Commentaires en ligne


6 évaluations
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


26 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 PLAIDOYER POUR UN MEPHISTO
Tout le monde vous le dira: dans cette version du 'Faust' de Gounod, remake en stéréo d'une précédente en mono de même niveau mais avec d'autres interprètes dans les seconds rôles, Los Angeles, Gedda, Ernest Blanc et les autres, y compris la direction de Cluytens, comptent encore aujourd'hui parmi ce qui...
Publié le 10 janvier 2006 par ALIBERT Michel

versus
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 DOMMAGE
Cluytens a su lire Gounod,ses enregistrements de Faust et de Mireille sont insurpassables.Je fais cependant ici une réserve qui m'empêche de donner 5 étoiles:c'est l'absence impardonnable d'un des plus beaux passages musicaux de la partition:la scène dite de "La chambre de Marguerite" où elle se désole d'avoir été...
Publié le 27 juin 2013 par cacoton


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

26 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 PLAIDOYER POUR UN MEPHISTO, 10 janvier 2006
Par 
ALIBERT Michel - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Faust (2e version) (Coll. Great Recordings Of The Century) (CD)
Tout le monde vous le dira: dans cette version du 'Faust' de Gounod, remake en stéréo d'une précédente en mono de même niveau mais avec d'autres interprètes dans les seconds rôles, Los Angeles, Gedda, Ernest Blanc et les autres, y compris la direction de Cluytens, comptent encore aujourd'hui parmi ce qui s'est fait de mieux dans cette oeuvre, pour ne pas dire qu'ils n'ont jamais été surpassés; prenons acte, d'autant que nous partageons cet avis.
Les choses se gâtent en revanche pour ce qui concerne Boris Christoff en Méphisto. Les avis sont ici très partagés et la balance penche plutôt du côté défavorable, notamment en France. Et c'est contre cette campagne de dénigration que nous voudrions nous inscrire en faux:
- le français de la basse bulgare n'est pas à la hauteur? Nous le reconnaissons sans peine, mais ce défaut même est une qualité dans la mesure où il nous distancie d'un personnage qui relève précisément d'un autre monde;
- Christoff en fait trop? Mais son personnage aussi en a trop fait, c'est ce qui lui a valu sa Chute; et les basses sépulcrales de notre Méphisto ne font qu'exacerber l'infernale et angoissante menace qui guette Faust et Marguerite;
- Ce diable encombrant n'est plus crédible à l'époque du soi-disant triomphe de la raison et de la psychanalyse? Mais si vous réduisez le personnage à une allégorie ou à l'inconscient des pulsions, l'intrigue de l'opéra s'effondre. L'on pourrait multiplier les exemples mais un seul suffira: si Méphisto n'existe pas en tant que diable, le choeur des anges qui termine l'oeuvre n'a plus de sens. Que les metteurs en scène dont le but est de capter sur eux les feux de la rampe et autres critiques 'libérés' ne s'y trompent pas: un compositeur de la foi d'un Gounod, qui est passé à deux doigts de la prêtrise, ne pouvait nourrir aucune ambiguïté sur le personnage du diable.
Sachons donc plutôt gré à Boris Christoff d'avoir joué le jeu à fond au point que, n'en déplaise à certains, tous les Méphistos qui sont venus ensuite paraissent désespérément fades dans leurs interprétations intellectualisantes.
La meilleure version sur le marché et qui, compte tenu des actuels blocages psycho-sociologiques, est assurée de le rester longtemps.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le deuxième "Faust" de Cluytens, 11 mai 2012
Par 
Roger Dominique Maes (Bruxelles) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Faust (2e version) (Coll. Great Recordings Of The Century) (CD)
Gounod, "Faust" (1859) avec le ballet (1869), André Cluytens, Paris, studio 1959, 3 CDs EMI, 1989.

Célébrons d'abord l'heureuse époque où une maison de disque pouvait se permettre d'enregistrer à six ans d'interval le même opéra avec le même orchestre, le même chef, les mêmes interprètes principaux, simplement pour suivre l'évolution technologique; car ce qui différencie essentiellement cette version de 1959 de celle de 1953 est qu'elle a été enregistrée en stéréo. Alors simple copié-collé du précédent ? "Que non pas !" comme dit Dame Marthe : d'abord l'orchestre gagne en couleur, en variété, en ampleur, ensuite Cluytens, sans être vraiment plus rapide qu'en 1953, (à peine 4 minutes de différence, mais ce n'est pas le timing qui fait qu'une oeuvre paraît lente ou rapide, ce sont les tempi, et leurs pertinences); Cluytens donc tend davantage la trame, ne résiste pas à ce qu'une valse populaire tourbillonne et virevolte (on entend bien que "c'est le plaisir" qui les entraine !), ou à ce qu'une marche militaire soit martiale, et au premier degré...
Le théâtre n'est pas oublié !

Pour les interprètes principaux (six ans cela peut être long dans la vie d'un chanteur), ils ont mûri : les voix de Gedda et de Los Angeles, tout en restant admirables, se sont arrondies et assombries, légèrement, mais suffisamment pour que la juvénilité et la candeur de '53 se soient voilées.
Pour Boris Christoff, c'est autre chose : son accent bulgare a repris vigueur, comme si en '53 il s'était préparé soigneusement, avec un professeur peut-être, et n'en avait pas pris le temps ou la peine six ans plus-tard. C'est un des gros reproches qu'on fait au chanteur et à cette version. Personnellement, cela me dérange peu, et avec de la bonne volonté, on pourrait soutenir que cet accent ajoute de l'étrangeté au personnage (il est d'un autre monde, ce Méphistophélès, il est l'alien de l'histoire). De plus, si Christoff force un peu le trait, et ricane beaucoup, il incarne le rôle vigoureusement, il chante bien, et son "Voici la nuit de Walpurgis" est mieux timbré qu'en '53.

Les trois autres personnages, Valentin, Dame Marthe et Siebel trouvent ici d'autres interprètes. A tout seigneur, tout honneur : le Valentin d'Ernest Blanc ! Avec tout le respect que mérite le talent de Jean Borthayre, on ne lui fera pas insulte en disant que le Valentin d'Ernest Blanc surpasse le sien. Ce rôle, assez peu sympathique, de frère corse ou sicilien, maudissant sa soeur sur la terre si le Ciel lui fait grâce, est interprété ici avec une rare subtilité. Blanc montre Valentin plus ému que colère avant le duel avec Faust, et plus accablé que vengeur, au moment de maudire Marguerite, toujours double ou partagé entre ce qu'il ressent et croit devoir ressentir. Et c'est bienvenu : Valentin n'en est pas plus sympathique mais plus humain, donc plus vrai.
En Dame Marthe, Rita Gorr tempère ses ardeurs, et caractérise fort bien la ronde bonne femme encore travaillée par la sensualité.
Le timbre d'une pureté angélique de Liliane Berton est évidemment irréprochable en tant que tel, et s'il nous offre un Siebel des plus jolis, il en fait aussi une petite fille, ce qui ne convient guère : pour que ces rôles travestis aient toute leur crédibilité, il faut trouver moyen d'en maîtriser l'ambigüité et de l'illustrer vocalement, à savoir que dans une voix pré-pubère qui sonne comme celle d'une fille, le public entende bel et bien un garçon...

Malgré l'atout de la prise de son, et la direction de Cluytens, plus dramatique, me semble-t-il, qu'en '53, j'aurais difficile à soutenir que cette version-ci, qui n'est pas un copié-collé de la précédente, la dépasse ou lui est inférieure. Alors plutôt que de soupeser, comparer défauts et qualités de l'une ou de l'autre, et qui à mon avis s'équilibrent, on jugera selon ses préférences, et qui pourront changer suivant l'état d'esprit dans lequel on écoutera un de ces deux enregistrements.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 DOMMAGE, 27 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Faust (2e version) (Coll. Great Recordings Of The Century) (CD)
Cluytens a su lire Gounod,ses enregistrements de Faust et de Mireille sont insurpassables.Je fais cependant ici une réserve qui m'empêche de donner 5 étoiles:c'est l'absence impardonnable d'un des plus beaux passages musicaux de la partition:la scène dite de "La chambre de Marguerite" où elle se désole d'avoir été abandonnée par Faust.Dommage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une très belle version de Faust, 2 avril 2008
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Faust (2e version) (Coll. Great Recordings Of The Century) (CD)
Un très bon enregistrement.
Une œuvre pleine de vitalité qui ne laisse pas place à l'ennui.
Des voix puissantes et riches.
En ce qui concerne la réserve sur Boris Christoff en Méphisto, je confirme que son français n'est pas parfait et pas toujours immédiatement compréhensible (ce n'est pas le seul et on trouve le même problème chez quelques grands chanteurs français dans la mélodie). Son accent qui pourrait être un atout au vu du personnage n'est pas assez valorisé.

En résumé: une version de Faust à recommander, car on y trouve beaucoup d'émotions et de mouvements et pas un morceau de solfège.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 The best, 10 août 2008
Par 
Philippe Dufresnoy (Loon-Plage, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Faust (2e version) (Coll. Great Recordings Of The Century) (CD)
La meilleure version de Faust que je connaisse, tant pour la direction d'orchestre que pour la qualité des solistes
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 jolie version de ce Faust, 22 mars 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gounod : Faust (2e version) (Coll. Great Recordings Of The Century) (CD)
Très belle orchestration pour cette version de Faust. L'introduction de l'acte IV avec l'orgue est complète mais il manque une partie du début de cet acte avec notamment le très bel air de Marguerite "Il ne revient pas", c'est bien dommage, car l'ensemble est très bien, en particulier les interprètes.
Certains disent que l'accent de Chistoff donne une certaine couleur à Méphisto, personnellement je n'ai pas réussi à m'y faire et c'est le seul bémol important que je mets à cette interprétation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit