Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

29 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique version, 28 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel - Rinaldo / Bartoli, Daniels, Fink, AAM, Hogwood (CD)
Je n'ai pas toujours été un fan d'Hogwood car je trouve que son approche de la musique est souvent linéaire, qu'elle manque de contrastes et que tout finit par se ressembler finalement. Je serai bien en mal de lui faire ce reproche dans ce superbe enregistrement de Rinaldo, où il a en plus sollicitée un plateau de solistes de premier ordre. Son Academy a gagné en souplesse avec le temps et les couleurs de son orchestre sont belles, riches et épanouies. La direction du chef s'est bien assouplie aussi, abordant avec retenue cet opéra mais avec davantage de contrastes rythmiques, permettant de différencier les épisodes entre eux. Il a recours à des effets spéciaux de mise en scène ajoutant de la magie à cette lumineuse version : ainsi, l'arrivée d'Armida est accompagné par un tonnerre foudroyant et la scène d'extase à la nature d'Almirena par de charmants gazouillis d'Augelletti. Ce souci de représentativité place sous les meilleurs auspices cette divine version.
Côté solistes, les reproches sont moindres : David Daniels n'est peut-être pas la voix la plus assurée dans les vocalises (Or la Tromba ou Venti Turbini montre les limites actuelles de sa voix) mon son legato de velours, son timbre si riche et son expressivité naturelle font de son incarnation une belle réussite. Le "Cara Sposa" est même un moment très poignant, immobile dans le temps, transportant (pour moi, qui ne suis pas (du tout) fan des contre-ténors, c'est le plus beau compliment que je puisse faire à une voix) Ce n'est sans doute pas l'incarnation la plus marquante de Bernarda Fink au disque (Goffredo) mais la voix est toujours aussi belle, le timbre riche et finalement, elle entre dans le rôle avec conviction. Luba Orgonasova est plus problématique : sa voix est énergique (Vo far guerra) et même poignante (Ah, crudel !), son chant possède une bonne technique, mais son timbre n'est pas des plus plaisants et sa diction et son italien ne sont pas exceptionnels. On oubliera l'insipide Daniel Taylor, inexpressif et vocalement dépassé par son rôle (Eustazio, frère de Goffredo), on appréciera les voix des deux sirènes dans leur unique duo et on applaudira à tout rompre le prodigieux Argante de Gerald Finley. Torturé et virtuose dans "Sibillar" (accompagné par de somtueuses trompettes et d'impressionnantes timbales), émouvant dans "Vieni, o cara", amoureux dans "Basta, che sol tu chieda" il signe une incarnation de tout premier ordre qui a de quoi enthousiasmer. Quant à la divine Cecilia, elle donne à Almirena une exquise féminité et une sensualité inégalées. Elle éblouit par sa forme vocale dans "Combatti da forte", elle émeut si profondément dans le "Lascia, ch'io pianga" mais c'est dans la dimension extatiue du personnage qu'elle est la plus inoubliable. Son "Augeletti" est à graver d'une pierre blanche tant par la sensualité qui en ressort que par la perfection du chant. Et le duo qui suit avec David Daniels n'est pas moins charmeur, les deux chanteurs ayant des voix magnifiquement complémentaires. On pourrait même déceler une dimension érotique dans la partie centrale de l'air, tant l'enlacement des voix des deux amants frise le trompe-l'oeil. Cela prête à discussion. En tout cas, c'est splendide. Remercions le talent de tous ces beaux artistes qui nous font vivre de grands instants de musique. Un reproche : des récitatifs parfois neutres et manquant de répondant dans les dialogues. Avec René Jacobs, ils seraient beaucoup plus parlants, mais son intégrale ne m'a pas beaucoup plu, à cause de voix trop inégales et d'une tendance un peu trop marquée à apposer sa marque à chaque mesure (parfois même à chaque note). Sinon, autre reproche pour la version Hogwood : un manque de théâtralité dans sa réponse orchestrale (mais quels solstes ! : les flûtes à bec envoûtantes, les trompettes brillantissimes, les hautbois magnifiques ; seuls les cordes grincent un peu mais rien de fatal) Sinon : rien, c'est absolument magnifique !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grandiose, 21 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel - Rinaldo / Bartoli, Daniels, Fink, AAM, Hogwood (CD)
Si vous avez du mal à choisir parmi les nombreux enregistrements de cet opéra, écoutez l'extrait de la piste 12, disque 2, intitulé "Lascia ch'io pianga". Soupiré par la sublime Cécilia Bartoli, ce célèbre lamento justifie à lui seul l'achat de ce coffret où domine l'excellence. David Daniels qui joue le rôle titre nous livre une prestation flamboyante autant dans les moments héroïques que lorsqu'il pleure la disparition de sa bien-aimée dans un "Cara Sposa" désespéré.
Frémissant de sensibilité, Christopher Hogwood parvient à maintenir intact du début à la fin, le climat de passion parfois un peu kitch, qui domine cette oeuvre grandiose, plus proche par sa structure "baroqueuse" d'un oratorio - sur le modèle des passions de J.S. Bach - que de l'opéra classico-romantique du 19e siècle.
The Academy of Ancient Music, fidèle à sa tradition, fait vibrer ses violons anciens sous la conduite du très intuitif Andrew Manze qui joue rien moins qu'un Amati de 1690.
Pour rester dans la note, l'enregistrement réalisé en 1999 dans l'enceinte du Henry Wood Hall à Londres frôle la perfection, aidé en cela par l'exceptionnelle acoustique de cette ancienne église transformée en haut lieu de la prise de son.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


35 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enthousiasmant !, 1 novembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel - Rinaldo / Bartoli, Daniels, Fink, AAM, Hogwood (CD)
La musique baroque passe souvent pour de la soupe destiné au troisième âge et les commentaires concernant son opéra vantent l'aspect soporifique... C'est vrai que de nombreux opéras de Haendel m'ont surtout ennuyé... Mais il suffit d'une pépite et la voici !
Rinaldo est LE meilleur opéra de Haendel : guerre, sorciers, amour et exotisme, autorisent des inventions et déchaînements musicaux. Peu importe que l'intrigue soit abracadabrante : de toute façon, à moins d'avoir une excellente chaîne, de bonne oreilles et de parler italien, on ne comprend rien ; seule demeure les mélodies, dont l'air célébrissime « Lascia ch'io pianga ».
J'ai attendu près de 20 ans que soit éditée une bonne version de cet opéra, aussi je ne vous cache pas mon enthousiasme : Bernarda Finck, bien que Haendelienne réputée internationalement, ne m'est jamais apparue comme une grande voix, mais elle incarne au mieux son rôle de général ; Cecilia Bartholdi, soprano talentueuse, francophone accomplie et très sympathique qui plus est, ne m'a jamais emballé (hélas ! ;) car je la trouve trop maniérée. Ceci dit, les critiques sont unanimes pour la considérer comme une des plus belles voix actuelles, à la technique irréprochable. Enfin, comment ne pas encenser David Daniels, le contre-ténor le plus enthousiasmant qui soit : ses prouesses vocales paraissent si naturelles qu'on croirait qu'il s'amuse là où d'aucuns ne verraient que passages pyrotechniques ! Un peu comme certains pianistes font oublier la technique époustouflante des études d'exécution transcendantes de Liszt pour laisser s'exprimer la poésie que, par ailleurs, beaucoup d'interprètes sont incapables de reproduire. Quant à Hogwood, il est fidèle à sa réputation de bon chef baroqueux et son orchestre attitré (l'Académie of Ancient Music) s'en donne à coeur joie.
Avec Rinaldo, Haendel a conquis le public londonien. Je ne doute pas qu'il puisse réitérer l'exploit trois siècles après ! Avec « Orpheo ed Euridyce » de Gluck et « Les Indes Galantes » de Rameau, c'est l'un des plus beaux opéras baroques. Pour le découvrir, écoutez l'arrivée fracassante de la sorcière Armida (la puissante soprano Luba Orgonasova) sur son dragon (CD 1 plage 15) : après cela, les trucages de La guerre de étoiles vous paraîtrons d'aimables pastiches ! non seulement c'est impressionnant, mais, en plus, c'est beau !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit