Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4.0 étoiles sur 5 Bilinguisme et autres curiosités, 18 janvier 2012
Par 
Dale Cooper (The one-eyed Jack) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seven (CD)
7 remonte déjà à quelques années, dans la discographie de la chanteuse Zap Mama, alias Marie Deaulne, une Belge très pétillante qui aime allier la diversité et la curiosité à son champ d'action musical.
Qu'on connaisse ou pas le très ambitieux Ancestry in progress paru en 2004, ou encore Supermoon (2007), il est bon de (re)plonger dans cet album passé relativement inaperçu à sa sortie (qui remonte déjà à 1997).

Le premier morceau, un funk tonique dopé au grand air (le francophone « Jogging à Tombouctou »), prélude à un premier reggae-soul inventif (l'anglophone « New world »).
Déjà à l'époque, Zap Mama faisait de son bilinguisme un atout créatif très charmeur (au point de réunir parfois les deux langues dans un même morceau avec succès -' voir l'envoutant « Baba hooker »).

Atout sans doute responsable aussi de la variété de ses fréquentations musicales. Elle s'offrira plus tard la collaboration de Talib Kweli, d'Ahmir Thompson ou encore d'Arno -' autre Belge survolté, à sa manière. Elle s'est assurée ici les services d'efficaces partenaires, qui s'y entendent eux aussi, en matière de groove : entre autres, le bassiste Michel Hatzidjordju, le batteur Stéphane Galland et même Michael Franti ici ou là, au chant additionnel et aux manettes de production...
La chanteuse fait aussi vibrer ses racines africaines et se fait un plaisir d'employer quelques instruments exotiques (Kashishi, Guimbri et tabla), pour pimenter la sauce.

7 est un opus copieux (14 titres, 65 minutes de musique) où tout n'est pas également convaincant; néanmoins, il est difficile de ne pas succomber, globalement, à l'enthousiasme débordant de Marie Deaulne, qui au passage, signe ou co-signe la quasi-totalité du répertoire, à l'exception d'une poignée de reprises (dont les troublants « Damn your eyes » et « Poetry man »).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Seven
Seven de Zap Mama (CD - 2005)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit