undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

6
4,2 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Dare ! - Edition Remasterisée
Format: CDModifier
Prix:10,25 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Effectivement à la réécoute de cet album, que j'avais découvert à la sortie de mes années lycée, je comprends que la critique soit partagée. Pur chef d'oeuvre, certainement pas si on considère que Human League avait lors de ces deux précédents (Reproduction et Travelogue) albums pondu deux petites perles plus Cold Wave qu'Electro-dance-pop. Entre temps la formation a muté et les on est devenu plus grand public (à l'image de l'évolution d'autres groupes très synthés tels que Depeche Mode ou OMD). Cet album est plutôt homogène dans sa construction et contient des petits bijoux tels que "The Things That Dreams Are Made Of" et "Seconds". Les deux plus faibles restant à mon avis "Love Action" et "Don't You Want Me" qui sont les plus connues et rabachées. De la bonne électro-pop de moins en moins cérébrale et de plus en plus dansante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 octobre 2006
A la fin des années 70, Human League, quatuor synthétique cold wave connut une reconnaissance du public underground pour son approche expérimentale des nouveautés technologiques en matière de synthétiseurs. Au tout début des années 80 suite au départ des 2 claviéristes partis fonder Heaven 17, Phil Oakey, chanteur du groupe dégotte 2 choristes dans une boite de nuit et décide de remettre l'affaire à flots. Human League réapparaît donc mais dans une version beaucoup orientée danse qu'auparavant et décroche la timbale dans les hits parades de l'époque avec l'album que voici. 25 ans plus tard, que reste-t-il ? Les sons ont quelque peu vieilli, mais le remastering de l'album leur rend des couleurs et du punch. Coté mélodies, la philosophie est au minimalisme, mais la Ligue s'affirme en efficace concurrent de Dépêche Mode, avec des choeurs féminins qui ajoutent une touche inédite. Les titres pop écrits avec brio se laissent tous écouter et les ritournelles entêtantes se succèdent sans faiblir, seul « I am the law » sonne encore comme une réminiscence du passé du groupe. Cet album fut celui de la consécration d'un groupe à son apogée, hautement recommandable donc.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 janvier 2008
En Octobre 1980, Ian Marsh et Martin Ware, deux des trois membres fondateurs, partent fonder HEAVEN 17 en raison d'un désaccord avec Phil Oakey sur la marche à suivre du prochain album.
Forcé, ce dernier recrute deux choristes et deux musiciens confirmés (notamment Joe Callis qui apprendra rapidement à jouer du synthétiseur) afin d'orienter leur musique vers une veine plus pop. "The sound of the crowd" en est le premier exemple puisqu'il arracha la 12ème place des charts en tant que single en Avril 81 (leur meilleur score du moment). Virgin records, la maison-mère, retrouva soudainement le sourire à l'été 81 en contemplant les ventes de "Love action" (#3 G.B. Juillet 81), petite pépite électro-pop dansante. Sur leur lancée HUMAN LEAGUE sortira le troisième single "Open your heart" (#6 G.B. Octobre 81) et deux semaines suivantes ce fameux LP "Dare".
Album fort bien accueilli par les critiques, ne serait-ce que par l'instrumentation exclusivement électronique et technologiquement assez révolutionnaire pour l'époque. Même si certains titres sont enjoués ou dansants, l'ambiance est somme tout assez sombre ("I am the law", "Get carter", "Darkness"...) mais l'ensemble reste plus qu'homogène. Pour couronner le tout, "Don't you want me" sortira dans les bacs en Décembre 81 (initialement refusé par Oakey!!!) et sera le succès commercial international que l'on lui connait (#1 G.B., #1 USA,Top 5 FRANCE (Juin 82). Au final, "Dare" restera 71 semaines dans les charts britanniques et contribuera à renflouer les caisses de Virgin, alors, en grande difficulté.
En résumé, si vous n'accrochez pas trop avec la musique électro assez minimaliste passez votre chemin, pour les autres, achetez-le les yeux fermés c'est une valeur sûre!
8,5/10*
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 octobre 2004
Ce disque est un pur chef d'oeuvre, un monument de la musique électronique moderne. The Human League n'a pas fait mieux par la suite tant la barre était haute sur cet album. Titres dansants dans les années 80 et toujours aussi catchy maintenant. Une pop électro captivante et bourrée d'énergie. A découvrir absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 septembre 2014
Que de bonnes chansons dans ce brillant opus pop, dont la caractéristique est de n'avoir été enregistré qu'avec des synthétiseurs et boîtes à rythmes en 1981... La voix de Philip Oakey, quant à elle, se situe quelque part entre Bryan Ferry et le David Bowie crooner. Machine à tubes et souvenirs radieux, les 80's sans le mauvais goût.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 32 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 août 2004
Certainement l'une des pires choses que les années 80 dans leur plus horrible configuration (synthé pourri, son abominable, romantisme niais...) ont dû nous donner!!
Musicalement, The Human League avait dû se fixer comme objectif de faire pire que Giorgio Moroder!! Pas une mince affaire...
Dare, cependant, réussi deux exploits. En effet, il contient la chanson la plus minable de la pop ("Do or Die") et les paroles les plus nullissimes jamais écrite par un individu en pleine possession de ses capacités intellectuelles ("The Things That Dreams Are Made Of").
En d'autres termes, un bel exemple de synthé-pop ratée des trés dichotomiques années 80. Pour le bon côté, se tourner vers Depeche Mode ou Joy Division (côté synthé), Sonic Youth, Killing Joke ou The Smiths (versant guitare).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Reproduction - Edition remastérisée
Reproduction - Edition remastérisée de The Human League (CD - 2003)

Gold
Gold de Human League (CD - 2014)