undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles34
4,5 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 janvier 2015
C'est un personnage un peu marginal mégalo mais on ne peut se contenter de citer le roi Otis la reine Aretha le fou James il faut encore le cavalier Marvin à côté de la tour Etta
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2014
Un album riche d'enseignement la musique est pure et transparente .Intemporel et subtil traduisez les paroles vous verrez a quel point marvin gaye a réussi un tel chef d'oeuvre.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« What’s going on » inaugure le déclin et entérine le changement du style Motown. Déclin n’est peut-être pas le terme qui convient, parce que ce premier disque solo de Marvin Gaye ou plus encore ceux de Stevie Wonder afficheront des chiffres de vente plus que conséquents. Mais c’est toute une tradition, toute une culture de la maison de disques de Detroit qui se trouve remise en cause.
Motown, c’était l’usine à hits des sixties, axé sur le 45T. Une entreprise dirigée de main de fer par son créateur Berry Gordy. Avec une organisation quasi militaire. En haut, Berry Gordy, le Boss. A l’étage inférieur, les auteurs (Holland/Dozier/Holland, Smokey Robinson, …) et les musiciens (les Funk Brothers, fantastique groupe de studio qui joue sur tous les titres des 60’s). Viennent ensuite les stars, les figures de proue médiatiques du label (avec à leur tête Diana Ross, Gladys Knight, Little Stevie Wonder, …). Enfin, au bas de l’échelle, toute cette fourmilière d’employés attendant que le bon vouloir du maître leur confie une session de studio ou un titre à chanter. Marvin Gaye a commencé tout en bas, préparer le café, aller chercher des pizzas, ce genre de choses… De temps en temps, quand les Funk Bros étaient en tournée, il faisait des sessions à la batterie. Puis quelques chœurs sur les disques des autres. Puis on lui a refilé des morceaux que personne voulait chanter et dont il a fait des hits. Jusqu’à devenir au fil des années une des figures qui comptent dans le label. Et surtout un des rares à faire de la soul stricto senso, et à souvent chanter en duo avec Tammi Terrell. Un amour platonique unissait les deux, et elle s’effondrera dans ses bras sur scène, victime d’une tumeur foudroyante au cerveau, dont elle ne tardera pas à mourir. Marvin Gaye ne s’en remettra pas, abandonnant plus ou moins sa carrière.
Quand il veut revenir, il frappe un grand coup, entamant un bras de fer avec Berry Gordy pour pouvoir gérer seul sa carrière. Pas simple, la femme de Marvin, Anna, de dix-sept ans son aînée, est la sœur de Berry Gordy. Bonjour l’ambiance dans les repas de famille …
Marvin Gaye obtiendra gain de cause, il enregistrera ce qu’il veut, et ses disques continueront de paraître sur Motown. Lui qui jusqu’à présent était le chanteur soul, celui des bleus à l’âme et des peines de cœur, va effectuer par ses textes un virage radical. La Motown dans les sixties, c’était un peu le pays des Bisounours, les chansons « gentilles », alors que la communauté black américaine commençait à s’embraser (les émeutes de Watts, Angela Davis, Luther King, Malcolm X, James « say it loud, I’m black and I’m proud » Brown, …). Et là, coup sur coup, parce que la concurrence artistique et « politique » des autres labels la poussait au cul, Edwin Starr avec « War » et les Temptations avec « Ball of confusion » allaient remettre la Motown sur les rails de la revendication sociale … C’est dans ce contexte que paraît « What’s going on », qui sera le disque le plus résolument politique de Marvin Gaye.
Rien qu’à voir la pochette, on est frappé par ce regard hautain qui se fout de l’objectif du photographe, ce sourire un peu narquois, cette photo prise sous la pluie. A l’opposé des visuels traditionnels du genre. Sur chaque face du 33T original, tous les titres sont enchaînés, et construits autour de thèmes musicaux très proches. Une impression de n’avoir à faire qu’à des variations d’un même titre, impression renforcée par la voix de Marvin Gaye, qui se cantonne à un registre soyeux, léger, quasi murmuré … on est presque dans le concept album. Et puis, Marvin Gaye ne fait pas dans l’elliptique. De l’interrogation sur « l’état du monde » (« What’s going on »), de son rapport avec le mystique et la religion, (« Wholy holy », « God is love », Gaye est le fils d’un pasteur très strict qui l’assassinera le jour de ses 45 ans), de l’évocation de la guerre (« What’s happening brother », Marvin a son frère au Vietnam), de celle des ghettos noirs (« Inner City blues »), du monde que l’on laissera à nos enfants (« Save the children »), et même d’écologie, un mot très rarement utilisé à l’époque (« Mercy mercy me »). Sans oublier les poudres blanches qui sur la durée seront ses plus fidèles compagnes (« Flyin’ high »).
La musique, cette soul langoureuse et mid-tempo, soulignée par des cordes, des cuivres (mais toujours légèrement, on n’est pas chez Earth, Wind & Fire), s’orientant parfois vers des sonorités jazzy ou bluesy, va marquer son époque, orienter le son et générer les succès de toute une frange de la soul (Curtis Mayfield, Isaac Hayes, le Philly sound, …). Ce disque est un choc, tant pour l’esprit que pour l’oreille. Les hits seront là et bien là, trois titres classés en haut des charts (l’insurpassable « What’s going on », « Inner city blues », « Mercy mercy me »), l’album sera également un carton commercial, une influence durable (la réponse sarcastique de l’autre génie black du moment Sly Stone avec « There’s a riot goin’ on »), et régulièrement cité dans le Top Ten des meilleurs disques jamais publiès tous genres confondus …
99 commentaires2 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2014
Ce disque est un des LP incontournables du label Motown. Je connaissais les morceaux sans posséder l'objet, après avoir vu dernièrement l'émission "Great Black Music" consacrée à Marvin Gaye à l'occasion du 30ème anniversaire de sa mort, je l'ai acheté. Et je ne le regrette pas.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2015
Quoi dire sur ce mythique album de Marvin Gaye ?? Qu'il est génialement sublissime ?? Oui ! Et cette édition vinyle est de très bonne facture, à avoir absolument dans sa discothèque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2015
Marvin gaye une voix exceptionnelle un tres bon album en puissance tres bon morceaux sur ce disque rien a dire ça c'est de la soul.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2015
Album extraordinaire ! A écouter absolument si ce n'est pas déjà fait. Avis aux nouvelles générations ;o) A ne pas louper !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mars 2012
Moi mon avis, c'est facile comme commentaire mais "c'est trop bon", pour ceux qui comme moi ce souviennent de la pub au cinéma pour le Chewing-gum, avec ce registre dans les graves à couper le souffle; Dans le même registre, ils savent aussi très bien le faire les publicitaires qui ont travaillé pour la Gaumont, déjà dans les année 80.....et encore maintenant.

Moins 1 étoile car il n'y à pas de boitier en métal, mais le " Package " reste très soigné
Avec 2 pochettes cartonnées, avec numéro à 5 chiffres au dos de la 1er + la pochette de protection blanche en coton comme pour les SACD, DXD et autre disque de ce type.

Hélas seulement deux pistes stéréo, 2.0. Une pression en DSD sur Ultradisc UHR Gain2.
A l'écoute, c'est précis, chaque son à la même hauteur de ton pour l'ensemble des pistes avec quelque particularités, on n'est pas en enregistrement live, c'est vraiment un enregistrement studio.

Sur la piste 7 en DSD directe 2.0, la voie de Marvin est d'abord en retrait par rapport aux instruments, et après 60s il revient à la même hauteur que ces instruments, il bouge dans le studio, et je pense entendre que ce n'est pas le technicien sur la table de mixage qui joue des niveaux. Ce qui fait de ce disque un superbe « Original master recording »

La piste 6 est pour moi "magique" avec par exemple un mixage ProLogiqueIIx musique (pour ce 2.0), les basses et la voie sont plus présente que le reste , c'est une écoute personnel qui me convient bien ici.Même si c'est dommage que contrairement au live, elle est trop courte avec seulement 3mn.

xavier.
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2008
Que dire Sur cette album tout d'abort c'est Marvin Gaye le Grand Maitre de la music soul ,je me prend des claques a chaque fois que j'écoute cette album surtout en deluxe dont il y a des morceaux enregistré en studio des remix et des inédits.
Sa reste Marvin Gaye le Maitre ou tout le monde passe par lui pour comprend le sens et Le mots MUSIC VÉRITABLE.
0Commentaire4 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2009
Beaucoup plus jeune et inexpérimenté, respectueux de la parole des anciens et des critiques, je me suis laissé abuser par des avis similaires à ceux qui fleurissent ici. Jeune ou moins jeune, qui t'intéresses à la musique noire, passe ton chemin, n'achète pas ce disque; tu le regretteras vite. Honnêtement, qui achète un disque de soul pour les paroles? Y-a-t-il tant d'anglophiles dans notre beau pays? Idem pour la soi-disant conscience politique: arrêtez de flatter votre ego de citoyen responsable et de vous draper dans votre bonne conscience. Si la musique devait changer les choses, ça se saurait depuis le temps. Les disques coûtent cher, du moins pour ceux qui en achètent encore: il ne faut pas dire et conseiller n'importe quoi. Quant à la forme, ce disque est d'un ennui total, geignard, baigné de cordes sirupeuses et de choeurs ethérés. C'est consternant de prétention et ça swingue comme l'annuaire du téléphone chanté par Delerm. Pas de Marvin Gaye, donc, mais du Wilson Pickett, de l'Otis Redding, du Johnny Taylor, de l'Aretha Franklin, du Candi Staton, du Ann Peebles...etc. SHUFFLE MASTER
33 commentaires3 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,60 €
7,00 €
8,24 €