Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 LE GROUPE D'UN ALBUM (OU PRESQUE)
THE ELECTRIC FLAG AN AMERICAN MUSIC BAND : un nom bien alambiqué, qui cache un groupe éphémère, créé en 1967, à l'initiative de Michael Bloomfield. Jeune guitariste prodige (et prodigue !) de blues, blanc, Bloomfield a croisé la route de Bob Dylan sur BLOND ON BLOND, puis a participé à l'aventure du...
Publié le 9 octobre 2009 par Luc B.

versus
3.0 étoiles sur 5 Michael Bloomfield encore...
C'est l'occasion d'entendre ce merveilleux guitariste qu'était Michael Bloomfield. Toutefois l'album est inégal, pas très bien enregistré, un son un peu fouillis et la prise de son trop aigu. Pourtant ne serait ce que pour le bonus track "Another Country" l'album est indispensable. En effet dans ce long morceau "collage" Michael...
Publié il y a 16 mois par Waiss Remi


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 LE GROUPE D'UN ALBUM (OU PRESQUE), 9 octobre 2009
Par 
Luc B. - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Long Time Comin' - Edition limitée Digipack luxe (CD)
THE ELECTRIC FLAG AN AMERICAN MUSIC BAND : un nom bien alambiqué, qui cache un groupe éphémère, créé en 1967, à l'initiative de Michael Bloomfield. Jeune guitariste prodige (et prodigue !) de blues, blanc, Bloomfield a croisé la route de Bob Dylan sur BLOND ON BLOND, puis a participé à l'aventure du PAUL BUTTERFIELD BLUES BAND. Références qui sur un CV convaincraient les plus réticents...

Bref, Bloomfield, entre deux petits déjeuners à base de pilules bleues arrosées de Tequila, se décide à remonter un groupe pour jouer de la musique américaine. Vaste programme. Nous avons donc au menu, du rock, du blues, de la soul, du jazz, un peu de country, de psychédélique (époque oblige). Bloomfield pose une seule condition, avoir une section de cuivres, pour retrouver les accents de STAX, et des MG's. Au micro, Nick Gravenites (oh la belle voix que voilà !) qui a écrit et chanté pour THE QUICK SILVER MESSENGER ou Janis Joplin, Barry Goldberg tient les claviers, Harvey Brooks la basse, et (excusez du peu) Buddy Miles rejoindra le groupe pour mener l'ensemble derrière sa batterie. C'est d'ailleurs l'opposition Miles / Bloomfield qui précipitera la dissolution du groupe après deux albums. Ils ont eu le temps de jouer au festival de Monterey.

Le départ de l'album est plutôt rigolo. On entend une voix déclamer solennellement : « I speak tonight for the dignity of men » avant d'être interrompue par des éclats de rire, des applaudissements, et déboule à 100 à l'heure « Killing Floor » rythm'n'blues où Bloomfield enquille direct trois grilles de chorus, avec les cuivres pétaradants et orgue sixties à contre point. Le bonheur tient à peu de chose. Certains titres sont emprunts d'emphase pop (« Over loving you ») avec le son clavecin, voire des violons, mais la soul music n'est jamais loin. La chanson « Wine » boogie woogie bien cuivré est un hymne à Bacchus qui visiblement n'incite pas à la modération. Ce n'est que du fruit... j'croyais qu'il fallait s'en taper cinq par jour. « Texas » est un blues sublime de chez sublime, le très court « Easy Rider » rappelle que le groupe fut convoqué pour composer des titres pour le film de Dennis Hooper Easy Rider - Edition Collector. « Another country » est le titre le plus long (9') avec petite montée psychédélique vieillotte, rupture, et chorus jazz latino à frémir. Bloomfield / Santana même combat. Ce même Carlos Santana qui avait remplacé Bloomfield sur une tournée avec Kooper, pour cause d'hospitalisation subite.

Bref, il y a de tout dans ce disque, de l'excellent, du très bon, du bon, mais pas de médiocre. Mais comme on dit : ça sonne d'époque ! En bonus une version du classique « Sunny », « Mystery » pur morceau de soul, pour finir sur la reprise blues de l'imparable « Going down slow ».

Bloomfield rejoindra ensuite l'organiste Al Kooper, pour quelques bonnes impro de blues psychédélique Super Session ou The Live Adventures of Mike Bloomfield and Al Kooperpuis s'enfoncera irrémédiablement dans la dope. Il n'aura jamais eu la célébrité d'un Clapton ou d'un Hendrix, alors qu'il aura réellement été un de ceux qui propulsa le blues chez les musiciens blancs, aux Etats Unis (pendant que Mayall s'en occupait en Angleterre). A LONG TIME COMIN' reste le grand succès de cette formation, pur produit du psychédélisme 60's de San Francisco et des racines noires de la musique américaine. Personnellement, je ne m'en lasse pas...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Trésor oublié pop / soul / blues, 28 janvier 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Long Time Comin' - Edition limitée Digipack luxe (CD)
Cet album sorti en 1968 est un une véritable perle méconnu. Groupe initial de Mike Bloomfield avant qu'il ne parte pour entre autres délivrer le monument "Super Sessions" avec Kooper et Stills. La qualité mélodiques des compositions rythmés de cette albums (toutes les chansons sont bonnes) laissent pantois quand on sait l'oubli dans lequel cet album est tombé. Faute sans doute à une production moins universelle que chez les Beatles par exemple. Ici les musiciens et chanteurs, poussés par une guitare (Bloomfield) et des cuivres aux sons tonitruants, sont excellents.

Si vous aimez "Super Sessions" ou Blood Sweat and Tears (avec Al Kooper), jetez- vous sur ce disque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Eclectique....peut-être un peu trop !, 11 mai 2013
Par 
Darko (Bretagne - France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Time Comin' (CD)
"L'Electric Flag est un groupe de musique américaine. La musique américaine n'est pas nécessairement une musique directement issue de l'Amérique. Je la vois comme la musique que vous entendez en concert, sur les ondes, dans la rue; blues, soul, country, rock, gospel, dans la circulation, parmi la foule, c'est le bruit de la rue et le bruit des champs, le son du peuple et le silence"

Michael Bloomfield

Voilà un programme ambitieux, peut-être un peu trop... En 1968, le guitariste Michael Bloomfield s'associe à Buddy Miles, batteur et ami de Jimi Hendrix, et embauche une pléthore de musiciens, blancs et noirs, en tout genre (cordes, cuivres, claviers) pour un disque éclectique d'authentique musique américaine. On y rencontre tous les styles : rock, pop, blues, soul, rythm'& blues, jazz, salsa et même un peu de musique commerciale à la sauce Las Vegas...

Le résultat est mitigé, ce n'est pas désagréable à écouter, mais on peine à trouver une unité à ce disque où le meilleur ("Killing floor", "She should have just wine", "Wine", "Texas", "going down") cotoie le bavard ("you don't realize", "another country", "Sunny", "Mystery") et parfois le grandiloquent ("over lovin you", "groovin'is easy", "sittin in circle", "look into my eyes"). C'est bien fait, on ne peut pas dire le contraire, mais c'est un peu vain....

Un disque définitivement très américain !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Tout pour réussir mais..., 4 mai 2010
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Long Time Comin' - Edition limitée Digipack luxe (CD)
Après un premier disque fait pour les besoins d'un film avec Peter Fonda, The Trip, Electric Flag, formé en 1967 par le guitariste Mike Bloomfield (venu tout droit du Paul Butterfield Blues band), avec les expérimentés Barry Goldberg (claviers), Harvey Brooks (basse), Buddy Miles (batterie) et au chant, Nick Gravenites (que Bloomfield a ramené dans ses valises), sort son premier LP. A Long Time Comin', paru en 1968, est une fusion de blues, de rock, de jazz et de rythm & blues, fusion dans laquelle les cuivres prennent une place majeure. C'est à Monterey et devant plus de 50.000 personnes qu'Electric Flag se fait remarquer. En dépit du fait qu'il soit signé par Columbia Records, la maison de disques du moment, et que les tournées d'après Monterey aient précipité l'arrivée d'un premier album, le groupe demeure quasi inconnu sur la scène musicale. A long Time Comin' apporte de l'eau au moulin de leur notoriété mais celle-ci se révèle très éphémère, Electric Flag ne réalisant que deux albums avant de se dissoudre. Bloomfield et Goldberg n'attendent pas le deuxième disque pour se retirer, ils le font quelques semaines après la sortie de cet album (juin 1968). Electric Flag, dont le nom initial était American Music Band, atteint son sommet avec ce LP. Over-Lovin You sonne comme Chicago. C'est le morceau de choix de ce disque dont les compositions sont essentiellement de Nick Gravenites. A Long Time Comin' a le mérite de l'ambition. Plein de promesses, il fait 31 dans les charts. Malheureusement, ce line-up explose bien vite pour des raisons de dope de Bloomfield. Entre Bloomfield et Electric Flag, l'un des deux doit partir. Buddy Miles, après le départ de Bloomfield et Goldberg, tente bien de pérenniser une affaire mise sur les bons rails. En vain. Excellente prestation toutefois.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Ephémère, 14 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Time Comin' (CD)
Groupe éphémère mais tellement créatif , avec Mike Bloomfield , grand guitariste au pays de la six cordes .... Ca pulse ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Michael Bloomfield encore..., 13 mars 2013
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Time Comin' (CD)
C'est l'occasion d'entendre ce merveilleux guitariste qu'était Michael Bloomfield. Toutefois l'album est inégal, pas très bien enregistré, un son un peu fouillis et la prise de son trop aigu. Pourtant ne serait ce que pour le bonus track "Another Country" l'album est indispensable. En effet dans ce long morceau "collage" Michael Bloomfield prend un solo mémorable sur un rythme latino où l'on comprend l'influence que ce jeune guitariste a eu sur Carlos Santana et non l'inverse... Quel jeu sublime !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit