undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,43 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 janvier 2004
En dehors du fait que cet album dispose de la couverture la plus drôle de l'histoire du jazz (Thelonious Monk au piano, déguisé en résistant,au milieu d'un bric-à-brac invraisemblable qui ressemble vaguement à une cache de résistant, modulo l'accumulation de bouteilles de vin, un officier SS ligoté dans un coin...bref, du grand n'importe-quoi), il compte parmi les enregistrements les plus passionants de Monk.
Comme d'habitude chez Monk, on y retrouve des classiques de l'auteur (Green Chimneys, Ugly Beauty) remis encore une fois sur l'ouvrage et modifiés / transformés au fur et à mesure. Mais on trouve aussi des ballades syncopées comme seule Monk sait les écrire et les interpréter (plus un "In walked Bud" habité et énergique). Le tempo est irréductible à l'analyse rationnelle, la construction chaotique, toujours en déséquilibre et pourtant toujours juste. Le style Monk, inimitable, brut de décoffrage dans son approche de la rythmique jazz, sans autre effet que la scansion de la mesure et ce sens de l'humour (l'amour) de la phrase mélodique.
En un mot comme en cent, un grand album de Monk, dépouillé et sensible, à écouter irreligieusement entre amis en célébrant l'âme de Monk à grand coup de brandy.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dernier album de son quartet historique, avec Charlie Rouse ! (mais pas sur tous les morceaux à cause d'une absence autorisée sur une des sessions pour se rendre aux obsèques de son père), Underground est aussi, hélas, le presque ultime original et dernier vrai bon album, Monk's Blues, quelques mois plus tard, sera une énorme déception, d'un Thelonious Monk à l'équilibre mental de plus en plus instable. Présentement, avec quatre nouvelles compositions de tout premier ordre, une cover bien troussée (la belle ballade Easy Street et sa jolie performance du contrebassiste Larry Gales à l'archet) et deux beaux recyclages exhumés de son catalogue passé (Thelonious et In Walked Bud bien vocalisé par le méconnu Jon Hendricks), et donc avec son beau quatuor tellement taillé sur mesure pour son jazz à la fois sensible et savant, Monk délivre une merveille d'album. Une merveille d'album où il continue de surprendre, proposant présentement sa première valse avec le charmant Ugly Beauty, un petit blues ludique au thème savamment dissonant (Raise Four), ou un morceau où il continue d'étendre ses possibles harmoniques ici vers la musique contemporaine sans rien perdre de son swing cependant (Boo Boo's Birthday). Et donc, avec une captation parfaite (on y est, vraiment !), une pochette à nulle autre pareille (Monk en résistant contre l'envahisseur nazi, rien que ça !), c'est à un dernier tour essentiel dans l'œuvre d'un authentique génie auquel nous sommes conviés, une opportunité rare qui ne se refuse pas... Welcome to the Underground.

1. Thelonious (Take 1) 3:13
2. Ugly Beauty (Take 5) 3:17
3. Raise Four 5:47
4. Boo Boo's Birthday (Take 11) 5:56
5. Easy Street 5:53
6. Green Chimneys 9:00
7. In Walked Bud 4:17
Bonus
8. Ugly Beauty (Take 4) 7:39
9. Boo Boo's Birthday (Take 2) 5:35
10. Thelonious (Take 3) 3:10

Thelonious Monk – piano
Charlie Rouse – tenor saxophone
Larry Gales – bass
Ben Riley – drums
&
Jon Hendricks – vocals on "In Walked Bud"
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 16 décembre 2012
J'étais en train d'écouter "Underground" et, en regardant la pochette, je me suis souvenu avoir récemment feuilleté l'ouvrage de Laurent Douzou, paru chez Découverte Gallimard (une belle collection..): "la Résistance : une morale en action" La Résistance: Une morale en action, tout en regrettant de ne pas l'avoir acheté....la prochaine fois sans doute...

En 1967, Monk s'achemine vers une fin de carrière en pente douce en publiant son dernier album écoutable (le suivant "Monk's blues" étant vraiment à oublier...). Il arrêtera d'enregistrer en 1971, onze ans avant sa disparition...Sur "Underground", son jeu devient plus dépouillé, minimal, plus pauvre diront certains, même si ses harmonies caractéristiques sont toujours là et s'il présente l'avantage de laisser plus de place à ses partenaires et notamment à Charlie Rouse, son sax ténor. L'album est empreint d'une grande sérénité, tous les titres sont des compositions parfois anciennes de Monk ("Thélonious", "Green Chimneys"...), à l'exception du "Easy Street" de Alan Ranking Jones. A noter la participation sur "In walked Bud" du chanteur Jon Hendricks pour une démonstration de scat dans un esprit très jumping jive. La version CD propose en plus trois alternative takes "ugly beauty (take 4)", "Booboo Birthday (take 2)" et "Thélonious (take 3)".

Mais le grand intérêt de ce disque reste sa drôle de pochette sur laquelle on peut apercevoir un Monk, mitraillette Sten en bandoulière, cigarette au bec, jouant du piano au milieu d'un bric-à-brac de grenades, de colt 45, de dynamite et de bouteilles de vin à moitié vide...Un officier nazi, SS sans doute, apparait ficelé au fond de la pièce à coté d'un drapeau à svastika et sous le portait tutélaire de Mon Général. Un (une ?) étrange sans-culotte monte la garde à la porte et une inscription orne le mur : "VIVE LA FRANCE !" Sans doute le plus bel hommage du jazz à notre beau pays et à son esprit de résistance...

Rien que pour cela un album indispensable à tous les patriotes !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2015
Tout à fait d'accord avec les commentaires précédents. Dans ce disque, Monk enregistre pour CBS et il n'a peut être plus la même liberté que dans les autres compagnies plus modestes. Là, il faut du résultat commercial. D'un autre côté, l'aspect expérimental des années précédentes s'est évaporée. Le pianiste a atteint un genre de classicisme qui n'appartient qu'à lui.
Et le résultat est brillant : c'est très bien enregistré d'une part, avec la basse et la batterie bien présentes sans être trop en avant comme dans Criss-Cross. D'autre part, ca roule super bien entre les 4 zicos. On sent une vraie chaleur entre eux, une entente parfaite, alors que dans certains disques de Monk on entend bien que les souffleurs marchent sur des oeufs, et ont peur de se prendre les pieds dans le tapis.
Charlie Rouse est excellent, avec un très beau son. Il produit des phrases claires et précises, loin de Johnny Griffin qui, quand il jouait avec Monk, se montre très, trop, bavard, peut-être pour garder la main, et ne pas laisser le pianiste l'entraîner dans ses chausse-trappes.
Ceci étant, cette musique n'est pas fluide. C'est brinquabalant, ca progresse comme un crabe toujours de traviole. Bref, pour être facile d'écoute et très agréable, c'est quand même la musique de Thelonious Monk, une musique biscornue qui ne ressemble à aucune autre.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2015
J'adore cet album. La pochette à elle même vaut l'achat ! À CE PRIX ET À LA VITESSE À LAQUELLE JE L'AI REÇU, RIEN À REDIRE ! Merci.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)