undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles23
4,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-7 sur 7 commentaires(4 étoiles). Afficher tous les commentaires
le 1 janvier 2015
Avec l’arrivée de Chris Slade à la batterie, nos expérimentés Australiens musclent leur jeu. Tout leur réussit, des BO de films bien marketés (Big Gun pour Last Action Hero) aux tournées dans les stades du monde, le retour au succès est indéniable.
Et cet album n’y est sans doute pas étranger. La production de Bruce Fairbairn est ultra-calibrée, l’inspiration est de retour et l’album compte son nombre de pépites.
Débutant sur un surpuissant « Thunderstruck » dont on pourrait parler des heures (quelle intro, c’est juste génial). Le remuant « Fire Your Guns » suit en deuxième piste : pour moi, très dispensable… En troisième piste, le hit FM de l’album : « Moneytalks », aussi propre à passer dans les stades que sur les ondes de l’époque, il met en avant le marketing autour du Groupe (Angus sur des billets !), incontournable (quel refrain)… « The Razor’s Edge » et son mix un peu plus sombre qu’à l’accoutumée suit le trio de tête et nous envoie dans des parties peu soupçonnables, du genre qu’on retrouvera sur Ballbreaker, l’album suivant. Avec quelques titres, et quand on connaît leur portée en live, on ne peut qu’applaudir ce retour plus que bienvenu d’AC/DC ! Incontournable !
« Mistress For Christmas » fait dans le second degré, rubrique bien connue des Australiens. Le titre, sans être véritablement faible, peut difficilement être considéré comme un des tubes de l’album malgré quelques bonnes idées indéniables (breaks, accélérations)…
Le très rock « Rock Your Heart Out » déboule et nous imprime une bonne rythmique basse/batterie dès le début. Le tempo est donné. Pas non plus un hit mais de l’efficacité à l’état pur : quel plaisir de taper du pied et de hocher la tête !
« Are You Ready » est un des titres incontournables de l’album, l’un de ces hits dont on se dit qu’ils ont marqué un album. Des chœurs gigantesques, une rythmique B-E-T-O-N et une dimension décuplée en live, il n’en faut pas plus : AC/DC est de retour !
La suite est plus traditionnelle : c’est lorsqu’AC/DC cède à la facilité que je les trouve les plus en difficulté, finalement. Alors jusqu’à « If You Dare », le dernier titre (une constante chez eux de mettre en sortie de galette de bons morceaux), on est dans l’efficacité, parfois un peu trop facile. Mais on a quand même du mal à passer au titre suivant : tous ces titres fourmillent de bonnes idées ! Tout cela contribue à maintenir cet album à un haut niveau : pour moi, on est tout simplement en présence d’un des meilleurs albums du groupe. Et peut-être même le plus homogène avec « Highway To Hell » de toute leur carrière. Tout simplement.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 13 décembre 2008
Profitant des éditions remasterisées de 2003, j'ai acheté "Highway to hell" (1979), puis récemment, "Black Ice" (2008).
Histoire de faire le pont entre ces 2 périodes, je viens d'acquérir "The Razor's edge" (1990).
Un peu à l'image de "Black Ice", cet opus symbolise le retour au succès du groupe australien (n°1 aux Etats-Unis) après plusieurs albums moyens.
"Thunderstruck" et "Moneytalks" sont les deux piliers du disque, mais on peut également citer l'intro de "The razor's edge", la ligne de basse de "Rock your heart out", ou encore "Are you ready" (qui doit déchirer en concert).
Pour tout amateur de hard rock, cet album est incontournable.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2014
Cet album est un classique du groupe ACDC. Sont présents les "monstres" comme Moneytalks, Thunderstruck ou Are you ready. Mais aussi des sympas comme Shot of love. Album en pochette cartonnée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
je ne suis pas un fan invétéré d'AC/DC, mais j'aime bien la musique du groupe, surtout ses tubes je dois dire: je n'ai longtemps eu que le double live à donington comme disque des australiens dans ma discothèque hard 'n heavy.
sur ce disque, il y a à mon avis pas mal de tubes: thunderstruck, moneytalks, the razor's edge et are you ready. j'ai toujours pensé que sur chaque album d'AC/DC, il y a deux ou trois titres qui sortent du lot. maintenant, ce sont les titres "en plus" qui font la différence, et là, the razor's edge est plutôt bien homogène niveau qualité descompos et aussi au niveau de la production. je dois dire que j'aime moins le son sur les albums suivants et que je préfère le type de production typée "metal" qu'avait le groupe dans les 80's.
en bref, je recommande cet album au même titre que back in black et live 1992, ainsi que highway to hell et who made who (une compilation qui comporte un titre inédit qui est mon préféré d'AC/DC,who made who).
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
FOR THOSE ABOUT TO ROCK aura marqué (pour les 10 années à venir) le sommet de la carrière de ce groupe "phare" du hard Rock. 3-4 albums plus tard (et 2 changements de Batteur), AC/DC s'en revient presque d'entre les morts. L'incorporation du génial chauve Chris Slade n'y est sans doute pas pour rien. Plus encore, il faut d'abord admettre que Angus et les siens ont tout bonnement retrouvés les chemins de l'inspiration. En 1990, et sans se retourner sur son glorieux passé, AC/DC propose toujours ce qu'il sait le mieux faire: Du Rock. Un Rock certes binaire, furieusement électrique, mais non exempt cette fois d'une certaine audace, à l'instar du morceau d'ouverture tout en montée en puissance, tout comme d'autres morceaux aux rythmiques moins conventionnelles qu'elles n'y paressent. Dans ce domaine, citons entre autre "Mistress for christmas", "The razors edge" ou bien encore "Rock your heart out", qui nous rappel qu'il y a bien un bassiste chez AC/DC.
Au final je ne déplore qu'une chose. La production aseptisée de Bruce Fairbairn (Aerosmith, Scorpions, ...). En un sens très bien produit, se son si propre ne convient pas réellement à AC/DC. "Ca sent un p'tit peu trop l'savon, pas asser la foufoune", disait fort à propos notre grand poète contemporain Alain Manoukian. Un détail qui sera corrigé dès l'album suivant, "Ballbreaker", au son beaucoup plus "roots". Dans tous les cas, je peux vous assurer que dans le pit de Bercy sa sentait bien la poudre et le T-shirt mouiller... Beuurk !! 17/20
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2010
Là apres un passage a vide trois albums bien pour tout groupe qui se respectent mais juste pour ac/dc qui s'etait essaye a la producteur sans grand realisme!!! là ouf les boys assurent laissent a bruce fairbain les manettes et se concentrent sur ce qu'ils savent faire de mieux, du hard comme eux seul savent!! un super son avec chis slade a la batterie vraiment tres bon, un super son des rythmes a tuer et un feeling retrouve, tres bon ça assure et rassure,d'ailleur la tournee qui suivra sera gigantesque avec la sortie d'un double live et dvd essentiel; merci les boys
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2009
il aura fallut 11 ans a ac/dc pour retrouve le niveau qu'ils avait au debut des années 80,avec the razors edge ont n'a a faire a du bon ac/dc notamment les 4er titres sont im pa ra bles.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)