undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

12
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
11
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Portrait of a Legend 1951-1964
Format: CDModifier
Prix:8,03 €+2,49 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Whether Sam really was the first soul singer as some people claim, I'm not sure, though he has a strong claim to the title. In any event, this is an excellent collection of his music.
Sam made his breakthrough with You send me, which went all the way to number one in America (where it sold a couple of million) though it barely made the top thirty in Britain. In the fifties, when music was often racially segregated, this was quite an achievement. Sam was well aware of the problems, as is clear from his song, A change is gonna come. The change did come (to some extent, at least) though Sam, murdered aged just 33, did not live to see it.
Another important American hit, Only sixteen, fared slightly better than You send me in the UK despite being covered by Craig Douglas who took the song to the very top of the UK charts. Sam's version of Wonderful world, another huge American hit, again only registered in the UK top thirty at the time of its original release, though Brits grew to love this song, with Louis Armstrong and Herman's Hermits both having big hits in the sixties. Sam's version made number two in the UK when re-issued in 1986.
Sam finally achieved success in the UK when Chain gang, Cupid and Twisting the night away all made the top ten. Only two more UK hits followed - Another Saturday night (which Cat Stevens covered in the seventies) and Frankie and Johnny (not included here), both of which made the top thirty. However, Sam had many more (and bigger) hits in his homeland, where his music was better appreciated. There are many other great songs here, too numerous to mention.
This is a better compilation than the earlier one titled The man and his music, featuring more tracks, extensive liner notes and even better sound quality. Many of the songs are the same but there are a few differences, although all the essentials are on both collections.
If you enjoy Sam's music, this is the best compilation yet released. If you are new to his music, you are in for a real treat if you buy this. Sam's role in the development of soul music cannot be over-estimated.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 30 septembre 2014
S'il ne vous faut qu'une compilation, c'est celle ci et pour de multiples raisons :

- elle est cohérente et couvre l'ensemble du répertoire de Sam Cooke de 1951 à 1964, en groupe avec les Soul Stirrers, en solo, du gospel à la soul en passant par la pop, de l'autel de ses débuts (le disque est dédicacé à ses parents, le révérend Charles Cook et sa femme) à l'hôtel où il est mort stupidement. Attention, l'écoute de ""Chain Gang", "Summertime", "Little Red Rooster", "Another Saturday Night"...peut rendre accro. D'où croyez-vous donc que Rod-The Mod-Stewart a tiré son inspiration ?

- elle est techniquement remarquable (le processus de restauration est exemplaire).

- le livret est un modèle du genre avec Peter Guralnick qui commente l'ensemble des titres, une notice technique qui donne tous les détails des enregistrements...et le détail de chaque musicien par piste !

- enfin, il s'agit d'un des rares disques de Sam Cooke qui comprend l'immense "A Change Is Gonna Come". Oubliez vos préjugés sur les violons, cette chanson est un des sommets de la Soul music. Pas moins.

PS. L'album comprend 31 pistes pour 30 annoncées. Il se termine en effet par 33 secondes d'interview de Cooke qui explique ce qu'est la Soul pour lui (8 Bars of Soul).
1313 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il a régné sans partage et sans équivalent dans les charts (un peu) et dans les coeurs (beaucoup), surtout des filles au début des années 60. Et sans lui, peut-être que le destin et le succès de gens comme Otis Redding, Wilson Pickett, Aretha Franklin, et de tant d'autres qui sont devenus des institutions de la musique noire dans la seconde moitié des 60's, aurait été différent. Sam Cooke a ouvert la route du succès pour la soul music.
Qu'il n'a certes pas inventée, et son apport dans ce domaine ne peut être situé au même niveau que Ray Charles ou James Brown, à jamais les historiques Soul Brothers n°1. Si l'aveugle était parti du jazz et le coq d'Atlanta du rythm'n'blues, Cooke lui est issu du chant religieux, du gospel. Ses premiers succès, il les obtiendra en tant que chanteur lead des Soul Stirrers (deux titres présents sur cette compilation, « Touch the hem ... » et « Jesus gave me water »), groupe vocal qui a traversé les décennies et même les siècles puisqu'il existe toujours, sans évidemment aucun de ses membres fondateurs.
Cooke a toujours été partagé entre une présence divine assez pesante (c'est le énième fils d'un pasteur assez rigoriste) et un amour pour la musique qu'on n'appelait pas encore pop et ses mélodies. Son premier 45T « Lovable » sortira sous un pseudo et sera destiné aux radios blanches. Mini succès et micro-scandale dans l'Amérikkke de la fin des années 50, où l'on ne mixait pas les genres et surtout les couleurs. Mais Sam Cooke va délaisser le religieux pour s'attaquer au profane. Il a quelque chose en plus, il le sait, et les directeurs artistiques de labels (Keen d'abord, RCA ensuite) le remarqueront vite. Sam Cooke a une voix d'exception, une voix de velours malléable à souhait et d'une souplesse infinie. Loin des performances de gens comme Otis Redding ou James Brown, qui à côté de lui font figure de braillards.
Sam Cooke peut tout chanter, roucouler du doo-wop (« You send me », « Only sixteen »), s'amuser sur de la pop (« Everybody loves cha cha cha », « Back on the chain gang »), s'exciter sur du rock'n'roll (l'énormissime « Twistin' the night away »), s'approprier du Gershwin (« Summertime »). Il suffit d'entendre ses morceaux (car en plus, chose assez rare dans ce genre et cette époque, il en écrit lui-même les trois-quarts) repris par d'autres et pas des moindres pour comprendre à quel point Sam Cooke plane au-dessus de la mêlée. Pour cela, comparer les versions qu'ont donné Burdon et ses Animals ou Otis Redding (pourtant pas des atones) de respectivement « Bring it on home to me » et « Cupid » avec les siennes. Net avantage pour Sam Cooke ...
Et puis, comme la vie est mal faite, Sam Cooke est en plus beau gosse. Et plus encore que le fier matamore James Brown, il va littéralement hystériser le public féminin de son époque (pour s'en convaincre, écouter le fantastique « Live at Harlem Square Club », on n'est pas loin de la Beatlemania ...). Cette adoration que voue à Sam Cooke la gent féminine lui sera fatale, il finira révolvérisé en pleine gloire dans un motel sordide par un mari jaloux (pléonasme) qu'il venait de cocufier.
En quelques années (les dates de la compile sont assez trompeuses, Sam Cooke n'obtient ses premiers succès qu'en 1957), il va devenir une institution, accumulant les succès. En plus de ceux déjà cités, on peut rajouter l'improbable et insensée « I love you for sentimental reasons », la torride « Shake », la définitive « What a wonderful world » (rien à voir avec Louis Armstrong) et la posthume et sa plus grosse vente « A change is gonna come », cette dernière bien pourrie à mon goût par moults violons qui lui donnent un pathos caricatural (la version d'Aaron Neville sur le « Yellow moon » des Neville Brothers est bien meilleure, bon mais Aaron Neville, c'est pas rien non plus quand il chante...).
Sam Cooke sera peu imité (pas facile, la barre est placée trop haut) , mais sera vénéré par tous les musiciens de bon goût (généralement anglais) des années soixante. Il est l'idole définitive d'un chanteur écossais au long nez, un certain Rod Stewart ...
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 mai 2014
Quelle claque en écoutant ce Bluray Pure Audio !!!
Les différentes versions proposées sur ce support sont renversante ...
La piste DTS-HD Master Audio est bien évidement à privilégier pour écoutant chaque note de ces trente et une chansons ...
Coté produit, une fois de plus, on se retrouve avec un simple boitier sans aucun fascicule à l' intérieur ... Un peu trop cheap à mon gout ... Un livret même petit aurait été un réel plus produit ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 septembre 2014
Sam Cooke… Le premier noir à faire une musique qui parle, qui a une âme. Enfin, à mon goût.
Si, il y a Robert Johnson mais c'était du Blues et beaucoup plus tôt.
Là, on parle de Soul, de Rhythm' and Blues.
Excellente compilation donc, regroupant tous ses meilleurs titres et dans une qualité irréprochable.
Indispensable aux amateurs à moins d'avoir les albums complets…
Amusant aussi de faire la comparaison avec les version d'Otis Redding !
À découvrir pour ceux qui ne connaissent pas ; ça les changera de la soupe actuelle…
Et pourtant, je suis plutôt un amateur de rock !
Mais quand il y a la qualité, la musique est belle quel que soit le genre.
À méditer pour ceux qui restent "coincés" dans un style…
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 novembre 2010
ENFIN, UNE COMPILATION QUI COMPREND LE FABULEUX TITRE "A CHANGE IS GONNA COME" QUI, POUR D'OBSCURES RAISONS EST DEVENU RARE ; IL N'EST MÊME PAS DANS LE COFFRET LONG BOX.
SINON QUE DIRE DE CES TITRES QUI CREENT LA SOUL MUSIC.
EXCELLENTE COMPIL !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 novembre 2014
Je recommande cet album à tous ceux qui aiment la soul music, ! Depuis que j'ai reçu ce CD, il ne quitte plus ma platine ! C'est un pur plaisir d'écoute, pour un grand artiste dont on ne parle guère plus !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 janvier 2013
je suis un grand fan de sam cook, ces enregistrements sont de pur bijoux, et aussi l'inédit (pourquoi, je ne sais pas) le cultissime "a change is gonna come). merci j'adhère
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 juin 2014
J'aime beaucoup Sam Cook qui a composé un grand nombre des chansons à succès des années 50-60.
Ce cd regroupe ses plus grand tubes. Vraiment super !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 mars 2015
Contrairement à la description de cet objet, il ne s'agit pas d'un SACD mais bien d'un CD qui est vendu sur ce même site plus de 70 euros en tant que CD
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Best of
Best of de Sam Cooke (CD - 2011)

Ain't That Good News
Ain't That Good News de Sam Cooke (CD - 2003)