Commentaires en ligne


104 évaluations
5 étoiles:
 (58)
4 étoiles:
 (29)
3 étoiles:
 (8)
2 étoiles:
 (4)
1 étoiles:
 (5)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


55 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le blu ray respectueux du film
Inutile de revenir outre mesure sur la qualité du film en lui même. Ce grand film de SF méritait amplement son passage au format blu ray que ses admirateurs devaient attendre avec impatience.
D'emblée il convient de préciser que la version HD du blu ray a été validée par Spielberg lui-même et qu'elle est issue d'un...
Publié le 29 avril 2010 par Ditchovitch

versus
3.0 étoiles sur 5 Minority Report / Blu-ray (et dvd) / Edition 2010
Un excellent film de SF... Des années après il valait le coup de le revoir en Blu-ray..
Science Fiction, thriller, action, et de quoi se poser des questions sur "notre" avenir plus ou moins proche "dans la vraie vie" !..
L'histoire est bien menée, c'est assez captivant ,et même en ayant vu ce film au ciné je ne me...
Publié il y a 4 mois par Alex.lyly


‹ Précédent | 1 211 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

55 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le blu ray respectueux du film, 29 avril 2010
Par 
Ditchovitch "Ditchovitch" (Belgique) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Blu-ray] (Blu-ray)
Inutile de revenir outre mesure sur la qualité du film en lui même. Ce grand film de SF méritait amplement son passage au format blu ray que ses admirateurs devaient attendre avec impatience.
D'emblée il convient de préciser que la version HD du blu ray a été validée par Spielberg lui-même et qu'elle est issue d'un tout nouveau master 4K. Autant dire que la critique n'est dès lors pas aisée. Rappelons nous de l'image que nous avions vue au cinéma où Minority Report, l'air de rien avait un cachet particulier : Une image assez granuleuse, un effet de halo sur de nombreuses scènes, une surexposition régulière (contre jour) rendant une image souvent veloutée et très stylée et enfin une colorimétrie désaturée. Et bien, tous ces choix artistiques ont été parfaitement respectés pour le passage au format HD du blu ray. Du coup bien sûr, le grain volontaire est bien présent et visible sur la quasi totalité des images de même que la nature originelle veloutée de l'image. Cette image là risque peut-être de ne pas plaire aux détracteurs du grain et les amateurs d'images clinquantes risquent de ne pas être convaincus par la patine de certaines images. C'est pourtant comme cela que le film doit être vu sous peine d'être complètement dénaturé. Toutefois, il faudra vous accomoder de multiples petits points blancs assez présents sur plusieurs passages et l'une ou l'autre petite pétouille étrangement encore visibles sur le transfert (effet de style ou pellicule mal nettoyée?). Pour le reste, il n'y a pas réellement de sujet à polémique, l'image est clairement HD avec une extrême précision, un excellent piqué et des contours parfaitement dessinés. Certains plans sont détaillés à la limite du relief et la profondeur de champ est le plus souvent enthousiasmante. La colorimétrie désaturée est merveilleusement retranscrite et les scènes sombres, nanties de noirs ultra denses et stables sont parfaitement gérées. Ce transfert HD est vraiment de haut niveau compte tenu du respect du matériaux d'origine, je ne vois donc pas de raison d'enlever une étoile à cette édition surtout compte tenu de ce qui suit.
Les encodages audio sont explosifs et précis en DTS pour la VF mais plus encore en DTS HDMA pour la VO.
Les somptueux suppléments valident complètement cette édition blu ray avec plus de 3 heures de bonus dont de nombreux en HD.
La galette est emballée dans un très beau coffret métallique dans lequel est également fourni le film sur disque DVD. Vous pourrez donc comparez les versions du film pour vous convaincre de l'excellent choix de l'avoir acheté en blu ray.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Edition Bluray franchement réussie, 19 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Blu-ray] (Blu-ray)
Je ne vais pas épiloguer car d'autres avant moi se sont lancés de fort belle manière dans la description des qualités de ce Bluray (Ditchovitch par exemple) mais je tenais à apporter ma pierre à l'édifice. Je suis extrêmement exigeant pour ce qui de l'encodage visuel, de la photo du film, de son rendu, sa netteté, son piqué et la qualité de la restitution audio et pour le coup je dois bien admettre que pour Minority Report, c'est le sans faute. L'image n'est certes pas celle d'un Dark Night, mais pour le coup il s'agit d'un choix, et un choix que dans ce cas précis je respecte. La constante sur-exposition ne nuit pas à la colorimétrie, ni à la netteté. Le grain est extrêmement peu présent et la netteté souvent irréprochable. Je ne suis pas à 100% convaincu que ce soit la manière la plus intéressante de donner un côté futuriste à l'image, mais du moment que le résultat est propre, agréable pour les yeux et ne dessert pas le film, j'en accepte le constat, voire mieux, je trouve le procédé plus convaincante qu'au cinéma.

Niveau son (VO DTS HD évidemment), c'est encore une fois très propre, sans aucune exagération ni dans les surround, ni dans les basses, mais juste ce qu'il faut pour être totalement immergé. Les voix sont parfaitement équilibrées par rapport aux musiques qui ne se font du coup pas trop "envahissantes" (sauf les dernières images mais bon, c'est du Spielberg ou ça n'en est pas !).

Enfin en grand fan de K Dick, j'ai toujours plaisir à revoir cette version cinéma d'une nouvelle qui ne perd pas de son charme les années passants (avec toujours le minuscule bémol de se sentir envahi par la débauche de marques affichées qui fleure bon le sponsoring, mais c'est anecdotique).

Niveau packaging, c'est toujours sympa d'avoir un joli boitier métal plutôt qu'une bête boîte au plastique, donc pour moi c'est le sans faute : ce Bluray est à mon sens ce qui pouvait arriver de mieux à Minority Report et mérite sans hésitation ses 5 étoiles.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


89 internautes sur 105 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mais arrêtez de noter le film et notez le Blu-ray !!! Non de non !, 27 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Blu-ray] (Blu-ray)
Je vais sur la fiche de ce blu-ray et que vois-je ? Déjà des commentaires sur le Blu-ray, qui ne sortira pourtant que dans un mois.... ! (Ici comme outre-atlantique).

ça devient pénible de voir les internautes donner des notes sur des avis totalement subjectifs et intrinsèque aux différentes personnalités. Il faut vraiment que vous compreniez que le but des critiques sur les fiches Blu-ray des films doit être le plus objectif possible (comme toute notation !) et donc se réferer aux qualités intrinsèque du support Blu-ray, ce qui ne sera donc possible qu'une fois qu'il sera sorti.

Alors STOP aux notations et critiques qui ne veulent rien dire !

(Après, donner son avis sur un film, après avoir noté la véritable qualité du support est tout à fait appréciable ; mais ce n'est seulement qu'un "bonus gratuit").
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rapport Minoritaire pour bluray majeur, 15 juin 2013
Par 
Alexandre GODARD (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Édition Digibook Collector + Livret] (Blu-ray)
Ok, le titre du com' est facile, mais j'avais envie ^^

Bon, la HD doit mettre en avant de belles images, du beau son, bref, ça doit cracher.

Minority Report a été conçu comme une film à l'image crade, de l'aveu même de Speilberg et son chef op, Januz Kaminsky. Donc, oui y'a du grain partout, y'a des flares (c'est pas Star Trek non plus) des sur-expositions, des contrejours... mais c'est normal. Alors dit comme ça, ça peut faire peur mais c'est une volonté artistique, pas de la fainéantise. Le travail de précision et de colorimétrie est superbe, le grain n'empêche jamais le détail. La texture du film est unique, son esthétique une merveille de réussite. On plonge dans l'atmosphère déliquescente de cette histoire paranoïaque avec un plaisir non feint. Il faut voir enfin dans toute sa splendeur la scène ou Tom Cruise s'apprête à subir une menu opération : c'est crado, maronasse, pas hygiènique. On se dit vraiment que John Anderton est mal tombé.
Certaines images sont mêmes d'une puissance rare : les noirs profonds de plans ultra contrastés sont merveilleux d'impact.

Le son en VF est bon, la VO est, bien entendu de bien meilleur tenu, les bonus symapthiques, dont un court mais plutôt effrayant sur la pub de demain et l'identoptiquage.

Le boitier livre est de très bonne facture, bien présenté et bien fait.

Concernant le film, on va faire court : c'est un classique. Philippe Dick était un parano fini et dans ce film, l'ampleur de cette parano prend une tournure dérangeante, surtout dans ce passage ou Anderton tente d'échapper à son équipe dans un centre commercial.

Un must have.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Spielberg + Dick = Top, 20 décembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Édition Collector] (DVD)
Un Spielberg en grande forme qui adapte l'excellent Philip K Dick, il n'en fallait pas plus pour réussir un excellent polar de science-fiction. Tom Cruise campe bien son personnage (pour une fois) et le récit complexe et très moderne nous offre des séquences pleines d'action et de réflexion. A noter le niveau exceptionnel des effets spéciaux et des décors. Ce n'est pas aussi parfait que Bladerunner mais franchement passionant et étonnant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 minority report, 22 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Édition Collector] (DVD)
Le film se déroule à Washington en 2054. Il s'ouvre sur John Anderton, le chef de l'organisation gouvernementale expérimentale Précrime qui existe depuis 6 ans. Il a rejoint cette unité à la suite de la disparition de son fils, juste quelques mois après le début de Précrime.

Dans cette première scène, son équipe est en train d'appréhender un suspect. On découvre qu'à cette époque on parvient à prédire les crimes à l'aide de précogs (abréviation de précognitifs, « qui ont la capacité de voir l'avenir ») : trois humains en état de stase, préservés au cœur du siège de Précrime, fournissent de manière explicite l'heure du méfait, le nom de l'agresseur et le nom de la victime. Tous les autres aspects du crime (notamment le lieu) ne peuvent être obtenus qu'en décryptant de maigres indices dans les images relayées par les cerveaux des précogs.

Anderton est depuis quelque temps supervisé par Danny Witwer, un agent du Ministère de la Justice envoyé pour évaluer le système car les Américains vont bientôt être consultés par référendum pour étendre à tout le pays le programme Précrime, uniquement utilisé à Washington.

Après l'intervention et le placement en état de stase du pré-criminel, Anderton retourne dans son appartement et y regarde des vidéos holographiques de son fils de six ans. Il devient évident, dans l'esprit du spectateur, que celui-ci est décédé et que l'agent vit désormais seul.

Le lendemain, Witwer visite la salle où les trois précogs reposent dans un bassin rempli d'une substance translucide. Anderton, en retrait, est apostrophé par l'un des précogs, Agatha, qui émerge de l'eau et lui montre des images d'une femme en train d'être assassinée. Intrigué des circonstances inhabituelles de révélation et du fait qu'un seul des trois précogs a eu une vision, Anderton enquête.

Les précogs peuvent avoir des réminiscences d'affaires intervenues plusieurs années plus tôt (les « échos »). Comme un seul précog a eu cette vision, il suppose qu'il s'agit d'une vieille affaire. Il retrouve effectivement la tentative d’assassinat en question. Elle date de six ans, avant son arrivée à l'agence, et a été une des toutes premières traitées par Précrime. Il s'agit de la tentative de meurtre par noyade d'une certaine Anne Lively (bien sûr sauvée sur le coup ; mais n'ayant plus donné de signe de vie depuis quelques années et donc portée disparue). Les images des deux autres précogs sont enregistrées. Mais celles d'Agatha, a priori la plus fiable du trio (elle a souvent les visions avant les autres), n'existent pas pour cette affaire : elles semblent avoir été effacées. En vérifiant, il constate que 12 autres cas de meurtres sont incomplets. Anderton prévient alors le richissime créateur de la cellule Lamar Burgess, en qui il a toute confiance. Celui-ci n'apparaît pas inquiet par ces absences. L'agent retourne donc à son travail.

Un nouveau meurtre va avoir lieu dans trente-six heures. La victime s'appelle Léo Crow. Mais en récupérant le nom du meurtrier, Anderton voit qu'il s'agit de lui-même. Sachant qu'il va être capturé, il s'enfuit. Anderton n'a jamais rencontré ce Léo Crow et croit à un faux monté par Witwer pour discréditer le système, il parvient alors à contacter discrètement Lamar Burgess. Celui-ci l'assure de sa confiance mais lui indique qu'il est absolument impossible de trafiquer les visions des précogs. Parvenu à semer ses anciens collègues lancés à sa poursuite, mais sceptique, John décide de se réfugier dans la maison d'Iris Hindeman, cofondatrice de Précrime avec Lamar Burgess, mais retirée de la vie publique. La vieille dame lui révèle qu'il peut bel et bien arriver qu'un précog ait une vision de l'avenir un peu différente de celle de ses camarades (ce qui correspond aux 13 cas mentionnés) mais que, par souci de crédibilité, le système exclut alors la vision discordante et l'efface ! Toutefois, une trace de cette vision demeure présente dans l'esprit d'Agatha, la plus forte des précogs. Elle confirme n'être pas certaine que les meurtres auraient bien eu lieu dans ces cas de « rapport minoritaire ». Mis au courant de ce secret jusqu'ici connu des seuls Burgess et Hindeman, Anderton se met à douter pour la première fois d'un système en qui il voue une confiance absolue depuis six ans. Il y voit aussi sa seule chance de prouver son innocence : dans la récupération d'un « rapport minoritaire » de la prédiction le concernant, rapport qui aurait été ignoré par le système.

En 2054, il est difficile de se déplacer incognito car toutes les personnes sont soumises à des scanners rétiniens (pour la personnalisation des messages publicitaires audios par exemple). Pour échapper à toute identification, Anderton va se faire transplanter de nouveaux yeux chez un chirurgien clandestin. Alors qu'il dort pour récupérer de l'opération le temps que ses greffes prennent, l'agent rêve d'un souvenir : on apprend alors que son fils a été enlevé. Il se réveille et découvre que des agents de Précrime sont en train de fouiller le bâtiment où il se trouve. En quête du fugitif, l'équipe sur place déploie de petites araignées robotiques intelligentes chargées de scanner les yeux de tous les êtres humains à leur portée. Ayant retrouvé Anderton, celles-ci cherchent à l'identifier mais, du fait de l'opération chirurgicale, ne le reconnaissent pas.

Anderton se rend à Précrime où il arrive à pénétrer, en plaçant devant les multiples scanners d'identification rétinienne ses anciens yeux qu'il a conservés. Parvenu au cœur du bâtiment, il sort Agatha de son bassin, déconnectant ainsi le réseau de précogs qui fait fonctionner Précrime. Il s'échappe en embarquant avec lui la précognitive, et va trouver un de ses amis hacker qui scanne la mémoire d'Agatha : Anderton accède ainsi à la vision du meurtre qu'il est censé commettre. Toutefois, la vision est identique à celle qui avait été sélectionnée par le système : il n'existe pas de « rapport minoritaire » pour son cas, et il sera bien amené à tuer Léo Crow.

Anderton est déterminé à ne pas commettre ce meurtre de ce pur inconnu. Mais, pour échapper à la police qui le traque, une série de péripéties va le contraindre à trouver refuge... dans l'appartement de Léo Crow. En fouillant ce dernier, Anderton y trouve quantité de photos d'enfants éparpillées et, parmi elles, certaines de son fils. L'idée qu'il n'y a pas de « rapport minoritaire » pour son crime s'affirme : il a toujours prémédité la mort du ravisseur de son fils si jamais il le découvrait, et Leo Crow s'avère être celui-ci. Il décide donc de le tuer.

Sommé par Agatha (qu'il a emmenée avec lui) de réfléchir, Anderton reconsidère son envie de meurtre et décide simplement d'arrêter Crow. Il lui annonce ses droits Miranda. C'est alors que Crow annonce que s'il n'est pas tué, sa famille n'aura rien. Anderton comprend que tout cela était donc une mise en scène. Crow parvient à accrocher le pistolet d'Anderton et se suicide par police interposée en appuyant sur la main de l'agent. Anderton et Agatha quittent alors l'appartement : au courant de la prédiction, les agents de Précrime, orphelin de leur chef, n'ont en effet pas réussi à localiser assez rapidement le lieu pour empêcher le meurtre.

Pendant ce temps, Witwer visite Lamar Burgess et l'entretient de ses doutes sur la fiabilité du système. Il lui montre les rapports concernant le meurtre d'Anne Lively, qui intriguait Anderton et sur lequel il a aussi enquêté : le « rapport minoritaire » d'Agatha et le rapport majoritaire des deux autres précogs. Il a remarqué des différences qui tendent à prouver que les deux visions ne datent pas du même moment : le meurtre étant commis près d'un lac, on peut remarquer que d'une version à l'autre, les ondulations de l'eau ne vont pas dans le même sens. À cet instant, Lamar Burgess tue Witwer, sans raisons apparentes. En l'absence d'Agatha, le Précrime n'a pas pu prédire ce meurtre. Lamar Burgess peut faire disparaître le corps sans être inquiété.

Anderton s'est réfugié avec Agatha dans la maison de son ex-femme Lara et il comprend pourquoi il est l'objet de manipulations : la femme Anne Lively dont il a vu le meurtre n'est autre que la mère d'Agatha. Celle-ci tentait de récupérer sa fille, utilisée comme précog ; on l'a donc assassinée pour le bien du programme. Le mécanisme choisi est particulièrement subtil : l’assassin a engagé un premier tueur pour commettre une tentative de meurtre par noyade. Bien sûr repéré par la vision des deux précogs, Précrime était intervenu pour sauver Anne Lively. Mais quelques minutes plus tard, un second tueur était parvenu sur les lieux du crime, et avait reproduit la scène avec le même mode opératoire : les deux premiers précogs ont prévu ce second meurtre, mais les opérateurs ne remarquent pas les minuscules différences (le sens des vagues par exemple) et ont logiquement pensé qu'il ne s'agissait que d'un écho, classé sans suite. Agatha (sentant le peu de motivation de ce premier tueur à noyer sa victime) avait elle fait un rapport minoritaire sur la vraie tentative. Mais ignorant jusqu'à l’existence de ces rapports minoritaires inaccessibles, les opérateurs classent là aussi cette vraie vision comme écho, sans suite. Le meurtre avait ainsi bien pu avoir lieu, en toute impunité.

La police intervient à ce moment et arrête Anderton. Elle récupère Agatha qui est immédiatement remise en service. Plus tard, Lara s'entretient avec Lamar Burgess au sujet du meurtre d'Anne Lively. Elle comprend que, désireux de ne pas compromettre Précrime en rendant Agatha à sa mère, c'est lui qui en a été l'instigateur, peut-être même le second meurtrier. Elle parvient à libérer son ex-mari. Anderton se rend à la rencontre de Lamar Burgess et le confronte à son crime. Fou de rage en pensant que ces aveux vont ruiner sa carrière, Lamar Burgess décide de tuer son ex-ami Anderton, vision détectée par les précogs remis en service. Juste avant que la police n’intervienne, Anderton, alors qu'il se trouve sous la menace du pistolet de Burgess, lui indique alors que sa carrière est d'ores et déjà ruinée : s'il le tue, les précogs ont raison, Précrime est fiable... mais Burgess finira sa vie enfermé. S'il renonce, le système s'est trompé et Précrime sera immédiatement arrêté. Perturbé par cette contradiction insoluble Burgess se suicide. Pour la première fois en six ans, les précogs se sont trompés.

Dans la séquence finale, Anderton explique que l'expérience Précrime est arrêtée et que tous les précriminels ont été libérés sans condition. Les précogs ont été mis au secret et vivent une vie normale. Anderton s'est réconcilié avec Lara qui est enceinte...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Minority Report / Blu-ray (et dvd) / Edition 2010, 29 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Blu-ray] [Import belge] (Blu-ray)
Un excellent film de SF... Des années après il valait le coup de le revoir en Blu-ray..
Science Fiction, thriller, action, et de quoi se poser des questions sur "notre" avenir plus ou moins proche "dans la vraie vie" !..
L'histoire est bien menée, c'est assez captivant ,et même en ayant vu ce film au ciné je ne me souvenais plus trop des détails et même de la fin, donc ravie de ce Blu-ray qui permet - si besoin - de revenir sur certains détails..
Une image particulière (voulue), des décors qui mélangent futur et cadre "actuel".. le rendu Blu-ray est beau je trouve..

Bonus : tous en vost..
Pas eu le temps de tout voir mais "wahou"...
On apprend pleins de choses sur l'histoire, les décors, le tournage, la déco, les accessoires, le pourquoi et le comment.. J'adore !
Différents intervenants, sorte de petits making-of, bref vraiment bien... (ps : dans cette version 2010 il y a des choses rajoutées à cette période : ex. les objets du futur commenté par ? (désolée) et gardé par Spielberg pendant toutes ces années..)
Sympa : Interviews de S. Spielberg sur différents thèmes du film et renvoi à chaque fois si l'on veut vers des modules complémentaires pour en savoir un peu plus.. c'est bien fait et intéressant .. et j'ai aimé découvrir comment les objets du futur ont été pensé et pourquoi !

Un film vraiment bien fait, de bons acteurs, pas d'ennui.. Un Blu-ray d'excellente qualité avec énormément de bonus : rien à redire... A voir..
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Destinée vs Libre arbitre : and the winner is..., 9 avril 2003
Par 
Lolaa (Liévin, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report - Special Edition [Import belge] (DVD)
La destinée, ou le futur écrit quelque part, et vers lequel nous fonçons tous la tête baissée sans nous soucier du fait que nous pouvons le façonner tel que nous le voulons...
Le libre arbitre, ou la notion qui dit que le destin n'existe pas, ou du moins qu'il peut être transformé par le petit grain de sable insignifiant que nous sommes...
Alors ? Qui a raison ? Celui qui baisse la tête ou celui qui la relève pour faire face et lutter ? Dans cette fable futuriste aux effets spéciaux absolument monumentaux et aux idées futuristes géniales et dérangeantes parfois, on vous permet de garder espoir. Au milieu d'un tourbillon de noirceur, on entrevoit une petite lumière au bout qui devrait nous guider. Ou pas, c'est au choix.
Justice contre injustice.
Liberté contre aliénation.
A l'arrivée, sommes-nous libres, ou pas ? Tout dépend de ce que nous décidons, d'après Steven Spielberg. Une façon de voir les choses qui ne peut que plaire au spectateur, qui y trouvera donc ce qu'il veut bien y trouver. Une bonne idée scénaristique, efficace, et traitée de façon très carrée, très design, très technologique... C'est le futur, ça ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 souriez, vous êtes filmés, 15 décembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Édition Single] (DVD)
Mais que se passe-t-il, Spielberg se met à faire des films intelligents ? Mais où va-t-on ? Minority Report est l'archétype du très bon film de science-fiction, et comme un bonheur n'arrive jamais seul, c'est du P.K. Dick et c'est avec un très bon Tom Cruise.
Minority Report s'il est avant tout un thriller, traite de l'Etat policier et de la présomption d'innocence.
Des décors et des effets spéciaux qui savent se faire oublier au bénéfice de l'histoire et des personnages, un bon casting, une bonne intrigue, rien à jeter. Si l'on peut formuler toutefois quelques regrets : était-il judicieux de faire passer les thèmes sous-jacents au second plan par rapport au côté polar ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un nouveau classique !, 2 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Minority Report [Édition Collector] (DVD)
Ce film détonne dans la production américaine actuelle qui ne brille par son originalité et son audace....
Spielberg lui-même habituellement ne fait pas beaucoup d'efforts pour éléver le niveau ! Mais avec Minority Report il semble être passé à la vitesse supérieure.
Un scénario très original, tordu à souhait au service d'un thriller fantastique d'anticipation qui nous prédit une société untra-sécuritaire où le crime serait puni avant d'être commis... C'est effrayant et il semble malheureusement que nos sociétés tendent vers cela : le concept de guerre préventive (initié par qui vous savez...) y mène directement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 211 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Minority Report [Édition Single]
Minority Report [Édition Single] de Steven Spielberg (DVD - 2003)
EUR 6,09
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit