Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La carpe et le lapin, 28 octobre 2008
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven - Concerto pour piano n° 5 / Tchaïkovski - Symphonie n° 4 (live à Salzbourg 1971) (CD)
Le Festival de Salzbourg fut l'occasion d'inhabituelles rencontres.
Le 8 août 1971, Karl Böhm, Emil Gilels et la Ceská Filharmonie s'attelaient au cinquième Concerto de Beethoven.

Deux ans auparavant, le pianiste russe avait déjà joué un mémorable opus 37 accompagné par Szell. Il s'active ici à vivifier la logique interne de cet « Empereur » lucidement servi par son félin clavier.
La baguette soutient la continuité du discours sans toujours parvenir à l'animer (le mollasson tutti dès après les gammes introductives du soliste n'augure rien de palpitant...)
La plage 4 du CD reproduit la routinière séance de répétition de l'Adagio et du Rondo : on entend au loin la voix de Böhm guider les musiciens sans les interrompre, sauf pour amener le corniste à la précision requise.

Peu familier du répertoire russe, le maestro autrichien clarifie la texture instrumentale de la Symphonie n°4 de Tchaïkovski sans me sembler dominer l'esprit de cette oeuvre ardemment dramatique : les mordantes cordes et les fulgurants cuivres tchèques électrisent les éclairs fatidiques du 1er mouvement mais la flamme orchestrale manque souvent de s'éteindre quand elle doit pourtant évoquer les « rêves de bonheur » que souhaitait le compositeur.
Agrestement lyrique, la direction processionnelle de l'Andantino ne laisse guère percevoir le « modo canzona » indiqué par la partition.
Le finale s'embrase avec discipline, conviction et une irrécusable virtuosité, achevant l'écoute par une très forte et favorable impression.

Mais l'appréciation générale de cet intéressant concert reste un peu mitigée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit