undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: DVD|Modifier
Prix:2,93 €+ 2,79 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Comme Sunset Boulevard, In A Lonely Place a pour toile de fond Hollywood. Réalisé la même année, en 1950, ce très beau film de Nicholas Ray est connu sous le titre français « Le Violent », titre exaspérant qui n'évoque pas tout à fait l'essentiel du contenu original, à savoir le thème de la solitude de toutes celles et ceux qui luttent contre leurs propres démons. La solitude de l'artiste et celle d'un monde sans amour. Le titre français aurait ainsi pu s'intituler « lieux solitaires, coeurs solitaires », ou encore « j'ai vécu le temps que tu m'as aimé », l'une des plus belles répliques de ce fleuron du septième art. Le scénario n'est pas tout à fait typique du film noir (bien qu'il y ait eu crime, il me ferait plutôt penser à cet autre grand film de la même époque, le superbe Lost Weekend, connu sous le titre Le Poison. Comme dans le film de Billy Wilder, il s'agit d'un écrivain en proie à ses tourments, mais le ton de « In A Lonely Place » est bien plus pessimiste à mon avis). Quant à la mise en scène, elle est loin d'être conventionnelle. Ray s'intéresse plus à la psychologie de ses personnages qu'à la recherche du meurtrier. Pas de femme fatale par ici, ni de coup de feu et encore moins de plan sordide. Mais l'évolution d'un couple où l'un est suspecté de meurtre... Humphrey Bogart dans l'un de ses plus beaux rôles, interprète Dix Steele, brillant scénariste de cinéma (ce rôle de cinéaste, il l'interprètera à nouveau quelques années plus tard dans le magnifique The Barefoot Comtessa de Mankiewicz)…

Dix Steele n'a pas la tâche facile. Ses producteurs (Selznick est même cité!) lui demandent d'adapter des romans nullissimes… Mais pourquoi donc les adapter? Tout simplement parce que ce sont des best-sellers et que c'est rentable. C'est la première réflexion intéressante de ce film (pour quoi fait-on des films et pour qui? à quoi sert un scénariste? la recette compte-t-elle plus que la créativité?). Au début du film (magnifique scène sur la route de Los Angeles) Steele écœuré est au bord de la crise de nerf. Puis, il rencontre une jeune femme, Mildred Atkinson (plutôt banale) qui lui fait le résumé d'un roman sur lequel il va devoir plancher. Le lendemain, Mildred est retrouvée morte, assassinée, et Steele est tout bonnement le premier suspect... La police est bien au courant du tempérament colérique et erratique du scénariste. Et si Dix Steele a un ennemi, c'est bien lui-même. Mais le personnage est plus ambigu qu'il y paraît. Et ce meurtre dont on ignore le coupable n'arrange rien. Heureusement, sa voisine, Laurel, jouée par Gloria Grahame lui donne un alibi (l’actrice nous offre sans doute son plus beau rôle ; il se trouve qu'elle est alors l'épouse de Nicholas Ray...). Petit à petit, une relation amoureuse naît entre eux...

In a Lonely Place pourrait en déconcerter plus d'un, parce qu'il refuse le schéma conventionnel propre à Hollywood. Ray ne cède pas à la facilité, ni au sensationnel (le film se différencie de The Big Knife de Robert Aldrich, autre grand film traitant à peu près du même sujet). Les personnages luttent contre eux-mêmes, en silence ou par éclats. On sent qu'ils souffrent, qu'ils doutent, qu'ils perdent pied. Tout est fragile dans ce film. Tout peut basculer... Et cela, Ray le rend de façon prodigieuse. Visuellement, c'est également déconcertant : les angles de vues ne sont pas toujours fixes. Et quand Boggie, après une colère mémorable, un soir, sur la plage, prend le volant, la caméra donne aux spectateurs le sentiment d'être à ses côtés. Très grande liberté visuelle, mise en scène nerveuse, dialogues inoubliables (« je suis né avec ton baiser, je suis mort lors de ton départ, j'ai vécu le temps que tu m'as aimé... »), acteurs convaincants (Humphrey Bogart ne m'a jamais paru aussi ambigu et attachant que dans ce film, même s'il est parfois hideux, il paraît vulnérable, et Gloria Grahame quittant les rôles de garces qu'elle avait l'habitude d'interpréter se trouve dans un rôle de composition exceptionnelle). In A Lonely Place possède toutes ces qualités. La fin du film dont je ne dirai rien est l'une des plus tristes et des plus belles de l'histoire du cinéma. C'est surtout une grande réussite du genre, injustement méconnu.

