Commentaires en ligne


15 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

29 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Odissey musicale, 9 octobre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Résolu à ce que son groupe ne tombe pas dans un hard rock pompier, Santana décide après avoir découvert la musique de Coltrane et du Miles Davis de « Bitches Brew », de prendre la voie étoilée d'une world fusion piochant aussi bien dans le jazz que le rock ou les rythmes africains. En résulte un album sans compromis, magnifique voyage musical, essentiellement instrumental, ou s'alterne transes illuminées ("La fuente del ritmo") et sublimes moments d'accalmie ("Eternal caravan of reincarnation", "Song of the wind"), les deux se côtoyant parfois au sein d'un même morceau ("All the love in the universe"). Dans cette orgie d'instrumentations (presque une dizaine de musicien participeront aux séances de l''album, marquant ainsi la fin du groupe dans sa première configuration) on remarque plus particulièrement la crépitante section rythmique (un batteur et plusieurs percussionnistes), qui donne au disque son coté foisonnant, bouillant, chaleureux, ainsi que, bien sur, le jeu de guitare céleste de Carlos Santana. Sur « Every step of the way », effort épique qui clôture l''album, celui-ci atteint un niveau d''expressivité émotionnelle inédit. Aspiré dans un maelström sonique le guitariste nous offre une ultime chevauchée héroïque, faisant hurler sa guitare dans un solo au phrasé convulsif. C''est l''asseau final d''un gang qui se désagrégera peu après la sortie de l'album. Il y a effectivement certains voyages dont on ne revient pas indemne.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un voyage initiatique, 11 février 2010
Par 
bluesy guy "pascal 49" (maine et loire france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Ce disque annonce le virage dans la musique de carlos a sa grande epoque ,album sublime presque instrumental titillant la musique latine avec le jazz ,1er album d'une serie et peut etre le meilleur studio de cette epoque.le groupe a ete modifie avec doug rauch a la basse ,tom coster aux claviers et aussi james mingo lewis aux percussions dans les grandes lignes ,des musiciens moins rock et plus axes sur le jazz.
le resultat donne un disque tres inspire avec des envolees de guitares "every step of the way" ou "song of the wind" ou toute la sensibilite du jeu de santana fait mouche,ne pas oublier aussi le travail de neal schon a la 2eme guitare et qui cosigne certaines compositions dont le sublime"all the love of the universe" et le groupe qui a su donner toute la dimension a ce grand disque qui nous transporte dans un paysage sonore inoubliable.pascal49
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Album, 23 décembre 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Le parfait équilibre latino / jazz rock, jamais égalé depuis en particulier lorsque ce cher Carlos se contente d'être un accompagnateur, certes de talent mais...
Ecouter l'album d'une seule traite, dans le noir, la magie opère. Puis écoutez et re, re, re écoutez Song of the Wind... et cette guitare
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE DANIEL VERMEILLE MAGAZINE ROCK&FOLK + CHRONIQUE DE PATRICK COUTIN MAGAZINE ROCK&FOLK, 5 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
CHRONIQUE DE DANIEL VERMEILLE MAGAZINE ROCK&FOLK DECEMBRE 1972 N°71 Page 92
4° Album 1972 33T Réf : CBS 65299
Il existe de plus en plus de groupes-fantômes sur la West-Coast, issus des communautés régionales de musiciens, ou scènes. Celle de San Francisco est associée aux Américains de culture hispanique qui ont donné naissance au noyau de leur nouvelle école musicale : Santana. Il ne reste que quatre membres de la formation initiale, mais leur évolution fut si rapide que leur musique se place maintenant à la hauteur du meilleur jazz contemporain.
Jose Chepito Areas a joué avec Herbie Hancock, Greg Rolie l'a beaucoup écouté, comme Carlos Santana pour John McLaughlin. Les influences ne sont plus perceptibles maintenant, car les principaux responsables se sont associés à des musiciens de leur valeur ; Neal Schon depuis l'album précédent et le bassiste Douglas Rauch, qui ont permis aux percussionnistes de placer leurs interventions dans le contexte du chemin parcouru depuis "In A Silent Way". Les passages latino-jazz ("Stone Flower") représentent l'évolution la plus juste du premier LP, les passages les plus traditionnels ("La Fuente Del Ritmo", chanté en espagnol) prennent un éclat voisin de "Soul Sacrifie".
Cette musique de "Caravanserai" a un aspect rituel, très certainement inspiré de McLaughlin chez Lifetime ou sans "Devotion" ; nappes d'orgue tissées, notes de guitares torturées, jetées plus vite que les sons, tout contribue à établir une correspondance entre Santana et l'école de Miles Davis dont les extrêmes s'accordent avec réussite sur cet album. "Waves Within" et "Every Step Of The Way" en situent les limites ; Neal Schon d'un côté,
plus cool, et Carlos Santana de l'autre. Le premier peint l'atmosphère entourant la caravane, Greg Rolie décrit ce qu'elle voit et définit avec les percussionnistes le style du morceau. L'inspiration rythmique est très étendue et prend maintenant une coloration nuancée venant parfois du continent africain ou arabe. L'étude des climats de cet album est la plus riche enregistrée depuis "Sunfighter", dont "Caravanserai" a la classe. Les titres des morceaux situent l'inspiration commune à ces deux grands groupes restée cosmique d'esprit comme de forme depuis la suite "Blows Againts The Empire". La sonorité actuelle de Santana réclame un espace quadraphonique ; Carlos Santana et Mike Shrieve la font s'enfler sans cesse, jusqu'à l'explosion, la destinant autant au corps qu'à l'esprit. Attendons le concert du 4 décembre pour découvrir l'aspect live de cette musique qui attirait en France un public assez divisé, car les premiers albums eurent autant de succès dans les clubs que dans les pot-parties.

CHRONIQUE DE PATRICK COUTIN MAGAZINE ROCK&FOLK DECEMBRE 1978 N°143 Page 88
Après "Third" et le disque avec Buddy Miles, "Caravanserai" vint couronner une année 1972 riche en événements. La critique fut unanime à accueillir cet album plutôt froidement. Comment d'ailleurs aurait-il pu en être autrement lorsqu'on mesure l'évolution incroyablement rapide de la musique entre "Third" et ce disque flamboyant de ferveur mystique, inspiré de la première à la dernière note et néanmoins dirigé de main de maître par un Carlos Santana qui a trouvé dans l'expérience religieuse une énergie renouvelée ? Car le Santana Band est devenu un super-groupe, un de ces assemblages de "pointures" dont on sait les égos bouillants et les jours comptés. Pourtant quel merveilleux instrument de musique que ce groupe, qui accepte à l'occasion d'un disque de se plier aux exigences du maître et de communiquer dans une même ferveur.
"Caravanserai", c'est l'explosion de Neal Schon qui pousse Carlos dans ses derniers retranchements , et désormais ces deux-là se feront de l'ombre, c'est l'arrivée de Doug Rauch, dont le jeu de basse plus jazzy accompagnera le pèlerinage des années à venir, et c'est la confirmation d'un batteur superbe, qui du jazz band de son école aux climats de "Caravanserai" en passant par les brûlures d'"Abraxas" aura enrichi son style de mille nuances.
"Caravanserai" c'est enfin une musique à l'écoute de Chick Corea, Miles Davis, et McLaughlin (que Carlos vient de rencontrer), et les soli de guitare sont comme des diamants qui inlassablement jailliraient d'une gangue percussive tourmentée, diabolique. L'impact rythmique a été gommé au profil d'un tapis rêveur où brillance et brume se confondent, et cet album-testament complète la déjà fabuleuse oeuvre du groupe en une quadrilogie que fort peu de musiciens peuvent se permettre de compter à leur actif. Puis le groupe éclate. Neal Schon et Gregg Rolie s'en vont rejoindre un Aynsley Dunbar en rupture de Zappa pour former Journey. Mike Schrieve et Santana se tournent vers leur guru.....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Superbe, dernière perle de Carlos et ses frères...., 30 octobre 2010
Par 
Bocquene Gilles "gbocquen" (Nantes FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
10 étoiles, s'il y en avait....
Woodstock, Black Magic Woman, Oye Como Va ont embarqué le groupe dans le succès médiatique et ses dommages collatéraux(drogue, éclatement du groupe original); voilà Carlos dans sa période noire, il se dégage de ce disque une dimension à la fois sprituelle déterminante dans le parcours de Santana ("Eternal Caravan of Reincarnation", "Song of the Wind")et en même temps une angoisse profonde, presque morbide, sensible dans les climats instrumentaux (Stone Flower)jusqu'au terrible "Every Step of the Way final", construit comme un opéra dramatique et une descente aux enfers: les deux premières minutes sont retenues comme suspendues, hachurées par les rythmes (écoutez l'usage du gong !)et l'explosion soudaine: quelques notes de guitare en boucle (reprises en fin de morceau)et la fuite d'un déferlement mêlé de flutes, de claviers, de cris et ces deux guitares qui s'entrecroisent et qui montent et montent encore jusqu'à ne plus pouvoir, pour redescendre enfin et plonger dans les graves vertigineux (l'usage des cuivres magnifié en fin de morceau).
La plongée vers l'abime sur la paroi glissante.
Pour moi sans aucun doute le meilleur album de Santana et "Every Step of the Way" l'une des plus belles oeuvres du rock.......
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eternal Caravan of Reincarnation, 15 août 2013
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Des albums que j'adore, il y en des tas. Une multitude. Mais des albums qui m'ont traumatisé, dans le bon sens du terme, au point de me révéler la puissance fédératrice et les espaces parallèles de la musique, il n'y en a pas tant que cela. Il y a eu Wish You Were Here de Pink Floyd, Kind of Blue de Miles Davis, Grace de Jeff Buckley, et... "Caravanserai" de Santana.

Une petite précision, avant de commencer : Ce quatrième album de Santana doit impérativement être écouté de nuit, sinon dans une relative obscurité et un réel recueillement. Tout a ainsi commencé pour moi, allongé sur un lit, dans les dortoirs d'un internat, à Antibes, en ce temps là...
Les premières minutes du morceau d'ouverture, "Eternal Caravan of Reincarnation", sont décisives : Le silence, puis le chant des grillons. Des grillons qui chantent seuls comme dans une chaude nuit d'été. Puis vient le saxophone. Celui-ci égrène quelques notes comme sorties d'un rêve lointain. Il n'a rien à voir avec les habituels saxos qui viennent joliment nous dorloter. Il n'est plus un instrument, mais une respiration, la respiration tourmentée d'une créature encore endormie. Car nous ne sommes plus dans la réalité...
Et puis la basse, suivie d'une série de percussions, un peu africaines, tout en retenue. La guitare et le clavier arrivent presque sans qu'on les remarque, sans parler de la batterie, comme suspendue dans les airs. Ce n'est déjà plus du silence, mais ce n'est pas encore du bruit...

Le second titre ("Waves Within") s'enchaîne par dessus le premier (sans coupure audible car, oui, c'est un album concept conçu comme une seule pièce). La tension monte. Sommes-nous éveillés ? La guitare à présent parfaitement identifiable de Carlos Santana s'impose, sans pour autant nier la section rythmique, elle-même d'une densité sans pareil. Et puis on finit par rentrer dans le vif du sujet avec le troisième titre, "Look Up To See What's Coming Down", qui entend notre section rythmique, dynamisée par la guitare accompagnatrice de Neal Schon, exploser tel un feu d'artifice ! Le quatrième morceau ("Just in Time to See the Sun") va venir tout achever, avec la révélation de la veine mélodique qui nous avait encore, jusqu'ici, été dissimulée : Gregg Rolie, l'organiste légendaire du groupe, chante enfin ! Est-ce terminé ? Bien sûr que non ! La cinquième plage ("Song of the Wind"), laisse retomber la tension une minute, une minute seulement, avant que le guitariste leader reprenne tous les thèmes entamés depuis le début de l'album dans un chorus de près de six minutes absolument miraculeux, sans aucune note de trop. A ce stade, l'album est toujours aussi hypnotique, et cinq titres se sont déjà écoulés lorsqu'il nous a semblé n'en avoir entendu qu'un seul. Le premier voyage (immobile) vient de se terminer...

"All the Love of the Universe", la pièce maitresse de l'album, commence enfin. L'intro indolente laisse planer quelques cœurs, puis une voix. Les musiciens s'arrêtent soudain, avant de réaliser leur morceau de bravoure, au dessus duquel surnage l'incomparable Michael Shrieve, dont personne n'aura oublié le solo de batterie du siècle, celui de festival de Woodstock, immortalisé dans le film homonyme de Michael Wadleigh (Woodstock - 3 jours de musique et de paix : un solo héroïque de deux minutes. Alors que le musicien n’a que vingt ans, il dégage une incroyable fureur animale. Moi même qui suis "ancien" batteur, et que je trouve ce genre de démonstration ennuyeuse, si je ne devais en garder qu'un seul, ce serait celui-là !).
Le morceau suivant ("Future Primitive") nous permet de souffler un peu sur un intermède parsemé de notes d'orgues lancinantes et de percussions africaines. Mais le voyage se poursuit encore avec un "Stone Flower" presque rassurant et récréatif (six minutes quinze, quand même), avant que "La Fuente del Ritmo" nous ramène dans le tourbillon, qui va culminer avec le final cathartique des neuf minutes enfiévrées de "Every Step of the Way".

Le groupe voulait du changement. Après trois albums de rock-latino, il fallait désormais explorer le jazz-rock, et marcher sur les traces de Miles Davis et John Mc Laughlin, tout en développant d’ambitieuses expérimentations spirituelles. Ce faisant, Santana inaugurait une aire nouvelle pour sa formation (tout en préservant sa personnalité), la réorientait sur sa dimension instrumentale (seulement trois titres chantés sur dix), réalisait son chef d'œuvre et participait à l'invention de la "World Music".
Ce fut l'album qui m'éveilla à d'autres horizons musicaux, sans que je n’arrive jamais à m'en passer. Deux ans plus tard, le groupe en sortait un autre presque identique, avec une tonalité moins spontanée, mais encore davantage habité par ce mélange entre la pop-music, le jazz et les rythmes africains : Borboletta.
Alors ? Etes-vous prêt pour la réincarnation éternelle ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La sagesse du désert, 2 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Santana est un monstre sacré de la guitare. dans cet album il fait preuve d'une concision dans son approche et d'un toucher innaccessible pour le pauver guitareux que je suis. Donc parfairement indispensable
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 invitation au voyage, 25 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Ce qui frappe le plus à l'ecoute de ce chef d'oeuvre , c'est l'homogénéité . Déjà la pochette nous donne une idée de ce qui va se passer : un voyage de 40 mn dans le nouvel univers de Carlos Santana qui relégue ses trois précédentes productions au rang d'aimables chansonnettes . Certes , je force un peu le trait , mais à part Miles , Coltrane et King Crimson , je n'ai jamais rien entendu de pareil .Que dire de plus ? D'autres dans cette rubrique l'on déjà fait avec beaucoup de talent , alors pour conclure : achetez le et " GOOD TRIP " .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vol spirituel sur Caravanserai 72. Départ immédiat., 2 mai 2010
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Santana, en 1972, année de sortie de Caranserai, entame une nouvelle période. Carlos (fan de Coltrane, du Mahavishnu Orchestra et de jazz) et son groupe comprennent qu'il leur fallait rapidement passer à autre chose. Son quatrième LP est donc très différent, orientant son rock latino si caractéristique vers un style plus jazz rock (toujours latino), en vogue à cette époque. Pour négocier ce virage artistique, l'album s'appuie sur 7 instrumentaux sur 10 titres qui poussent à l'extrême la virtuosité des musiciens (une dizaine de musicos participent à l'album). Ce changement stylistique pourrait avoir affecté l'aptitude du groupe à produire un album de même qualité que ses devanciers, me direz-vous ? Il n'en est rien. C'est encore fabuleux ! L'album recentre l'intérêt un peu plus sur Carlos Santana, sans reléguer les autres comparses au rôle de faire-valoir. La cohésion entre les membres est toujours de rigueur et transparaît durant le cheminement de ce disque. Caravanserai est un voyage musical spirituel incomparable, ponctué d'escales paradisiaques : la bienheureuse introduction Eternal Caravan Of Reincarnation, l'aérien Waves Within, le coloré funky Look Up, Stone Flower, moment de bonheur de Jobim, revu par Carlos Santana, le céleste Song Of The Wind qui exprime toute la sensibilité du jeu de guitare du mexicain, All The Love Of The Universe, anthologique, le tribal Future Primitive et l'apothéose avec l'enflammé Every Step Of The Way (signée Mike Shrieve, avec une guitare convulsive de Santana). Pardon si j'en ai oublié, mais pour faire court, et tout vous dire, c'est le dernier album de Neal Schon et de Gregg Rolie (qui ouvrira un restaurant, puis fondera son groupe), en désaccord avec les desseins artistiques du patron. Santana réussit ainsi ses premiers pas expérimentaux dans la fusion jazz rock. La clé de cette réussite tient sans doute dans le fait que le groupe n'a pas cherché à copier ce qui se faisait alors, préférant focaliser sa conception, sans sortir des clous, sur sa propre vision. Bien lui a pris, c'est nous qui en bénéficions.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 incontournable!, 4 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caravanserai - Edition remasterisée (CD)
Que dire après tant d'éloges (justifiés). Ce truc est d'une rare beauté, mon vynile est rapé et innécoutable, mais je le garde, car la pochette est nickelle, à quoi ça tient...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit