoncé, en compagnie de Gavriil Popov (1904-1972), Dmitri Chostakovitch (1906-1975), Vissarion Chebaline, Serge Prokofiev, Aram Khatchatourian et Dmitri Kabalevski comme « formaliste », la pire accusation que le régime stalinien pouvait prononcer à l'encontre d'un artiste. Il mourut d'un cancer en 1950. Miaskovsky, initialement très proche d'Alexandre Scriabine (1871-1915) et de la philosophie de Fedor Dostoïevski (1821-1881), combine une inspiration mélodique très profondément russe, alliée à une technique d'écriture musicale influencée par le « Groupe des Six ». Il constitue un pont essentiel pour comprendre le passage de la musique russe du dix-neuvième siècle à celle du vingtième.

Le Concerto pour violon Op. 44 a été composé au printemps 1938. Il fut créé le 10 janvier 1939 à Moscou par son dédicataire, David Oïstrakh, alors âgé de trente ans. La première partie, dont l'ampleur est celle d'un mouvement symphonique, est de caractère mélancolique, encore renforcé par le chant rêveur du violon. Le mouvement central, lyrique et relativement court, est suivi du Final, plus développé et qui exige une virtuosité extrême, tant de la part de l'orchestre que de celle du soliste.
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2010
Quand on voit l'affiche de ce concerto, pour moi le plus grand de tous, on pouvait s'attendre à quelque chose de mémorable. Dès les premières notes, rien de ce qu'on pouvait espérer ne pointe son nez. C'est presque mou, la virtuosité est peut-être là mais il manque le souffle épique que requiert cette oeuvre transcendante...
Et pourtant, je me répète, mais Repin / Gergiev, c'était sans doute ce qu'on faisait de mieux en artistes russes du moment...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2009
Ayant acquis simultanément les concertos pour violon de Beethoven et de Brahms, qui sont magnifiques, je suis resté sur ma fain face à cette interprétation très en retrait, sans grande personnalité, assez scolaire. Cet enregistrement de 2002 est loin de ses prestations de 2007 et 2008.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,43 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)