undrgrnd Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cliquez ici Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles41
4,4 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,39 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

NB: Amazon met souvent sur la même page "Produit" des commentaires de Films en mêlant les éditions DVD et Blu-Ray sans tenir compte des différences de contenu et de support de ces différentes éditions. Difficile de comprendre les raisons de ce mélange...

Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'indiquer dans d'autres commentaires, sur les Blu-Ray de "Casablanca", "Gone With The Wind" ("Autant en emporte le Vent") , "Rio Bravo", ou bien encore "La Prisonnière du Désert", ou un Film un peu plus récent "2001, L'Odyssée de l'Espace", Warner apporte une attention toute particulière aux éditions Blu-Ray de ses Classiques du Cinéma datant de plusieurs dizaines d'années. Cette fois encore l'éditeur nous offre à voir le Film dans de superbes conditions.

Cependant, pour le marché français, il y a fort à parier que les personnes qui préfèrent regarder les Films en Version Française seront déçues. La Version Française de ce Blu-Ray prête à Gene Kelly un "accent américain" ridicule qui se révèle vite agaçant, mais il y a pire encore, pour ne rien arranger à l'affaire presque toutes les chansons sont doublées en français au lieu d'être, éventuellement, sous-titrées. Ce doublage français dessert le Film de par sa très mauvaise qualité mais il faut reconnaître que la Version Originale participe au charme du Film grâce au mélange de l'anglais et du français, bien sûr c'est l'anglais qui prédomine, mais il y a aussi l'accent des acteurs français, bien réel celui-là, tout autant que l'accent de Gene Kelly, et d'autres acteurs américains, quand ils parlent français. Il n'est pas dans mes habitudes de conseiller de regarder un Film dans une Version plutôt que dans une autre mais là, il faut bien se dire que la Version Française ne pourra servir qu'en ultime ressort pour les très jeunes enfants qui sont amateurs de Comédies Musicales mais ne savent pas encore lire assez bien pour regarder le Film en VO-ST, même si la perte des Chansons originales restera fort dommageable pour eux aussi...

Le Film est présenté dans son Format d'origine 1.33, donc avec une Bande Noire de chaque côté. Le Master restauré bénéficie d'un transfert en VC-1/1080p du plus bel effet mais on note tout de même quelques petits défauts résiduels sur quelques plans. La Définition est excellente avec un très bon Piqué. Le niveau de détail est très élevé, tant pour les visages que pour les décors et les costumes. L'image se montre très lumineuse et la belle palette colorimétrique délivre des Couleurs vives, les tons sont chauds et naturels, les teintes de peau perdant lors de quelques plans un peu de leur naturel. Les Noirs sont profonds, mais lors de scènes en clair obscur on note parfois une légère baisse de la netteté de l'image. Un léger grain Cinéma d'origine est présent mais reste discret, les contours sont très précis, et on profite d'un bel effet tridimensionnel. Cette édition du Film "Un Américain à Paris" présente donc quelques petits défauts, légères baisses de netteté dans des plans sombres, des teintes de peau parfois un peu rose, et quelques rares petites saletés sur le Master, mais le passage au support Blu-Ray se montre dans l'ensemble comme une grande réussite offrant une superbe image qui permet de voir le Film dans des conditions inattendues, un superbe travail qui devrait faire plaisir aux amateurs de Comédies Musicales en général et surprendre les amateurs de ce Film. Cette édition Blu-Ray ne rivalise pas avec les Films récents mais il ne faut pas oublier que le Film date de 1951.

Pour une Comédie Musicale on peut regretter que l'éditeur ne propose pas à l'occasion de ce passage au support Haute Définition des Pistes Audio remixées. Les Pistes Audio Anglais et Français sont en Dolby Mono. La Piste Audio française manque d'ampleur et les dialogues comme la Musique sont un peu étouffés. La Piste Audio Anglais s'en tire bien offrant un mixage soigné permettant une bonne restitution des dialogues et montrant une belle ampleur dans les passages musicaux. Enfin, une simple Piste Mono pour un tel Film, on était quand même en droit d'attendre mieux, surtout pour une Comédie Musicale.

(Captures d'écran visibles sur mon Blog: L'avis des Bêtes.)

Bonus:

Commentaire Audio de Patricia Ward Kelly, Arthur Freed, Gene Kelly, Vincente Minnelli, Alan Fay Lerner, Leslie Caron. Sans Sous-Titres.

"Le Making-Of d'Un Américain à Paris." En HD. Sous-Titré. (42 mn 20s)

"Prises de vue supprimées de Love walked in." (2 mn 40s)

"Gene Kelly: L'anatomie d'un danseur." Sous-Titré. (1h 24 mn 45s)

"Paris fait son Défilé." Sous-Titré. (8 mn 50s)

"Symphony in Slang." Dessin animé de Tex Avery. Sous-Titré.

Bande-Annonce. (3 mn 39s)

Bonus Audio: 7 Chutes de morceaux musicaux et de chansons illustrées par un dessin fixe durant la lecture et 3 Interviews Radio de Johnny Green, Gene Kelly, et de Gene Kelly et Leslie Caron.

Durée du Film: 113 Minutes.
55 commentaires|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Un Américain à Paris » de Vicente Minelli transcende un scénario romantique assez banal par la magnificence d'un Paris des années 50 sublimé par musique de George Gershwin et les chorégraphies de Gene Kelly.

Jerry Mulligan (Gene Kelly), un ancien G.I., installé à Paris pour s'adonner à la peinture tombe amoureux de la jeune Lise Bouvier (Leslie Caron) qui est engagé avec le célèbre chanteur Henri Baurel (Georges Guétary). Une riche héritière américaine, Milo Roberts (Nina Foch) décide de son côté de prendre en charge la carrière de Jerry, dont elle est tombée amoureuse. Ces vas-et-viens amoureux se déroulent sous les yeux incrédules d'Adam Cook (Oscar Levant), un pianiste américain ami de Jerry et Henri...

Les chansons, les danses et les ballets (scènes rêvées par Henri, Adam et Jerry) se succèdent dans un film qui témoigne de la gaité du Paris de l'après-guerre. La longue scène finale de près de 20 minutes, tournée dans un décor somptueux et lumineux en carton-pâte, mise en scène géniale du ballet original de Gershwin qui a inspiré le film est à elle seule un chef d'œuvre.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2011
Je précise que ce film est un incontournable de la comédie musicale. Non amateurs, passez votre chemin, sur le plan scénario, c'est inégal.
Mais les chansons de Gershwin, les chorégraphies de Gene Kelly, l'humour grincheux d'Oscar Levant, tout est délicieux. Et ne serait-ce que pour le ballet final, un des sommets de la danse jazz, ce film ezst réellement un incontournable.
Sinon j'aime beaucoup le coffret, bien fichu, le film bien restitué, et surtout dans les bonus, un excellent documentaire sur Gene Kelly.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quand on pense que l'américain juif d'origine russe, Jacob Gershowitz devenu George Gershwin, grand admirateur de son contemporain français Maurice Ravel (ils sont tous deux morts en 1937 mais George est né en 1898 tandis que Maurice est né en 1875), était venu lui demander son avis sur ses compositions en lui disant en substance (très en substance, c'est une licence narrative de ma part) : si vous trouvez cela mauvais, j'abandonne, ce à quoi notre génie national lui répondit (même remarque) : continuez !
Plus sérieusement (nous sommes alors en 1928), George Gershwin séjourne à Paris et il demande à Maurice Ravel s'il veut bien l'instruire sur la science de la composition et de l'orchestration ; ce dernier (qui la détenait au plus haut degré du génie) lui répond :
"Pourquoi seriez-vous un Ravel de seconde classe alors que vous pouvez devenir un Gershwin de première classe ?"
Notre "américain à Paris" se l'est tenu pour dit...
C'est en cette même année 1928 que Maurice Ravel compose le "Boléro", musique de ballet dont la destinée planétaire fut et reste à mille lieues des intentions de son génial créateur, ce dont personne ne se plaint, et que George Gershwin compose "Un américain à Paris", poème symphonique de dix-neuf minutes dans lequel il avait introduit des instruments inhabituels pour le genre et, notamment, des klaxons de taxis parisiens rapportés dans ses bagages !
La musique de George Gershwin dans laquelle baigne le film "Un américain à Paris" est "de première classe", tandis que les paroles des chansons sont talentueusement écrites par le frère du compositeur, Ira (Israël) Gershwin.
La mise en scène experte de Vincente Minnelli, les décors extrêmement élaborés et soignés dans le moindre détail esthétique, qu'il s'agisse de la reconstitution poétique d'un quartier populaire parisien où aucune suggestion teintée d'imaginaire ne manque (l'étal de la marchande de "quat'saisons" par exemple), ou bien du grand tableau oscillant entre le douanier Rousseau et les impressionnistes dans la fameuse séquence finale (qui correspond à la partition originale mais fut réorchestrée pour les besoins du film, ainsi que le rappelle bien opportunément un ami commentateur), les numéros de danse réglés à la lame de rasoir par Gene Kelly : tout concourt à nous offrir un spectacle éblouissant et enchanteur qui s'adresse à notre âme d'enfant.
Jerry Mulligan ou "Mouligan"... (Gene Kelly), ex-G.I. resté à Paris qu'il ne voulait plus quitter, tente d'y gagner sa... croûte comme peintre montmartrois, subjugué par cette Ville de tous les désirs.
Il y compte des amis artistes : un compatriote, le pianiste Adam Cook (Oscar Levant) et un français, le chanteur de cabaret Henri Baurel (Georges Guétary).
Jerry et Adam sont fauchés mais ils ont fait leur nid dans ce quartier bon enfant où un café crème et une brioche les attendent toujours à la terrasse en bas de leur piaule.
Ils sont amis avec toute la population du quartier, de sept à soixante-dix-sept ans...
Harponné sur un trottoir de la Butte où il expose ses "œuvres" par une compatriote richissime mais... désœuvrée et en mal de rencontres masculines, Milo Roberts (Nina Foch), Jerry se trouve embarqué dans un bistrot "branché", dirait-on aujourd'hui, où il croise Lise Bouvier (Leslie Caron), une jeune fille au charme mutin et piquant comme on n'en rêve pas, et voilà !
Jerry est tombé amoureux de Lise, Lise est tombée amoureuse de Jerry, Milo est jalouse, cependant que Henri Baurel est le fiancé de Lise... et que le vieux complice Adam Cook va compter les points dans une scène désopilante à la terrasse du bistrot "familial" où, sous le choc de la révélation de cet imbroglio sentimental, il trempera ses cigarettes dans le cognac...
Le décor de l'histoire et de la magie étant planté, il n'est plus que de se laisser faire.
Musique, chorégraphie, livre d'images, scènes exquises et attendrissantes (Jerry et les enfants dans la rue, Jerry et les deux vieilles dames qu'il fait danser dans le café).
Sans oublier le rêve éveillé d'Adam Cook, artiste au génie méconnu (forcément !), qui se voit jouant tous les rôles - chef d'orchestre, pianiste soliste, instrumentiste à tous les pupitres y compris la grosse caisse et... spectateur enthousiaste, dans une exécution du "concerto en fa" de George Gershwin...
Ce film de 1951 est à juste titre mythique parce que "le temps ne fait rien à l'affaire".
1010 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2004
Pourquoi y'a-t-il si peu de films de ce grand réalisateur sortis en DVD en France ? Un Américain à Paris est loin d'être mon préféré : je lui préfère Tous en scène. Mais Gene Kelly est parfait, et Paris très agréable ! La musique des frères Gershwin est magique. Un très bon film, en particulier le ballet final.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Un Américain à Paris » de Vicente Minelli transcende un scénario romantique assez banal par la magnificence d'un Paris des années 50 sublimé par musique de George Gershwin et les chorégraphies de Gene Kelly.

Jerry Mulligan (Gene Kelly), un ancien G.I., installé à Paris pour s'adonner à la peinture tombe amoureux de la jeune Lise Bouvier (Leslie Caron) qui est engagé avec le célèbre chanteur Henri Baurel (Georges Guétary). Une riche héritière américaine, Milo Roberts (Nina Foch) décide de son côté de prendre en charge la carrière de Jerry, dont elle est tombée amoureuse. Ces vas-et-viens amoureux se déroulent sous les yeux incrédules d'Adam Cook (Oscar Levant), un pianiste américain ami de Jerry et Henri...

Les chansons, les danses et les ballets (scènes rêvées par Henri, Adam et Jerry) se succèdent dans un film qui témoigne de la gaité du Paris de l'après-guerre. La longue scène finale de près de 20 minutes, tournée dans un décor somptueux et lumineux en carton-pâte, mise en scène géniale du ballet original de Gershwin qui a inspiré le film est à elle seule un chef d'œuvre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'éloge du film n'est plus à faire. Avec notamment l'immense pianiste Oscar LEVANT (compositeur de "Blame It On My Youth", grand ami de Gershwin et qui prit un part active de la composition du Concerto en Fa)

Par contre, il est difficile d'en dire autant de l'édition : l'image est certes meilleure que celle de l'édition 2 DVD et le son reste du mono 1.0.

Aucune scène supplémentaire par rapport à alors qu'il EXISTE des "scènes coupées" de qualité.

Si on a déjà le DVD, à éviter dans l'attente d'une véritable édition Haute Définition sonore : du DD 1.0 (c'est à dire un format compressé) pour la bande son, c'est inadmissible.

5* malgré ces réserves car le film les mérite.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2004
J'avais entendu parler du film, et j'ai décidé de l'acheter.Et la quelle surprise! Il est génial, passionnant. Un univers beau a en pleurer (paris), un histoire marrante, de superbes chorégraphies, et de belles chansons. Que du bonheur!
0Commentaire|25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2009
Je hais les comédies musicales. Ce coté kitch, suranné, surjoué, ces acteurs qui chantent tout le temps et auquel on a envie de dire "TA GUEULE!". Bon, c'est ce que je me disais avant de voir ça, cet "American in Paris". La claque. La réalisation met de suite en confiance, genre tiens, il sait filmer le gars. La musique de Gerschwin est impeccable, bon ça je savais. Après, crescendo, Leslie Caron (une vielle dame maintenant, mais j'en suis sûr, toujours magnifique) fait quelques entrechats et on est conquis. De l'humour, pas le genre rire gras, mais de la finesse, un grand sourire épanoui, de l'amour bien entendu, des scènes oniriques splendides (le pianiste qui rêve sa gloire, le ballet final époustouflant). Le happy end qu'on espérait plus à la fin. Le bonheur. J'aime la comédie musicale.
11 commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2013
Enfin les vieux films musicaux en DVD ! Gene Kelly est absolument extraordinaire. Je n'attendais que cela ! Je suis ravie et comblée !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,02 €
8,51 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)