Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dernier sursaut, 3 juin 2010
Par 
Barthel Damien "Rock Fanatic" (Menucourt, Fr) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicago X (CD)
Sorti en 1976, Chicago X est le huitième album de Chicago (et leur dixième album en tout, car le groupe a sorti aussi un live et un best-of, ce dernier étant d'ailleurs Chicago IX, le précédent, que je n'aborde pas). Toujours produit par James William Guercio et toujours constitué du même line-up (Robert Lamm, Terry Kath, Peter Cetera, James Pankow, Danny Seraphine, Lee Loughane et Walter Parazaider) avec rajout du percussionniste Laudir De Oliveira, Chicago offre ici un disque nettement plus abouti que le précédent (le très médiocre Chicago VIII, premier album décevant de leur discographie), et se paie même le luxe d'offrir au monde entier leur plus gros tube, l'inoubliable If You Leave Me Now, composé et interprété par le bassiste Peter Cetera. L'album récoltera trois Grammy Awards en 1977 : notamment un pour la pochette et un pour la chanson If You Leave Me Now. L'album est encore une fois simple (les albums de Chicago, désormais, le seront, à l'exception des albums non-studio, comme les compilations, et encore...) et dure 38 minutes pour 11 titres.

X se paie le luxe, comme toujours avec Chicago, d'avoir chaque membre du groupe interprétant au moins une chanson, à chaque fois composée par le chanteur (ou presque : le batteur Danny Seraphine et le saxophoniste Walter Parazaider ne chantent ni ne composent, ici). Si Cetera offre If You Leave Me Now (et Mama Mama, et Another Rainy Day In New York City), Terry Kath (guitare) offre Hope For Love et Once Or Twice, tandis que Robert Lamm (claviers) offre Scrapbook, Gently I'll Wake You Up et You Get It Up. Lee Loughane (trompette) a signé Together Again, qu'il chante, et James Pankow (trombone) signe You Are On My Mind (qu'il chante) et Skin Tight (que Cetera chante). L'ensemble est de très bonne tenue, l'album s'écoute sans déplaisir, même si la grendeur des premiers albums est définitivement envolée, Chicago n'innove plus, ce n'est plus qu'un très honnête et bon groupe de pop-rock à tendance jazzy (mais là encore, nettement moins jazzy qu'avant, malgré la section de cuivres Pankow/Parazaider/Loughane).

Line-up inchangé, producteur fidèle, dogme respecté (aucun titre à part un numéro, logo de groupe inchangé, pochette toujours centrée sur ce logo et sans détails inutiles), cahier des charges rempli et respecté pour le groupe, qui offre ici un disque très vendu et connu (un des albums-phares du groupe rien que pour If You Leave Me Now, souvent la chanson citée en premier par quelqu'un quand on lui parle de Chicago ; souvent la seule chanson de Chicago connue du grand public de néophytes). En un mot comme en cent, Chicago X n'est pas grandiose, mais est tout à fait recommandable, un très bon disque de pop/rock jazzy comme le groupe, alors, en usinait avec réussite. L'album suivant, le dernier avec Kath avant sa mort en 1978, Chicago XI, sera le dernier sursaut avant une plongée dans la pop le plus insipide...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le plus commercial de Chicago, 13 avril 2007
Par 
Pierre94 "pierre94" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicago X (CD)
Ce numéro 10 n'est pas Zidane, mais le 10eme Chicago.
Disons que ce n'est pas le meilleur, ni le pire quand même.
If you leave me now est le titre qui a fait le tour du monde, c'est de la bonne soupe à la Pete Cetera.
Les compos et la voix de Terry KATH restent les éléments les plus intéressants de ce disque, à lui tout seul Terry KATH donne encore une ame à Chicago, mais ce n'est plus pour logtemps, dommage, dommage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE FRANCOIS DUCRAY MAGAZINE ROCK&FOLK, 19 mars 2013
Par 
VIRY 02 (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicago X (CD)
CHRONIQUE DE FRANCOIS DUCRAY MAGAZINE ROCK&FOLK AOUT 1976 N°115 Page 87/88
10° Album 1976 33T Réf : CBS 86010
Chocolat, cette année. Tout ce qu’on peut désirer : du muscle, de la tendresse, de la ruse, du rock épais, des cuivres jazzy, des mélopées croonées, des larmes, du rire, de la danse et du spleen, et même un refrain exotique. Chicago. Le dixième album, paraît-il. Mais le neuvième n’était qu’une collection sans queue ni tête, et le huitième un peu épars. Beaucoup de gens prétendent que la saga durera tant que les graphistes de Columbia sauront décorer le célèbre logo. Ce sont de mauvaises langues, ne vous fiez pas à elles.
Parce que dans la pochette, vous trouverez un disque, rien qu’un disque bourré de musique jusqu’à la gueule. Du Chicago de luxe. Parfaitement. Si vous aimez qu’un combo de choc vous emmène en ballade longue distance, comme à l’arrière d’une station wagon puissante, fonçant toujours vers l’ouest, le jour et la nuit, c’est Chicago le bolide qu’il vous faut. Du costaud qui ne risque pas de vous fondre entre les doigts. Et «X », croyez-moi, est un des tout meilleurs modèles de la marque. Robustesse, intelligence et swing, telle demeure la devise.
Détaillons. L’armature n’a pas changé d’un poil, six chansons sur la face un, cinq sur la deux, et un savant dosage entre rock, ballade et funk. Robert Lamm a signé quatre titres mais n’en chante que deux, « Scrapbook », un excellent rocker où l’orgue ronfle avec entrain, chose rare et délectable, et « Gently I’ll Wake You », une histoire de c.. pleine d’humour savoureux dans les vocaux. Dans l’un comme dans l’autre la basse de Cetera et la guitare de Kath font assaut de justesse et de vigueur. Les arrangements de « Gently…. », en outre, sont un régal de putasserie rouée, la prise de son itou.
« Another Rainy Day In New York City », par contre, révèle surtout la voix si douée de Pete Cetera. Le bassiste décoloré chante sur ce rythme tangué avec une aisance étonnante, pressé qu’il est entre les percussions cubaines, la jungle des sons pétaradant tout partout. Un curieux texte désemparé de Bobby Lamm pour ce hit opportun. Tout le groupe chante sur « Get It Up », sorte de démonstration collective de funk, un exercice hilare d’où émerge surtout la virtuosité racoleuse des cuivres.
Et justement, « Skin Tight », de Jimmy Pankow procède un peu du même moule (à gaufres), avec sa rythmique hyper-soul (comme une vache), et ses vocaux hachés et ses miaulements de trombone et trompette façon Stax. Mais l’ambitieux tromboniste avait auparavant chanté son autre composition,
« You Are On My Mind », la plainte d’un esseulé. Le texte et la voix de Pankow, assez banals, passent heureusement inaperçus au milieu du savoir faire extraordinaire des huit musiciens. Huit, puisque Laudir De Oliverira, récemment intégré, tient, ici particulièrement, son rôle de percussionniste avec une finesse et une originalité qui accentuent la tendance chaude du groupe.
Pete Cetera chante évidemment ses deux chansons. Sa voix plonge maintenant dans une cascade de nuances colorées, tout droit apprises au contact des Beach Boys, de Mike Love surtout.
« If You Leave Me Now » est un chef-d’œuvre de délicatesse, tant par la mélodie subtile que par le très malin usage des violons. William Guercio sort à propos de sa cabine pour assurer le contre chant à la guitare acoustique, prouvant encore sa complicité avec les boys. « Mama Mama » sonne bizarrement. C’est que Pete cherche à s’échapper de sa coquille de bassiste carré, binaire. Un morceau cahotant, dont l’habileté finit par envoûter, grâce à l’incroyable cohésion du groupe, à sa faculté démoniaque d’adaptation. Témoin ce « Togethet Again », composition plutôt légère du trompettiste Lee Loughane, qui n’hésite pas, lui non plus à pousser la chansonnette. Le swing évident balaie tout, hourrah !
Terry Kath, pour la bonne bouche. C’est lui, qui ouvre et ferme l’opus numéro X. Peut être les deux meilleurs titres. « Once Or Twice », d’abord, un rock monstrueux, qui vous prend au collet tellement vite et fort que la grosse voix du guitariste vous fera presque croire à l’urgence de sa drague éhontée. La rythmique frappe à mort et les cuivres déboulent de biais, pour achever de vous réduire en cendres. Une certaine idée de la séduction irrésistible. Quant à « Hope For Love », mieux vaut remplir son verre, lever le nez vers les étoiles et laisser tout couler alentour. Guercio à la guitare, un nommé Wolinski au mellotron et carrément Ray Charles au micro râlant, suppliant, brisant ses neurones pour comprendre, puis ne comprenant vraiment plus rien, murmurant son espoir peut être pas si fou. Une certaine idée du merveilleux.
Ce Chicago en cacherait-il un autre ? Probable. Mais calculer gains et pertes ne rime à rien. Ce qui compte, c’est qu’on peut savourer sur l’heure, c’est Chicago à son sommet, comme un bouquet juteux et pourpre, dans la nuit chaude.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Chocolat chaud...., 3 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicago X (CD)
Vous avez déjà essayer de draguer une nana sur "Anarchy In The UK" vous ????? Pas évident !!!
Heureusement que dans les années 70, les groupes ils savaient nous pondre des slows d'enfer, de véritables pièges à minettes, impossible de rentrer bredouille à la maison....
Eh oui les jeunes, c'était comme ça dans les seventies, pour vous mettre au parfum, je vous propose un classique, presque le classique des classiques : "If You Leave Me Now" de Chicago.
Ce tube interplanétaire que l'on retrouve sur cet album, composé et chanté par le bassiste Pete Cetera, restera deux semaines en tête des charts US et trois semaines N°1 en Angelerre.
Le reste de l'album est pas mal du tout avec son lot de petites merveilles sucrées comme "Another Rainy Day In New York City", "Together Again" "You Are On My Mind".

Le 23 janvier 1978, le guitariste du groupe Terry Kath, se loge une balle dans la tempe en jouant à la roulette russe avec un roadie. "T'inquiète, il n'est pas chargé !" furent ses dernières paroles.

Retrouvez les poids lourds du rock des seventies sur Le Déblocnot' : ledeblocnot.blogspot.fr
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 super, 31 mars 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicago X (CD)
En 1976 , "If you leave me now" avait fait connaître Chicago à toute la planète . Un tube incontournable bien sur mais il ne faut pas oublié le reste de l'album qui est superbe et très varié . Du groove brésilien de "you're on my mind" ponctué par les chorus sur 4 mesures du talentueux Danny Séraphine (Batterie) au half time shuffle de "skin tight" aux accents de cuivres superbes , en passant par "Another rainy day in New York city" et sa rythmique flirtant avec la
caraïbe tout est bon dans cet album . C'est cet album qui révèle la voix sans égale de Peter Cetera (basse et guitare) qui , plus tard , enregistrera en solo .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 The Last, 24 mars 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicago X (CD)
Le dernier album avant la disparition de Terry Kath, guitariste d'exception. Une belle conclusion provisoire. Après , plus rien ne sera comme avant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xac401eac)

Ce produit

Chicago X
Chicago X de Chicago (CD - 2003)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit