undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles24
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 février 2016
Je viens de recevoir cette très belle version. Distribution homogène.
Seul défaut: Les sous-titrages dans le 2ème DVD des Walkyries. Les bribes de phrases sont mélangées, ce qui rend le texte incohérent et incompréhensible.
J'aurai mis 5* pour la qualité de l'enregistrement, dommage de gâcher si bêtement une aussi belle interprétation. Résultat 3*.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2015
Je mets cinq étoiles car le MET qui nous proposait, pour la première fois, cette "Tétralogie" de Wagner a fait fort, très fort !!!
Les décors, les costumes, les éclairages sont au diapason de ce que souhaitait Wagner et quelle ingéniosité dans les trouvailles !
Les voix sont superbes et je pense que cette "Tétralogie" par sa beauté restera dans les annales longtemps...
On est loin des mises en scènes ridicules d'aujourd'hui ! Ah j'oubliais, James Levine à la baguette nous entraine pour un voyage au pays des merveilles !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2015
Vraiment, un remarquable spectacle, d'art total comme aurait dit Wagner.
Les décors sont stylisés mais sans faute de goût ; les costumes sont magnifiques et à la hauteur du mythe.
Les voix sont dans l'ensemble somptueuses et portées par des chanteurs dont la présence scénique est exceptionnelle avec deux restrictions toutefois : Siegmund et SIeglinde dont l'apparence physique trop lourde est heureusement bien compensée par la beauté vocale et la qualité d'interprétation ; l'oiseau de la forêt qui est la seule tâche sur le plan vocal de cet "Anneau" de rêve car D. Upshaw n'a rien de la magie que ce rôle exigerait. Quelques mentions spéciales mais ils mériteraient d'être quasiment tous cités : J. Morris est un superbe Wotan plein de subtilité, tout comme C. Ludwig est une Fricka et une Waltraute de toute beauté (leur duo de la Walkyrie est un modèle du genre) ; S. Jerusalem campe un Siegfried d'une rare finesse avec une voix qui n'est jamais prise en défaut dans la moindre intonation ; H. Behrens est une Brunhilde presque parfaite (un léger vibrato dans le medium dans Siegfried et le Crépuscule mais ce rôle est particulièrement exigeant vocalement et c'est la meilleur Brunhilde que j'ai entendue jusqu'ici). Mais il faudrait en citer encore beaucoup : M. Salminen ; Zeldnik (qui était également dans la version Boulez-Chéreau) etc...
Nous avons été subjugués pendant toute l'oeuvre car l'intrigue y est développée sans contresens et avec beaucoup de rythme alors que nous nous étions largement ennuyés devant le DVD de la version Boulez-Chéreau.
Certes, l'orchestre du Met n'est pas toujours au niveau de celui de Bayreuth qui connaît cette partition sur le bout des doigts mais J. Levine sait donner de magnifiques moments orchestraux (cf. la chevauchée que nous avons trouvée fort réussie et la mort de Siegfried particulièrement belle) et l'orchestre accompagne remarquablement les chanteurs.
Bref, l'assurance de passer plusieurs heures enthousiasmantes avec un niveau de qualité vocale dont on peut penser qu'il a maintenant disparu (difficile maintenant de constituer une distribution aussi heureuse en termes de niveau technique et d'interprétation)...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2014
Hormis toute considération musicale, interprétation, chanteurs.... etc... pour moi, un opéra de Wagner doit être mis en scène en ayant recours à une imagerie médiévale, germanico-scandinave, j'aime voir un Wotan ou un Siegfried aux allures "Vikings" plutôt que dans un pauvre décors moderniste complètement anachronique où ils sont presque habillés en costard cravate sur fond d'usine..... franchement, est-ce faire honneur à la magie wagnérienne originelle que de dénaturer ainsi ce qui reste avant tout un conte mythologique nordique des premiers siècles de notre ére????

Il n'y a qu'à voir les premières photographies du 19è siècle, dont certaines encore du vivant de Wagner, présente un décorum médiéval, germanique, avec perruques et armures.... on ne pourrait imaginer un rôle masculin le cheveux courts chez Wagner... pour moi, c'est une honte et une ineptie. Si certains trouvent cela trop "péplum" à leur goût, alors qu'ils cessent de faire semblant de s'intéresser au théâtre... Pour moi, le respect temporel, historique est important. Je m'imagine les héros de la mythologie grecque de la même manière. Et le décor naturaliste plutôt minéral de cette version est bien mieux que les expérimentations trop lasers et modernistes de certaines versions....
Concernant l'interprétation, je n'est rien à redire, l'orchestre comme les chanteurs sont bons, on peut regretter un prise de son perfectible...
On peut regretter également l'éclairage trop sombre de l'ensemble...
Les sous-titres en français marchent très bien. J'ai passé un très bon moment à regarder cette oeuvre dans cette version.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2014
Que dire de ce coffret sinon que tout m'a séduite. La musique de Wagner servie par un orchestre somptueux sous la conduite de James Levine. Des voix magnifiques dont on ne se lasse pas toutes on l'ampleur requise toutes savent rendre toutes les nuances voulues par Wagner toutes savent faire monter le drame prevu et voulu par le Dieu jusqu'au Crépuscule des Dieux. De très belles productions qui au long des 4 operas forment une unités. J'ai beaucoup apprécié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2014
Forcement au long d'un ensemble aussi magistral quelques petits moments creux sont inévitables.
Mais ce n'est que pour mieux apprécier les "bons" moments.
Au diable les considérations techniques, autant se laisser emporter par conte fantastique, fermer les yeux et se laisser transporter dans le domaine des dieux.....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 14 février 2014
Bon, c'est vrai qu'on a perdu les chanteurs historiques du Bayreuth d'après guerre, mais TOUS ceux de cette distribution sont à la hauteur de leur rôle et dignes de leurs grands ancêtres. Je n'ai noté aucune faiblesse, tant dans la voix que dans le jeu scénique.

Il est réjouissant de voir que des artistes d'outre Atlantique ont pris une relève qui se faisait attendre et qui mouche les ignares qui glosent sur le prétendu manque de culture des Américains.

James Levine conduit ici de manière très ductile un orchestre au sommet de son art sans prétendre imprimer sa marque personnelle à l'oeuvre.

Enfin, il y a la mise en scène: Au risque de passer pour un vieux réac, je dois dire que, sans vouloir dévaloriser ce qu'a fait Chéreau, cela fait du bien de voir enfin un "Ring" où les filles du Rhin ne sont pas déguisées en péripathéticiennes, Wotan en onc' Picsou ou en Hitler, Hagen en Himmmler, les hommes de Gunther en SS et où le Walhalla n'est pas repeint en Capitole washingtonien qui s'effondre dans le krach boursier de Wall Street.

Et pas de décors fantaisistes non plus, ce sont ceux du livret, à la lettre près. Le Rhin, la forêt, la maison de Hunding, le château des Gibichungen, le Walhalla, le rocher des Walkyries ...Finis les tabourets et les échafaudages qui étaient censés redonner du punch au symbolisme de l'oeuvre.

Si l'on souhaite voir le Ring tel que Wagner l'a conçu, tant dans l'interprétation que dans les décors et la mise en scène, c'est cette version qu'il faut privilégier, d'autant que, techniquement, le produit est parfait. La prise de son est irréprochable et les images superbes.

Seule réserve : elle concerne la première scène de l'acte 1 de La Walkyrie. Sans remettre le moins du monde en cause le très grand talent de Jessy Norman, et au risque de passer pour un affreux raciste, j'aimerais que l'on m'explique comment des jumeaux issus de parents blancs peuvent être l'un blanc et l'autre noir ! Jessy Norman n'a rien d'une princesse germanique, fille d'un Dieu scandinave. En outre, tant en raison de la corpulence que du jeu de scène des acteurs (le sien autant que celui de Lakes) , il manque cruellement aux jumeaux incestueux la dimension de passion ravageuse qui devrait les emporter et nous avec eux. Si les deux chanteurs avaient eu 20 ans et 30 kilos de moins, on aurait pu y croire...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En toute candeur...Ce que j'aime chez les "Wagneromaniaques" c'est leur absolue intolérance, leur capacité à s'étriper avec une rapidité supersonique et leur sens aigü de l'injure..Bref on est sur la Planète Rock...c'est noc les gars mais bienvenue au Club ("WHO ou Led Zep ?")
1717 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2013
Prodigieuse interprétation, on ne peut qu'aimer la tétralogie après cette version culte. Excellente mise en scène collant bien à ce
livret plutôt complexe.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 février 2013
Les tragédies sont universelles. Chantées, dites, ou dansées, elles portent toutes nos espoirs et nos doutes. Elles bousculent les dictates les dogmes et surtout le destin auquel nous nous croyons enchainé.
Le Ring en est une. Merveilleuse, pathétique, cruel. C'est un conte philosophique pour adultes, que seul les enfants peuvent comprendre.
La tragédie à besoin d'être ressentie, actée, jouée.
Alors!!!
Dans cette interprétation, ou est passé Brünnhilde, sublime Antigone, qui dirat non à son père, parce qu'elle l'aime plus que tous?
Ou est Sieglinde, fustigée, bléssée, baffouée, mais prète à aimer contre toute convenance?
Ou est passé Siegfried, simplet, pur, courageux, incapacble de mentir, et matyr odieusement trompé parce qu'imbecile consanguin
Enfin, ou est Wotan, adolescent capricieux et insouciant qui finit par tout perdre par passion.
Oui! Les Dieux sont bien morts. Tué part une mise en scène fade et convenue, par des décors surchargés, des effets speciaux inutiles et par une sorte de compétition entre interprètes (sublime soit)mais seul dans leur perfomances.
33 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)