undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

26
4,5 sur 5 étoiles
Beggar's Banquet - Edition remasterisée
Format: CDModifier
Prix:10,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 juin 2014
Un album mythique a écouter avec celui fais dans le sud de la France cela reste un de mes préfère , envoie soignée et rapide. Thx :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 février 2002
L album s'ouvre sur le legendaire Sympathy For The Devil et montre bien (apres la sortie du single Jumpin' Jack Flash) que les Stones reviennent a leurs racines et vont meme au dela.
Du blues (No Expectation) au Folk (influence dylanienne sur Jig Saw Puzzle), en passant par la country ( Dear Doctor ), et de tres bons rocks joués sans concession et aux guitares saturés (influence de Sister Ray du Velvet Underground). Un excellent album, l un de leur meilleur, a acheter de toute urgence.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 4 juillet 2011
Difficile d'aborder l'imposante discographie des Rolling Stones avec objectivité. Après un début de carrière brillant (bien résumé par les albums "Flowers" et "Aftermath"), la bande à Jagger atteint son apogée et s'apprête à subir du même coup des métamorphoses (mort de Brian Jones, arrivée de Mick Taylor). De cette période magique, on retient généralement trois albums, "Let it bleed", "Sticky fingers", puis, chronologiquement le premier d'entre eux, et peut-être le plus réussi: "Beggars banquet", publié en 1968. Dans cet opus exceptionnel, on trouve des titres emblématiques du rock stonien comme "Street fighting man" et "Stray cat blues", mais on y croise également une tonalité résolument folk, à travers les petits bijoux acoustiques que sont "Factory girl", "Dear doctor" ou Prodigal son" (influencés par Gram Parsons), un boogie rampant (l'entêtant "Parachute woman") et une magnifique ballade bluesy "No expectations". Mais le sommet du disque demeure sans aucun doute l'incroyable "Sympathy for the devil", qui échappe à toutes les classifications... Un ovni plus proche de la musique africaine que du rock, une sorte d'odyssée soul-folk qui préfigure presque le rap avec un texte éructé par un Jagger en état de grâce.
Les années 1968-1971 constituent la grande époque des Stones: trois albums légendaires, un live monstrueux (Get ya ya's out), et des singles formidables (Jumpin Jack Flash, Honky Tonk Women). A partir du décevant "Exile on main street" (que certains considèrent pourtant comme un chef-d'oeuvre), le déclin va s'amorcer. Durant quatre décennies, le groupe va alterner les albums plutôt bons (Goat's head soup, Black and blue, Tattoo you), assez moyens (It's only rock n'roll, Some girls) ou franchement mauvais (Undercover, Dirty work, Bridges to Babylone). Mais jamais les Rolling Stones ne retrouveront le son et l'inspiration de "Beggar's banquet".
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 août 2002
ce disque est à la fois un aboutissement et un nouveau départ:après les errances,il marque le retour au blues et au rock,revisité par un groupe en etat de grâce capable de varier les climats :de Sympathy for the Devil à Salt of the earth,toutes les compositions sont inspirées et traduisent au mieux l'état d'une civilisation (68!!!)avec vigueur musicale...et subtilité verbale.Si le rock est un art,en voici le modèle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1968 : Keith Richards a découvert la guitare picking, instruit par son ami Gram Parsons, ex-Byrds. Il s'ensuit un son unique dans la carrière des Stones, très inspiré par un blues matinée de country avec des morceaux comme Prodigal Son ou No Expectations, Jagger, de son côté, pond "Sympathy for the Devil" son morceau phare. Beggar's Banquet est l'un des 4 grands albums du groupe avec Let it bleed, Stcky Fingers et Exile...
Daniel Ichbiah, auteur de Rock Vibrations - la saga des hits du rock
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les Stones à leur apogée, ça va de "I can't get no"à "It's only Rock'n'roll". Dans cette Course de char solaire, il y a des morceaux mythiques....des compositions qui survivront à tout et qui ne cesseront d'exister qu'à cause de la Fin des Temps ou de la suppression du Rock....Pour ma part, le Trident de la Fourche Stonienne, c'est "I can't get no", "Jumpin'Jack Flash" et "Sympathy for the devil".

Dans le film de Godard (je ne l'ai regardé que pour la session musicale) on voit comment Brian Jones n'est plus rien et le tandem Jagger-Richards tout....
Le Rock revient debout sur ses pattes avec la puissance d'un boomerang.

Après cela, on mesure l'inanité des choses....
1818 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 janvier 2008
Les Rolling Stones abandonnent le style psychédélique et nous balancent à la figure cet excellent album avec en ouverture magistrale "Sympathy for the devil" : symbiose entre les musiciens et la voix de Jagger (comme les Doors sur LA Woman). "Street fighting man" , où on sent le son brut et violent qui sont la vraie marque de fabrique des Stones. Un très bon album pas toujours homogène mais que l'on doit posséder.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J'ai souvent vu cet album décrit comme le meilleur des Stones. Certes, on y retrouve le mythique "Sympathy for the devil" dont l'enregistrement est film dans le film éponyme de Jean-Luc Goddard. Cependant, je dois avouer être en contradiction avec tous ces concerts de louanges. Il y a bien quelques chansons que j'apprécie (Street fighting man, no expectation, salt of the earth) mais je ne trouve pas que chaque chanson mérite qu'on s'attarde dessus.

On sent que le groupe est là en fin de cycle (Brian Jones est sur le départ et Mick Taylor n'est pas encore arrivé) et que le groupe manque de direction (on n'imagine pas le groupe chanter la majorité de ces chansons sur scène). Je préfère de loin le saignant "Let it bleed"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après une période plus psychédélique, "Beggars Banquet" marque en 1968 le retour des Stones aux racines du blues et du rock(avec une dose de country pour agrémenter le tout). Album plutôt inégal, "Beggars Banquet" est porté par les deux OVNI musicaux que sont "Sympathy for the Devil" et "Street Fighting Man", ainsi que par la voix de Mick Jagger qui répond avec force et conviction à la guitare tantôt rock, tantôt blues de Keith Richards. Un admirable duo hyper fusionnel qui donne sa pleine mesure dans cet album. C'est également leur premier album produit par Jimmy Miller qui a travaillé avec Steve Winwood, Spencer Davis Group, Plasmatics ou Motörhead... Un album varié et prometteur, énergique et convainquant. A l'image de "Sympathy for the Devil" qui est littéralement bluffant, les Stones savent faire des standards d'une géniale simplicité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 août 2013
Du vieux Stones, pas mal, bien que je ne sois pas un grand fan du groupe. Sinon côté qualité acoustique , c'est du remasterisé, et pour une fois ça se sent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Let It Bleed - Edition remasterisée
Let It Bleed - Edition remasterisée de The Rolling Stones (CD - 2015)

Aftermath - Edition remasterisée
Aftermath - Edition remasterisée de The Rolling Stones (CD - 2015)

Exile on Main Street
Exile on Main Street de The Rolling Stones (CD - 2010)