undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles31
4,2 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:6,15 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 23 septembre 2013
Une ville peinte en rouge, peuplée d'âmes damnées, rongés par la lacheté et la culpabilité, trois tueurs psychopathes et un justicier venu de nulle part... L'Homme des Hautes Plaines laisse des images indélébiles et signe le premier western de mister Clint en tant que réalisateur. Déja, s'affirme une vraie vision de cinéaste. L'incursion dans le fantastique est subtilement amenée et permet de se détacher du simple hommage au western-spaghetti. Derrière l'humour grincant, une vision de l'étre humain totalement désespéré(D'un coté les faibles rivalisant de lâcheté, de l'autre les tortionnaires et au milieu un héros sans illusions ni idéaux)On trouve déja les germes du film testament à venir: Impitoyable. Pour son deuxième long-métrage Eastwood impose déja les codes de son oeuvre à venir. Même quarante ans après, l'ambiance insolite qui se dégage du film continue de fasciner. Aujourd'hui ce film culte retrouve toutes ses couleurs en HD! A l'image du film le blu-ray est assez déroutant. tous les plans en extérieurs sont hallucinants de précision et détails comparé au précédant transfert DVD. On est alors dans l'excellence pour un film de plus de 40 ans. Mais très vite il faut ajouter un gros bémol: Le transfert à eu la main un peu lourde sur le réducteur de bruit dans certaines scènes sombres. Le grain à été lissé et les contrastes renforcés ce qui laisse une sensation de noirs bouchés. Moins de grain c'est aussi moins de détails et forcément la nettetée en prend un coup et vire parfois au flou. Un choix technique plutôt étrange compte-tenu de la qualité de l'ensemble. Hormis ces quelques "dérapages" la remastérisation est bien réelle, le travail sur le son admirable et ce nouveau transfert permet de redécouvrir ce western comme jamais. Globalement l'impression est très positive mais pour une oeuvre aussi importante je rêvais d'un sans-faute absolu. Merci en tout cas à l'éditeur pour ce vrai coup de jeune. On peut savourer sur grand écran et avec précision les fascinants débuts d'un des plus grands réalisateurs Américains.

Blog Les chroniques ciné de Francisco
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2013
Pour ce 2e film derrière et devant la caméra, Clint Eastwood se déguise dans la peau d'un envoyé du diable chargé de faire payer la lâcheté, la cupidité, et la cruauté des habitants de cette ville perdue.
Alors, c'est sûr, sur un sujet proche Pale Rider et surtout Impitoyable sont des chefs d'oeuvre encore plus aboutis notamment au niveau du rythme, du réalisme de certaines scènes, et des dialogues.
Difficile cependant de ne pas être fasciné par ce personnage déshumanisé, qui au final rend la justice dans cette ville gangrenée par des scélérats en tous genres.
Un excellent film, avec certes quelques faiblesses, mais qui a la marque des grands westerns post-Sergio Leone.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2015
Réalisé par Mr Clint lui-même,"L'Homme Des Hautes Plaines" est un western sans fioriture avec un personnage principal glacial dont on ne découvre les motivations qu'à la toute fin du film.Eastwood est parfait dans ce rôle antipathique n'ayant franchement pas aidé sa mauvaise réputation dans les années 70 tant les agissements de son personnage sont violents et machistes.
Tourné en Californie avec un casting réduit et un budget modeste,le film mise beaucoup sur son humour noir,dont certains traits sont d'ailleurs particulièrement réussis.
Le film se démarque grandement des codes du genre à travers sa mise en scène,son propos et son rythme très lent.
DVD de qualité très moyenne,il s'agit d'un simple portage VHS sans remasterisation.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2013
Commandé en pré-commande au prix de 12,99€, j'ai reçu ce blu ray le 25/09/2013 au lieu du 26.
Concernant le blu ray:
Je suis assez déçu que pour une édition blu ray " spéciale anniversaire 40 ans ", Universal sorte un simple boitier.
et une simple édition ( pas de combo blu ray + dvd + copie numérique ) même si en même temps je m'en fous du doublon...

..:: dans le détails ::..

Note: SON: 4/5
Note: IMAGE: 4/5
Note: INTERACTIVITÉ / BONUS: 0/5

Concernant le SON, belle surprise même si la piste son en Français et un peu plus étriquée, elle se révèle ample et d'une bonne puissance.
En ce qui concerne l'image, je suis assez conquit par le transfert en HD. Les noirs sont plus profond - Ce pendant ne tenez pas compte des premières secondes ,l'image détient un record de grains dans le ciel bleu ... lol
Le ratio est bien respecté.
Pour ce qui est du BONUS: NÉANT... Franchement là.. c'est grave!! une édition spéciale anniversaire et pas un commentaire,
d'images inédite, reportage sur le lieu de tournage et ou sur la remastérisation de l’œuvre...Le floup complet.

Pour finir, attention Universal de ne pas éditer des spéciales & spéciales à la façons WARNER, ou penser que seul le transfert en HD contentera l'aficionados. Crise oblige, on achète moins, plus chère !! par conséquent on veut que la qualité soit au rendez-vous.
Pour un prix de départ, 12,99 € c'est un achat plus que correct - Mon avis: Achat malin !
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 18 octobre 2015
Même si ce n'est pas le meilleur film de Clint Eastwood, "L'homme des hautes plaines" s'offre dans cette édition 40ème anniversaire une image blu ray renversante avec un piqué et une colorimétrie parfaitement maîtrisé.

Ciel bleu éclatant, poussiere du désert et le rouge vif de cette petite ville du far west, bref c est un réel plaisir de redécouvrir ce film, assez méconnu au regard des nombreux grands films auquel a participé Clint Eastwood.

Il est à noté que ce film ne fait pas partie du superbe coffret Warner (superbe si on mets de côté que Space Cowboy est en version canadienne!!) contenant 20 films consacrés à l'acteur-réalisateur, il vous faudra donc l'acquérir séparément.

La MGM devrait en prendre de la graine au lieu de nous servir ses éditions pourries de "La trilogie du dollars" en blu-ray y compris "le bon, la brute et le truand" dans son éditions 4k à la colorimétrie jaunâtre complètement ratée, d'ailleurs on attend toujours la version cinéma au lieu de cette version longue avec des redoublage foireux, il aurait été préférable de laisser ces passages en V.O.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 12 février 2010
Quand on s'attaque à L'HOMME DES HAUTES PLAINES (1973), on pense avoir affaire à un western post-spaghetti (pardon Rockin, mais ce terme n'est pas péjoratif pour moi, tu le sais), alors que nous sommes en face d'une oeuvre beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît.

L'acteur Clint Eastwood, grâce à trois rôles chez Leone, est devenu une star, confirmé par QUAND LES AIGLES ATTAQUENT et DIRTY HARRY, plébiscité au box-office. Les bénéfices de sa maison de production Malpaso sont au plus haut, et après une première réalisation réussie (UN FRISSON DANS LA NUIT) Eastwood revient au western avec JOE KIDD, réalisé par son ami Don Siegel. Echec artistique. Il décide de réaliser lui-même un autre western (rappelons qu'il n'en a tourné lui-même que quatre) scénarisé par Ernest Tydiman (SHAFT, FRENCH CONNECTION). Et là, les ennuis commencent pour l'acteur-réalisateur, déjà suspecté de fascisme. Ce film provoque un tollé, et sera l'origine de cette désastreuse réputation de républicain bas du front misogyne et adepte d'auto défense.

Le western, ce n'est pas rien. C'est les fondamentaux de la nation américain, et du cinéma américain, un genre pionnier (Tom Mix, héros du muet). On ne se coltine pas un western par hasard. A cette époque, le genre est abordé par Sam Peckinpah, Arthur Penn, Black Edwards, même Atlman ou Mankiewicz. Le western est un vecteur, en ces années de protestations diverses, pour exprimer les dérives d'une certaine Amérique.

L'histoire en deux mots : un cavalier débarque dans la petite ville de Lago, au bord du Pacifique, et descend trois brutes sans sommation. Les habitants de Lago, terrorisés par la prochaine libération de trois tueurs, persuadent ce cavalier de les protéger, en échange d'obtenir les pouvoirs absolus. (le parallèle avec LE TRAIN SIFFERA TROIS FOIS est intéressant...)

Si le début du film renvoie indéniablement à Sergio Leone, la suite s'inscrit dans un registre baroque et cauchemardesque. Qui est ce cavalier sans nom ? Je pense qu'il figure l'inconscient des habitants de Lago. Il est ce que les hommes de Lago rêveraient d'être, ou rêveraient de faire (la scène du viol). Il représente un fantasme. Et aussi un miroir tendu, déformant, sur une société bâtie sur la violence. Car ce sont bien les habitants de Lago qui génèrent ce chaos, par leur lâcheté. Le cavalier ne prend que ce qu'on lui offre. Il stigmatise les travers de tous, du shérif et du maire, humiliés, remplacés dans leurs fonctions par un nain, du pasteur, prié à contre coeur d'héberger des habitants dans la maison de Dieu, des commerçants racistes contraints de servir un vieil indien, et même l'orgueil d'époux dont les femmes se pâment pour ce viril étranger.

Eastwood ne fait que nous montrer où aboutit une société sans justice, sans démocratie. Elle aboutit au chaos, à l'anarchie, au meurtre, à la bestialité. Cela se traduit par des images nocturnes, inquiétantes. Paysages désertiques, lunaires, un océan plat (si rare dans le western), et cette musique étrange, ces choeurs de femmes, ces plaintes, ces pleurs comme venus des limbes. Eastwood manie aussi bien les longs travellings élégamment composés, les cadrages baroques et ombrés du Film Noir, que l'utilisation de la caméra à l'épaule, qui traduit les tensions, la peur, le dérèglement. Eastwood misogyne ? En prenant les pleins pouvoirs à Lago, le cavalier génère vengeance, rancoeur. Spirale infernale remise en cause par un seul personnage, une femme, propriétaire de l'hôtel, la seule qu'il saluera d'un sourire en repartant. Lago est devenu l'enfer sur Terre, comme le cavalier l'écrit à l'entrée de la ville ("Hell"), qu'il fait repeindre en rouge (quelle vision infernale !) qu'il met à feu et à sang, dans des images de fin du monde, de flammes sataniques et d'exécutions sommaires. Précisons que le personnage joué par Eastwood ne cherche pas à imposer sa loi sur Lago, ni de créer sa République de Salo, sa petite dictature, ce qui aurait donné un tout autre sens au film. Il prévient que sa tâche achevée, il quittera la ville.

Le public a évidemment assimilé ce personnage au réalisateur. Raccourci simpliste. Il est plus aisé de penser qu'un metteur en scène parle de lui-même, quand, en réalité, il parle de nous. Eastwood mettra des années à se défaire de cette image (pas tout à fait dissoute dans l'esprit de certains). Invité à Cannes en 1985 pour présenter PALE RIDER, on lui fera comprendre qu'un acteur-flingueur de western n'a rien à faire parmi les artistes... Dans son film suivant, BREEZY, il traite du regard qu'on porte aux autres, d'amour inter-générationnel, de tolérance, et dans son autre western, JOSEY WALES, il imaginera une communauté pluriethnique, composée d'exclus. Pas franchement fascistes comme concepts...

L'HOMME DES HAUTES PLAINES est un film violent, dur, qui se conclut sur la disparition énigmatique du cavalier, qui laisse derrière lui chaos et misère, et des hommes désorientés, sans conviction, ni conscience. Sans avoir la profondeur humaine et tragique d'IMPITOYABLE, ce premier western d'Eastwood, visuellement très impressionnant, est une totale réussite.
2222 commentaires|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2003
Le premier western mise en scéne par Clint Estwood, et le plus passionnant !!!
Une atmosphere de violences envellope tout le film ...
Fidéle à la tradition italienne du héros solitaire, Clint apparait comme un vengeur , qui fais ressortir toutes les rancune et les aspects noirs des habitants de la ville...
Seul bémol, dans la version original a la fin lorsque le héros s en va et passe a coté du cimetiere proche d une pierre tombale, un personnage lui demande qui "ête vous" et Clint lui réponds 'mon nom est inscrit sur la tombe'....
La version française a tronqué le dialogue en voulant faire croire que c le frère du personnage qui est enterré dans cette tombe....
Là ou Estwood voulais un film fantastic et ambigue...les traducteur ont fais le choix d un realisme...plutot convenu
Mais cela n enleve rien à la force de ce beau film
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2009
Loin de pomper honteusement l'héritage laissé par le grand Sergio Leone, grand maître du western spaghetti, comme le feront des légions de cinéastes à travers de vagues séries b, voire z, Clint Eastwood, tout comme le fit Alessandro Jodorowski en son temps avec le cultissime western ésotérique "El Topo", choisi la voie de l'originalité lorsqu'il réalise "L'homme des hautes plaines", film de cow-boys donc, mais crépusculaire et mystique, loin de ce qu'on a l'habitude de voir sur les écrans.

Ici, point d'indiens, ni de folles chevauchées dans les plaines de l'ouest américain.Tout est concentré sur une petite ville, Lago, ou un drame est survenu il y a quelques temps:Un homme à été lâchement lynché par trois autres sans que personne n'intervienne lors de la rixe.L'homme finira par mourir sous les nombreux coups de fouets infligés et sous les regards de villageois médusés.Après avoir été dénoncés,les trois hommes seront arrêtés et enfermés dans une autre ville après avoir menacé les habitants de Lago de venir se venger à leur sortie de prison.Trois hommes seront alors envoyés en ville afin de s'assurer de la protection des villageois.En réalité, il profiteront de la lâcheté pathologique de chacun pour agir en véritables tyrans.
Mais c'était sans compter sur l'arrivée d'un étranger, un homme sans nom (interprété par Clint Eastwood lui-même), que les trois hommes viendront provoquer et qui très vite finiront tués sous les balles de ce dernier.
Les villageois, enfin libérés du joug de ces trois hommes, proposent à l'étranger qui n'était semble-t-il que de passage, contre espèces sonnantes et trébuchantes, et même, voire beaucoup plus, de rester en ville,afin de les protéger du retour imminent des trois lyncheurs du début. Après réflexion, mais surtout, après s'être assuré qu'il obtiendrait des villageois tout ce qu'il désirerait, l'homme accepte la mission que lui ont confié les "notables" de la ville...

Le film débute de façon plutôt classique, même si le générique assez étrange pour un western semble démentir cette impression.On retrouve presque alors, le personnage campé par Eastwood dans "Pour une poignée de dollars" de Leone, avec le cigarillos au bords des lèvres, le chapeau aux larges bords vissé sur la tête et surtout, le stoïcisme du héros face aux provocations de ceux qui voient en lui un usurpateur...Une froideur qui ne sera pas étrangère aux événements qui se sont produits quelques temps auparavant.Et c'est autour de ce personnage énigmatique que l'intrigue se construit.Derrière un calme stupéfiant, l'homme agit envers les villageois de façon immorale voire odieuse, comme si ceux-ci devaient payer au prix fort, et cela de façon systématique, leur lâcheté.
L'homme leur apprendra à tenir une arme, à s'en servir, pour que lorsqu'au retour des trois bandits, les villageois soient enfin prêts à affronter leur mauvais démons.Il ira même jusqu'à leur demander de repeindre la ville en rouge.Le jour J, lorsque les trois bandits sortent de prison,il décide simplement d' abandonner les villageois à leur triste sort.Pourquoi? Ce sera à vous de le deviner...

Clint Eastwood, égal à lui-même, campe un cow-boy désincarné, ne parlant jamais pour ne rien dire et nageant bien au delà de ce qui semble être le sujet des préoccupations du village tout entier.Pendant plus d'une heure trente, le mystère entourant son personnage sera total.Ou presque puisqu'à plusieurs reprises,on le verra rêver de celui qui fut lynché quelques temps auparavant signifiant que son arrivée au village semble avoir un rapport avec le sus-dit événement. Il est à noter que la version française a apporté un changement important sur la conclusion de l'histoire,ce qui enlève un peu de ce qui fait la force de ce film:son imprégnation dans le domaine du fantastique.En effet, un détail a été purement et simplement revu et corrigé lors du doublage dans la langue de Molière et rends ainsi la fin du film plus anecdotique que dans la version d'origine et c'est pourquoi il est important de découvrir ce film dans sa version originale et sous-titrée.
Un très grand western qui ne renouera malheureusement pas ceux qui sont hermétiques à ce type de cinéma avec les grands chef-d'oeuvres de Leone et Consorts mais qui mérite tout de même que l'on s'y attarde....
33 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
Du bon et beau western avec un Clint Eastwood égal à lui-même, pour les amateurs un film à voir et à revoir.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2015
Avec quelques scènes mythiques et des personnages plus typés les uns que les autres. Un bon délassement dans lequel on retrouve l'homme qui tire plus vite que son ombre. La scène d'amour suivie de la scène du bain interrompu par la belle qui vient se plaindre de n'avoir pas encore reçu la deuxième couche est à hurler !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,50 €
5,90 €
4,98 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)