undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 11 juillet 2008
Troisième album pour "Diamond Dave" que déjà la formation originelle ne compte plus en ses rangs que le batteur Greg Bissonnette. Fort heureusement David lee Roth c'est encore s'entourer de musiciens, certes un peu plus conventionnels, mais suffisamment talentueux pour faire prendre à nouveau la maillonaise à son Big Rock déjanté. On n'atteint bien sûr pas la folie furieuse de Eat 'Em And Smile, ni les sommets de Skyscraper, mais "A little ain't enough" tient ses promesses au delà de ce que l'on aurait craindre.
Plus classique dans la fond et la forme, David renoue aussi avec une certaine tradition d'un Rock aux influences Blues évidentes: "Tell the truth", "Sensible shoes" notamment. De son toujours grain de folie, aux détours d'un "40 below" / "It's showtime" ou le final de feu "Drop in the bucket", Dave nous démontrent aussi une nouvelle fois que le diable qu'il est en a encore sous le pied, et qu'il demeure par la même l'un des rois de l'Entertainement.
Il est toute fois dommage que Bob Rock est choisi l'option compression du son, le mixage apporté ici écrase véritablement l'ensemble donnant un rendu général sans suffisament de dynamisme. Une fois de plus c'est surtout du côté batterie que cela fait défaut. 16/20
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce A LIL' AIN'T ENOUGH (ALAE), sorti en 1991 (pfffffff, 20 ans déja...), est le 3e album de David Lee Roth (DLR). Résolument rock, avec des titres comme "A Lil' Ain't Enough", "Baby's On Fire", "Hammerhead Shark" ou encore "40 Below", cet album possède toutefois une part d'arrangements plus blues ("Tell The Truth", "Sensible Shoes"), ainsi que des morceaux relativement festifs, tel que le shuffle up-tempo "It's Showtime !" ou "Shoot It" avec sa section cuivre.

A la guitare, le remplaçant de Steve Vai se nomme Jason Becker, qui laissera son imposante technique et sa rapidité de coté pour ne jouer que des riffs originaux et des soli extrêmement mélodiques. A la basse, Matt, le frère de Gregg Bissonette (batteur de la formation de DLR depuis le début) relève le challenge de succéder à Billy Shehan: pas de démonstration ici, mais un bon gros son et un jeu précis collent parfaitement aux morceaux.

Après 2 albums pourtant excellents, cet ALAE est en fait mon préféré des 3. Il possède un son (Bob Rock y est forcément pour quelque chose), une entité, et il transpire du plaisir qu'a pris DLR à se lâcher: loin de EAT 'EM AND SMILE et ses virtuoses du manche, de SKYSCRAPER avec sa production léchée et ses notes millimétrées, A LIL' AIN'T ENOUGH permet à Diamond Dave de littéralement s'éclater, d'exploser, de libérer (encore un peu plus !) sa folie... Il n'y a qu'à l'écouter chanter son espèce de "talk-over avec mélodie" (oui je sais, c'est contradictoire... mais il n'y a que lui qui arrive à faire ça !!!) sur tout l'album pour en être convaincu !

Bref, DLR nous livre ici 12 titres rock. Du bon gros rock. On en redemanderai presque encore, car on en a eu qu'un p'tit peu... et "un p'tit peu, c'est jamais assez" !!!
review image
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 24 février 2009
Diamond Dave délivre encore un excellent album, qui sent de moins en moins le Van Halen, mais regorge toujours du fun et des cuivres à la Aerosmith, et possède de plus en plus la patte des grands crooners américains... sacré mélange, non ? Certains diront que nous ne sommes pas au niveau de "Eat'em & smile", peut-être à cause de l'absence de Vai et Sheehan, mais Dave sait très bien s'entourer de talents, et toujours très TRES pro, nous offre encore un feu d'artifice Big Rock bien entrainant, avec une indéniable influence rock'n'roll style J. Lee Lewis ou encore Sinatra sur certains titres, avec même des relents à la Ray Charles. Cette alchimie détonnante et étonnante donne de flamboyants résultats au travers d'un disque très bien produit, inspiré, joyeux, et je le répète, très pro. Rock musclé en mid-tempo, le style non violent peut toucher un large public, mais reste tout en qualité, sacrément pêchu ! Pour moi les 5 étoiles sont largement méritées...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2015
Le DLR band est renouvelé en quasi totalité pour cet album plus roots, plus rock, donc moins aventureux, mais la grande gueule de Californie connait son affaire ! On affaire à un déluge de hits potentiels aussi jouissifs les uns les autres. Hélas le dernier album d'une trilogie a posséder ! La suite de la carrière solo n'est plus aussi transcendante...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,00 €
9,83 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)