undrgrnd Cliquez ici Toys nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Litte Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite Jeux Vidéo cliquez_ici

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles11
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« L'Anglaise et le Duc » d'Eric Rohmer est un film réellement exceptionnel (au sens premier du terme).

Sur le fond, le scénario du film est une adaptation directe et fidèle du livre « Ma vie sous la Révolution » (Journal of My Life During the French Revolution) de Grace Elliott, une jeune aristocrate écossaise ayant vécu à Paris pendant la Révolution. Le film en lui-même va de 1790 (le jour de la Fête de la Fédération, à la chute de Robespierre (1794). Le moins que l'on puisse dire, c'est que le film est très critique sur la Révolution. Il ne s'agit pas pourtant d'un film engagé, Rohmer se contente de raconter l'histoire telle que l'a vécu Grace Elliott, en spectatrice engagée pour la cause royaliste. On voit bien son évolution : ancienne maîtresse de Philippe d'Orléans (Philippe Egalité), elle est ouverte aux Réformes éclairées, mais elle devient une ennemie de plus en plus ferme de la Révolution au fur et à mesure que cette dernière se radicalise. De l'enthousiasme de la Fête de la Fédération aux cauchemars de la Terreur, c'est là, en quelque sorte, le fil conducteur du récit.

Le film met en avant deux personnages historiques principaux : Grace Elliott et Philippe d'Orléans, mais on y croise aussi dans les second rôles d'autres personnages historiques importants : Biron, Dumouriez, Chabot, Vergniaud et même Robespierre. On y voit, et c'est aussi très intéressant, les responsables des sections, des officiers subalternes de la Garde Nationale, des sans-culottes comme des aristocrates pourchassés : la Révolution est vue d'en bas, au travers des préoccupations terre à terre de chacun. Le film est plutôt théâtral, avec une majorité de scènes intimistes, mais les scènes de foules sont également magnifiques. La traversée de Paris à pied par l'héroïne, le 10 août 1792, est très bien rendue. On y voit un garde Suisse en fuite se faisant lyncher par la foule de façon très anodine mais terriblement effrayante. Idem pour les journées de septembre. Le film illustre très bien le côté vécu du livre. On est angoissé comme l'héroïne lors des visites ou perquisitions à domicile effectuée par les sectionnaires, on se sent transporté dans l'époque et le contexte.

Le film nous renvoie à une vision très loin des idylliques images d'Epinal sur la Révolution et ses Lumières, sans pour autant tomber dans les excès inverses. On perçoit très bien le dilemme des acteurs de la Révolution (notamment de Philippe d'Orléans), la manière dont ils sont broyés par la surenchère permanente des plus radicaux ou par la bêtise et la brutalité nées de la manipulation des foules.

Sur la forme, la réalisation est somptueuse et la photo incroyable. Les décors (même les rues) sont peints et incrustés en effets spéciaux d'une manière si parfaite que pour la première fois j'ai eu l'impression de me retrouver dans la Paris du XVIIIe siècle. C'est esthétiquement très réussi et historiquement intéressant, car le procédé permet des vues larges, avec les perspectives et les grands bâtiments de l'époque. Une partie de l'action se situe également à Meudon, ma ville natale, ce qui n'a pas manqué de me séduire.

Un film à ranger dans la catégorie des chefs d'œuvre et qui nous fait encore plus regretter la récente disparition d'Eric Rohmer...
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2002
Paris 1790, Grace Elliott (Lucy Russell), anglaise royaliste et ancienne maîtresse du Duc d'Orléans (Jean-Claude Dreyfus), reçoit ce dernier dans son salon. Ensemble, ils échangent leurs points de vue sur la situation politique de la France. Elle, monarchiste modérée, reste attachée à la famille royale. Lui, cousin et ennemi de Louis XVI, soutient fermement les révolutionnaires. La Révolution nous parvient ainsi, par le biais du salon de Grace et sous forme de huits clos successifs. Pour les scènes d'extérieur, les acteurs jouent devant des décors peints ce qui donne un côté artificiel et renforce l'ambiance intimiste du film. Eric Rohmer nous livre des scènes intenses et des dialogues superbes. Les acteurs sont excellents: Dreyfus est particulièrement convaincant dans la peau du Duc d'Orléans et Lucy Russell est tout simplement sublime dans le rôle de cette anglaise dépassée et horrifiée par les débordements de la Terreur.
Breh, un très bon (voire le meilleur) film de Rohmer.
Au final, les fans du réalisateur adoreront, les amateurs d'Histoire seront touchés et les autres passeront leur chemin.
0Commentaire|31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 31 décembre 2008
Commençons d'abord par ce qui n'a pas été le plus important à mes yeux, mais qu'il faut relever: à 80 ans, en tournant L'Anglaise et le Duc, Eric Rohmer faisait ce qui n'avait pas encore été tenté, en utilisant comme décors pour les scènes d'extérieur de magnifiques tableaux dans lesquels les acteurs sont incrustés, procurant ainsi au spectateur une impression stupéfiante: ça, c'est vraiment la magie du cinéma.
Maintenant, il faut dire que ce film mériterait ses 5 étoiles même sans cette prouesse technique. Le jeu des acteurs est parfait, les costumes splendides, les décors intérieurs aussi réussis que les tableaux des scènes d'extérieur. Jamais la reconstitution du Paris de la Révolution française n'a été aussi réussie. Mais ce film réussit le tour de force de ne pas être qu'un beau livre d'Histoire: c'est en quelque sorte la synthèse des Rois maudits de Claude Barma et d'un bon polar, car il y a un véritable suspense, et l'on suit avec le plus vif intérêt les aventures de Grace Elliott, confrontée à un régime de plus en plus totalitaire, femme décidée (et ô combien jolie!), mais sans pouvoir, faisant face à une police de plus en plus omniprésente, et à un pouvoir qui resserre de plus en plus son filet sur tous les aspects de la vie de ses sujets. C'est un des rares films que je ne me lasse pas de regarder.
Le DVD contient des suppléments très intéressants sur les réflexions qui ont guidé Rohmer et sur les techniques d'avant-garde utilisées lors du tournage - supplément qui constitue aussi un hommage au talent du peintre, du décorateur et du costumier.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2007
C'est ainsi que j'ai vécu le charme de ce film, une expérience intimiste. La Révolution vue de l'intérieur entre la relation amour-amitié de cette anglaise et le Duc d'Orléans. Duc d'Orléans d'ailleurs qui n'est jamais représenté dans aucun film d'époque comme si le personnage de Philippe-Égalité, encore aujourd'hui, était tabou. Le comédien d'ailleurs rend le personnage dans son humanité et dans ses contradictions, on devine la mesquinerie du personnage mais également celui de la royauté qui n'a pas su s'attacher la branche cadette. Du même souffle on découvre un Duc d'Orléans attachant avec ses faiblesses, on effleure à peine l'emprise terrible de Laclos ( les Liaisons dangereuses ) sur le prince ce qui l'a emmené le malheureux l'échafaud. Un film intimiste donc avec des dialogues intelligents et une reconstitution numérique de Paris absolument magnifique. Pour les initiés de l'Histoire c'est une perle cinématographique. Et bravo aux deux grands comédiens qui se livrent avec tant d'authenticité.
33 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2009
On plonge dans la période révolutionnaire. Les caractères historiques sont parfaitement interprétés, les détails du mobilier, des vêtements, de l'architecture sont exacts, les dialogues ont le ton de l'époque.
On peut regarder ce film plusieurs fois sans se lasser car on y découvre toujours des choses nouvelles.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2010
Excellent film à tous les niveaux.
On pourrait évidemment parler du jeu des acteurs Dreyfus et Russell, des costumes ou de la prouesse des images que nous a confectionnées Rohmer.
Je m'attarderai surtout sur la page d'histoire qu'a magnifiquement relatée ce grand cinéaste. Nous sommes plongés dans les intriques politiques de la révolution comme peu de film ont su le faire. On découvre comment les acteurs de cette page d'histoire perdent le contrôle de ce qu'ils ont voulu mener et comment ils se sont trouvés eux-mêmes victimes des horreurs de la terreur.
Un bijou historique à montrer à tous les jeunes qui préparent le Bac.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2012
Incroyable techniquement même si tout n'est pas abosolument maitrisé (le bonus est top de chez top!), le film permet de véritablement plonger dans le XVIIIe siècle finissant... C'est beau, émouvant et complètement bluffant. Alors si en plus, on apprend en se faiasnt plaisir, qu'ajouter?!?!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2015
Belle reconstruction de la ville de Paris d'un film très concentré sur les caractères avec des scénographies du théâtre, bien rhythmé par des acteurs (et une actrice) de classe. Totalement déhors d'une simplification d'affaire!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2010
avec un système de trucage étonnant ( décors en "trompe l'œil ")le réalisateur a réussi une prouesse ; cette fresque post -Révolutionnaire est magistralement interprétée , notamment par Jean-Claude Dreyfus;
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2014
je ne peux commenter la liste qui est vraiment interminable mais mettre des étoiles OUI.Pour celui ci disons que l'idée de la reconstitution des décors est amusante l'histoire moins.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)