Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


29 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ludwig, sans la poussière...
Il est de bon ton aujourd'hui de critiquer les symphonies par Harnoncourt. Faux modernisme! Non respect du texte! Imposture! On entend tout et n'importe quoi, et toujours sur le ton "docte" de l'amateur-éclairé-qui-sait, qui a décidé d'en découdre avec tous ces béotiens imbéciles qui ont porté aux nues ce coffret...
Publié le 27 janvier 2011 par Jean Bal

versus
21 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Harnoncourt: peut-être, Beethoven: sûrement pas !
Je préfère "prévenir" tout de suite les lecteurs: je suis un fan d'Harnoncourt! Mais pas de N'IMPORTE QUEL Harnoncourt: celui qui fonda en 1953 le Concentus Musicus Wien, qui sortit de leur "cercueils" les instruments baroques et retrouva leur toucher adéquat pour véritablement ressusciter la musique de cette époque, qui retourna...
Publié le 3 novembre 2010 par Pierre


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

29 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ludwig, sans la poussière..., 27 janvier 2011
Par 
Jean Bal (Conflans-en-Jarnisy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Il est de bon ton aujourd'hui de critiquer les symphonies par Harnoncourt. Faux modernisme! Non respect du texte! Imposture! On entend tout et n'importe quoi, et toujours sur le ton "docte" de l'amateur-éclairé-qui-sait, qui a décidé d'en découdre avec tous ces béotiens imbéciles qui ont porté aux nues ce coffret dès sa sortie, il y a une vingtaine d'années.
Eh bien, je l'avoue, je suis l'un de ces béotiens. Et je suis même tellement imbécile que j'adore toujours ces interprétations après tout ce temps. Pire: je persiste à les situer au-dessus de productions plus factuelles comme celles de Norrington et Hogwood, quels que soient leurs mérites.
Comment puis-je être aussi stupide? Peut-être parce que j'apprécie la jeunesse qui fait vibrer ce Chamber Orchestra of Europe. Peut-être aussi parce que je suis sensible à la passion évidente qui a animé le chef durant ce projet.
Les premières symphonies sont légères et pleine de fantaisie, tout en attestant pleinement l'influence de Haydn et de Mozart.
La troisième est tout simplement "héroïque" et emportée, même si son surnom lui a été accordée sur le tard. On sent pleinement la dimension épique et enthousiaste de cette oeuvre censée célébrer la libération des peuples d'Europe, avant que le compositeur ne réalise les véritables intentions du « libérateur ».
La cinquième, plus légère que d'habitude (rien à voir, par exemple, avec l'excellent Kleiber) surprend par ses timbales d'époque moins grandiloquentes que celles dont nous avions l'habitude. Ce détail, insignifiant pour certains, permet une relecture originale qui atténue le fameux « thème du destin » pour lui donner une dimension plus humaine et moins « divine ».
Et la sixième - ah, la sixième! - elle justifierait à elle seule pour moi l'achat du coffret tout entier! Je me souviens d'avoir vu à l'époque un documentaire dans lequel Harnoncourt répétait cette symphonie, et pour exprimer la sensation rêveuse, mais néanmoins assez pesante, qu'il voulait imprimer à la "Pastorale", il avait employé l'expression: "Dormez, dormez, petits éléphants..." Désormais, chaque fois que j'entends les cordes hésitantes et alanguies du premier mouvement, je repense à ces mots qui, finalement, traduisent bien un univers bucolique et immuable comme les peintres allemands du début du XIXème ont pu le représenter. Bruno Walter avait su évoquer une même douceur en son temps, mais Harnoncourt l'a adaptée à notre époque.
Inutile de tout passer en revue. L'interprétation beethovenienne est ici - pour moi, pauvre humain doté de deux oreilles et d'un coeur - de très haut niveau, jusqu'à l'expiration de l'ultime note de la neuvième.
Et tout cela sans jamais générer le moindre sentiment d'ennui. Au contraire, chaque écoute me permet de nouvelles découvertes. Pourtant, les dieux me sont témoins que j'ai souvent écouté ces disques.
Alors, les spécialistes pourront toujours dire que ce Beethoven n'est pas "leur" Beethoven. Il est le mien, et je le conseille à tous ceux qui acceptent qu'un chef puisse avoir une vision personnelle d'un univers musical, surtout quand il respecte aussi magnifiquement le génie d'un compositeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 On frappe à ma porte !, 1 février 2013
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Depuis que j'avais remisé ma collection de vinyles dans le grenier parental je n'avais plus de symphonies de Beethoven dans ma discothèque, un comble pour un pseudo-mélomane! Ayant opté pour une intégrale, je me mis à la recherche de la perle rare en compulsant les avis divers et variés sur le net: pas gais-gais les commentaires, c'est pas parce que cette musique a connu les canons de Napoléon qu'il faut chier dans le bronze!

Pas évident de s'y retrouver quand on a pas les partitions d'orchestre sous les yeux, qu'on ne connait pas l'écartement idéal entre les différents pupitres, si les mouvements lents sont trop rapides ou les archets trop colophanés...

Alors Karajan? Trop allemand? Plutôt Kleiber? Trop gonflé? Furtwangler, trop vert-de-gris? Menuhin, pas assez! Klemperer, Fricsay, Abbado, Bernstein, j'attrappe le tournis.

J'en étais à désespérer quand quatre coups sourds résonnent à la porte, une pause, puis quatre nouveaux coups! Je tressaille mais courageux j'ouvre l'huis: c'est la factrice qui me tend un colis Amazon (c'est mon dealer). Je la remercie, un peu héberlué et je m'empresse d'ouvrir le paquet: Beethoven-Harnoncourt!

Harnoncourt je connais c'est un studio de photo pour célébrités du cinéma, d'ailleurs la photo du coffret est superbe! Mais quel rapport avec le bon Ludwig? Après une longue réflexion je me rappelle que les photos c'est plutôt Harcourt et Harnoncourt un chef d'orchestre baroque and roll dont j'ai un très bon enregistrement des cantates de Bach.

Bon, on écoute? Pas mal, on dirait du Mozart! Les cordes sont tendues comme il faut, les vents bien aérés, les bois pas trop secs et les tempi assez funky.

Finallemand, c'est pas si difficile de choisir une intégrale, un petit coup de pouce du destin et le tour est joué! Merci la providence!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 les 9 symphonies par harnoncourt, 21 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
magnifique version des 9 symphonies de beethoven dirigées pas harnoncourt
pour un vingtaine d'euros, il ne faut pas se priver ;-)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


28 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la perfection, 17 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Cette intégrale des symphonies est une compléte réussite. Harnoncourt dépoussière Beethoven pour notre plus grand plaisir et nous livre des interprétations grandioses. L'Orchestre de chambre d'Europe est parfait dans ce répertoire. Les timbres sont magnifiques ( le hautbois est exceptionnel ), les contrastes sont davantage marqués, le tout est très dynamique et chaque symphonie possède sont caractère propre. L'effectif réduit est très appréciable ici car il facilite l'intelligibilité de l'orchestration et de tous les détails.
S'il fallait ne posséder qu'une seule intégrale, ce serait résolument celle-ci.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Harnoncourt: peut-être, Beethoven: sûrement pas !, 3 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Je préfère "prévenir" tout de suite les lecteurs: je suis un fan d'Harnoncourt! Mais pas de N'IMPORTE QUEL Harnoncourt: celui qui fonda en 1953 le Concentus Musicus Wien, qui sortit de leur "cercueils" les instruments baroques et retrouva leur toucher adéquat pour véritablement ressusciter la musique de cette époque, qui retourna à chaque fois que possible aux partitions manuscrites et autographes, qui restitua les effectifs et leur disposition exacts, tels qu'ils étaient en vigueur du vivant des Bach, Haendel, Vivaldi, et autres Telemann... Cet Harnoncourt-là, le premier qui lui crache à la face, je l'assomme avec la caisse de ma viole, je l'étrangle avec les cordes en boyau de mouton de mon violon baroque, je le mitraille avec les touches de mon pianoforte, je le désintègre avec le double mécanisme de ma vielle organisée!!!
Seulement voilà: je suis également un fan de Beethoven... Et il se trouve que ce n'est absolument pas "mon" Harnoncourt qui jette sur lui son dévolu: pas de Concentus Musicus, mais un Chamber Orchestra of Europe d'un prosaïsme consternant pour toute musique, et en particulier pour l'oeuvre symphonique géniale du Maître de Bonn, pas d'instruments d'époque (sauf les timbales et quelques cuivres naturels), et surtout, malgré de belles dissertations de sa part sur le "Sturm und Drang", pas d'affinités particulières entre Nikolaus et Ludwig van!
Reste néanmoins une approche PARFOIS intéressante par sa dynamique (et son dynamisme), mais globalement peu convaincante (car on y cherche Beethoven souvent en vain), et pour tout dire, parfois carrément ennuyeuse (un comble de la part du chef autrichien!).
Non, franchement, les amateurs d'interprétations "musicologiques" se tourneront avec plus de profit et de plaisir vers un Norrington qui, s'il irrita par ses options audacieuses et son jusqu'au-boutisme radical, sut au moins rendre justice à Beethoven en l'interprétant tel qu'il est: passionnant à chaque mouvement, chaque mesure, chaque note de ses neuf sublimes symphonies!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 A moins que vous ne soyez..., 22 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Du genre ultra pointilleux jamais content, vous trouverez cet enregistrement excellent.

Il faut dire que cet enregistrement est excellent, le meilleur (dans le sens "celui qui me plait le plus") que j'ai entendu jusque là.

Alors je suis sur que l'on peut trouver à redire, mais bon...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 depuis 25 ans...., 13 octobre 2011
Par 
S. Jacques "topprogr" (frqnce) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Depuis 25 ans je sors de temps en temps une de ces symphonies que j'ai écoutées de manière délirante lors de la sortie du coffret tout en gris/noir.
Tant d'interprétations de ces oeuvres, tant de beauté, aucune vérité y compris celle-ci.
Ma référence jusqe là était Karajan 1977 (pas mal, non?)avec ces mouvements rapides très accélérés, sûrement hors sujet en terme de tempi justes mais très efficzece en perticulier sur l'explosive ouverture de la 3èmè, la 7ème et le final majestueux de la 9ème... Et l'onctuosité du Berliner.....
Ici pas d'orchestre chatoyant et on peut même trouver les cordes un peu fades parce qu'elles sont aussi en retrait. ce qui donne parfois des effets un peu bizarres (notamment le troisième mouvement de la 7ème où on a l'impression que ce sont les bois qui donnent la cadence). <cette interprétation est très analytique, et vraiment on entend toute la structure de ces oeuvres et à cette époque c'était vraiment très nouveau de jouer ça avec un orchestre de chambre mêlant intruments d'époque et instruments modernes. Les tempi sont là aussi assez vifs mais les mouvements lents (je pense particulièrement à la merveilleuse 6ème) sont somptueux et respirent comme jamais.
Je n'ai pas racheté d'autres intégrales depuis, peut-être a-t-on fait mieux?, Peu importe, je sens que je vais emporter Haroncort et karajan dans ma tombe!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 toujours la perfection, 24 novembre 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
ayant racheté le dvd associé, à plusieurs exemplaires pour montrer à mes petits -enfants la joie de faire de la musique, je reviens à l'intégrale et note le commentaire d'il y a 4 ans qui est toujours parfaitement juste. Il y a tant d'intégraux qu'il faut fuir! Celui-ci reste la version de référence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Oui et Non !!!, 15 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les 9 symphonies (Coffret 5 CD) (CD)
Avec les années, j'ai appris à "écouter" la conception d'Harnoncourt ... Au début, à l'exception des 2ème, 4ème, 7ème et 8ème Symphonies, franchement, je DETESTAIS le "son" Harnoncourt, grand prêtre du baroque : ces sonorités "droites" des cordes où le vibrato est pratiquement aboli ... conformément aux canons de la ... "révolution baroque" ... J'avais tout particulièrement EN HORREUR - et l'ai toujours - les 3ème (le 1er mouvement en ses deux climax de la Durchführung et de la Coda !!!) et 9ème (l'Adagio BEAUCOUP, BEAUCOUP TROP rapide !!!) Symphonies ... soit les deux manifestes symphoniques où Beethoven anticipe au plus près le tragique et l'héroïque de l'esthétique romantique ... Là aussi où il est le plus près de l'audace de ses sonates pour piano, pratiquement toujours "en avance sur les symphonies ... et où les interprètes "baroqueux" rivalisent de reconstitution pseudo "historiques" sur leurs fameux "instruments d'époque" ... Curieusement, tel n'était pas mon sentiment à l'égard de la Pastorale, qui constitue avec la 4ème le SOMMET de l'intégrale !!!

J'ai toutefois très vite considéré à sa juste valeur le travail mettant en évidence la polyphonie (2ème Symphonie, en ses premiers et quatrième mouvements, 3ème, 7ème Symphonies en leurs deuxième et quatrième mouvements, la Pastorale, en son premier mouvement et les Variations de son extraordinaire Finale, 9ème Symphonie en ses premiers, deuxième - ce Scherzo fugué !!! - et quatrième - la montée du thème de la Joie, la polyphonie des choeurs - mouvements. De même, le respect des indications beethovéniennes s'agissant des ("fastidieuses", disait-on jadis) reprises des expositions de la forme sonate ou de certains Scherzi - 5ème, 9ème Symphonies -, INDISPENSABLES à l'équilibre des mouvements (je ne sais plus écouter Karajan et les chefs de l'école issue du romantisme sans le sentiment d'un "manque").

Quant à l'esthétique "boroquisante", voire carrément "baroqueuse" du "SON" de ces Symphonies selon Harnoncourt - qui contribuent à permettent la clarté polyphonique) -, je continue à les considérer comme une FAUTE stylistique majeure (le deuxième mouvement de la Pastorale est la partie faible de l'interprétation) !!! Même à l'égard de la 1ère Symphonie, encore très proche de Haydn mais dont on reconnaît IMMEDIATEMENT le changement d'époque ... C'est qu'entre la "Baroque" et surtout le "Classique", il y a l'évènement majeur en forme de RUPTURE que constitue la Révolution française ... On l'entend déjà dans les grandes oeuvres musicales françaises de l'époque - Gossec, Méhul - et que sentira pleinement Berlioz par exemple, dans sa Symphonie funèbre et triomphale ... Beethoven est le premier à franchir le pas par rapport à Mozart où Haydn - lequel l'avait parfaitement compris -. On NE PEUT interpréter son oeuvre selon les "canons" de l'époque ... sous le prétexte que les progrès de la facture instrumentale sont postérieurs. Beethoven le disait lui-même : "J'écris pour l'avenir" et sa sonate Hammerklavier comme la Missa solemnis, la 9ème Symphonie - qui inspirera TOUS les compositeurs romantiques - ses derniers quatuors en sont la preuve INDISCUTABLE !!!

Harnoncourt devrait re-graver une intégrale de Beethoven selon cette considération historique et ... le changement radical de l'alliance "SON - PHRASE" par lequel il aborde Bruckner où il est alors tellement HEUREUX (là où un Herreweeghe est une catastrophe) !!! Quant aux autres "baroqueux" ... Grand Dieu, mais qu'ils restent à LEUR "baroque", à leur sonorité sans vie et leurs sacro saints "instruments d'époque" sans venir TORPILLER l'esthétique romantique et bientôt moderne !!! Un Norrington est un SCANDALE à cet égard qui considère à bannir le vibrato jusque 1945 !!!!!!! D'où, des interprétations de Tchaikovski ou de Mahler qui sont autant d'ATTENTATS !!! Quant à son "Beethoven", "d&solé", mais je le jette aux chiottes, de même que les réalisations de ses pairs célébrées par les trompettes de la renommées ... "baroque" : Goodman, Bruggen - Hogwood, Van Immerseel - ce dernier célébré en Belgique comme "LE" grand beethovénien - !!! Sous de tels influences, l'intégrale de Rattle est une profonde déception ...

Un regret : dommage que l'on se prive de la reconstitution rejetée en bloc par l'immense majorité des chefs, du mouvement de la 10ème Symphonie par Barry Cooper : cela "sonne" pleinement comme du Beethoven et la section Andante introductive citant et développant le thème du mouvement lent de la sonate "Pathétique", est du "pur" Beethoven bénéficiant des apports des derniers quatuors ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit