undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles8
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Considéré comme le plus grand live de tous les temps par ses afficionados, 'Live/Dead' du Grateful est assurément l'album à posséder du groupe. Du reste, l'essence même de ce groupe de musiciens réside dans la performance en concert, de celles qui inspireront les Phish et autres groupes qui se réclament de la mouvance 'Jam'. Quoi qu'il en soit, aucune faute de goût n'est à déplorer dans l'ensemble des titres dont certains dépassent les dix minutes. Les non-initiés pourront trouver cela un peu longuet, les autres sauront apprécier la performance musicale et les solos de Jerry Garcia à sa juste valeur...
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les concerts de GRATEFUL DEAD étaient de grandes messes psychédéliques, faites de musique, de projections vidéo, d'acid test. Il s'agissait certainement plus que de simplement jouer de la musique. C'était un mode de vie (les membres du groupe ont vécu en communauté, à San Francisco pendant des années), un mode d'expression, totale, artistique, sensorielle. Sauf que quarante après, sur un CD, c'est la musique qui nous intéresse !

Et bien cette musique est bonne, très bonne même, qui évolue entre free-jazz, blues, folk... ce qu'on appelle en fait, la musique psychédélique. Le concert commence avec "Dark Star", qui dure 23 minutes, à la cool, sans jamais être ennuyeux, enchaîné aux trois autres titres. Donc au final, presque 55 minutes de musique non stop, comme un seul et long morceau, lancinant, hypnotisant, bluezy, sur lequel on imagine aisément le public de l'époque évoluer dans leur bulle de LSD, et courir ensuite revoir la séquence finale de "2OO1 L'ODYSSEE DE L'ESPACE" !

Par moment, on reconnaît un son proche des DOORS, via un orgue, ou une guitare, un "délire" sonore, mais surtout, on se rapproche de ce que produisait le duo Al Kooper et Mike Bloomfield dès 1968. Une musique libre, qui mixait des influences diverses, dont le free jazz pour les improvisations et l'expérimentation sonore, comme dans le dernier morceau "Feedback" (8'52). Ce titre mis à part, ce LIVE DEAD est finalement assez abordable, si on aime se laisser mener, s'évader, au son de (très) longs morceaux, où toute agressivité est bannie. Cette musique n'est pas soporifique pour autant, le morceau "Turn on your love light" est même sacrément bien balancé, sorte de transe rythm'n'blues !

Durée totale : 73 minutes, son excellent.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2010
Dark Star est la bonne étoile. C'est le disque Live de référence du Dead:There is nothing like a Grateful Dead Concert!
Cependant le format vinyle ne perment pas en 1970 d'offrir l'intégralité d'un concert de 2 à 3H, et tous les bons morceaux de premier set sont donc exclus.
On peut aujourd'hui grâce au format Cd retrouvé ce concert du Fillmore 69 sous la forme d'un beau livret 3cd avec de bons extraits de ce petit marathon de plusieurs soirée au Fillmore West. Ce dernier disque est chaudement recommandé si vous appréciez le Live Dead, parce que plus complet et représentatif de l'entité GD à ses débuts.Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un disque d'initié, plutôt un bon disque d'initiation. Un disque moins abordable que Skull & Roses, Oui; mais si on aime le dead on s'y retrouve toujours dans les morceaux ouverts où l'espace invite à la recherche du son, et où l'improvisation est le thermomêtre de la créativité du groupe ce soir là.Un bon disque à ranger pas loin des miles Davis de l'époque et du Pink Floyd d'Ummagumma.5 stars of Course!!!!! Sheik Yerbones.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2010
Le Dead, groupe à l'origine très folk mais ayant radicalement changé d'orientation musicale après avoir découvert le monde merveilleux du LSD, était constitué du guitariste Jerry Garcia, du guitariste et chanteur Bob Weir, du batteur et chanteur Ron 'PigPen' McKernan, du claviériste Tom Constanten, du bassiste Phil Lesh, du batteur Bill Kreutzmann et du batteur Mickey Hart. Live/Dead, enregistré à San Francisco entre le 26 janvier et le 3 mars 1969, et sorti en novembre de la même année, est la dernière participation de Constanten avec le groupe. L'album, globablement, est toujours très bien placé dans les classements des meilleurs albums, et en 2003, il fut classé 244ème meilleur album de l'histoire (liste de 500 titres).

En 75 minutes (pour 7 titres, dont deux titres occupant à eux seuls une face), le Dead nous offre un voyage spatial qui doit apparemment 70% de son efficacité à l'usage intempestif de came lysergique. Bon, OK, Jerry Garcia était vraiment loin d'être un manchot, niveau guitare, on peut même dire que c'était un des plus grands spécialistes en la matière, mais le groupe était déchiré par les petits buvards magiques en quasi permanence à l'époque (c'est un miracle que Garcia, Lesh, Weir ou PigPen, notamment, n'aient pas fini comme Syd Barrett - PigPen n'en aura pas eu le temps, il est mort de maladie en 1973). De Dark Star à Feedback (l'album se finit par 37 secondes de And We Bid You Goodnight, qui n'est pas un morceau à proprement dit), en passant par The Eleven, le Mort Reconnaissant est en état de grâce ici.

Il suffit de prononcer ces deux mots, Dark Star, pour que les amateurs de rock et de psychédélisme sentent leurs poils se hérisser. 23 minutes insensées, probablement le plus grand morceau psychédélique qui soit, probablement le plus grand moment de la carrière du Grateful Dead. Apparemment collage de plusieurs moments live de la période janvier-mars 1969 (et on s'en fout, si c'est le cas), Dark Star ouvre l'album sur un note incroyable. Forcément, le reste de Live/Dead, pour grandiose qu'il est (St Stephen, Death Don't Have No Mercy, les 15 minutes de Turn On Your Lovelight), est moins époustouflant. De toute façon, impossible de trouver un mauvais passage sur Live/Dead. Les albums studio du groupe ne sont pas parfaits (j'adore Anthem Of The Sun et Aoxomoxoa, mais ils possèdent des faiblesses), ce live, lui, l'est. Carrément.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 20 juillet 2015
1969 : si le Grateful Dead fait maintenant partie des groupes les plus populaires de la scène de San Francisco, ces disques n’ont jusqu’ici reçu aucun retentissement en dehors de Haight Ashbury (bastion hippie où le groupe vivait en totale communauté) et, suite au coût faramineux de AOXOMOXOA, il se retrouve débiteur de 100.000 dollars envers la Warner et se voit bien dépourvu avant que le Summer Of Love ne soit venu ! D’une commune entente, la firme et le groupe décident de tout miser en enregistrant le prochain album dans les conditions les plus favorables à l’épanouissement de son talent naturel : la scène. Ce sera le déclic.
Enregistré entre janvier et mars 69 au Fillmore West et à l’Avalon Ballroom, LIVE/DEAD va devenir l’un des plus grands albums live de tous les temps et l’un des fleurons de la discographie du Dead. Basant tout le projet sur les immenses capacités du groupe pour l’improvisation (énorme Phil Lesh), l’album se constitue pour majorité de morceaux inédits (hormis une version dantesque de ST.STEPHEN), dont deux blues expédiés dans le cosmos (DEATH HAVE NO MERCY et TURN ON YOUR LOVE LIGHT, chanté par Pigpen) et surtout l’emblématique DARK STAR, tour de force de 23 minutes à la virtuosité proche du jazz (immense Jerry Garcia) qui deviendra l’un des morceaux-clé de l’époque et dont la beauté hypnotique servira plus que tout à faire de ce disque un must.
Tops : DARK STAR, TURN ON YOUR LOVE LIGHT, DEATH HAVE NO MERCY, ST.STEPHEN, THE ELEVEN
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2014
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK MAI 1970 N°40 Page 85/87
4° Album 1970 33T double Réf : Warner Bros 1830 us - Warner Bros 66002
Encore de la musique des pionniers de l'Underground, avec toujours ce refus de l'efficacité qui serait au détriment d'une certaine spontanéité ou d'une certaine ferveur. Pendant quatre-vingt minutes, les notes s'étalent sans fin, se dédoublent, s'entrecroisent, dans une échappée libre des sons. Les voix apparaissent et disparaissent, s'insinuent dans le récit, avec ce parti-pris incantatoire. La musique roule glisse sans fin , une apparente monotonie qui cache les brisures d'un rythme sous-jacent. Jerry Garcia fait sonner sa guitare aux accents jazzy mais le groupe peut tout aussi bien s'installer dans les vertiges de l'électro-acoustique (feedback) : un morceau de musique "live" où les bavures acoustiques sont voulues et entretenues, où le larsen la distorsion sont autant de matériaux pour créer un climat. Une très grande part est laissée à l'improvisation, au vertige des formes qui naissent sous les doigts. C'est une musique qui a le courage de s'offrir dans sa totalité, sans fard, avec ses moments forts, ses accalmies, ses montées ou ses retours violents : tout le contraire de celle d'un groupe comme Chicago. Aucun besoin du morceau choc, d'harmonies construites avec précision, plutôt une joie de créer dans l'instant, de créer un groupe et de s'offrir "live" au spectateur. Un groupe qui définit de manière la plus satisfaisante ce qu'est l'underground, à l'heure ou cette "étiquette" est accolée à des "produits".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2014
et oui encore un grand album live. du groupe grateful dead. je le recommande a tous.wouaaaah.de la vraie musique de hippies. un grand merci aussi a l équipe amazon. peace and love a tous. a bientôt.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'un des rares exemples de rock improvisé. On se laisse aller et on est happé par la guitare de Jerry Garcia et ses compères. Une expérience.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,19 €
11,00 €
17,97 €
14,22 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)