undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles32
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
24
4 étoiles
8
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 août 2003
Un album remarquable, concis et hargneux, qui ne contient que des classiques, encore aujourd'hui indispensables en live (morceau titre, Rosie...) Une production brute et acérée, proche du punk parfois (Bad boy) des guitares à vif, qui ne laissent aucun répit. 2 titres magnifiques, hélas jamais interprétés on stage, Overdose et Crabsody in Blue (uniquement sur la version australienne, à se procurer donc), l'un des plus beaux blues du groupe. Le groupe prend une nouvelle dimension. Dernier album avec Mark Evans. Incontournable.
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2008
CD très rare et pourtant que j'ai négligé au début (je ne me contentais que des Versions paru en France), je tiens à dire que je ne regrette pas cet achat et que je vais acheter les autres versions australiennes! pour en revenir à ce CD, il est vraiment d'une qualité exceptionnelle et la qualité audio est vraiment envoutante et parfaite par rapport à la version connue de tous! et pis dessus il y a Crabsody in Blue, un chef d'oeuvre qui ne me fait en aucun cas regretter cet achat! A vous de juger
Et en plus de son excellent prix (20€ neuf), le service est très rapide et vraiment excellent, vendeur (Hurricanerecords) à recommander!

Passez une agréable journée chers internautes =)
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2007
Enregistré à l'époque, comme un album live avec tout le bruitage nécessaire, cet album en a vraiment l'énergie.Impossible de rester en place à l'écoute du cultissime "Whole lotta rosie" et de ne pas devenir dingue en écoutant "hell ain't a bad place to be". Seul regret, l'absence sur la version CD du très bon morceau "Crabsody in blue".Heureusement que j'ai conservé le vynile!
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2006
AaaaaaaH, pardon : s'il est tout à fait clair que "Let There Be Rock" est un des meillleurs disques de nos australiens favoris, conspuons tout de même Wea et Atlantic, puisque sur le Vinyl original (1977 réf. ATL 50 366, s'il vous plaît), les titres étaient exactement les mêmes que sur la version australienne !!
Qu'a t-on donc f---u des masters pour retrouver un titre "Problem Child" déjà présent sur "Dirty Deeds," hmmm?
Bon, à part ça... Cet album est résolument indispensable avec un son qui nous change des productions rock trop léchées de notre époque (soupir de nostalgie)...
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2001
Après avoir hésité entre le rock, le blues et le boogie, cet album positionne clairement ACDC dans la bande des grands hard-rockers. Du rock pur et dur, à écouter à tout moment. Haute dose (overdose) recommandé en cas de blues.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2012
"Let there be rock" fait partie des grands classiques d' AC/DC. A titre personnel, c'est l'album que je suis sentimentalement le plus attaché car c'est avec celui-ci que j'ai découvert ce groupe pendant mon adolescence.
Il possède le petit plus malgré les innombrables chefs d’œuvres que nous ont délivré la bande à Angus Young.
Ce qui me frappe, avec "Let there be rock" c'est ce son âpre et sec. Il n'y a pas de concession.
Il y a cette sauvagerie qui est diffusée tout au long de cet album, finalement c'est l'opus le plus Metal fait de façon inconsciente par AC/DC comme l'atteste le titre "Dog eat dog".
Il y a évidemment tout les classiques comme "Let there be rock", "Whole lotta Rosie", "Bad boy Boogie" ou "Hell ain't a bad place to be" qui sont régulièrement sur les set-lists du groupe pour les concerts.
Ces morceaux font de l'ombre à des titres tout aussi percutants comme "Problem Child" ou "Go down".
Le groupe innove aussi avec le morceau "Overdose" qui commence par des arpèges tout en montant progressivement en tension pour devenir un final furibard avec les solis électro- choc d'Angus qui est la marque d'AC/DC.
Combien de groupes se sont attelés à ce genre de morceau, en tout cas, les Australiens ont ouvert la voie.
Enfin, il faut revenir sur la prestation au chant de Bon Scott, véritable soudard avec sa voix criarde et enfiévrée quand en plus celle-ci devient vicieuse sur "Whole lotta Rosie", rien qu'à l'entendre aujourd'hui on le regrette encore.
"Let there be rock" a ouvert beaucoup de portes pour AC/DC, il est un des album incontournables qui est l'une des plus belle pages du Hard.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 1 décembre 2010
c'est le mot qui me vient à l'esprit à l'écoute de cet album(que j'écoute en ce moment méme),33ans aprés sa sortie,ce disque n'a pas pris une ride,sortit en 77,l'année du punk-rock,on avait un peu trop vite affilié les boy's à cette scéne...alors que chez ac/dc il n'est question en aucun de textes politisés...du fun à tous les étages,sex drugs(alcohol) and rock'n'roll tel est la devise de bon scott qui au coté de la paire infernale,incarné à tout jamais par les fréres young commence à imposer son aura sur le reste du monde(ils auront 3albums classés dans le top ten américain à la sortie de"highway to hell",dont celui-ci)...avec cet album ils onts définis les bases de leurs rock sauvage et sans concessions,du boogie,des riffs et des solos démentiels,des paroles provoc'et bien sur cet influence blues qui n'à jamais cessé de les inspirer(elle est encore plus présente sur "powerage"l'album suivant,à titre perso'mon préféré...et le préféré de keitch richards,guitariste légendaire des stones,rien que ça!!!)mais c'est définitivement avec cet album que ac/dc offrira à un public en mal de sensations fortes une musique puissante,rageuse et féroce en un mot hard-rock!!!!!!a cet époque 1autre groupe légendaire sortait également son premier méfait...motorhead...quelle époque!!!décidement"l'enfer est un lieu ou il fait bon vivre"!!!!!!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
j y vais de mon petit commentaire, mais humble face a un tel monument du rock(hard) que ac/dc a pu engendrer en cette annee benie de 1977!! c est un album bourre de fougue contolee, violent mais groovant a souhait comme seul les kangourous savent ou ont su faire (la n est pas le debat)!! bon scott est a son sommet il chante magnifiquement bien avec force, vigueur et chaleur!! les riffs et solos des deux frangins se combinent a merveille, accompagnes par une section rythmique ronde et dansante!! des classiques il n y a que ca, pas de moments faibles!! les plus evidents sont tout d abord: let the be rock,overdose et son entree en arpege fantastique et inoubliable, crabsody blue genialissime(version australienne), hell ain t a bad place to be!! d autres titres semblent paraitre plus discrets,mais avec le temps se revelent tout autant superbes: go down, dog eat dog, bad boy boogie.que dire de la cloture du mythe,whole lotta rosie chanson dantesque!! chef d oeuvre intemporel!!
44 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2009
Avec cet opus, les cinglés du bocale australiens réalisent une de leur pièces maîtresses. Magistrale paire de baffes, les ACDC secouent le monde du Hard Rock, peiné par la fin des Led Zep et l'enterrement des Deep Purple. Ils ne s'arrêtent pas une seconde, défoncent tout sur leur passage. Plus rapide, plus méchant que "High Voltage", "Let there be rock" est une cascade de riffs. "Go down", intro magistrale, le génial "Overdose" et surtout l'incendiaire "Whole lotta Rosie". Un des plus grands disques de hard rock de tous les temps !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2008
Sorti en 1977, la même année que le premier Star Wars de George Lucas, Let There be Rock est au hard rock ce que la Guerre des Etoiles fut au cinéma : un tremplin pour la production d'une saga qui allait enflammer le monde entier. Enregistré aux Albert Studios de Sydney sur une période de deux mois, cet album furieusement survolté ne souffle la comparaison avec aucun autre. Electriquement transmissible, le rock d'AC/DC prend ici une dimension épileptique qu'on ne lui connaissait pas. Le travail de production de Vanda et Young est sans faille. C'est carré, rentre-dedans et à l'évidence il n'a pas été question, une seconde, de prendre en compte d'éventuels dommages collatéraux. Une certitude, hormis des compositions irrésistibles, le son est véritablement l'arme fatale de cet album.

Let There Be Rock ne caresse pas dans le sens du poil. Il le hérisse et c'est là toute la différence avec ses prédécesseurs. En général, tous ceux qui l'ont entendu au moins une fois en redemande. Vacciné boogie wonder blues dès les premiers accords, l'électricité ne retombe que rarement sur le pressage européen, alors que sur la version australienne le splendide Crabsody In Blue, au titre évocateur, vient mettre un peu de crème là où ça fait mal. Sans ce prendre au sérieux, les paroles en attestent, le rock délivré ici ne boude ni son plaisir, ni le nôtre. On est entre copains, entre frères de beuveries et d'éclates en tous genres. Avec cette rythmique qui exorcise toute velléité de retraite, cette voix unique qui scande One Night In A Club Called The Shakin Hand, on entre de plein pied dans la légende.

Nul besoin de détailler cet album capital. Laissez le vous séduire par ses mauvaises manières, sa gouaille inimitable et ses parties de guitares à dérapages non contrôlés. D'ici quelques années, c'est un AC/DC plus policé que le monde découvrira au travers d'un hard rock beaucoup plus présentable. Alors, en attendant que les repères des uns se brouillent et que les autres ni voient que du feu, vibrez authentique, vibrez Let There Be Rock. Parcouru de riffs haute densité, ce disque tout en distorsion est un épisode unique dont les effets spéciaux martèlent encore l'histoire du rock.
55 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)