_______________________________________________________________________________

Langues disponibles dans cette édition dvd (Columbia Classics) : français et anglais seulement. Sous titres : français et anglais. Bonus : Curtis Hanson (le réalisateur de l'admirable L.A. Confidential) revient sur les lieux du tournage...
22 commentaires|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2012
La filmographie de Nicolas RAY abonde en chefs d'oeuvres passés aux oubliettes des rééditions françaises en DVD. Ou alors j'ai loupé celle de ce film qui s'intitule chez nous "Le violent". Quoi qu'il en soit, jetez-vous sur cette magnifique histoire d'amour (et terrifiante dans sa triste banalité) dans laquelle Bogey tient l'un des 2 ou 3 plus beaux rôles de sa carrière. Il ne faut pas oublier de mentionner la "girl next door" interprétée par la romanesque Gloria Grahame (Mrs Ray à l'époque), qui bien qu'elle soit là encore une victime n'est pas pour une fois la garce de service (ceci dit, elle est superbe aussi dans "Règlement de comptes" de Fritz LANG).
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2011
Columbia Pictures presents "IN A LONELY PLACE" (1950) (94 min/B&W) -- Starring Humphrey Bogart, Gloria Grahame, Frank Lovejoy, Carl Benton Reid & Art Smith

Directed by Nicholas Ray

Screenwriter Dixon Steele, faced with the odious task of scripting a trashy bestseller, has hat-check girl Mildred Atkinson tell him the story in her own words. Later that night, Mildred is murdered and Steele is a prime suspect; his record of belligerence when angry and his macabre sense of humor tell against him. Fortunately, lovely neighbor Laurel Gray gives him an alibi. Laurel proves to be just what Steele needed, and their friendship ripens into love. Will suspicion, doubt, and Steele's inner demons come between them?

Despite the fact that the plot is ostensibly a 'did he do it?' crime story, this is largely inconsequential to the psychological character and relationship study that is the central concern of the film. The script is smart, witty and cynical, just like a typical Bogart character. But in this film Bogart plays probably his darkest character. The cynical, darker aspects of this film just go to highlight how few contemporary films are prepared to be so bleak.

In some of the scenes with Gloria Grahame he's at his smooth, wisecracking, slightly irritable best, but in the moments where the anger and the fog of despair descends he is a more threatening character than in any of his other leading man roles.

If you like a cracking script with sharp performances, with all kinds of deep psychological observations on love and loneliness to be read into it, in the best noir tradition, this is the film for you.

"In A Lonely Place" could be director Nicholas Ray's best. It's a fascinating movie that mixes drama, suspense and romance in a very interesting way. You could call it Noir I suppose, but it's a very difficult movie to tie down.

Powerful Bogie noir - often described as one of his best (now that's saying something!)

BIOS:
1. Nicholas Ray [aka: Raymond Nicholas Kienzle] [Director]
Date of Birth: 7 August 1911 - Galesville, Wisconsin
Date of Death: 16 June 1979 - New York City, New York

2. Humphrey Bogart [aka: Humphrey DeForest Bogart]
Date of Birth: 25 December 1899 - New York City, New York
Date of Death: 14 January 1957 - Los Angeles, California

3. Gloria Grahame [aka: Gloria Hallward]
Date of Birth: 28 November 1923 - Los Angeles, California
Date of Death: 5 October 1981 - New York City, New York

4. Frank Lovejoy
Date of Birth: 28 March 1912 - The Bronx, New York
Date of Death: 2 October 1962 - New York City, New York

Mr. Jim's Ratings:
Quality of Picture & Sound: 4 Stars
Performance: 5 Stars
Story & Screenplay: 4 Stars
Overall: 4 Stars [Original Music, Cinematography & Film Editing]

Total Time: 94 min on DVD ~ Columbia Pictures ~ (03/18/2003)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2015
CORRESPOND A LA PUBLICITE
ENVOIE RAPIDE ET SERIEUX
BON RAPPORT QUALITE - PRIX

CORRESPOND A LA PUBLICITE
ENVOIE RAPIDE ET SERIEUX
BON RAPPORT QUALITE - PRIX
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2016
IN A LONELY PLACE nous fait entrer (comme Boulevard du Crépuscule ou All about Eve) dans l'univers très particulier des studios hollywoodiens.
Humphrey BOGART est parfait dans le rôle d'un scénariste sujet à des crises de violence extrême face à la talentueuse et troublante Gloria GRAHAME qui cherche par tous les moyens à le faire se détacher de ses démons (pour une fois elle ne joue pas le rôle d'une garce).
Ce film est assurément le chef d'œuvre de Nicholas RAY.
Grande qualité du DVD tant au niveau de l'image que du son. VOST français. Très intéressant bonus.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2014
L'un des films que je préfère avec Humphrey Bogart... qui joue aussi naturellement qu'il est possible de le faire.
Gloria Grahame y est également superbe.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)