Commentaires en ligne 


16 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 (Little Johnny) Jewel!...
Réédition prestigieuse (digipack somptueux, titres bonus, dont le prodigieux 'Little Johnny Jewel') d'un des plus grands disques de tous les temps. En 1976, Television s'inscrit naturellement dans la nouvelle vague new yorkaise, aux côtés de Patti Smith, des Ramones, Blondie, Talking Heads, Richard Hell & the Voidoids, Heartbreakers, etc...
Publié le 9 octobre 2003 par S.F.Sorrow

versus
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bof bof, méga bof
J'ai acheté cet album après avoir lu les commentaires dithyrambiques sur le site de Amazon. Le son est très bon, le jeu des musiciens l'est également, la voix de Tom Verlaine est étonnante et pleine de potentiel, mais la musique !! C'est plat, sans intérêt, de la Pop avant l'heure! La même année sortaient les albums de: AC...
Publié il y a 3 mois par JACQUES O.


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 (Little Johnny) Jewel!..., 9 octobre 2003
Par 
S.F.Sorrow (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
Réédition prestigieuse (digipack somptueux, titres bonus, dont le prodigieux 'Little Johnny Jewel') d'un des plus grands disques de tous les temps. En 1976, Television s'inscrit naturellement dans la nouvelle vague new yorkaise, aux côtés de Patti Smith, des Ramones, Blondie, Talking Heads, Richard Hell & the Voidoids, Heartbreakers, etc... Cependant, la musique du groupe ne ressemble à nulle autre: fluide, raffinée et visionnaire, n'ayant pas grand chose à voir avec le punk , elle atteindra son apogée dans les sillons de ce 'Marquee Moon' constamment redécouvert à chaque écoute. Le jeu profondément subtil et original, tout en finesse, de Tom Verlaine aura un impact considérable sur bon nombre de guitaristes, dont The Edge (U2) ou Will Sergeant (Echo & the Bunnymen). Une pierre angulaire de la musique de ces 25 dernières années, assurément.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sous le chapiteau de la Lune....., 15 juillet 2011
Par 
Darko (Bretagne - France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
A quoi bon au juste ajouter un commentaire de cet album lorsque tout a déjà été dit ? Et bien... juste pour le plaisir...le plaisir de dire qu'on adore ce disque depuis 30 ans et de souhaiter que d'autres continuent de l'adorer !

Lorsque j'ai découvert cet album, j'étais dans ma période bourrinage, vous savez Damned, Sex Pistols, Clash, Ramones...mais également, en tant que guitariste, AC/DC, Van Halen, Iron Maiden...que du lourd quoi ! Et pourtant dès la première écoute de "Marquee Moon", j'ai immédiatement été scotché, un peu de la même manière que, des années plus tard, en entendant pour la première fois Thélonious Monk et John Coltrane jouant "Round Midnight", sauf qu'à l'époque je n'écoutais pas de jazz...

L'album donnait l'impression bizarre d'être constamment sur la corde raide. Le chant et les guitares alternaient successivement le juste et le faux, ce qui en musique aboutit généralement au fiasco et pourtant là c'était génial ! Je découvrais, sans le savoir, le jeu in/out et ses infinis possibilités qui me feraient tant apprécier le jazz par la suite...

"Marquee Moon" demeure incontestablement un album de rock, même s'il s'agit d'un rock très atypique : aucune référence au blues, aucune guitare saturée, aucune mélodie pop (essayez donc de siffloter un des titres du disque !); un rock tellement atypique qu'il restera sans posterité, le second album du groupe "Adventure" ne parvenant pas à rééditer l'exploit...A la reflexion, il existe bien un disque qui ressuscite partiellement l'esprit de "Marquee Moon" et c'est l'oeuvre d'un groupe français (cocorico !): "Dantzig Twist" du défunt Marquis de Sade....Dantzig Twist

La version digipack remasterisée de chez Rhino, parue en 2003, est celle qu'il faut privilégier, avec ses 5 bonus dont "Little johnny Jewel". Et c'est avec grand plaisir que je lui décerne mon label perso "15 étoiles", récompensant les albums qui réussissent à traverser le temps sans prendre une ride.

Au fait...j'y pense....je ne sais toujours pas ce que veut dire "Marquee Moon" ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le mode d'emploi du rock moderne, 3 février 2004
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
D'habitude je n'ai pas l'habitude de me pamer devant le jeu de guitare de qui que ce soit, car la technique ne m'intéresse pas, mais ce disque constitue une exception. C'est non seulement l'un des plus beaux disques jamais enregistrés, mais en plus c'est aussi le mode d'emploi de tout groupe de rock qui se respecte. Les quatre instruments sont magnifiquement soudés les uns aux autres. Tom Verlaine et ses acolytes ont créé une nouvelle façon de jouer. Ici, on trouve des improvisations et des solis incroyables, mais non pas basés sur la débauche individuelle mais sur une mécanique collective proprement hallucinante. La technique de guitare s'émancipe complètement des règles préétablies et notamment du Blues. Les deux guitares se répondent tellement bien qu'il est quasi-impossible de savoir qui joue quoi. La basse et la batterie accompagnent les deux solistes avec finesse, créativité et précision. Mais ne nous y trompons pas : ce n'est pas seulement un disque pour musiciens, c'est égalemment les huit compositions les plus touchantes jamais enregistrées. Venus, Marquee Moon et Elevation constituent les sommets de ce disque proprement incroyable. Et ça ne ressemble à rien d'autre. Imaginez un groupe de punk jouant comme des interprètes de J.S. Bach et vous aurez peut être une vague idée de ce qu'est Television.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Tout un programme !, 9 mars 2010
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
Quand on possède un trésor il est tentant de le cacher, l'inconvénient c'est que lorsqu'il est enfoui on risque de l'oublier. C'est un peu le cas avec ce disque de Television car anachronique dans ma discothèque - ce n'est pas mon genre musical préféré traditionnellement - j'avais fini par ne plus y penser jusqu'à ce que je revois le classement de mes CD il y a quelques mois. Dès que j'ai placé la galette dans le lecteur j'ai compris mon erreur, à l'époque de sa sortie je n'en avais pas mesuré la valeur à sa juste mesure et aujourd'hui il est grand temps de réparer.

Le groupe Television est né dans les années 70 partageant la scène du CBGB de New York avec les groupes new-wave et punk qui émergent au milieu de cette décade. Pourtant d'un point de vue strictement musical, la musique du groupe n'a rien à voir avec ce mouvement, beaucoup plus intellectuelle et complexe, avec des guitares au son clair. En 1977 Television sort l'album Marquee Moon - son chef d'œuvre - un très grand disque qui à lui seul fait entrer le quatuor dans l'Histoire du rock. La carrière discographique du groupe sera courte, deux albums (le précité, puis Adventure en 1978 et éventuellement Television en 1992 concrétisant une reformation éphémère).

Le groupe est composé de Tom Verlaine (chant, guitare, claviers), Richard lloyd (guitare), Fred Smith (basse) et Billy Ficca (batterie). Le leader Tom Verlaine (Thomas Miller) a pris ce pseudonyme quand il hantait la scène folk à ses débuts, de son côté Patti Smith qui débutera un peu plus tôt avec Horses en 1975 est une grande admiratrice de Rimbaud ... Ces deux-là devaient se rencontrer, brièvement.

Marquee Moon, le disque original, contient huit titres. Le premier See No Evil débute l'album en beauté avec un riff accrocheur, de belles parties de guitares et le solo de Richard Lloyd. Venus dédié à la diva de Milo, duels de guitares acides, Friction surprend par le son des guitares, superbes, montées et descentes chromatiques, tandis que la rythmique assure imperturbablement. Maintenant nous sommes familiarisés avec la voix de Tom Verlaine, ce n'est pas un grand chanteur c'est certain, mais il a un « je ne sais quoi » qui le distingue et le rend attachant. Enfin Marquee Moon le titre éponyme de l'album qui s'étire sur près de dix minutes, obsédant, entêtant, hypnotique, une merveille. Les guitares de Tom et Richard décochent des solos aériens tandis que le batteur explose ses cymbales, puis le rythme enfle et s'accélère jusqu'à l'éjaculation et ses notes de claviers tremblotantes. Suit Elevation, plus calme, le temps que nous reprenions nos esprits, et surtout Guiding Light tout en délicatesse. Prove It est construit sur une grosse ligne de basse sur laquelle les arpèges de guitares tissent un climat aérien avant que le disque ne s'achève sur Torn Curtain et la guitare de Tom Verlaine qui miaule comme un chaton, geint ou s'épanche longuement. Tout est dit, seul le silence permet ensuite de redescendre sur terre.

Ainsi s'achevait le vinyle original, la version CD est bonifiée de 5 titres supplémentaires. Little Johnny Jewel le premier single du groupe qui dure 7 minutes et des versions alternatives de See No Evil, Friction, Marquee Moon et un instrumental sans titre. Un très grand disque qui a largement sa place dans la discothèque idéale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Manifeste visionnaire, 27 février 2007
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
Par essence, Television, est un groupe arty. Un leader affublé d'un pseudonyme qui fleure bon la poésie lycéenne, une localisation new-yorkaise, la connexion Patti Smith (c'est une amie de Verlaine, et c'est un de ses ex, Richard Mapllethorpe qui photographie le groupe pour la pochette du disque), une filiation spirituelle évidente avec le Velvet Underground (symbole d'un mariage réussi entre avant-garde artistique et musique).
Pour que la légende autour de ce Cd soit parfaite, la présence aux débuts du groupe de Richard Hell (l'auteur du mythique et définitif hymne punk « Blank Generation ») avant qu'une brouille avec Verlaine l'envoie fonder les Voivods.
« Marquee moon » est un disque de guitares. Mais pas des guitares genre virtuose (les fans d'Alvin Lee et de ses douze millions de notes à la seconde peuvent passer leur chemin), juste la guitare qui devient le centre de la musique. Avec une approche voisine de celle de Lou Reed (le son et l'ambiance comptent beaucoup plus que la technique), le résultat va stupéfier tout le monde, et chacun pourra s'apercevoir qu'un titre peut durer dix minutes (« Marquee Moon ») sans ressembler à Yes ou Genesis.
Une proximité accidentelle avec une scène émergente new-yorkaise (Blondie, Ramones, ...) et une admiration des nouveaux groupes anglais feront de Television un précurseur punk. Par hasard. Car Verlaine et ses hommes sont loin de l'axiome « no future ». Ils voulaient au contraire marquer leur temps et « Marquee Moon » restera comme un sommet jamais égalé, que ce soit par les autres rares albums du groupe ou les disques solo de Verlaine.
Beaucoup s'inspireront de ce disque et de son approche (les disciple les plus évidents seront le Sonic Youth des débuts, ou les My Bloody Valentine de « Loveless ») mais personne ne réussira à l'égaler.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La voie lactée n'y suffirait pas..., 17 décembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
New-York, la nuit, le CBGB's, les néons éparpillés. Cet album est une onde infinie tournoyant sur elle-même, un cercle de feu, une apothéose mentale désespérée. Tom Verlaine et les siens, dès leur coup d'essai, signent là un coup de maître, qui illuminera à jamais la face du rock. Un calme bloc ici-bas chu d'un désastre obscur, traversé de stridences, de fractures éthérées, de brisures soniques, de hurlements altiers et magistraux. L'hiver, le froid, le gris, le bitume, l'angoisse, la peur du lendemain qui déchante, la quête d'un espace où se blottir, se reposer, se protéger des absurdités d'une existence vouée au désastre. La recherche d'un art pur, d'une violence esthétisée, d'un expressionnisme cinglant. Un chef-d'oeuvre absolu, des morceaux d'une puissance, d'une beauté, d'une pertinence, d'une grandeur, d'une vivacité effrayantes, éclatantes, vibrantes... Ecoutez "Marquee Moon", "Venus", "Guiding light", "Prove it", "Torn Curtain" et le miracle qu'est "Elevation" (un sommet !), vous n'en reviendrez jamais, vous n'aurez plus qu'à errer dans l'espace d'Hadès...Vous aurez trépassé, terrassé par ces guitares tranchantes comme le sabre, qui vous transpercent en plein coeur ("ô coeur larmoyant, percé par cinq épées", chantait Lorca) et vous laissent là, inanimé, hagard, définitivement sonné, illuminé, désillusionné aussi. "Marquee Moon" : une oeuvre d'art indépassable, le plus grand disque de l'histoire du rock, que l'on peut oser comparer aux chefs-d'oeuvre d'un Coltrane comme à la musique de Bach, aux pyramides d'Egypte, à la peinture de Van Gogh, à l'oeuvre proustienne...Que s'est-il passé à New-York en 1977 ? Le génie humain a encore frappé, sans prévenir, à la surface de la terre, et a rebondi vers les cieux inconnus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 j'avais le 33T il y a..., 26 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
j'ai voulu retrouver le son de ce rock-là, (pas de synthétiseur dans ce groupe hein!), et je ne regrette pas!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Télevision en 3 D, 30 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
Une merveille du premier au dernier morceau, télescopage entre Talking Heads et Patti Smith au carrefour de la fin du Punk et du début de la new wave

Un monument à part c'est certain !

A écouter sans modération
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un aller retour direct vers la lune, 13 février 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
Television reste jusqu'à aujourd'hui un groupe unique ayant meler dans un romantisme toxique les dorurres guitaristiques de john Cippollina avec la transe du jazz urbain new-yorkais. Un classique indétronable de l'histoire du rock. le meilleur moyen de découvrir un hybride punk-jazz.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE ALAIN DISTER MAGAZINE ROCK&FOLK, 9 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marquee Moon (CD)
CHRONIQUE DE ALAIN DISTER MAGAZINE ROCK&FOLK AVRIL 1977 N° 123 Page 108
1° Album 1977 33T Réf : Elektra 52056
Dès la pochette, un frémissement vous parcourt. Quelle gueule, ces quatre mecs en couleur overdosées. Eclairages de néon cru qui dévorent les chairs de leur éclair hurlant. Visages mangés par les yeux trop grands, trop noirs. Et cette chose que vous tend la main de Tom Verlaine. Cette absence de chose. De joint peut être, comme un refus, une négation de la culture baba cool agonisante (la différence entre un punk et un hippie, c'est que le punk porte les cheveux courts pour ne pas être confondu avec un hippie !).
Tom Verlaine ne s'appelle pas Verlaine. Ce serait Patti Smith, grande admiratrice de Rimbaud, qui l'aurait baptisé ainsi. Ils pouvaient alors reconstituer le couple célèbre, dans les salons du Chelsea. Différence : Tom sait jouer de la guitare. Des riffs glacés, des pointes sèches, tranchantes, presque saturées dans l'aigu. Un jeu qui ignore la wah-wah, la distorsion et autres amuse-gueule. La guitare de Verlaine, on dirait qu'il a délibérément cherché à retrouver la sonorité un peu spéciale du C.B.G.B. Question d'atmosphère, sans doute. Mais aussi référence, comme s'il s'agissait d'un folklorelocal, avec déjà ses traditions. Television "sonne" comme un transistor planté sur la Deuxième Avenue, au milieu des papiers gras et des kids qui bouffent les pâtisseries du ruscos installé près de l'ancien Fillmore (East). C'est pas le genre d'endroit qui fait planer.
On a dit des tas de choses à propos de Television. Que leur premier simple était exécrable (ce qui est basse calomnie, mais c'est vrai que l'album est plus au point), qu'ils pompaient outrageusement sur le Velvet, ce qui est aberrant, mais faute de références, on se rabat sur n'importe quoi, et enfin que Tom Verlaine est un affreux tyran, qui n'aurait pas supporté la présence un lourde à ses côtés de son ancien bassiste, Richard Hell. Ce n'est pas gentil du tout ; Tom est très mignon, c'est Patti qui le dit. Et Richard Hell ne doit pas être rigolo tous les jours, puisqu'il a aussi quitté les Heartbreakers dès qu'il les a rejoints. Mais tous ces ragots, potins, rumeurs, méchancetés diverses alimentent la presse locale et font rapidement de Tom Verlaine une star, une des rares qui aient vu le jour à New York depuis Lou Reed. Et contrairement à la plupart des piliers de la scène dite "punk",Verlaine a une histoire. Il n'est pas surgi du néant d'un obscur garage, n'a pas été fabriqué du jour au lendemain par une campagne promotionnelle hypertrophiée ; il a d'abord passé sept ans à écrire des nouvelles de science fiction. Sa musique n'est évidemment pas qu'un support à une imagination littéraire débordante, mais elle ne compte pas davantage, elle n'écrase pas ses textes qui demeurent parmi les plus beaux, et les plus étranges, de cette génération.
- Nuit de jouet tendu, les rues étaient si vives
- Le monde semblait si fin et entre mes os et ma peau
- Se tenait une autre personne un petit peu surprise
- De se trouver face à face avec un monde si vif
- Je tombais
- Tu t'es senti bien bas ? Non. Non, pas du tout.
- Je suis tombé en plein dans les bras de la Venus de Milo
Television, ce n'est pas seulement Verlaine ; ce sont quatre musiciens, liés par un même son autour de mots brûlants. Tom est le plus âgé, et assure la plupart des parties de guitare. Mais si l'on veut quand même aller chercher la petite bête, oser des rapprochements avec certains groupes mythiques qui sont, pour n'importe qui dans le monde, la quintessence du New York sound, il faudra tendre l'oreille aux accents pointus de la guitare de Richard Lloyd, en particulier sur "Elevation" qui reste un des plus beaux morceaux de cet album. Le bassiste s'appelle Fred Smith - clin d'oeil à "Sonic" ? Et le batteur, Billy Ficca, s'acharne sur un kit plutôt réduit, comme on en voit sur les photos de rockers d'avant la pop. Un son rèche, qui tolère à peine les graves, musique des nerfs contre musique du coeur. Exactement à l'image de notre temps, "Marquee Moon", long morceau qui enfile une suite de riffs déchirés, exprime crûment ce sentiment, latent à travers tout l'album ; Television refuse toutes joliesses, mais sans tomber dans les travers d'agressivité et de nihilisme chers aux Ramones. On a affaire ici à des musiciens, des gens qui aiment le son de leurs guitares (et donc n'exécutent pas leurs morceaux à toute allure pour se débarrasser de ces engins encombrants et peu faciles à maîtriser). "Marquee Moon", comme "Elevation" ou
"See No Evil", est le fruit de la collaboration des deux guitaristes, Llyod et Verlaine , montées de riffs de cristal tranchant, installant un climat de néon froid, de lancinance, d'attente peut être... "Elevation, ne me
monte pas à la tête." Le présent est la seule chose qui compte. Et l'espérance est la laisse de la soumission, comme disait Vaneighem. Tom Verlaine et ses copains sont plutôt libres de ce côté-là.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Marquee Moon
Marquee Moon de Television (CD - 2003)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit