undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Comme Arrau lui-même, semble-t-il (si l'on se fie aux notes d'André Tubeuf), je trouve que Bach " appelle " plutôt le clavecin que le piano. Et pourtant ces disques sont passionnants :
- les Partitas 1, 2, 3 et 5, enregistrées en 1991, sont, certes, assez lentes et même un peu " hésitantes " parfois, elles sont à mille lieues de Gould au piano ou de Leonhardt ou Rousset au clavecin, et pourtant elles sont très belles : Arrau, qui, à 88 ans, n'a plus rien à prouver, prend son temps, se contente de jouer, de fêter ces retrouvailles tardives avec l'immense Bach et ce jeu simple et sans fard est désarmant.
- les Variations Goldberg, enregistrées en 1942 (et dont le son est, pour l'époque, très satisfaisant) sont parmi les plus belles que je connaisse : ici, aucun manque de rythme, aucune hésitation, mais au contraire un jeu d'une vie et en même temps d'une concentration, d'une intériorité, exemplaires. Ecoutez la sublime Variation 25 : peut-on imaginer jeu plus recueilli, sobre et vivant en même temps ?
- seules les quelques Inventions et Sinfonias et la Fantaisie Chromatique et fugue, enregistrées en 1945, convainquent un peu moins parce que le son a quelque chose de dur et d'instable : paradoxalement, la prise de son de 1942 pour les Goldberg est préférable ! Sans doute aussi ces œuvres, plus extraverties, conviennent-elles un peu moins à la personnalité d'Arrau.
0Commentaire10 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus