undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Rudolf Serkin n'a pas autant enregistré Bach qu''on pourrait le souhaiter ; posséder le seul aria des variations Goldberg est plutôt une source de frustration que de plaisir. L''orchestre dans le 5e Brandebourgeois n''est pas idéal, et on aimerait bien revoir les enregistrements antérieurs des Brandebourgeois avec Adolf Busch dans une édition soignée. En revanche, il y a bien ici des témoignages mémorables de l''art du grand pianiste. La Fantaisie chromatique et fugue est fort belle, il n'y a guère qu''Edwin Fischer que je lui préfère encore dans cette œuvre insigne. Tout au sommet, incomparable, le Concerto italien est un pur joyau. L''exubérance et la lisibilité des mouvements impairs, l''intériorité du volet central sont extraordinaires. Si on veut entendre Bach au piano, voilà un repère à ne pas perdre de vue.

Un détail : le concerto italien occupe les plages 4 à 6, et non 2 à 4, du disque.
22 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)