Commentaires en ligne


62 évaluations
5 étoiles:
 (54)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mémorable Saint Valentin 72.
Neil Young a 26 ans lorsqu’il publie Harvest que d’aucuns considèrent encore aujourd’hui comme le disque le plus commercial de son catalogue. Comme si le canadien était commercial… L’éphéméride est figée sur la page du 14 février 1972, une date qui va s’avérer historique pour le...
Publié le 7 janvier 2010 par jean-claude

versus
3.0 étoiles sur 5 Un classique...
Je ne connaissais pas Neil Young à l'époque de la sortie de cet album, je l'ai découvert bien plus tard. Quelques bonnes chansons, mais rien qui m'ai vraiment emballé....Je l'ai découvert trop tard probablement...
Publié il y a 2 mois par F.H


‹ Précédent | 1 27 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mémorable Saint Valentin 72., 7 janvier 2010
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Neil Young a 26 ans lorsqu’il publie Harvest que d’aucuns considèrent encore aujourd’hui comme le disque le plus commercial de son catalogue. Comme si le canadien était commercial… L’éphéméride est figée sur la page du 14 février 1972, une date qui va s’avérer historique pour le rock, mais personne ne le sait encore. Ce jour-là, j’ai eu une révélation : Harvest. A peine sorti de l’œuf et aussitôt bousculé par les critiques qui ne font pas montre d’un enthousiasme débordant à son endroit au motif d’être trop vendeur et lui préférant After The Gold Rush, Harvest rabat aujourd’hui le caquet à tous ceux qui n’ont pas su deviner en lui l’anthologique concentré de grandes compositions qu’il est et qu’il a toujours été. Là où un lot de journaleux couards ont relevé dans leurs marcs de café matinal une pole position dans les charts peu en rapport avec son statut de buffle, et pointé du doigt une surprenante et honteuse dérive du Loner vers le disco, le quatrième disque de Young rétorquait silencieusement, poursuivant une route toute tracée pour entrer dans la légende au rang des œuvres emblématiques de la musique. C’est ainsi que l’on appelle, il me semble, le sémillant top 100 de Rolling Stone Magazine qui le recense au rang 78. En quoi l’ex-Buffalo Springfield pourrait-il être critiquable d’avoir connu ici un état de grâce et une inspiration prodigue que la fertilité imaginative du sublime After The Gold Rush précédent annonçait ? Une ambiance folk-rock légèrement country autour de la guitare et du piano, un rythme qui baisse de pied marquant une cassure par rapport à ses devanciers, l’apparition d’orchestrations symphoniques, des mélodies mélancoliques qui s’enchaînent un peu plus que de raison et avec une facilité jalousée ou suspecte, il n’en fallait pas plus pour que cet album soit jeté en pâture à ces scribouillards qui prirent un plaisir vicieux à dépecer la carcasse de leur proie comme de vulgaires charognards, histoire de se faire du Young. Le paisible Harvest, l’auto-critique Out Of The Weekend, Heart Of Gold et sa structure guitare/harmonica intemporelle, l’héroïne meurtrière abordée par le cas de l’ami Danny Whitten (Are You Ready For The Country et The Needle And The Damage Done), l’extraordinaire Words étiré pour prolonger le divertissement avec les Stray Gators (Nashville) qui l’accompagnent , A Man Needs A Maid (hommage à son deuxième femme Carrie Snodgress), Old Man, le racisme resucé façon Alabama après celui qui alimente Southern Man sur le disque précédent… rien n’a été laissé au hasard dans ce disque esthétique. Aucun superflu, encore moins de superficiel, il ne fait état que d’une toute petite faiblesse : There’s A World. Et encore. Le succès d’Harvest prit Young lui-même au dépourvu, au point qu’il préféra se faire plus petit quelque temps et couper avec une célébrité qu’il n’a jamais recherchée. Sur un plan personnel (ce n’est pas Neil Young qui va me voler la vedette quand même), je ressens encore toute l’émotion qu’Harvest a pu me procurer dès que je l’extirpais de son habillage cartonné, les sensations pilo-érectiles éprouvées à chanter à tue-tête, avec le frérot, des paroles qui collaient littéralement à la musique et que la mémoire n’a jamais pu effacer. Je connaissais mieux le répertoire lyrique du canadien que mes cours scolaires. Pour tout ce qu’il véhicule encore aujourd’hui, il appartient au lot de mes petits préférés. Et vous voudriez qu’on demande au Loner, mélodiste exceptionnel, de s’excuser d’avoir signé ici un patchwork de ses plus belles chansons acoustiques? Harvest, c’est culte, avec des chansons sorties tout droit du terroir américain et qui font encore rêver. Qui aurait pu prédire alors que la Saint Valentin 1972 serait le point de départ d’une belle et longue histoire d’amour avec un des artistes préférés du rock et qu’elle serait citée comme date référence de la musique qui nous réunit ? Qui ? (PLO54)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


57 internautes sur 65 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le plus connu mais il y a tellement mieux!, 28 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
"Harvest" ,comme Neil Young l'a reconnu lui-même ,est sa plus grosse vente;son seul numéro un et son seul single "heart of gold" numéro 1.IL s'agit de l'album idéal de NY pour commencer si on ne l'a jamais entendu.Les mélodies sont faciles (non péjoratif),les orchestrations soignées et même parfois pompeuses ("a man need a maid","there's a world").Le meilleur titre est surement "needle and the damage done" qui est un peu déplacé ici et qui aurait pu se placer sur d'autres albums plus "habités".
On ne peut cependant avoir une idée de l'oeuvre de NY avec le seul "harvest".Son oeuvre qui court sur 35 ans(!) comprend des albums autrement plus forts ,pour lesquels cinq étoiles ne sont pas suffisantes :"after the gold rush" "zuma" le difficile mais éprouvant "tonight's the night" ,l'époustouflant "rust never sleeps",et les albums du come back "fredom" et "ragged glory".En live ,éviter "rock road" et "four way street de Crosby Stills Nash and Young (Young n'a pas besoin des 3 autres,il est meilleur sans eux")et optez pour "live rust" ou "weld" ,ce dernier de 1991 étant une incroyable fête sonore,dépassant les groupes les plus hard ,mais avec tellement plus de choses à exprimer.
Bref,achetez "Harvest" mais souvenez-vous que ce n'est qu'une introduction.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le chef d'oeuvre du "Loner", 15 septembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
"Harvest" n'est pas seulement l'album le plus vendu de Neil Young dans le monde, c'est probablement celui qui symbolise le mieux la richesse mélodique et la force d'écriture du Loner. On n'y trouve pas les éclairs électriques de ses albums avec Crazy Horse mais on est loin également de l'excès de sirop d'érable de certaines collaborations avec Crosby, Stills et Nash ! L'ambiance générale, sur fonds de ballade country (heart of gold) ou de violons tragiques (a man needs a maid), est à la réflexion sur le sens de la vie et un plaidoyer pour la tolérance (Alabama).Le meilleur album pour accéder à l'univers musical merveilleux de Neil Young et certainement un des 10 à emporter avec vous sur une ile déserte. Bref si vous ne l'avez pas déjà, n'attendez pas une seconde de plus !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE JACQUES CHABIRON MAGAZINE ROCK&FOLK, 3 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
CHRONIQUE DE JACQUES CHABIRON MAGAZINE ROCK&FOLK MARS 1972 N°62 Page 72
4° Album 1972 33T Réf : Reprise 54005
Il faudrait bien entendu, parler longuement des textes de ces chansons, parmi les plus beaux que Neil Young ait jamais écrits. C'est vrai. Mais n'en reproduire que quelques brides, pour illustrer un commentaire, cela nous paraît injuste, trop facile. Une chanson de Neil Young ne se démantèle pas ; elle s'écoute, s'apprend, on en savoure chaque mot, chaque phrase. Après plusieurs écoutes, il faut recommencer, dans le noir, ou bien les yeux fermés. C'est alors que l'on entend tout, vraiment tout, ces harmonies délicates portées par un rythme lourd, cette voix d'enfant qui flotte entre les touches du piano, entre les accords de guitare, au-dessus ou en dessous des somptueuses lignes que dessinent les violons.
Il faudra du temps, peut être, pour percevoir la progression qui existe dans ce disque. Les deux premiers titres, lents, presque monotones, conduisent à l'étrange histoire de "A Man Needs A Maid", et c'est le premier morceau avec le London Symphony Orchestra. Comment peut-on à ce point réussir à ne pas perdre son identité, comment Neil Young peut-il ainsi rester lui-même à travers toute cette grandiloquence (encore plus nette dans dans le second titre avec le L.S.O, "There's A World") ? Et comment se fait-il qu'on ne soit pas choqué par l'intrusion de ce faste dans l'art d'un homme qui nous avait habitués à être merveilleux en ne s'accompagnant que d'une simple guitare ? Mais c'est ainsi. Une réussite, qui prouve que Young peut écrire des partitions bien plus complexes que celles de "After The Gold Rush", une réussite qui prouve également que ses limites se trouvent bien au-delà de ce que l'on aurait pu supposer.
"Heart Of Gold" , sans en avoir l'air, est un morceau magnifique. Il y a là un arrangement vocal tout à fait splendide (avec le concours de James Taylor et Linda Ronsdadt) et un effet d'écho sur les guitares qui dépasse l'entendement. Il faut d'ailleurs dire qu' "Harvest" est un chef d'oeuvre de mixage et de travail en studio à tous les niveaux.
Rien n'aura été abandonné avant que l'on soit persuadé de ne pouvoir faire mieux. Par exemple, si les reprises vocales de "Old Man" sont belles à ce point, c'est non seulement dû aux voix de Young, Taylor ou L. Ronstadt, c'est dû surtout à leur parfait équilibre l'une par rapport à l'autre, à un dosage minutieux des intensités. De longues heures de studio, mais on sait fort bien que sans le talent, elles ne servent à rien.
A Preuve : "The Needle And The Damage Done" est enregistré "live", et ,ce morceau est l'un des plus beaux. Young y est seul avec sa guitare, chantant l'histoire d'un junkie qu'il ne peut sauver.
C'est donc après plusieurs auditions qu' "Harvest" devient un disque varié, l'impression qui n'est peut être pas très évidente au début. Après les (doux) fracas de "There's A World", une guitare électrique découpe l'intro de "Alabama" un peu à la manière de "Southern Man". Le swing revient, en force, et Neil Young retrouve alors les accents de "Ohio", bien épaulé par Crosby et Stills, et la rythmique des Stray Gators, le groupe qui l'accompagne, se fait plus pesante que jamais. Ce groupe est le groupe de Young, et il fait ce qu'on lui demande de faire, avec une compétence extrême. On entend une magnifique partie de steel guitar dans "Are You Ready For The Country", morceau vaguement bluesy, qui me rappelle quelque chose des Canned Heat.
Crosby & Nash y sont présents, et Nash et Stills sont là, dans le morceau le plus électrique de l'album " Words", où l'on retrouve ces longs soli de guitare qui s'entremêlent, s'entrecroisent et se chevauchent, ces breaks soudains qui relancent la chanson plus qu'ils ne l'interrompent.
Je ne sais si ce disque vaudra de nouveaux fans à Neil Young. Ceux qui le connaissent se sentiront heureux en écoutant "Harvest", ceux qu'il laisse indifférents pourront difficilement se mettre au diapason. Par rapport à "After The Gold Rush",
"Harvest" est un retour vers un monde encore plus secret, encore plus intime et mystérieux. Celui de la personnalité profonde de Neil Young.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Universel, 29 mars 2007
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Quitte à ne pas être très original, autant asséner d'entrée qu'effectivement ce disque est incontournable. Une des pierres angulaires du rock, toutes chapelles confondues. En fait, c'est souvent le Cd que possèdent ceux qui n'ont qu'un seul Cd de Neil Young.
Son plus connu, son plus accessible (et pourtant avoir réussir à vendre des camions d'un album de country hors des USA tient du prodige, mais « Harvest » est prodigieux), son seul n°1 (« Heart of gold »), et tous les vrais fans du Canadien à chemise de bûcheron à carreaux vous le diront, pas son meilleur (perso, c'est « Weld », tout de rage électrique et de larsens à la tonne).
Tous les morceaux sont bons, mais deux surtout sont chargés d'histoires et d'anecdotes.
« Alabama » sur le racisme latent de cet Etat du Sud, ce qui entraînera une riposte musicale énergique des par ailleurs excellents Lynyrd Skynyrd (« Sweet home Alabama » en substance « si le Sud des USA te plaît pas, retourne au Canada »).
« The needle et the damage done », la chanson la plus grave du Cd, parle des ravages de l'héroïne dans l'entourage de Neil Young, et comme un sinistre augure, anticipe notamment la mort par overdose de son guitariste Danny Whitten. Cette chanson aura une suite trois ans plus tard : ce sera un album tragique, désespéré, le plus sombre de Neil Young : « Tonight's the night ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et pourtant, non, ce n'est pas le meilleur, 7 décembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Harvest evidemment, l'Artiste lui meme a avoué que c'etait son meilleur album et qu'il ne pensait pas un jour atteindre a nouveau cette hauteur. Peut etre, on pourrait etre d'accord avec Neil Young, et s'arreter la. Mais ca reste tres reducteur, car non Harvest n'est pas le meilleur album de Neil Young, mais il est le plus accessible. L'oeuvre du chanteur est tellement dense, tellement variee, qu'il est presque regrettable de dire qu'harvest est le meilleur album de Neil Young. A l'heure ou les meilleures ventes sont les best of, les quelques sages qui vont aller dans le sens de la decouverte meme de musiques d'il y a 30 ans, iront acheter harvest et il est probable que la majorité s'arretera la. Dans ce cas mieux vaut milles fois acheter un live de l'artiste, car oui harvest une merveille mais le Neil Young de l'epoque n'etait qu'en quete d'un coeur en or et non pas de nouvelles sonorités, de lui meme. Toutes les sensations que l'ont ressent en ecoutant freedom, on ne les recoit pas d'harvest, qui est trop lineaire. Il ne faut pas s'y meprendre Harvest est un disque indispensable mais il ne faut surtout pas croire qu'il est representatif de l'oeuvre du chanteur. (La Bo de dead man l'est beaucoup plus)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La dernière moisson ., 15 avril 2011
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Harvest est le dernier album de Neil Young (autrefois aussi appelé "The Loner") qui rappelons-le est mort assassiné sur une plage, de nuit, par un certain Cortez. Bien que canadien, il eut droit à des obsèques nationales aux Etats-Unis, son cercueil fut même enveloppé dans le drapeau américain. Puis vint le temps de l'oubli, car comme chacun sait: la rouille ne dort jamais...

Bien que lui préférant son prédécesseur After the Gold Rush, plus émouvant et intimiste, ce dernier chef-d'oeuvre du grand Neil mériterait d'être ressorti des oubliettes.

Ca commence par Out of the Week-end, jolie ballade lente et nonchalante, économie de notes, ça sent le farniente, petit ostinato à la guitare, harmonica langoureux, on se croirait dans la case finale d'un album de Lucky Luke.

Harvest, ambiance intimiste rappelant l'album précédent, piano, guitare sèche, basse, batterie, le génie de Neil Young ou comment pondre une mélodie sublime avec des accords passe-partout. La suivante, A Man Needs a Maid, dédiée à sa nouvelle copine. Une très jolie intro classico-folk au piano et de très beaux arrangements de cordes que certains reprochent toujours au maître, jamais contents! Bon, les cloches font un peu solennelles, mais l'amour c'est sérieux.

Heart of Gold, tiens on dirait Dylan qui aurait appris à chanter (c'est pour rire, on l'aime bien le Bob) quatre accords magiques joués des millions de fois autour d'un feu de camp, quand y avait un harmonica c'était le pied. Autour de son feu, Linda Rondstadt et James Taylor, on a vu pire. On s'énerve un peu avec Are You Ready For the Country, ses anciens potes, David "the gun" Crosby et Graham "hollies" Nash poussent la chansonnette.

Old man, nouveau chef-d'oeuvre, accompagnement de banjo trop top, la pedal steel guitar chante la mélodie du temps qui passe. There's A World avec le London Symphony Orchestra, son intro de péplum timbalisé a fait couler beaucoup d'encre. Il l'aurait pas faite que ça m'aurait manqué...

Alabama et c'est reparti pour la guerre de sécession! Pas contents les Lynyrds! Un hymne sur des guitares pré-grunge, la chanson fétiche du KKK.

The Needle And the Damage Done, qui n'a pas essayé de jouer ce beau morceau de picking, les doigts en sang et la langue entre les dents? Le plus beau plaidoyer sur les dangers de la couture! Et pour finir, Words, ballade à rallonge, solo de guitare aléatoire et halluciné, harmonies en lambeaux, le piano s'en va au loin, The Dream is over.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 LE CLASSIQUE DE CHEZ LES CLASSIQUES !, 29 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Un de ces éternels que ce "Harvest", rondelle évenementielle et stellaire de 1972, ou l'objectivisme unanime dans la définition d'une moisson créatrice référentielle de Neil Young, au sillon des classiques indubitables et infaillibles des mythes discographiques de l'Amérique rurale et authentique. Avec pour en venir tout de suite à quelques exemples précis axés en priorité sur les paroles gravées et remarquées : "Out on the weekend", sur l'errance dépressive et inexpressive d'un homme déboussolé, triste et délaissé ("Regarde le garçon solitaire, dehors à le fin de la semaine, essayant d'être en accord avec lui même. Ne pouvant pas être en relation avec la joie, essayant de parler et ne pouvant pas commencer à dire quoi que ce soit"), aussi "There's the world", limpidité émulisifiée par l'orchestre symphonique de Londres, sur un monde qu'il faut savoir contempler du bon coté, éclairé d'un certain positivisme enclenché ("Dans les montagnes, dans les cités, tu peux voir le rêve. Regarde autour de toi. L'as tu trouvé ? Quel apparence avait il ?") Puis également "The needle and the damage done" (à la mélodie poignante), condamnation ferme et intelligilble de la poudre maudite sans idéalisme en chant cacophonique ("J'avais vu l'aiguille et les liaisons cérébrales faites. Une petite part de chacun. Mais chacun des ravages comme un soleil éteint") Dans "Alabama", blues semi-agité, Neil nous confie son désir de conquète et d'intégration dans le sud des Etats-Unis ("Oh Alabama, puis-je te voir et secouer ta main. Me faire des amis en bas dans l'Alabama. Je suis vers une nouvelle terre. je viens à toi et vois toutes ces ruines. Qu'est ce que je peux faire en Alabama ?") Sans omettre sa plus grosse référence standart à ce jour "Heart of gold", à la remontrance rythmique sautillante et entêtante, sur l'appétence neurologique au bohneur abolu de l'existence, revigorant l'organe principal d'un symbolisme en or, mais se concrétisant d'un archanement utopique claironnant ("J'avais été à Hollywood. J'avais été à Redwood. J'avais pensé à l'océan pour de l'or au coeur. j'avais été dans mon esprit, il était tel un bien recouvert m'empêchant de chercher de l'or au coeur. Et je suis devenu vieux") Concernant maintenant exclusivement les compositions, ici, mise à part deux morceaux à la dénomination de guitare antonyme (titre 8 et 10), c'est préférentiellement structurellement une ambiance unplugged pure et souveraine qui prédomine durant tout son déroulé, clairsemé d'un aspect ballade dominant, laissant juste la parenthèse d'une filicinée de blues semi-agité sur "Are you ready for the country", ainsi que les deux exemption branché déja cité. Qui plus est enluminé d'une seyante acousitque qui s'extasie d'une pureté naturelle exaucée d'une prise de son aérienne. Et pour ne rien gacher du plaisir (doux euphémisme !), des rajouts instrumentaux en joyaux de satisfecits vont s'associer au chanteur tant inspiré. De manière moins figurative, comme dans un arabica musical délectable et inaltérable, l'harmonica superbe en filigrane (titre 1 et 4), la pedal steel en arcade incantatoire, ainsi que les cordes d'abondances sur deux titres qui lévite et marque, pérenniserons l'ensemble en une accoutumance sonore tout droit sorti de cette pléthore créative country-folk. Cette maîtrise affinée semblant tout droit sortie d'un studio d'enregistrement aux envoûtements sacrée. Un indipensable !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 L'album hippie parfait, 17 août 2014
Par 
Stefy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Album impossible à dénigrer, il est d'une évidence totale et d'une richesse et d'une générosité indéniable, l'un des grands classiques de l'histoire du rock. Et comme tous ces derniers, on peut en préférer d'autres de son auteur, moins consensuels, plus personnels... Mais voilà, dès les premières mesures (en fait, dès la pochette, genre paquet de céréales quaker), il y a cet espace entre les instruments, cette respiration, ce sentiment champêtre doucereux: Neil Young fait une ode à la campagne (et non à la country) et il réussit donc parfaitement son coup. Hormis les deux incongruités très orchestrées que sont "A Man Needs A Maid" et "There's A World" qui déboulent ici un peu hors sujet (malgré leurs évidentes qualités: se reporter au live à Massey Hall pour de splendides versions en solo et donc dépouillées de leurs atours un brin pompiers), l'album est d'une grande (fausse) simplicité, déroulant languidement son bonhomme de chemin, d'une évidence radieuse et d'une tranquille assurance. A l'arrivée, tous les morceaux (hormis les deux précités) sont devenus des classiques hippies. L'album demeure donc cette parfaite réussite, et commerciale et artistique, le genre d'album qu'on trouvait dans n'importe quelle chambre d'étudiant durant les années 70, l'album donc imparable et qui résonnait chez tous ceux qui l'écoutaient comme une parfaite représentation de l'époque. Un album phare et important donc, qui marque son époque. Il est donc devenu depuis ce classique inaltérable et hors du temps tout en capturant parfaitement l'esprit de son époque. Bref, une référence. Je reviendrais seulement sur le fin de l'album, particulièrement intéressante et qui en dit beaucoup plus qu'on ne croirait. "Alabama" renvoie, huitième morceau, au Neil Young engagé et rageur, qui dénonce. Non, clairement, Neil Young ne s'est pas assagi malgré sa pause bucolique. D'autres brulots viendront, sa flamme est loin d'être éteinte. Suit "Needle And The Damage Done", préfiguration du noir "Tonight's The Night". La vie, et donc la mort, rodent toujours: on ne peut se suffire d'une ballade en forêt. Young cloue le disque par le plus long morceau et aussi par le plus électrique, ou l'on retrouve sa guitare acide et épileptique, "Words", charriant la fougue et la rage plus ou moins contrôlées de "Down By The River" ou "Cowgirl In The Sand", comme pour dire, là encore, que le feu brule toujours, que la rage n'est pas éteint, que la colère intérieure est toujours bien présente. Voilà, pour le reste, on se laisse aller à cette promenade dans les champs, morceaux simples mais superbes, portés par une tranquille assurance bien reposante et, en tout cas, fort addictive. L'album hippie dans toute sa splendeur car moins manichéen et cliché qu'on ne croit. Un des indispensables de l'histoire du rock.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 parfait, 1 juin 2014
Par 
beaudier fabrice (Quincy sous senart, france France) - Voir tous mes commentaires
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harvest (CD)
Cacher les conseils et les directives
Vous devez avoir 13 ans ou plus pour écrire des commentaires sur Amazon. Votre commentaire sera identifié comme un achat vérifié par Amazon.

Voici quelques conseils pour écrire de bons commentaires :

Expliquez pourquoi vous avez aimé ou pas aimé ce produit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 27 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Neil Young : Harvest [DVD audio]
Neil Young : Harvest [DVD audio] de Neil Young (DVD audio - 2002)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 65,00
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit