Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Contestataire, 2 décembre 2009
Par 
Dale Cooper (The one-eyed Jack) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : We Insist! Freedom Now Suite (CD)
Pour cet opus devenu célèbre, enregistré fin août/début septembre de l'année 1960, le batteur Max Roach avait réuni un effectif chaleureux et atypique, modulable selon les morceaux : quatre instrumentistes à vents (les saxophonistes Coleman Hawkins et Walter Benton, le trompettiste Booker Little, le tromboniste Julian Priester), la chanteuse Abbey Lincoln, le bassiste James Schenk, et trois percussionnistes (Mantillo, Duvall, Olatunji).

Les cinq pièces offertes ici sont toutes de la plume du leader, agrémentées pour certaines des textes d'Oscar Brown Jr.
« Driva Man » se dévoile complètement après une introduction par la voix et les percussions, complainte minimale mais à l'allure cérémonieuse et déterminée. « Freedom Day », sublime, déploie un souffle épique et contestataire saisissant.
Le tétanisant « Triptych (Prayer, Protest, Peace) » enfonce le clou et achève d'inscrire l'album dans une démarche de révolte. D'ailleurs, la pochette en dit long à elle seule, sur l'état d'esprit dans lequel ce disque a été réalisé...

Après « All in Africa » (pour percussions endiablées et voix uniquement), « Tears in Johannesburg » ramène les vents à bord, pour une longue plage captivante, basée sur un groove solide.
Les arrangements, inventifs, jonglent superbement avec unissons, contrechants, confrontation de l'écrit et de l'improvisé, et offrent à la voix d'Abbey Lincoln une place en or.

Un album riche, au message on ne peut plus clair, dont la musique bariolée annonce les délires futurs de l'Art Ensemble of Chicago.
Suivra quelques mois plus tard (et avec quasiment la même équipe), un autre disque sous le nom d'Abbey Lincoln, Straight Ahead, lui aussi fortement recommandable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit