undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles59
4,3 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:8,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Inutile de s'attendre sur le corps même de ce chef d'oeuvre d'Alan Parker. Si quelqu'un ne connaît pas encore ou a oublié la trame, rappelons en l'idée principale tirée d'une histoire vraie : Un ressortissant Américain (Billy Hayes) en possession d'une quantité non négligeable de haschisch est coincé à l'aéroport par la police Turque. Il est jeté en prison. Alan Parker ne justifie jamais les actes délictueux de son personnage (ayant vraiment existé), il décrit sa vie dans une prison turque, sorte de microcosme carcéral anarchique où il ne fait tout de même pas bon, mais pas du tout, mettre un pied de travers (selon les étonnants usages en vigueur dans ces lieux). La sanction est alors dure, très dure même. Alan Parker dénonce également la justice turque et son système de l'époque douteux qui condamne le détenu à la peine la plus longue (pour l'exemple semble-t-il). Nous suivons alors la descente aux enfers d'un homme qui a subitement tout perdu et qui sombre progressivement dans la folie. Le tour de force de la mise en scène est que ce métrage reste de bout en bout captivant malgré un environnement par nature clos et obscure. Le suspens reste donc entier et ce sont de véritables chocs multiples auxquels nous sommes confrontés. Le film est en outre porté sur les épaules de son acteur principal complètement habité par son rôle (son plaidoyer désespéré devant le tribunal turc en fin de film, sorte de suicide judiciaire est bouleversant) et également par tous les acteurs d'une justesse absolue.
Apport HD : Très satisfaisant. Au départ, je dois bien avouer que j'ai eu peur, l'effigie de la Columbia est très bruitée de même que le premier plan de la ville. Ensuite heureusement, tout rentre dans l'ordre. L'image restera belle de bout en bout. La définition est très correcte bien qu'en deça des meilleurs transferts HD. Il faut dire que les conditions de tournage ne sont pas propices à un étalage de définition (endroit clos, souvent sombres, peu de profondeur de champ...). De très nombreuses scènes sont de plus recouvertes d'un espèce de très fin voile (respectant la photographie originale du réalisateur) empêchant également au piqué de s'épanouir complètement. Pourtant, eu égard à l'âge du film et aux conditions précitées, la définition se défend bien. Le piqué est même très précis sur plusieurs gros plans. Le master est impeccable et pratiquement immaculé, l'image ne présente donc pratiquement aucun défaut vraiment notable. Les couleurs sont évidemment assez ternes en intérieur et retranscrivent parfaitement l'univers du film. Le léger grain argentique visible n'entrave pas la définition. Le film se termine comme il avait commencé, sur une dernière image étonnamment bruitée. J'ai comparé ce blu-ray avec mon DVD upscallé et la différence d'acuité visuelle est énorme. L'image de mon DVD upscallé est très floutée et souvent bruitée (Mon lecteur blu ray Pana BD60 est pourtant excellent en matière d'upsclalling). Le son est également revu à la hausse avec l'apport de pistes VO et VF 5.1 plein débit mais aux performances tout de même limitées. Cette édition blu ray devient donc incontestablement la nouvelle édition de référence pour ce classique du cinéma de plus complètée par de nombreux bonus. Tout juste pourrait on être déçu de la disparition de l'interview de Billy Hayes ayant inspiré le film.
77 commentaires|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2015
Pour un film de 1978, la qualité d'image est tout simplement magistrale grâce à la restauration de Sony Pictures.
Une autre bonne nouvelle, oubliez la VF 5.1 charcutée et incomplète de l'ancien DVD. Ici, la VF 5.1 TrueHD a été restaurée et brillamment remixée en 5.1 à partir de la mono d'origine. Donc, toutes les répliques qui étaient absentes ou en VO dans l'ancien DVD sont bien là maintenant et en VF. Par exemple, dans l'ancien mixage 5.1 du DVD, lorsque Billy est fouillé, juste avant de retirer sa botte il dit "J'en ai encore", or cette réplique était en anglais et il disait donc "Wait a minute". Un véritable désastre qui appartient maintenant au passé...

La VO est aussi disponible en 5.1 TrueHD, ainsi qu'en mono d'origine. Les deux sont sublimes mais c'est vraiment le seul film où je peux dire que son remixage 5.1 est supérieur à son mono d'origine.
Vraiment du très bon boulot. Je regrette tout de même que la VF avec le mixage mono ne soit pas incluse, ne serait-ce que pour préserver l'authenticité du film, surtout qu'une piste mono compressée en Dolby Digital ne fait qu'entre 40 à 80Mo par heure.
A part ce petit détail, ce Blu-Ray est à avoir absolument.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En septembre 1978 une musique retentissait dans les salles obscures, une musique qui une fois entendue ne pouvait pas être oubliée, je faisais la queue pour le voir, impatient, tout le monde parlait de "Midnight Express", nous voulions voir ce film d'Alan Parker, entendre cette musique encre en mono ce qui était déjà beaucoup à cette époque sur les gros hauts-parleurs, nous ne savions pas grand chose sur ce long métrage sinon que se faire le Midnight Express signifiait s'évader d'une prison en Turquie. Cette musique de Giorgio Moroder nous parvient toujours sur les ondes radiophoniques, forte, angoissante, sans cesse revenant dans ce film.

Sur le tarmac de l'aéroport d'Istanbul, un jeune homme accompagné de sa girl friend, Billy Hayes (interprété par Brad DavisLes Chariots de feuNé le 6 novembre 1949. Décédé le 8 septembre 1991) se fait arrêter par la police turque,alors qu'il transportait collées à son corps des "savonnettes" de haschich.

Il ne repartira pas pour les Etats-Unis, vite enfermé, jugé d'une manière légère et brutale, il va vite découvrir l'univers carcéral de ce pays à cheval sur deux continents.

A Istanbul on ne rigole pas avec la drogue, loin de là. Billy Hayes va vite le comprendre, essayer de comprendre également le fonctionnement des autres prisonniers et d'un chef surveillant à l'intelligence très restreinte, sans compter le directeur de cet "établissement" qui marche au bon gré de toutes choses dans le chaos le plus complet, directeur au sadisme indescriptible. Billy Hayes va s'endurcir, certes, mais vas t-il pouvoir résister à toutes les pressions inhumaines qui vont se dresser devant lui ?

Toutes les perversités seront évoquées dans ce film interdit aux moins de seize ans, des scènes qui ne peuvent pas être supportées par tout le monde, il faut bien le dire. Mais un film complètement réussi, encore un hommage au courage ? Non bien plus que cela...

Ce film nous donne en plus une définition sans pudeur des prisons turques, de la justice de ce pays en 1978, de l'acharnement contre certains ressortissants venant de pays peu aimés en ces contrées pour le moins bizarres en ces années là.
Ce film est un plaidoyer contre l'inhumanité, un plaidoyer contre la justice qui s'acharne avec vice et lenteur mais aussi un plaidoyer pour la vie, pour la liberté, sans pour autant plaider le laxisme, il parait que personne n'est tout blanc, personne n'est tout noir, ici tout semble noir ou bien tout est-il vraiment noir ?

A Vous de juger (le film !)
Ce film en blu-ray rend encore plus spectaculaire, ou devrais-je dire encore plus atroces certaines scènes, le son est grandiose, la musique ressort comme l'étendard de la liberté.

Billy Hayes est condamné à perpétuité et je vous laisse découvrir le dénouement de cette histoire VRAIE.
Oui, hélas ce film est issu de faits authentiques et nous avons bien souvent du mal à croire que ce genre de geôle existe ou put exister.
Avec Alan Parker comme réalisateur, Oliver Stone comme scénariste vous pouvez vous attendre à un film "coup de poing" c'est certain, mais vous pouvez, voire vous devez le regarder comme un vrai document qui dénonce la folie meurtrière de certaines personnes que nous devons à tout prix éviter de rencontrer.

Ce film ne fut pas tourné dans une prison Turque mais au fort de Saint-Elmo, afin de reconstituer du mieux possible la prison turque de Sagmalcilar.
Billy Hayes a bien existé, grâce à ce film il fut libéré et c'est pourquoi on entend souvent dire que ce chef-d'oeuvre est un documentaire. Essayons malgré tout de rester dans le monde cinématographique, mais il faut savoir que Oliver Stone a été obligé de présenter de plates excuses auprès des autorités turques au sujet de ses soit-disant exagérations dans le scénario !
Oscar de la meilleure musique originale aux Academy Awards de 1979.

Un film à voir ou revoir en Blu-ray, à méditer, et espérer ne pas passer une nuit blanche après son visionnage.
Bon film à vous tous, mais je ne dirai pas petits et grands, un film pour les personnes mûres.
Bien à vous

Christian.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2015
MIDNIGHT EXPRESS [1978] [Deluxe Limited Edition DigiBook] [Blu-ray] [US Import] It’s About Never Giving Up Hope! Brilliantly Made . . . Frighteningly True!

‘Midnight Express’ is the harrowing story of Billy Hayes [Brad Davis], a young American tourist condemned to a Turkish prison for his futile attempt to smuggle hashish out of the country. A victim of ineffectual diplomacy, where Billy Hayes is made an example by a corrupt legal system. Sentenced to 30 years and must overcome some ruthless brutality and his own descent into madness in order to survive and hopefully escape.

‘Midnight Express’ is powerfully directed by Alan Parker, who inspires searing performances from Brad Davis, John Hurt and Randy Quaid. It is an unforgettable look at one of the most dangerous prisons in the world, and one man’s fight to get home.

FILM FACT: ‘Midnight Express’ won Academy Awards® for Best Music, Original Score for Giorgio Moroder and Best Writing, Screenplay Based on Material from Another Medium for Oliver Stone. It was also nominated for Best Actor in a Supporting Role for John Hurt. Best Director, Best Film Editing and Best Picture for Alan Parker. The film was also entered into the 1978 Cannes Film Festival.

Cast: Brad Davis, Irene Miracle, Bo Hopkins, Paolo Bonacelli, Paul L. Smith, Randy Quaid, Norbert Weisser, John Hurt, Mike Kellin, Franco Diogene, Michael Ensign, Gigi Ballista, Kevork Malikyan, Peter Jeffrey, Joe Zammit Cordina, Yashaw Adem, Raad Rawi, Tony Boyd, Zannino, Mihalis Giannatos, Vic Tablian, Ahmed El Shenawi and Alan Parker (uncredited)

Director: Alan Parker

Producers: Alan Marshalls, David Puttnam and Peter Guber

Screenplay: Billy Hayes (book), Oliver Stone (screenplay) and William Hoffer (book)

Cinematography: Michael Seresin

Composer: Giorgio Moroder

Video Resolution: 1080p

Aspect Ratio: 1.85:1

Audio: English: 5.1 Dolby TrueHD, English: Dolby Digital Mono, French: 5.1 Dolby TrueHD, Portuguese: 5.1 Dolby TrueHD and Spanish: 5.1 Dolby Digital

Subtitles: English, English SDH, French, Portuguese and Spanish

Running Time: 121 minutes

Region: Region Free

Number of discs: 1

Studio: Columbia Pictures [SONY Pictures]

Andrew’s Blu-ray Review: Alan Parker's ‘Midnight Express’ is a tough, troubling, difficult picture. It's thoroughly unpleasant to watch, loaded as it is with brutal assaults and grisly torture and people losing their minds; it also includes some cringe-inducing xenophobic attitudes and dialogue (which screenwriter Oliver Stone later apologised for). It's structurally wobbly, and full of odd interludes. But you can't deny director Alan Parker's ability to work over an audience; his direction is tight and sometimes unbearably tense, and he manages to draw us in to a story with a serious shortage of sympathetic characters, primarily through the sheer brute force of his imagery.

The film is based on the true story (reportedly much exaggerated, however) of Billy Hays [Brad Davis]. An American on vacation in Istanbul with his girlfriend Susan [Irene Miracle] in 1970, Billy Hays tries to smuggle a couple of kilos of hash back to the United States, only to get busted and sent, indefinitely, into a Turkish prison (the film single-handedly made "Turkish prison" synonymous with "living hell"). With the help of his father Mr. Hayes [Mike Kellin], in a fine performance of deeply felt frustration and an expensive lawyer, he gets a three-year sentence for possession, but fifty-three days from the conclusion of that term, a higher court overturns the sentence and instead finds him guilty of smuggling for a thirty-year stint. This is around the time he starts looking to escape, and by the time that fails, he has gone a little bit crazy.

The strength of Oliver Stone's screenplay and Alan Parker's direction is in its portrayal of Billy Hayes' slow, steady descent into real madness; it's that old saw about how, if you treat a man like an animal, he'll turn into one. When Hayes makes the switch, Alan Parker is ready with a full arsenal of stylistic tricks: slow-motion photography, scary music, abstract sound, and plenty of blood and gore. But it's a slippery slope to get him there; the primary difficulty with telling this particular story is that you're asking an audience to sympathize and identify with a protagonist who is, semantics and connotations aside, a drug smuggler. And at the time he commits that crime that is literally all we know about him, Alan Parker and Oliver Stone parachute into the action at the last possible moment, beginning the film with Billy Hayes strapping the hash to his body and heading to the airport. There's no denying how unnerving the customs sequence is to watch; it's scored with heartbeat percussion and builds up some genuine tension, in spite of the fact that we know he's not going to get away with it, if he did, there'd be no film. But that speaks to the skill of Alan Parker's filmmaking; since we know nothing about this guy, we've got no good reason to want him to get away with it. In the scenes that follow, Oliver Stone's best notion for getting us on the protagonist's side seems to be making Billy Hayes into a dumb, naïve kid, and letting us see how he is ruined by this corrupt, foreign, evil system (never mind that the good ol' U.S.A is not exactly renowned for the common sense proportionality of our drug sentencing).

Not long after that, Billy Hayes finds himself in court, having his sentence upped. This is one of the more troublesome scenes in the picture; his big courtroom speech, which includes some of the most obviously anti-Turkish sentiments of the film, is full of the less-than-subtle dialogue and reckless hyperbole that have been a thorn in the side of Oliver Stone's critics in the years to come. For all of its problems, however, ‘Midnight Express’ is unquestionably effective. Parker seems to see it, first and foremost, as an antsy, jittery mood piece, he doesn't let a lot of sunshine in to his frames, and his handling of the story's violence is demanding and relentless. The direction is particularly compact during a nervy escape attempt; he shoots and cuts the sequence with razor sharpness, made stronger by the choice to go without music. The score itself, by Giorgio Moroder, is a mixed bag; renowned at the time for its innovative use of synthesizers, it was the first all-synth score to win an OSCAR®, the dread-filled music works beautifully in the first act, but is alternately bombastic, syrupy, and button-pushy through the rest of the film. We've seen before how nothing can date a film quicker than an inappropriate score, and that's often the case here. But as you will hear from the Extras, that Vangelis was Alan Parker’s preferred choice and I feel it would have been a far more of a superior music score and I think Alan Parker was rather miffed at being over ruled by the studio executives.

The performances are interesting, if not altogether successful. A young, thin Randy Quaid is a little over the top, but Paul Smith (later to play Bluto in Robert Altman's ‘Popeye’ film) is a terrifying presence, and John Hurt turns in a quiet, skilful performance (he nabbed a deserved Supporting Actor nomination). Brad Davis' performance mostly works and he does the turn from in-too-deep bonehead to a slobbering mess, believably and done very smoothly. His only real fumble comes in the scene where he finds out about the change in his sentence and loses his cool; Brad Davis, at least in this film, is better in reactive mode, and he can't quite land this scene where he blusters and yells and must command the screen. But for the most part, he is a fine anchor for this graphic, vivid, forceful film.

Blu-ray Video Quality – ‘Midnight Express’ makes its high-definition debut with a very solid 1080p image presentation. It looks quite good, especially for a film that's thirty-plus years old; skin tones are natural, fine grain is present but not distracting, and the clean 1.85:1 image shows no scratches, dirt, or other age artefacts. Alan Parker and Cinematographer Michael Seresin work mostly in an earth colour palate, heavy on the browns, and some of the wide shots, particularly in the opening sequence, are almost sepia-toned. But within its limited saturation, the colours are rich and full and the same goes for the black levels, a considerable feat in a film this dark and a closing shot, in which Billy Hayes emerges from a dense swath of darkness, is particularly notable, as is a wonderful silhouette shot of Hurt smoking and calling out for his cat. The attention to detail is also marvellous, particularly the grime and muck of the prison walls. With no compression artefacts, edge enhancement, this is about as good a presentation as we could hope for.

Blu-ray Audio Quality – ‘Midnight Express’ is presented with a 5.1 Dolby TrueHD surround mix isn't quite as impressive, primarily because the picture's claustrophobic sound design doesn't present many opportunities to spread the audio throughout the soundstage. Most of the noteworthy environmental sound work comes early in the film, during an Istanbul street scene and subsequent chase. The rest of the audio is mostly geared towards the front channels, with the exception of some distributed music cues. Dialogue is mostly audible and clear; though the entire track is mixed a bit too low and I had to crank my system up much higher than usual. The disc also includes the original mono English mix, as well as a Spanish 2.0 track and French and Portuguese 5.1 Dolby TrueHD surround mixes. English, English SDH, French, Portuguese, and Spanish subtitles are also offered.

Blu-ray Special Features and Extras:

Audio Commentary: Commentary with Alan Parker: Alan Parker delivers a cogent talk in which he reminisces about the production. There is some repetition of content with the booklet essay, but he attempts to focus here more on the production logistics, his directorial choices, and his desire for "authenticity." In both the essay and the commentary, Alan Parker is very frank about his difficult working relationship with Oliver Stone.

Special Feature: The Producers [26:00] Part One of the documentary features interviews with producers Peter Guber and David Puttnam. They cover the genesis of the project, the hiring of Stone, the casting and the studio wanted Richard Gere; Dennis Quaid was also in the running, and working off the studio radar with a low budget.

Special Feature: The Production [25:00] Oliver Stone describes writing with a sense of anger and urgency. Alan Parker explains how he got attached to the project, scouting locations, shooting in Malta, and working with John Hurt.

Special Feature: The Finished Film [24:00] More stories about Brad Davis's eccentricity, the decision to avoid subtitling the foreign dialogue, the photography, the score, and the movie's controversial reception at Cannes.

Special Feature: The Making of ‘Midnight Express’ [1978] [7:27] A grainy, wonderful vintage full-frame behind-the-scenes piece and its on-screen title is "I'm Healthy, I'm Alive, and I'm Free." The heavy-handed voice-over introduces us to the real Billy Hayes as he roams the streets of New York, before showing us clips from the film and on-set interviews with Billy Hayes and Peter Guber, plus a New York interview with Billy Hayes' father.

Special Feature: Photo Gallery [13:00] It includes a few shots from the set, but mostly presents images from the film.

Theatrical Trailers: Several SONY Blu-ray titles, we get clips for ‘The Da Vinci Code,’ ‘A River Runs Through It,’ ‘Not Easily Broken,’ ‘Obsessed,’ ‘Casino Royale’ and ‘Damages Season One’ though, unfortunately, the Trailer for ‘Midnight Express’ isn't one of them, round out the bonus features.

BONUS: Booklet Essay: Part of the fancy packaging is a 32-page booklet with many glossy photos, storyboard sketches, and an in-depth essay by director Alan Parker about his experiences making the film. The essay is so thorough, in fact, that it covers pretty much all of the information repeated in the documentary on the Blu-ray disc.

Finally, superbly crafted and emotionally involving, ‘Midnight Express’ often defeats the moral quagmire as presented in the film and the controversial aspects of its script through sheer film making brilliance. Managing to turn a drug-smuggling character into a sympathetic figure due to his disdainful treatment in a hellish foreign prison and taking liberties with a true story for dramatic and artistic. ‘Midnight Express’ certainly deserves the accolades bestowed upon it at the Academy Awards® despite the subject matter and controversial depiction thereof makes it a rather unique film in the annals of cinema. No matter one's take on this representation of Billy Hayes' story, there is no denying the artistic merits ‘Midnight Express’ brings to the table, its superb technical achievements reason alone to watch. SONY's Blu-ray release of ‘Midnight Express’ befits the film and there is plenty of bonus materials information with this brilliant beautiful "DigiBook" and that is why it has gone pride of place in my Blu-ray Collection. 30 years after its release, ‘Midnight Express’ continues to impress. However harrowing and unpleasant, the film delivers a strong sense of dynamic verisimilitude [meaning “the appearance of being true or real”] and creates a good look at a miserable situation. The Blu-ray offers better than expected picture, acceptable but dated audio, and a few nice extras; the audio commentary proves particularly enjoyable and ever since I viewed this film, it has always burned an amazing image of viewing a great directed film, that deserved all the awards it garnered and on top of all that it also a very character driven film with a stunning script and now it has gone pride of place in my Deluxe Limited Edition DigiBook Blu-ray Collection. Highly Recommended!

Andrew C. Miller – Your Ultimate No.1 Film Fan
Le Cinema Paradiso
WARE, United Kingdom
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2011
exellent film le nouveau master est une reussite mise a part la bande son 5.1 pas genial mieux vaut passer en 2.1 le son est de meilleur qualité.a avoir quand meme en bluray.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2015
Livraison rapide reçu dans les temps.Merci.Pour le film je le connaissais déjà puisque je l'avais en vhs donc c'est pour sa que je voulais l'avoir en dvd mon magnétoscope m'avais lachée.Si vous aimer les films de prison avec de la violence ce film est fait pour vous vous très bonne histoire surtout que c'est basée sur une histoire vraie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2015
Alors je ne suis pas du tout d'accord avec les éloges que recueille le transfert Bluray. Certes, l'image est un peu meilleure avec des contrastes et détails au niveau du minimum syndical. Je donnes 5/10 tout juste la moyenne pour le bluray et 2 étoiles pour la déception, ayant acheté l'article après avoir lu des commentaires élogieux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2014
Attention CHEF D OEUVRE. Ce fim est un classique à posséder dans toute DVthèque qui se respecte. Un film puissant, décapant, enervant, d'une rare intensité, jusqu'à la fin qui nous embarque dans des sentiments joyeux. La bande musicale est aussi devenu un classique. A voir et revoir
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2015
Culte et fabuleux !
Un film d'une rare puissance emmotionnelle...
Dur, cru , poignant mais tellement juste !
Les années passent mais ce chef-d'oeuvre les traverse sans rides .
A faire découvrir absolument à la nouvelle génération ( pour ma part pas avant 15-16 ans ...)
Indispensable à une culture cinématographique digne de ce nom !!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2005
Même si le film n'est pas 100% fidèle au livre, il montre cependant la dure réalité des prisons turques (au moins à cette époque) et surtout il témoigne du choc culturel qui peut exister entre la culture américaine et la culture islamique.
Sans entrer dans un débat stérile sur la différence de culture qui sépare des millions de personnes, le film met en images le témoignage d'un Américain emprisonné en Turquie pour traffic de drogue. Il ne cherche pas à défendre le trafiquant, ni à critiquer les système judiciaire turc (le jugement est plutôt juste, et l'on comprend que le héro puisse "dérailler" en entendant la sentance - qui tombe à une époque où la Turquie cherchait à éradiquer ce traffic avec l'aide des US... qui eux sont loin de défendre leur citoyen!).
Ce film cherche l'authenticité culturelle ; il met en valeur d'excellents acteurs, une photographie et une musique exceptionnelles. Le film marque, choque... il témoigne d'un lieu et d'une époque. Nul doute que la Turquie qui veut entrer dans la CE doit maintenant se démarquer de cette image - mais il film, lui, n'est qu'un témoin du passé...
33 commentaires|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,49 €
8,06 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)